Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Federer estime que « les athlètes ont besoin d'une décision » sur la tenue des JO    Newcastle-Manchester City : un match fou (VIDEO)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    L'artiste marocain Hammadi Ammor n'est plus    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    CNOM : "Génétique et sport : l'impact de l'hérédité sur la performance sportive"    MCA-WAC (1-1) : Le Wydad victime de la VAR, de l'arbitre et de la CAF    Le roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à Gaza et en Cisjordanie    Hirak: Les Algériens dans la rue malgré la répression    Manifestation à Casablanca après la prière du vendredi en solidarité avec la Palestine    Affaire Ghali : la plainte du Club des avocats transmise au parquet de l'Audiencia Nacional    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Maroc/Covid-19: le bilan de ce vendredi 14 mai    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Afghanistan : attentat dans une mosquée près de Kaboul    Agadir : interpellation d'un individu pour publication d'un contenu violent    La crise des réfugiés rohingyas «ne doit pas tomber dans l'oubli», selon le HCR    La COP26 se tiendra en présentiel à Glasgow (président)    En vertu d'arrêtés conjoints publiés au BO, des sociétés étrangères autorisées à créer des fermes aquacoles à Dakhla    Maroc : Le CESE préconise une nouvelle organisation du souk hebdomadaire    Un séparatiste du «Polisario» lance un appel au meurtre visant des policiers marocains    Changement d'heure: voici quand le Maroc va repasser à GMT+1    Affaire Brahim Ghali : le silence du gouvernement espagnol est «contre-productif»    L'antitrust italien inflige une amende de 102 millions d'euros à Google    Santé connectée: A consommer avec modération !    Transport maritime: programmation d'une liaison spéciale entre Tanger et Algésiras    Covid-19 : l'OMS appelle à renoncer à vacciner les enfants pour donner les doses aux pays défavorisés    Podcast: Punk, en toute transparence    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Japon : l'état d'urgence élargi face à la pandémie    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    Météo Maroc: temps assez stable sur une majeure partie du pays ce vendredi    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'armée birmane hausse le ton contre l'ONU
Publié dans Libération le 25 - 09 - 2018

L'ONU "n'a pas le droit d'interférer" dans les affaires birmanes, a affirmé lundi le chef de l'armée Min Aung Hlaing, que les Nations unies souhaitent voir poursuivre pour le "génocide" des musulmans rohingyas.
L'homme le plus puissant de Birmanie réagissait pour la première fois à un rapport cinglant d'une mission d'enquête de l'ONU, publié la semaine dernière, qui accuse également les militaires birmans de "crimes contre l'humanité" et de "crimes de guerre".
"Aucun pays, aucune organisation et aucun groupe n'a le droit d'interférer" dans la politique de notre pays, a affirmé Min Aung Hlaing, 62 ans, dans le journal officiel de l'armée.
Il a balayé l'hypothèse d'un éventuel retrait des militaires de la vie politique, demandé par la mission onusienne.
"Les pays à travers le monde choisissent le système démocratique qui leur convient (...) La Birmanie est sur la voie du multipartisme démocratique", a-t-il assuré. Il a précisé que l'armée resterait très impliquée tant que les conflits avec les multiples rébellions ethniques du pays -dont certains durent depuis près de 70 ans- ne seraient pas réglés.
Malgré l'arrivée au pouvoir en 2016 du gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi, les militaires conservent une place centrale dans le régime politique birman.
Ils contrôlent trois ministères régaliens -Défense, Intérieur, Frontières- et se réservent un quart des sièges au Parlement, ce qui leur permet de bloquer tout amendement constitutionnel susceptible de limiter leurs pouvoirs.
Les enquêteurs de l'ONU ont demandé que six hauts responsables de l'armée, dont Min Aung Hlaing, soient poursuivis devant la justice internationale.
Plus de 700.000 Rohingyas, minorité ethnique musulmane, ont fui en 2017 les violences des militaires birmans et de milices bouddhistes et se sont réfugiés au Bangladesh voisin où ils vivent depuis dans d'immenses campements de fortune.
"Assassinats", "disparitions", "tortures", "violences sexuelles", "travail forcé": le rapport dresse une longue liste d'exactions à leur encontre qui constituent "les crimes les plus graves au regard du droit international".
L'armée birmane rejette ces accusations, assurant que sa campagne visait des rebelles rohingyas après des attaques meurtrières contre des postes de police en août 2017.
Les propos de Min Aung Hlaing interviennent dans un contexte de grande tension entre la Birmanie et la communauté internationale.
Outre le rapport de l'ONU, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a annoncé la semaine dernière l'ouverture d'un examen préliminaire dans ce dossier, première étape d'un processus pouvant aboutir à une enquête formelle du tribunal basé à La Haye et, éventuellement, à des accusations.
Les experts estiment toutefois que cette procédure sera longue et semée d'embûches.
Min Aung Hlaing avait l'habitude de faire sa promotion sur les réseaux sociaux. Mais ses deux comptes sur Facebook, qui comptabilisaient à eux deux plus de 4 millions d'abonnés, ont été fermés fin août pour "violation des droits de l'Homme". La plate-forme russe VKontakte (VK) a également bloqué sa page en septembre.
Aung Aung San Suu Kyi n'a à ce jour pas réagi au dernier rapport de l'ONU. Très critiquée pour son silence sur la crise des Rohingyas, le prix Nobel de la Paix n'a pas été épargnée par l'ONU qui déplore qu'elle n'ait "pas utilisé sa position de facto de chef du gouvernement, ni son autorité morale, pour contrer ou empêcher" les violences.
Quelques jours avant le rapport final de l'ONU, Aung Aung San Suu Kyi s'était contentée de dire que l'armée aurait pu "mieux gérer" la crise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.