Hervé Renard démissionne    Le message d'Hervé Renard au Roi Mohammed VI    Hervé Renard «clos» son parcours avec les Lions de l'Atlas    Prison à perpétuité pour «El Chapo»    L'exemple d'une région modèle!    Fouzi Lekjaa désigné 2ème vice-président de la CAF    CAN 2021: Le Maroc face à la Mauritanie, Centrafrique et Burundi    Hamzaoui Abdelmalek sort les maîtres de l'art de l'oubli    Samir Belhaouss expose ses inspirations marocaines à l'Espace Rivages    Lectures d'été 2019    El Jadida : 5 ans de prison pour un cambrioleur de commerces    Tanger : Un jeune de 19 ans tue son rival à coup de couteau    Laâyoune : La célébration de la victoire algérienne vire au drame    Maroc-Jordanie : Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Préscolaire: Amzazi dresse le bilan    Nouveau siège de la MAP à Casablanca    Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Brèves Internationales    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Grogne à la CGEM    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Communiqué du Bureau politique du PPS    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise de l'eau dans le Tafilalet
Publié dans L'Economiste le 04 - 04 - 2007

· Crues, sécheresse, surexploitations…les principales causes
· Un plan d'urgence pour sauver les palmiers
POUR les participants au débat national sur l'eau à Erfoud, les 29 et 30 mars derniers, trois facteurs déterminants se sont conjugués depuis ces dernières décennies pour aboutir à la pénurie progressive et dramatique de la ressource hydrique que connaît aujourd'hui toute la région du Tafilalet. «Paradoxalement, le premier facteur fut la construction du barrage Hassan Addakhil, indispensable pour protéger la vallée du Ziz et la ville d'Errachidia des crues dévastatrices», indique-t-on. En effet, ce grand barrage par la captation des principaux écoulements du bassin versant amont, a limité fortement la recharge naturelle des nappes phréatiques en aval, et a conditionné les apports d'eaux au sud à travers un dispositif hydraulique favorisant fortement la perte hydrique.
Celle-ci fut évaluée à presque 50% avec une quantité amont de 118,5 millions de mètres cube (Mm3) au niveau du barrage et une arrivé en tête de périmètre à 62 Mm3.
Le second facteur concerne le cycle naturel de la sécheresse dans lequel s'inscrit toute la région depuis les années 80, avec des pics sur plusieurs années. Outre la réduction conséquente des apports pluviaux pour la recharge des nappes, c'est aussi le système du barrage qui est en cause, ne pouvant plus jouer son rôle régulateur avec des seuils situés bien en deçà des prévisions avec une moyenne décroissante depuis sa construction (en trente ans les restitutions ont toujours été inférieures à 100, avec des années 0, contre une moyenne annuelle initialement prévue à 140 Mm3).
S'ajoute à cela que le volume mobilisé est aujourd'hui bien inférieur à celui de la tranche morte du barrage (fixée à 20Mm3), et que le taux d'évaporation lui reste constant quel que soit le volume d'eau.
Le troisième facteur décisif qui a lui aussi fortement conditionné ce processus de diminution de la ressource hydrique est lié aux pratiques agricoles, qui ne se sont pas «adaptées» à la situation de pénurie et ont engagé les exploitants dans une course à l'eau d'autant plus aiguë que celle-ci commençait à manquer. De fait, le recours au pompage de la nappe fut alors massif, entretenant d'une part des systèmes d'irrigation aberrants écologiquement car fortement consommateurs d'eau avec des rendements hydriques très faibles (calculés à 40% de l'eau seulement qui profite à la culture), et pour conséquence rapide un épuisement des nappes phréatiques.
La hauteur de celles-ci encore estimée à moins de 3m il y a dix ans, atteint en moyenne les -20m dans tout le Tafilalet, avec des zones à -30, et une descente annuelle qui s'accélère aujourd'hui. Une conséquence de plus en plus visible de ce surpompage consiste en l'élévation graduelle des taux de salinité des eaux, avec des pointes à 8g/l.
