Privatisations.. plusieurs schémas possibles sauf l'ONCF    OCP acquiert 20% de l'Espagnol Fertinagro    DGSN : Trois promotions exceptionnelles dont deux, post-mortem    Lydec obtient le trophée « Top Performers RSE » et intègre l'indice « Casablanca ESG 10 »    Erdogan veut punir « tous » les coupables du « meurtre sauvage » de Khashoggi    Air Malta connecte Casablanca et Malte    Retrait d'un traité nucléaire : Washington vise autant Pékin que Moscou    La Belgique nous renvoie ses terroristes    L'excès de vitesse est la cause du déraillement du train à Bouknadel    Meknès. Attijariwafa bank ouvre le centre Dar Al Moukawil    Ain Sebaâ : Suicide d'un détenu à la prison locale    Mme Bariza Khiari au Festival des Cultures Soufies : La destruction des Mausolées de Tombouctou, détruire le passé, la différence et l'humanité.    McGregor s'exprime pour la première fois et explique sa défaite    La nouvelle collection automne-hiver 2018-2019 égaie les marques d'Aksal Luxury    Mohamed Laaraj au Musée national de la Serbie    M'hamid El Ghizlane : Tinariwen à l'ouverture du Festival Taragalte    Le Maroc et l'Italie déterminés à renforcer leur coopération dans le domaine de la justice administrative
 
    8ème Conférence internationale sur l'ingénierie des modèles et des données se tiendra à Marrakech    Un magnifique sans faute de Philippe Rozier montant Cristallo ALM    5ème journée de la Botola Maroc Telecom : Le Wydad débloque son compteur    BMW rappelle 1 million de ses voitures qui présentent « un danger d'incendie »    Dialogue social : Le gouvernement cherche un compromis    Comptes d'affectation spéciale : 194,077 milliards DH de ressources réalisées en 2017    Yémen: L'ONU tire la sonnette d'alarme    «Parcours amoureux de Salé», un guide pour revisiter Salé avec Rita Aouad    Botola: Enfin une journée complète!    (Vidéo) Meurtre de Khashoggi.. Erdogan sort l'artillerie    Fake news. Un observatoire voit le jour    Kamal Lahlou: participation «très honorable»    Parlement – PLF 2019, les pour et les contre    Edito : Mobilisation générale    Le ministère lance une plateforme dédiée aux MRE    Télémédecine. Lancement officiel au Maroc    La place de la Femme dans le soufisme débattue à Fès    Le Paraguay réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    News    18 morts dans un accident de train au Taïwan    Des chercheurs ont compté le nombre de joints dans les clips de rap    Insolite : Alliance retrouvée    Divers    Lopetegui tremble avant une semaine infernale    Malgré procès et scandales, l'argent reste tabou dans le sport universitaire américain    200 migrants irréguliers entrent en force à Mellilia    Driss Lachguar au Colloque international sur «La reconsidération du modèle de développement à la lumière des évolutions que connaît le Maroc»    Les opérateurs chinois satisfaits du climat des affaires au Maroc    Les influences africaines sur les travaux des artistes peintres occidentaux    "Halloween" en tête du box-office nord-américain    Les "tests de virginité" dans le viseur de l'ONU    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le projet de Mounir Majidi pour le Fus
Publié dans L'Economiste le 11 - 03 - 2008


· L'effort sera concentré sur la formation
· D'abord verrouiller le business-plan
Mohamed Mounir Majidi est depuis peu président du Fath union sportive (Fus) de Rabat. Le secrétaire particulier du Souverain, qui s'est entouré d'une équipe de managers de premier plan, a conçu un projet de développement ambitieux pour assurer au Club des ressources pérennes.
- L'Economiste : Avec votre projet pour le Fus, nous assistons à une nouvelle génération de clubs. Mais comment allez-vous dépasser les différentes contraintes juridiques et économiques?
