Décès de Hosni Moubarak: Al-Sissi reçoit un message du roi Mohammed VI    En vidéo: Les obsèques de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak    Tunisie : vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement    Virgin Galactic : près de 8.000 personnes sur la liste d'attente des voyages dans l'espace    Nouveau coup dur pour Manchester City    Coronavirus : l'Iran accuse les Etats-Unis de répandre « la peur »    Maria Sharapova annonce sa retraite    Cinq boxeurs marocains en demi-finales du Tournoi pré-olympique de Dakar    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    5ème Festival du livre de Marrakech : Leïla Slimani invitée d'honneur    «Chi wqat» : Nouveau titre de Khaoula Moujahid et Abdelilah Arraf    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Ministère de la Santé : tests négatifs pour les 15 cas « possibles » de coronavirus    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    «30 Melyoun» cartonne au cinéma    Attijariwafa bank termine l'année 2019 sous le signe de la performance    Parricide à Salé: ce qui s'est réellement passé    Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!    La JS tire la sonnette d'alarme sur l'approfondissement de la perte de confiance    La CSMD organise une séance d'écoute avec les représentants de la Confédération marocaine de l'agriculture et de développement rural    DFSK introduit ses SUV sur le marché marocain    Moins d'un Marocain sur deux en âge de travailler est actif    Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée    Entretien avec SEM. LI Li, Ambassadeur de Chine à Rabat : « Le Maroc et la Chine ont fait preuve d'une haute confiance politique mutuelle et de soutien réciproque »    Les notaires « ouverts » à un dialogue avec le gouvernement sur leurs honoraires    Benabdelkader: Aucun nouveau cas de spoliation foncière d'autrui n'a été enregistré    Législatives iraniennes: Une très faible participation…    Ramid : Le bilan de la mise en œuvre du droit de pétition est en deçà des attentes    Suite aux mouvements de grève annoncés pour mars prochain : Le ministère de l'éducation suspend le dialogue avec les enseignants    Premier cas confirmé positif au coronavirus en Algérie    Saisie de fumigènes interdits, lors du match OCS- FAR    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Un Américain meurt en voulant prouver que la Terre est plate    Maintenir ou non le carnaval en Haïti    Rencontre sur la réforme du système judiciaire    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    Le Crédit Agricole du Maroc booste son soutien aux TPE et aux petites entreprises    Vers l'institutionnalisation des relations entre la Chambre des représentants et le Conseil saoudien de la Choura    Insolite : Pour sauver sa main    Une très grosse menace pèse sur l'Afrique    Divers    Eden Hazard Fissure de la cheville et gouffre d'inquiétudes    Botola Pro D2 : Aucune visibilité avant le dernier tiers de l'exercice    Divers sportifs    Les groupes "Meriem & Band" et "Khmissa" en concert à Casablanca et Rabat    Philippe Garrel revient à ses premières amours    3e édition de l'Afrique du Rire    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise de l'eau dans le Tafilalet
Publié dans L'Economiste le 04 - 04 - 2007

· Crues, sécheresse, surexploitations…les principales causes
· Un plan d'urgence pour sauver les palmiers
POUR les participants au débat national sur l'eau à Erfoud, les 29 et 30 mars derniers, trois facteurs déterminants se sont conjugués depuis ces dernières décennies pour aboutir à la pénurie progressive et dramatique de la ressource hydrique que connaît aujourd'hui toute la région du Tafilalet. «Paradoxalement, le premier facteur fut la construction du barrage Hassan Addakhil, indispensable pour protéger la vallée du Ziz et la ville d'Errachidia des crues dévastatrices», indique-t-on. En effet, ce grand barrage par la captation des principaux écoulements du bassin versant amont, a limité fortement la recharge naturelle des nappes phréatiques en aval, et a conditionné les apports d'eaux au sud à travers un dispositif hydraulique favorisant fortement la perte hydrique.
Celle-ci fut évaluée à presque 50% avec une quantité amont de 118,5 millions de mètres cube (Mm3) au niveau du barrage et une arrivé en tête de périmètre à 62 Mm3.
Le second facteur concerne le cycle naturel de la sécheresse dans lequel s'inscrit toute la région depuis les années 80, avec des pics sur plusieurs années. Outre la réduction conséquente des apports pluviaux pour la recharge des nappes, c'est aussi le système du barrage qui est en cause, ne pouvant plus jouer son rôle régulateur avec des seuils situés bien en deçà des prévisions avec une moyenne décroissante depuis sa construction (en trente ans les restitutions ont toujours été inférieures à 100, avec des années 0, contre une moyenne annuelle initialement prévue à 140 Mm3).
S'ajoute à cela que le volume mobilisé est aujourd'hui bien inférieur à celui de la tranche morte du barrage (fixée à 20Mm3), et que le taux d'évaporation lui reste constant quel que soit le volume d'eau.
