Un danois faisant l'objet d'un avis de recherche international arrêté à Marrakech    Innovation: Le Maroc force d'inspiration pour les pays africains    Interdit en Turquie, Wikipedia porte plainte pour lever le blocage    CAN 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Ksar El Kebir : Un jeune homme tue son voisin et prend la fuite    Gestion des plaintes. L'Etat tente d'être plus réactif    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    Protection du patrimoine culturel : La tutelle se penche sur un nouveau projet de loi    La Semaine du film arabe des droits de l'Homme à Rabat    ONSSA : Retrait de 143 tonnes de produits impropres à la consommation    Brexit : Theresa May repousse le vote sur son projet de loi    Huawei en passe de mettre au point son propre système d'exploitation    Raja de Casablanca : Fabrice Ngoma s'engage pour une durée de 3 ans    Youssef Chippo, un Lion d'une longue carrière    2002: Les Lions de l'Atlas toujours éliminés au premier tour    Argentine: L'ancienne présidente devant les juges…    L'Arabie Saoudite prévoit l'exécution de trois importants prédicateurs    Personnes en situation de handicap. Un nouvel avis du Conseil supérieur de l'éducation    La CGEM veut assurer les arrières du secteur privé    Lipper Fund Awards : Valoris Management distinguée pour la 8ème fois    Les six mois qui vont changer la face de l'UE    La journée internationale de la biodiversité célébrée mercredi à Rabat : Pour l'appropriation de la biodiversité par les citoyens    Le secret du Progrès!    Qatar 2022. La Fifa renonce au schéma à 48    Constats chocs du PDG de la RAM    Première année du baccalauréat : Les dates chamboulées    Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes    Crise de transparence    Hervé Renard dévoile bientôt la présélection des Lions    Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Bilan gouvernemental, les parlementaires partagés    « Darkweb »: Un réseau international de pédophiles tombe    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Atlantique Assurances se lance dans le coton    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bourse. Le marché en attente de la LF 2019
Publié dans Les ECO le 09 - 10 - 2018

Selon les analystes du Crédit du Maroc Capital, la tendance du marché au quatrième trimestre de cette année devrait se faire en fonction des dispositions de la Loi de finances 2019. Sachant que le marché s'est placé sur une trajectoire baissière depuis le début d'année marquée par des performances en berne des sociétés cotées et d'une situation macroéconomique peu favorable.
Les investisseurs semblent bouder le marché boursier. La léthargie entamée en ce début d'année persiste. Le Masi affiche une contreperformance annuelle de -9,67% (au terme de la séance du 08/10/2018). Après un premier semestre 2018 négatif, couronné, notamment, par une perte annuelle de - 4,12%, l'indice de toutes les valeurs ne parvient pas à se détacher de sa trajectoire baissière et clôture le troisième trimestre dans le rouge. La torpeur de la place boursière casablancaise durant le troisième émane, principalement, des contre-performances signées par un nombre, non négligeable, de Blue-chips, à l'image d'Addoha (-16,71%), Ciments du Maroc (-14,89%), BMCE Bank (-8,21%), Wafa Assurance (-7,21%) et Cosumar (-5,55%). Ces cinq valeurs ont contribué, à hauteur de -1,66%, dans la perte du MASI durant ces trois derniers mois.
L'absence des investisseurs sur le marché s'est fait également ressentir au niveau des échanges. Le volume transactionnel quotidien moyen s'est limité, en effet, à 87,03 MDH durant ce troisième trimestre contre 175,57 MDH au deuxième trimestre 2018 ou encore 137,7 MDH en glissement annuel. La capitalisation globale du marché a également perdu en substance en une seule année. Elle passe ainsi de 615 MMDH à fin septembre 2017 à 578,7 MMDH actuellement, soit un repli de 6%. Cette tendance à la baisse trouve son origine dans la conjonction de plusieurs événements, dont la détérioration de la masse bénéficiaire des sociétés cotées de -5,3% à 15,3 MMDH au titre du premier semestre 2018. La croissance en berne et un contexte social tendu ont eu raison des bénéfices de plusieurs entreprises. Certaines ont même dû revoir leurs résultats semestriels à la baisse (entre autres Centrale Danone, Les Eaux minérales de Oulmès, SMI, AFMA, Colorado et Wafa Assurance).
Sur le plan macroéconomique, le maintien du taux directeur à 2,25% par le Conseil de Bank Al-Maghrib suite à une prévision d'inflation en ligne avec l'objectif de stabilité des prix, maintient les investisseurs en alerte. Ces derniers surveillent également l'évolution de la demande en ciment, sachant que la consommation du ciment a accusé à fin août un repli de - 4,86% À la lumière de ce qui précède, les analystes de Crédit du Maroc Capital estiment que l'évolution de la Bourse de Casablanca durant le quatrième trimestre 2018 devrait se dessiner en fonction, notamment, des orientations exprimées par le nouveau gouvernement dans le cadre de la Loi de finances 2019. En effet, le marché casablancais reste en attente d'une volonté politique à même de l'inscrire dans une croissance solide et pérenne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.