20 février    Al Omrane: Un marché de 90 millions de DH à Conakry    L'ODT appelle à une grève générale    Seconde édition de l'International 7 Cup    Karl Lagerfeld: Le génie à l'éventail tire sa révérence    Clôture du SIEL: Retour à la case départ    LaLiga Educa lancée au Maroc    Les Gnaouas candidatent à l'Unesco !    Lecheheb : Le Maroc poursuit ses efforts incessants pour défendre Al-Qods Acharif    Vidéo – Les supporters du Zénith réservent un accueil impressionnant à ses joueurs    Algérie : Le candidat Bouteflika se rendra à Genève pour un séjour médical    Championnats arabes des clubs champions de judo à Marrakech    Interview – La Transe Poétique by Aziz Sahmaoui    Cinq matchs à huis clos et 85.000 DH d'amende pour le MCO    Divers Economie    L'entrepreneuriat féminin, un facteur de développement au Maroc et à Grenade    L'OCP installe son dispositif d'accompagnement des agriculteurs de Mohammedia    Marché de travail marocain : Plus de 59% de salariés sans contrat, selon le HCP    La Juve coule et City s'arrache    Guardiola : Je suis un fan de la VAR    MCO-RSB dans un stade flambant neuf    Le général pakistanais Zia Ur Rehman nommé à la tête de la MINURSO    Pour mieux cerner l'ampleur de l'hépatite B et C, une première enquête de séroprévalence bientôt au Maroc    Divers    Plus de refoulement à chaud des mineurs non accompagnés : Madrid recadré par l'ONU    Casablanca : Une domestique de 13 ans torturée, la DGSN réagit    Routes coupées pour protester contre le procès des indépendantistes catalans    Dans le changement climatique, il n'y a pas que les ouragans qui coûtent cher    Le Venezuela exprime sa reconnaissance au Maroc    Plus de 2.500 enfants de 30 pays entassés dans trois camps en Syrie    "Taxi Bied'' de Moncef Malzi en avant-première à Casablanca    Triplé d'Ariana Grande au sommet des ventes, première depuis les Beatles    "L'art Gnaoua" candidat pour être inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO    Daesh : Une Britannique apatride après avoir été déchue de sa nationalité    France : La grippe hivernale fait 2.800 morts    Libre cours    Renault Maroc : Le Groupe nomme un nouveau Directeur Général Commerce    Partenariat GBM et le Maroc 2019-2024    Tanger-Med : Saisie d'importantes sommes d'argent en devise et d'appareils électroniques    «Ceinture bleue»: soutien africain et européen à l'initiative du Maroc    L'Atlético de Madrid fait perdre à la Juventus plus de 9 % en bourse    Trump menace les militaires qui soutiennent Maduro…    "Apatride" de Narjiss Nejjar enfin en salles    Sécurité routière. L'incivisme a la peau dure    Munich – Un parfum de campagne électorale    Stratégie Halieutis. Le verre à moitié plein !    Edito : Rattraper le retard    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Textile et tourisme, parents pauvres du marché halal
Publié dans Libération le 22 - 09 - 2018

Quel potentiel le marché des produits halal représente-t-il (réellement) pour le Maroc ? C'est à cette question et d'autres relatives à ce marché que les participants ont tenté de répondre lors d'une conférence-débat tenue récemment à Casablanca.
Organisée à l'initiative de la Chambre de commerce britannique au Maroc «Britcham», sur le thème «Le marché des produits halal : quel potentiel pour le
Maroc ?», cette rencontre a permis de dresser l'état des lieux du marché halal marocain et d'apprécier à sa juste valeur son potentiel dans un marché international en plein essor.
Comme l'a rappelé, d'emblée, le représentant et chef de la division Agrobusiness au ministère de l'Agriculture et de la Pêche maritime du Maroc, Abdellatif Abbadi, le potentiel du marché halal mondial est estimé à plus de 2000 milliards de dollars.
C'est dire qu'il y en a suffisamment pour que le Maroc en tire également profit, d'autant plus que les conditions propices à l'éclosion d'entreprises désireuses d'opérer dans ce marché ont été améliorées.
Ainsi comme le souligne la MAP, le Royaume a pris plusieurs mesures visant à diversifier l'offre marocaine et améliorer la qualité des produits halal, procédant notamment à la mise en place d'un contrat-programme pour accompagner les entreprises exportatrices et de normes de la certification halal.
En dépit de ces améliorations, il est à souligner que l'exportation de produits halal ne s'effectue pour l'instant qu'à une petite échelle. En effet, pour l'heure, seules 120 entreprises nationales dont la plupart exportent des produits agroalimentaires et cosmétiques notamment en Asie et en Europe ont été labellisées halal par l'Institut marocain de normalisation (Imanor).
Ce chiffre pourrait évidemment passer à 200 voire 300 entreprises exportatrices à condition d'intensifier la sensibilisation notamment auprès des TPE, a estimé le directeur de cette institution spécialisée, Abderrahim Taïbi. Ce qui serait plutôt une bonne chose dans la mesure où, a-t-il affirmé, les produits halal made in morocco connaissent un véritable succès dans les pays musulmans et ceux où vit une forte communauté musulmane.
L'une des solutions préconisées par les autorités et les acteurs du halal pour élever la cadence consisterait en la création d'une filière du halal, ont soutenu les participants à cette conférence-débat
C'est en tout cas ce qu'a soutenu mordicus le président du Club Halal Export de l'ASMEX (Association marocaine des exportateurs), Adnane El Gueddari, qui a jugé nécessaire que les acteurs étatiques et bancaires ainsi que les entreprises privées mettent en commun leurs expertises afin de dénicher de nouvelles opportunités.
L'intervention de ce dernier a aussi permis de se rendre compte que le textile et le tourisme, deux secteurs importants au Maroc, demeurent les parents pauvres du marché halal au Maroc.
L'idée de créer une filière du halal n'a pas laissé indifférent le Groupe Crédit Agricole du Maroc notamment son directeur du domaine vert, El Mostafa Chehhar, qui a assuré l'assistance de la disponibilité de l'établissement bancaire à étudier cette question.
Soulignons qu'au cours de son exposé, il a aussi attiré l'attention des participants sur le support actif que la banque propose à ses clients à travers son Club Agro Maroc Trade (CAM TRADE).
A noter que lors de cette rencontre, les participants ont également pu s'enquérir du modèle britannique du marché halal dont le Maroc pourrait bien s'inspirer à bien des égards. Et pour cause, comme l'a souligné le directeur général de la Halal Food Authority (Royaume-Uni), Mohammed Saqib, la Grande-Bretagne figure parmi les leaders mondiaux de ce marché.
C'est dire aussi l'importance pour les entreprises marocaines de décrocher un certificat halal britannique, considéré comme un gage d'« assurance de reconnaissance à l'échelle internationale ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.