La terrible blessure de Lionel Messi avant le classico (Vidéo)    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    Rabat : Le Conseil de la ville toujours en mode "Stand-by"    Une nouvelle tragédie sur l'autoroute de Casablanca    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Espace : Une expédition scientifique en route vers Mercure    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    Assassinat de Khashoggi : L'aveu complet du Riyad    Les réformes de la justice au Maroc saluées par une commission européenne    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    La Russie se félicite de son bilan d'intervention    4ème Commission de l'ONU : Une victoire diplomatique certaine pour le Maroc    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Comment sortir de la malédiction de l'Oukaimeden!    Un Monde Fou    Théâtre: Quand les femmes font comme les hommes    Les Lionnes de l'Atlas l'emportent face à l'Algérie    Prix Katara du roman arabe 2018 : deux critiques marocains distingués    Filière équine : Le Plan décennal 2011-2020 de la Sorec tient ses promesses    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Désillisions    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Premier League : Une manche show    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Hicham El Mansour ou "la vue fauviste la plus parfaite jamais réalisée pour Tanger"    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Fouad Laroui présente à Paris son nouveau livre «Dieu, les mathématiques, la folie»    Brexit : La question irlandaise peut faire échouer l'accord, souligne Michel Barnier    Khashoggi : Des employés du consulat témoignent, une crise en vue entre Ryad et ses alliés    Ouverture mercredi du pont géant reliant Hong Kong à la Chine continentale    La réforme des soins de santé primaires va bon train    Man City-Messi. "La pulga" fidèle au FCB à tout prix    Les députés du PPS demandent une réunion d'urgence    Arrestation de deux individus impliqués dans une affaire de viol ayant entraîné la mort, détails !    Sahara marocain: Le processus politique conforté sur la voie onusienne    Mobilisation des terres collectives. La mise en œuvre pour 2019    Le PIB agricole a grimpé de 60% en 10 ans    Plus de 15 millions de cartes bancaires en circulation    L'Institut français d'Oujda déménage    Divers    Au moins 18 morts dans une fusillade en Crimée    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Textile et tourisme, parents pauvres du marché halal
Publié dans Libération le 22 - 09 - 2018

Quel potentiel le marché des produits halal représente-t-il (réellement) pour le Maroc ? C'est à cette question et d'autres relatives à ce marché que les participants ont tenté de répondre lors d'une conférence-débat tenue récemment à Casablanca.
Organisée à l'initiative de la Chambre de commerce britannique au Maroc «Britcham», sur le thème «Le marché des produits halal : quel potentiel pour le
Maroc ?», cette rencontre a permis de dresser l'état des lieux du marché halal marocain et d'apprécier à sa juste valeur son potentiel dans un marché international en plein essor.
Comme l'a rappelé, d'emblée, le représentant et chef de la division Agrobusiness au ministère de l'Agriculture et de la Pêche maritime du Maroc, Abdellatif Abbadi, le potentiel du marché halal mondial est estimé à plus de 2000 milliards de dollars.
C'est dire qu'il y en a suffisamment pour que le Maroc en tire également profit, d'autant plus que les conditions propices à l'éclosion d'entreprises désireuses d'opérer dans ce marché ont été améliorées.
Ainsi comme le souligne la MAP, le Royaume a pris plusieurs mesures visant à diversifier l'offre marocaine et améliorer la qualité des produits halal, procédant notamment à la mise en place d'un contrat-programme pour accompagner les entreprises exportatrices et de normes de la certification halal.
En dépit de ces améliorations, il est à souligner que l'exportation de produits halal ne s'effectue pour l'instant qu'à une petite échelle. En effet, pour l'heure, seules 120 entreprises nationales dont la plupart exportent des produits agroalimentaires et cosmétiques notamment en Asie et en Europe ont été labellisées halal par l'Institut marocain de normalisation (Imanor).
Ce chiffre pourrait évidemment passer à 200 voire 300 entreprises exportatrices à condition d'intensifier la sensibilisation notamment auprès des TPE, a estimé le directeur de cette institution spécialisée, Abderrahim Taïbi. Ce qui serait plutôt une bonne chose dans la mesure où, a-t-il affirmé, les produits halal made in morocco connaissent un véritable succès dans les pays musulmans et ceux où vit une forte communauté musulmane.
L'une des solutions préconisées par les autorités et les acteurs du halal pour élever la cadence consisterait en la création d'une filière du halal, ont soutenu les participants à cette conférence-débat
C'est en tout cas ce qu'a soutenu mordicus le président du Club Halal Export de l'ASMEX (Association marocaine des exportateurs), Adnane El Gueddari, qui a jugé nécessaire que les acteurs étatiques et bancaires ainsi que les entreprises privées mettent en commun leurs expertises afin de dénicher de nouvelles opportunités.
L'intervention de ce dernier a aussi permis de se rendre compte que le textile et le tourisme, deux secteurs importants au Maroc, demeurent les parents pauvres du marché halal au Maroc.
L'idée de créer une filière du halal n'a pas laissé indifférent le Groupe Crédit Agricole du Maroc notamment son directeur du domaine vert, El Mostafa Chehhar, qui a assuré l'assistance de la disponibilité de l'établissement bancaire à étudier cette question.
Soulignons qu'au cours de son exposé, il a aussi attiré l'attention des participants sur le support actif que la banque propose à ses clients à travers son Club Agro Maroc Trade (CAM TRADE).
A noter que lors de cette rencontre, les participants ont également pu s'enquérir du modèle britannique du marché halal dont le Maroc pourrait bien s'inspirer à bien des égards. Et pour cause, comme l'a souligné le directeur général de la Halal Food Authority (Royaume-Uni), Mohammed Saqib, la Grande-Bretagne figure parmi les leaders mondiaux de ce marché.
C'est dire aussi l'importance pour les entreprises marocaines de décrocher un certificat halal britannique, considéré comme un gage d'« assurance de reconnaissance à l'échelle internationale ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.