Selon les experts du domaine, le Tafilalet a toujours été en milieu aride depuis qu'existent les oasis, et il a donc toujours été tributaire de faibles pluviométries. Les habitants avaient su réagir à cela en mettant en place des systèmes traditionnels performants, comme les khettaras par exemple. Il faut donc comprendre le problème actuel bien plus comme un problème d'inadaptation des pratiques modernes, que comme la résultante logique de la sécheresse. L'introduction de systèmes hydrauliques modifiant défavorablement les équilibres d'approvisionnement et d'utilisation de la ressource, et le développement d'une agriculture très peu efficiente quant à son bilan hydrique, avec des pratiques à taux élevé de gaspillage imposant des prélèvements toujours plus importants sur l'aquifère souterrain, ont précipité et amplifié les conséquences d'une sécheresse et surtout d'un climat dont l'aridité croissante semble être aujourd'hui une composante historique.
Le système d'approvisionnement en eau, autrefois tributaire des écoulements d'oueds, dont les crues, pour l'eau de surface et des puits et Khettaras pour l'eau souterraine, a fonctionné surtout lors de ces trente dernières années à partir du système des lâchers de barrage, à vocation à la fois agricole (irrigation) et écologique (recharge de la nappe). Avec la sécheresse mais aussi le manque d'entretien et l'intrusion de modes de gestions modernes, incompatibles avec le système séculaire de gestion de l'eau, bien des khettaras ne sont plus fonctionnelles (jusqu'à 60% de perte) et celles qui fonctionnent n'ont que de faibles débits (2-4 l/s).
Cette perte du système traditionnel a bien entendu aussi favorisé le développement du pompage de la nappe. Ce pompage est aujourd'hui en crise dans la plupart des oasis du sud soit par arrêt suite à la disparition de la nappe (70% des pompages concernés à Goulmima) soit avec de faibles dotations journalières (2h) et donc un faible débit. Le système traditionnel d'irrigation des oasis, avec ses canaux, séguias et autres conduites d'eau, avec ses innombrables détours et chevauchements, avec sa pratique de la submersion passive et gravitaire, favorise considérablement la perte par évaporation quand le débit devient faible, ce qui est le cas aujourd'hui dans la majorité des oasis du sud.
Dans le Tafilalet, les calculs démontrent aujourd'hui que seulement 22% du volume d'eau des lâchers profite aux cultures. «Ce gaspillage considérable a entraîné une situation de pénurie hydrique majeure, dont les conséquences immédiates pour la plupart des oasis du sud du Tafilalet (Taouz, Rissani, Erfoud, Jorf, Ferkhla, Goulmima, ...) furent l'abandon de parcellaires entiers, livrant des centaines d'hectares de palmeraie à une désertification et à une mort inéluctable», conclut-on.
------------------------------------------------------------------------
Les palmiers menacés
Aujourd'hui le Tafilalet qui fut autrefois la plus grande région phoenicicole du Maroc, importe des dattes d'Algérie, de Tunisie ou de Syrie. Les fameuses dattes du Maroc, de réputation mondiale au 19ème siècle (Mejhoul, Boufeggous), ne représentent plus aujourd'hui qu'une portion très faible de la production locale, principalement composée de dattes de seconde et troisième catégorie le plus souvent hybrides (khalts ou Saïrs) et peu rentables. En plus de la maladie du bayoud, il existe un problème phytosanitaire dû à la présence de la pyrale.Pyrale dont l'importance dans le Tafilalet a fortement conditionné la dépréciation du produit, induisant un faible niveau de commercialisation pour la datte du Tafilalet. Enfin, sur le stock de palmiers existant, les arbres productifs ne représenteraient qu'un tiers du patrimoine sur pied. Tous les experts invitent aujourd'hui à se pencher sur le cas des palmeraies du Tafilalet. Pour eux, un plan d'urgence s'impose.
De notre correspondant,


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.