Le troisième facteur décisif qui a lui aussi fortement conditionné ce processus de diminution de la ressource hydrique est lié aux pratiques agricoles, qui ne se sont pas «adaptées» à la situation de pénurie et ont engagé les exploitants dans une course à l'eau d'autant plus aiguë que celle-ci commençait à manquer. De fait, le recours au pompage de la nappe fut alors massif, entretenant d'une part des systèmes d'irrigation aberrants écologiquement car fortement consommateurs d'eau avec des rendements hydriques très faibles (calculés à 40% de l'eau seulement qui profite à la culture), et pour conséquence rapide un épuisement des nappes phréatiques.
La hauteur de celles-ci encore estimée à moins de 3m il y a dix ans, atteint en moyenne les -20m dans tout le Tafilalet, avec des zones à -30, et une descente annuelle qui s'accélère aujourd'hui. Une conséquence de plus en plus visible de ce surpompage consiste en l'élévation graduelle des taux de salinité des eaux, avec des pointes à 8g/l.
Selon les experts du domaine, le Tafilalet a toujours été en milieu aride depuis qu'existent les oasis, et il a donc toujours été tributaire de faibles pluviométries. Les habitants avaient su réagir à cela en mettant en place des systèmes traditionnels performants, comme les khettaras par exemple. Il faut donc comprendre le problème actuel bien plus comme un problème d'inadaptation des pratiques modernes, que comme la résultante logique de la sécheresse. L'introduction de systèmes hydrauliques modifiant défavorablement les équilibres d'approvisionnement et d'utilisation de la ressource, et le développement d'une agriculture très peu efficiente quant à son bilan hydrique, avec des pratiques à taux élevé de gaspillage imposant des prélèvements toujours plus importants sur l'aquifère souterrain, ont précipité et amplifié les conséquences d'une sécheresse et surtout d'un climat dont l'aridité croissante semble être aujourd'hui une composante historique.
Le système d'approvisionnement en eau, autrefois tributaire des écoulements d'oueds, dont les crues, pour l'eau de surface et des puits et Khettaras pour l'eau souterraine, a fonctionné surtout lors de ces trente dernières années à partir du système des lâchers de barrage, à vocation à la fois agricole (irrigation) et écologique (recharge de la nappe). Avec la sécheresse mais aussi le manque d'entretien et l'intrusion de modes de gestions modernes, incompatibles avec le système séculaire de gestion de l'eau, bien des khettaras ne sont plus fonctionnelles (jusqu'à 60% de perte) et celles qui fonctionnent n'ont que de faibles débits (2-4 l/s).
Cette perte du système traditionnel a bien entendu aussi favorisé le développement du pompage de la nappe. Ce pompage est aujourd'hui en crise dans la plupart des oasis du sud soit par arrêt suite à la disparition de la nappe (70% des pompages concernés à Goulmima) soit avec de faibles dotations journalières (2h) et donc un faible débit. Le système traditionnel d'irrigation des oasis, avec ses canaux, séguias et autres conduites d'eau, avec ses innombrables détours et chevauchements, avec sa pratique de la submersion passive et gravitaire, favorise considérablement la perte par évaporation quand le débit devient faible, ce qui est le cas aujourd'hui dans la majorité des oasis du sud.
Dans le Tafilalet, les calculs démontrent aujourd'hui que seulement 22% du volume d'eau des lâchers profite aux cultures. «Ce gaspillage considérable a entraîné une situation de pénurie hydrique majeure, dont les conséquences immédiates pour la plupart des oasis du sud du Tafilalet (Taouz, Rissani, Erfoud, Jorf, Ferkhla, Goulmima, ...) furent l'abandon de parcellaires entiers, livrant des centaines d'hectares de palmeraie à une désertification et à une mort inéluctable», conclut-on.
------------------------------------------------------------------------
Les palmiers menacés
Aujourd'hui le Tafilalet qui fut autrefois la plus grande région phoenicicole du Maroc, importe des dattes d'Algérie, de Tunisie ou de Syrie. Les fameuses dattes du Maroc, de réputation mondiale au 19ème siècle (Mejhoul, Boufeggous), ne représentent plus aujourd'hui qu'une portion très faible de la production locale, principalement composée de dattes de seconde et troisième catégorie le plus souvent hybrides (khalts ou Saïrs) et peu rentables. En plus de la maladie du bayoud, il existe un problème phytosanitaire dû à la présence de la pyrale.Pyrale dont l'importance dans le Tafilalet a fortement conditionné la dépréciation du produit, induisant un faible niveau de commercialisation pour la datte du Tafilalet. Enfin, sur le stock de palmiers existant, les arbres productifs ne représenteraient qu'un tiers du patrimoine sur pied. Tous les experts invitent aujourd'hui à se pencher sur le cas des palmeraies du Tafilalet. Pour eux, un plan d'urgence s'impose.
De notre correspondant,


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.