- Mohamed Mounir Majidi: C'est vrai que nous sommes face à plusieurs contraintes. Nous avons essayé de commencer à nous attacher à l'économique. Mais, d'autres contraintes juridiques persistent puisque le statut de l'association à but sportif comme on le voit ailleurs n'existe pas.
La fiscalité sportive n'est pas adaptée. Quand j'ai démarré dans la vie professionnelle, j'avais un patron qui avait une expression selon laquelle, il fallait, de temps en temps, lâcher le tigre et le laisser cavaler. Ceux qui ne courent pas vite se feront manger et les autres arriveront à se débrouiller. Si nous devons attendre de mettre en place le cadre juridique, la fiscalité, le financement, les infrastructures, cela ne viendra jamais. Par moments, il faut savoir plonger. Aujourd'hui, nous sommes en train de penser à des solutions pour le volet économique. Par la suite, nous serons confrontés aux problèmes juridiques, fiscaux,... tout cela sera traité avec notre environnement pour trouver les meilleures solutions.
- Est-ce que le projet s'inscrit dans une stratégie nationale?
- Sincèrement, je n'ai de leçons à donner à personne. Et donc, il n'y a pas de stratégie nationale. C'est un projet pour le Fus, sur lequel je travaille pour que le club devienne un modèle, avec une gestion moderne, des ressources pérennes, des infrastructures valables et un encadrement de qualité. Le Fus aura une pépinière de premier choix. Donc la majorité des efforts sera concentrée sur la formation. Et le Maroc dispose de jeunes talents d'exception qui ne sont malheureusement pas suffisamment bien formatés. Maintenant, si cette expérience réussit et d'autres s'en inspirent, c'est tant mieux. Mais, mon objectif n'est pas de donner des leçons.
- Y a-t-il un calendrier de réalisation du projet?
- Pas du tout. Nous sommes un peu débordés par les évènements. Ce qui a été exposé lors de la conférence est un projet qu'il faut affiner et préciser. Par la suite, il s'agira de mettre en place un business plan et veiller à ce qu'il soit bien exécuté.
- On vous connaît comme secrétaire particulier du Souverain. Quelle est votre relation avec le football?
- Elle est la même que les 30 millions de Marocains qui sont épris de football. J'ai toujours été passionné par ce sport et j'ai toujours suivi les équipes marocaines dans leurs épopées africaines, notamment le Wac, le Raja ou les Far par exemple. Comme la plupart des Marocains, je me suis toujours désolé des déceptions vécues lors de certaines trajectoires de l'équipe nationale. Aujourd'hui, l'opportunité m'est donnée d'apporter mon grain de sel dans ce domaine. Je le fais du mieux possible. Mais pour réussir, on n'a pas besoin d'être un expert de football ou d'athlétisme. Il faut juste avoir des notions gestion, beaucoup de volonté et de la bonne foi.
------------------------------------------------------------------------
Deux SA pour le Fus
Mohamed Mounir Majidi veut moderniser le Fus de Rabat en lui donnant les moyens de se restructurer pour avoir des ressources pérennes. Pour cela, il était face à deux options. «La première consiste à demander à la ville ou à l'Etat de donner de l'argent pour la mise à niveau du Club. Dès le départ, l'idée a été écartée, sachant qu'ils avaient d'autres priorités. Notre requête devait rester lettre morte», rappelle- t-il. Pour lui, la deuxième option ne coûte rien à l'Etat ni à la ville. Le terrain est une propriété du Fus, via un bail emphytéotique depuis un demi-siècle. « Nous demandons la régularisation du statut foncier du terrain pour trouver des solutions au développement du Fus », souligne le président du Club. Il est à noter que la mise à niveau du Club a nécessité la création de Fus gestion et Fus développement, deux sociétés anonymes. La première aura pour objectif de gérer les infrastructures du club civil de Rabat. La deuxième servira à mobiliser les ressources pour que le Fus puisse détenir un patrimoine qu'il faudra fructifier.
Propos recueillis par Mohamed CHAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.