Clôture à Marrakech de la 12ème édition de la World Policy Conference    Cinq ans pour réussir la transformation radicale de l'école    Chasse dans l'Oriental: Le contrôle se muscle    Un Monde Fou    Dialogue social : El Otmani rencontre syndicats et employeurs    Essoufflement de la croissance de la région MENA en 2019    La Bourse de Casablanca affiche une performance hebdomadaire en baisse    Etat des lieux de l'entrepreneuriat au Maroc    TGR : Le déficit budgétaire s'est creusé à 32,3 MMDH en septembre    Raz de marée annoncé pour le juriste Kais Saied    Un accord possible sur le Brexit dans la dernière ligne droite    Il fait l'actu : Kaiss Saïed, nouveau président de la Tunisie    Allemagne et Pays-Bas entrevoient l'Euro    Neymar de nouveau blessé    Le Gabon, ultime test pour le Onze national avant l'entame des éliminatoires de la CAN    Salaheddine Mezouar jette l'éponge    Au grand dam des demandeurs d'asile marocains, le Maroc est un pays sûr    Nouveau modèle de développement et confiance    Madrid s'attaque à ses perruches invasives    Les plus gros bad buzz des stars du football    Une journée sans voiture : L'idée est louable mais la manière n'y était pas vraiment    Insolite : Promesse ministérielle    Les trophées "Export bio Maroc 2019" décernées à sept entreprises    El Jadida à l'heure de son 2ème Salon du dessin et de l'estampe    La Biennale internationale de Rabat a déjà accueilli plus de 50 000 visiteurs    Arab Reading Challenge: La Marocaine Fatima Zahra Akhiar passe en finale    Outsourcia s'offre le français Simplify    Le 3e Salon maghrébin du livre fait la part belle aux enfants    Elle devrait s'accélérer, selon la Banque mondiale : Une croissance économique de 3,3% en 2020-2021    FRMF: Tout savoir sur les billets du match Maroc-Algérie locaux    TIBU Maroc présente la 1ère promotion de «Intilaqa»    Yemoh & The Minority Globe lance «Welcome to Africa» le 25 octobre    Suite à une réunion avec la tutelle : Les transporteurs routiers de marchandises annulent leur grève    Les violations des droits humains à Tindouf mises à nu    Ligue des champions de la CAF : Le WAC gagnera par forfait contre l'USMA    Brexit: Un accord « possible » dans la dernière ligne droite, selon Dublin    Moga Festival. L'électro métissé d'Essaouira !    Le Maroc tenu en échec par la Libye en attendant le Gabon ce mardi    À Hong Kong, la violence des radicaux n'entame pas l'unité du mouvement    Joie dans les rues de Quito pour célébrer la fin de la crise    Ouverture de la première session de la 4e année législative    Al Hoceima-CGI, un démenti en toute diligence    Paul Kagame : « Le développement de l'Afrique relève de la responsabilité des Africains »    Le Maroc remporte à Abu Dhabi le Championnat arabe du muay-thaï    Fès : Trois individus arrêtés en flagrant délit de possession de plus de 2 t de chira    Vidéo. Marrakech : L'accident enregistré par une caméra de surveillance    WPC de Marrakech : La ‘‘Route de la Soie'', entre alarmistes et réalistes    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bourse. Le marché en attente de la LF 2019
Publié dans Les ECO le 09 - 10 - 2018

Selon les analystes du Crédit du Maroc Capital, la tendance du marché au quatrième trimestre de cette année devrait se faire en fonction des dispositions de la Loi de finances 2019. Sachant que le marché s'est placé sur une trajectoire baissière depuis le début d'année marquée par des performances en berne des sociétés cotées et d'une situation macroéconomique peu favorable.
Les investisseurs semblent bouder le marché boursier. La léthargie entamée en ce début d'année persiste. Le Masi affiche une contreperformance annuelle de -9,67% (au terme de la séance du 08/10/2018). Après un premier semestre 2018 négatif, couronné, notamment, par une perte annuelle de - 4,12%, l'indice de toutes les valeurs ne parvient pas à se détacher de sa trajectoire baissière et clôture le troisième trimestre dans le rouge. La torpeur de la place boursière casablancaise durant le troisième émane, principalement, des contre-performances signées par un nombre, non négligeable, de Blue-chips, à l'image d'Addoha (-16,71%), Ciments du Maroc (-14,89%), BMCE Bank (-8,21%), Wafa Assurance (-7,21%) et Cosumar (-5,55%). Ces cinq valeurs ont contribué, à hauteur de -1,66%, dans la perte du MASI durant ces trois derniers mois.
L'absence des investisseurs sur le marché s'est fait également ressentir au niveau des échanges. Le volume transactionnel quotidien moyen s'est limité, en effet, à 87,03 MDH durant ce troisième trimestre contre 175,57 MDH au deuxième trimestre 2018 ou encore 137,7 MDH en glissement annuel. La capitalisation globale du marché a également perdu en substance en une seule année. Elle passe ainsi de 615 MMDH à fin septembre 2017 à 578,7 MMDH actuellement, soit un repli de 6%. Cette tendance à la baisse trouve son origine dans la conjonction de plusieurs événements, dont la détérioration de la masse bénéficiaire des sociétés cotées de -5,3% à 15,3 MMDH au titre du premier semestre 2018. La croissance en berne et un contexte social tendu ont eu raison des bénéfices de plusieurs entreprises. Certaines ont même dû revoir leurs résultats semestriels à la baisse (entre autres Centrale Danone, Les Eaux minérales de Oulmès, SMI, AFMA, Colorado et Wafa Assurance).
Sur le plan macroéconomique, le maintien du taux directeur à 2,25% par le Conseil de Bank Al-Maghrib suite à une prévision d'inflation en ligne avec l'objectif de stabilité des prix, maintient les investisseurs en alerte. Ces derniers surveillent également l'évolution de la demande en ciment, sachant que la consommation du ciment a accusé à fin août un repli de - 4,86% À la lumière de ce qui précède, les analystes de Crédit du Maroc Capital estiment que l'évolution de la Bourse de Casablanca durant le quatrième trimestre 2018 devrait se dessiner en fonction, notamment, des orientations exprimées par le nouveau gouvernement dans le cadre de la Loi de finances 2019. En effet, le marché casablancais reste en attente d'une volonté politique à même de l'inscrire dans une croissance solide et pérenne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.