Agadir: Lancement des travaux du 4ème congrès international de l'arganier    Mugabe pourrait être destitué durant les deux prochains jours    L'Office des changes déclare hors la loi les usagers des Bitcoins    Le Roi Mohammed VI demande plus d'encadrement pour les actions associatives    L'Allemagne en crise tente d'éviter des élections anticipées    Il fait l'actu : Ahmed Ghazali, nouveau président de la FNAM    Bousculade d'Essaouira : Le Roi Mohamed VI ordonne un encadrement juridique des appels à la générosité publique    Pour Lekjaa, le Maroc a les moyens de son ambition en Russie    Packtory ajoute Safilait à son portefeuille    Bousculade d'Essaouira : nouvelles instructions royales    Le guide d'achat d'un SUV    Projection «Justice League» au Imax Morocco Mall    Présentation du catalogue raisonné de Mohamed Kacimi à Rabat    Le Maroc participe au projet «La mémoire du monde arabe»    Sherine jugée le 23 décembre    Un tiers des Marocains n'a pas accès à des toilettes décentes    Un tramway déraille à Casablanca    L'économie solidaire contribue à hauteur de 2% au PIB    CHAN2018, Avantage au Maroc    Bâtiment : Sadet et le groupe chinois OVM signent un accord    Tourisme sportif : Un marché en plein essor    Le Maroc appelle à épargner la région arabe de davantage de guerres    Morocco Awards 2017 : La Banque Populaire doublement primée    A l'occasion de l'ouverture de l'Université d'automne de la jeunesse socialiste à Asilah    Tanger : Arrestation d'un individu pour vols qualifiés et meurtre avec préméditation    Cérémonie commémorative à la mémoire de Feu Abdelkrim Ghallab    Noureddine Modiane, lors de la discussion du PLF 2018 à la Chambre des Représentants :    «Opération Al Wassit» : Restitution des résultats    Casablanca : Arrestation à l'aéroport d'un ressortissant d'un pays arabe en possession de 1,365 kg de cocaïne    Maguy Kakon livre les recettes savoureuses de l'art culinaire juif    Instances élues : Une proposition de loi pour interdire la multitude des allocations    Le Raja s'adjuge la 60e édition    Parlement : Quatre nouveaux sièges déclarés    LES DEPUTEES MAROCAINES IGNORENT-ELLES LEURS MISSIONS LEGISLATIVES?    Le cinéma, cet art majestueux aux milles effets magiques    Benatiq : La politique nationale d'immigration couronne les engagements internationaux du Maroc    l'Ittihad de Tanger se sépare de son entraîneur Badou Zaki    Premier League : Les Reds convoitent Romain Saiss    L'ESTG de Guelmim, un établissement ancré dans la dynamique de développement    La cigarette bientôt interdite dans les films français    Insolite : La Lamborghini du pape    La démocratie pour éviter le pire !    Saad Hariri va rentrer à Beyrouth pour clarifier sa position    Premier League Manchester City en altitude, Tottenham tombe, United en fête    Liga : Atletico et Real se neutralisent, le Barça s'échappe    Plaidoyer pour un diagnostic précoce de la surdité chez les enfants    "La Nuit des Galeries" Des toiles de jeunes plasticiens sous les feux des projecteurs à Marrakech    Le groupe AC/DC perd son cofondateur Malcolm Young    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamid Chabat, le syndicaliste devenu politicien
Publié dans L'Economiste le 06 - 02 - 2009


· Il veut rempiler pour un 2e mandat à Fès
Fougueux, certes. Coléreux, non. C'est que l'on reconnaît à l'ouvrier, devenu très jeune, représentant des salariés, un sens inné de la répartie. Il a, dit-on, toujours le mot pour «démonter ses adversaires» tout en restant correct dans ses propos. Mais, Hamid Chabat n'est pas homme à se contenter du seul militantisme syndical. Il a d'autres ambitions, somme toute, légitimes. Il devient très vite membre actif du Comité exécutif de l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM). La politique l'attire et le tente. Il gravit les échelles et siège désormais dans la citadelle du Bureau exécutif du Parti de l'Istiqlal.
Mais cela reste encore très peu pour le dynamique syndicaliste, arrêté et jeté en prison à plusieurs reprises. Il tente le coup et se fait élire président du Conseil de la ville de Fès. Une responsabilité et une ascension à la dimension des ambitions de Chabat. Très grandes donc. Il va réussir là où ses prédécesseurs ont échoué: donner à Fès un visage digne d'une capitale spirituelle. Cela lui a coûté des amitiés et fait apparaître des ennemis. PJD en tête. Lahcen Daoudi ne disait-il pas que son parti allait «déchabatiser» Fès? Mais cela n'a pas empêché Chabat et son parti de décrocher deux sièges à la Chambre des représentants au grand dam du PJD.
Chantiers, Cour des comptes et parti
Maîtrisant parfaitement ses dossiers et ses chantiers, le président du Conseil de la ville a su convaincre dernièrement la Cour des comptes qui avait relevé 149 «irrégularités». Il s'est expliqué une première fois et puis une deuxième jusqu'à ce que la Cour retirent toutes ses remarques.
Depuis le 31 janvier dernier, Hamid Chabat préside désormais aux destinées de l'UGTM. Une élection qui s'est déroulée, contrairement à ce que l'on s'attendait, sans heurts. Surtout après l'éviction le 4 décembre 2007 de l'ex-secrétaire général, Mohamed Benjeloun Al Andaloussi. Eviction dont a été «accusé», à tort ou à raison, Hamid Chabat. Ce dernier s'était défendu d'être derrière le «coup d'Etat» fomenté contre Al Andaloussi rappelant par la même occasion que c'est lui qui a été derrière l'élection, le 29 janvier 2006, de Benjeloun Al Andaloussi à la tête de la centrale syndicale. Après bien sûr la «déposition» d'Abderrazak Afilal.
A la tête de l'UGTM, Chabat veut faire de la centrale un syndicat modèle. Il a promis restructuration et réorganisation de l'organisation. Il veut aussi aller à la rencontre du patronat et remplir jusqu'au bout son rôle de syndicaliste vis-à-vis du gouvernement dirigé par Abbas El Fassi, lui-même secrétaire général du Parti de l'Istiqlal. A ce propos, Chabat ne prétendrait-il pas à ce poste que El Fassi ne pourra plus occuper dans quatre ans? Légitimement, il en a le droit. Seulement, il devra à ce moment abandonner celui de secrétaire général du syndicat! Le politique l'emportera-t-il sur le syndicaliste?
En attendant, Hamid Chabat ne cache pas qu'il compte rempiler pour un autre mandat à la tête du Conseil de la ville de Fès. Il affirme à qui veut l'entendre qu'il a commencé sa campagne électorale dès que les résultats du scrutin de septembre 2003 ont été proclamés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.