Des rapatriés victimes d'une intoxication à Agadir: ce que l'on sait    Mohammedia: un individu arrêté après avoir agressé une mineure    La terre a tremblé dans cette province du Maroc    L'ex-PDG de Platinum Power rebondit mais...    Investissement: 94 projets en cours de réalisation à Fès-Meknès    ONCF: 350.000 voyageurs depuis le 25 juin    Covid19: Le Maroc franchit la barre des 13.000 cas    Industrie culturelle: Les premières mesures avant la stratégie    Achraf Hakimi débarque à l'Inter Milan    "Night Walk" : Premier long métrage marocain distribué à Hollywood    Les stars de la musique appellent à sauver la scène britannique    Tom Hanks : Je ne sais pas quand est ce que je vais pouvoir reprendre mon travail    Les allégations algéro-polisariennes mises à nu devant le CDH    Les prix font un bond de 2,9% dans la métallurgie en mai    L'ANP et l'AFD renforcent leur partenariat pour un développement durable et compétitif des ports    L'ouverture des frontières espagnoles aux Marocains conditionnée par la réciprocité    Rapatriement d'un nouveau groupe de Marocains bloqués en Egypte    Le Maroc appelle l'Unesco à plancher sur un multilatéralisme innovant, pragmatique et inclusif    Le Maroc demande officiellement à Amnesty International d'apporter la preuve de ses accusations    Exposé de Mohamed Benabdelkader sur le schéma directeur de la transformation digitale du système judiciaire    L'ovalie nationale est plus que jamais sur la touche    L'EN de futsal se hisse au 24è rang mondial    Bourita: le Maroc ne peut accepter les allégations sans preuves claires    «En créer l'atmosphère nécessaire, d'unité et d'enthousiasme»    Mise à nu de la propagande de l'Algérie et du «Polisario» sur les droits de l'Homme au Sahara    Les médias palestiniens se félicitent de l'initiative du Premier secrétaire de l'USFP    Macron nomme Jean Castex nouveau premier ministre    Crise du Covid-19: le Maroc salué par la Commission européenne    Le groupe BCP dévoile une nouvelle organisation pour soutenir sa dynamique    Coronavirus: 319 nouveaux vendredi 3 juillet à 18 heures, 9160 guérisons au total    Premier League: Manchester City corrige Liverpool!    Quand les footballeurs marocains font le bonheur des clubs égyptiens    Liga: le Real Madrid creuse l'écart, Messi veut claquer la porte!    Très touchée par La pandémie l'Espagne revient a La vie    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    Rapatriement de 152 Marocains bloqués en Egypte    L'Espagne maintiendra les frontières avec le Maroc et l'Algérie fermées par manque de réciprocité    Le roi Mohammed VI a écrit au président biélorusse    Libération de dix humanitaires au Niger après deux semaines de captivité    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    Bac à Casablanca: la belle initiative du caïd de Sbata (VIDEO)    A la demande du gouvernement, RAM devra céder 20 appareils et donc réduire ses effectifs du tiers    Bac au Maroc: l'épreuve d'arabe a fuité sur Facebook    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alger garde le contrôle de son pétrole
Publié dans L'Economiste le 17 - 10 - 2006


· et taxe les plus-values pétrolières
· Sonatrach prend désormais au moins 51% des contrats
L'Algérie a décidé de garder le contrôle de ses hydrocarbures et d'imposer une taxe allant jusqu'à 50% sur les profits exceptionnels de ses partenaires étrangers au delà de 30 dollars le baril. La compagnie publique d'hydrocarbures Sonatrach est désormais tenue de prendre au moins 51% des contrats de recherche, d'exploitation et de raffinage avec des compagnies étrangères, selon un amendement d'une loi de mars 2005 voté dimanche par l'Assemblée nationale. La loi de 2005, plus libérale, mais jamais entrée en application, autorisait les étrangers à s'associer jusqu'à 70% avec Sonatrach dans des contrats de recherche et d'exploitation, voire 100% si elle juge qu'une découverte est sans intérêt pour elle. Défendue par le ministre de l'Energie et des mines Chakib Khelil, elle avait provoqué une levée de boucliers de la centrale syndicale unique, l'UGTA, et de la plupart des partis, qui y étaient hostiles. Selon l'ancien chef du gouvernement Ahmed Ouyahia, elle avait pour objectif «d'attirer davantage d'intervenants étrangers dans les hydrocarbures (...), de créer plus de richesse» et de «faciliter l'adhésion de l'Algérie à l'Organisation mondiale du commerce (OMC)». Le président Abdelaziz Bouteflika s'y était résigné dans un premier temps avant de la geler immédiatement après son adoption, et de proposer de l'amender. Nationalisés à 100% en févier 1971, les hydrocarbures algériens sont restés depuis propriété de l'Etat, qui en a confié la gestion à un opérateur unique, Sonatrach. Au début des années 1990, l'Algérie a entamé une timide ouverture de ce secteur à des partenaires étrangers, Européens et Américains notamment, sans en céder le contrôle. D'autres amendements de cette loi réservent à Sonatrach l'exclusivité du transport par canalisation des hydrocarbures et l'exemptent de tout recours à l'arbitrage international en cas de conflit avec un de ses partenaires étrangers. Ces conflits resteront du ressort des tribunaux algériens. Une taxe est par ailleurs instaurée sur les profits exceptionnels de la part de production des compagnies étrangères associées à Sonatrach, lorsqu'en moyenne arithmétique mensuelle le prix du pétrole dépasse 30 dollars le baril sur le marché international. Le taux de cette taxe, applicable rétroactivement à partir du 1er août 2006 sur tous les contrats d'association avec Sonatrach, est de 5% au minimum et de 50% au maximum, selon l'amendement. «Cette mesure est motivée par le souci de récupérer une part des importantes plus-values réalisées par les associés étrangers de Sonatrach en cas de prix élevé du pétrole», a expliqué Khelil dans une récente conférence. Les amendements votés dimanche «permettent l'élargissement et le renforcement du contôle de l'Etat sur les hydrocarbures, leur utilisation rationnelle et leur préservation pour les générations futures», selon l'exposé des motifs. Ils «consolident la position de Sonatrach en sa qualité d'unique opérateur habilité dans les activités de prospection, d'exploitation, de transport par canalisation et de raffinage, afin de renforcer le contrôle des contrats conclus dans ce domaine sensible de l'activité économique», souligne-t-il.
------------------------------------------------------------------------
Quasi-unique source de devises
Les hydrocarbures (pétrole et gaz) constituent la principale richesse de l'Algérie et sa source quasi-unique de devises. Elle en tire plus de 97% de ses recettes extérieures.
Durant les neuf premiers mois de 2006, ces recettes se sont élevées à 40 milliards de dollars, selon le ministre algérien de l'Energie et des mines, Chakib Khelil. Grâce à la flambée des prix du pétrole des trois dernières années, l'Algérie affichait fin septembre, selon le ministère des finances, plus de 70 milliards de dollars de réserves de change, un niveau jamais atteint auparavant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.