Procédure pénale : Une réforme pour renforcer la sécurité des personnes et des biens    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    Maroc-UE. L'Espagne "satisfaite" de l'adoption de l'Accord de pêche    Le G7 Finances fait un pas vers la taxation des géants du numérique    Attijariwafa bank et la BAD s'associent pour développer le commerce en Afrique    L'AFD et l'ONDA signent deux conventions de financement    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Qui va remporter la CAN ?    Saad Lamjarred vers une nouvelle poursuite judiciaire    ASAP Rocky maintenu en détention jusqu'au 25 juillet    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Adam Naas : Vieille âme du futur    La Casa de Papel. La saison 3 désormais disponible sur Netflix    Le Crédit Agricole du Maroc : un passage réussi au Parlement    Communiqué du Bureau politique du PPS    Le Centre international d'oncologie de Casablanca s'engage à rendre les soins plus accessibles    La CGEM et la SFI s'allient pour stimuler l'employabilité des femmes    Voici les poules éliminatoires de la CAN 2021    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Montresso présente les temps forts de sa saison culturelle 2019-2020    Procès d'Imlil. L'avis de l'avocat de la victime danoise    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Boucetta met en avant à Washington l'engagement continu du Maroc en faveur des libertés religieuses    Maroc-USA: Une alliance historique et un partenariat d'exception    La MAP inaugure son nouveau siège à Casablanca    Taroudant, capitale d'une vie rurale en marche!    Rabat. Un quinquagénaire arrêté pour meurtre    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    Tensions entre Séoul et Tokyo: un Sud-Coréen s'immole par le feu    L'UE sanctionne la Turquie pour forage au large de Chypre…    Primes : La CAF augmente le «prize money»    Préscolaire, le ministère dresse son bilan    10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    Bouillon de culture    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    Troisième marche du podium pour le Nigeria    La syphilis regagne du terrain    De "captain" Mahrez à la révélation Bennacer Le carré d'as algérien    Hicham El Idrissi : Il ne faut pas compter sur des joueurs qui ne veulent plus jouer pour le KACM    L'inébranlable attachement du Maroc à la voie du réalisme et du compromis    Casa malade de ses moyens de transport    Les budgets des collectivités territoriales enregistrent un excédent de 5,4 MMDH    Contrairement à Nicki Minaj, 50 Cent et Janet Jackson chanteront en Arabie Saoudite    "Les Enfants de la mer", un film d'animation écologiste et spirituel    Le court-métrage en fête à Ifrane et Azrou    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Instagram masque les « likes » dans six pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ONE: Quelque 70% du CA dehors
Publié dans L'Economiste le 16 - 09 - 1993

L'ONE n'a pas loin de 70% de son chiffre d'affaires dehors et les voix ne manquent pas aujourd'hui pour dire que les quelque 4 milliards de DH facturés et qui lui sont dûs constituent un handicap sérieux au redressement de La situation énergétique du pays.
Le montant total facturé et non encore recouvré par l'Office National de l'Electricité dépasse les 4 milliards de DH, comprenant 1,5 milliard de DH qui ont été rééchelonnés, 2,3 milliards exigibles impayés et un crédit client de 3 mois accordé aux régies de distribution. A l'autre bout de la chaîne, le compte d'exploitation de l'ONE est grevé par les frais financiers, qui représentent plus de 10%du chiffre d'affaires de l'Office et présent donc sur les coûts de production. En outre, des factures pour près de 2 milliards de DH restent dues, notamment auprès des compagnies pétrolières. Le fournisseur le plus pénalisé est la Shell, entreprise qui figure parmi les privatisables.
900 millions d'impayés chez les offices
Enfin, la situation a une autre catégorie de conséquences: les stocks de sécurité sont réduits à leur plus simple expression et les techniciens citent un cas extrême: celui d'une centrale dans le Nord, à qui il est arrivé de n'avoir en stock qu'une seule journée de combustible.
Les impayés les plus élevés sont logés chez les offices, pour un montant de 900 millions de DH, selon les comptes de l'ONE arrêtés au 31 juillet 1993.
Arrive en tête I'ONCF avec 271 millions de DH sur presque deux ans de consommation. Suit l'OCP, avec des factures en retard de 8 mois pour un montant de près de 260 millions de DH, auxquels s'ajoutent près de 41 millions de DH dûs à l'ONE par Maroc-Chimie et Maroc-Phosphore.
L'ONEP a des factures en souffrance sur un an pour un montant de 176 millions de DH. Les Offices Régionaux de Mise en Valeur agricole doivent, tous ensemble, 117 millions de DH sur 7 mois de consommation. Enfin, "petit" débiteur, mais grand retardataire, l'ONDA doit 45 millions de DH sur la consommation de 32 mois. L'ONDA devrait verser incessamment 8 mois de factures.
Dossiers embrouillés chez les collectivités locales
L'ONE estime que "le cas des administrations doit être considéré à part" en raison du lancement des bons, gérés par I'ONEP et qui constituent un système de budgétisation quasi automatique de la consommation et des paiements. Les administrations doivent, fin juillet 1993, 245 millions de DH, dont 109 ont été débloqués à ce jour. Les anciens arriérés devront être remboursés en Bons du Trésor et la consommation de cette année doit être payée avec les vignettes.
Chez les collectivités locales des servies directement par I'ONE, les dossiers sont très embrouillés. Les impayés datent d'avant la fin 1991 (145 millions de DH pour 1991, 68 millions pour 1992 et 41 millions pour l'année en cours). Les dettes de 1991 ont été rééchelonnées gratuitement sur 4 années, mais les échéances ne sont pas respectées. Les factures suivantes ne sont pas traitées. La situation est variable en fonction des hommes qui assurent la gestion de chacune des collectivités locales. De source administrative proche des collectivités locales, il est indiqué que le règlement "sera effectué avec les excédents de recettes chez les communes concernées".
Les communes sont en retard pour s'aligner sur le système des vignettes et, point d'orgue, le nouveau découpage administratif a provoqué la disparition du débiteur désigné sur les factures, remplacé par deux, trois... cinq nouvelles communes qui se rejettent la balle.
Les régies demeurent le gros point noir, à l'exception de la Régie de Rabat, toujours citée comme un modèle et pas seulement du point de vue du règlement de ses factures, bien qu'elle ait à gérer les clients délicats que sont les administrations centrales.
En dehors des rééchelonnements gratuits dont elles ont bénéficié en avril 1992 pour 1,5 milliard de DH et du crédit-client de trois mois, les autres régies doivent 374 millions de DH à l'ONE. Quelque 270 millions de DH sont dûs par la seule Régie de Casablanca.
Enfin diverses sociétés publiques doivent environ 200 millions de DH. Parmi ces sociétés figurent des entreprises qui ont cessé de travailler comme Djebel Aouam ou Sepic. des entreprises en grande difficulté comme Seferif ou la Comagri, mais aussi des privatisables comme les sucreries.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.