Un Monde Fou    Développement durable: «L'Etat doit donner l'exemple»    Marrakech: Les bénévoles Jood dans la rue avec les sans-abri    Théâtre: Quand le couple se remet en question    Migration : L'Espagne demande à l'UE de débloquer les 140 millions d'euros promis au Maroc    Terminal 1 : 7 millions de passagers de plus pour l'aéroport Mohammed V    Le Roi félicite Nordine Oubaali pour avoir remporter le championnat du monde WBC    La Chambre des représentants annule les dettes des collectivités locales contractées avant 2000    Insolite : Pires que des cochons    Le Forum de Davos s'ouvre sous le signe du risque politique et économique    Theresa May compte retourner discuter du Brexit à Bruxelles    Le Royaume met en avant ses nombreux atouts touristiques à Madrid    Kalou : La réattribution de la CAN 2023 à la Côte d'Ivoire n'est pas une si mauvaise nouvelle    Liverpool : Klopp cherche des solutions en défense    Raja-ASFAR, un classique sous le signe de l'équilibre    Benslimane enregistre un total de 93 mille ha emblavés en céréales d'automne    L'ONMT présente son plan d'action digital pour 2019    Facebook annonce investir 300 millions de dollars dans le journalisme    Divers    WhatsApp limite le partage de messages pour lutter contre « l'infox »    Le dirham se déprécie par rapport à l'euro et vis-à-vis du dollar    Les péripéties d'une histoire sans issue    A Cuba, les tubes de Michael Jackson version salsa    "L'Afrique du rire" fait escale à Rabat et Casablanca    Oscars 2019 : les nominations dévoilées    L'International Crisis Group s'intéresse à l'Afrique    RC Lens : Achraf Bencharki, l'homme du match face à Nancy (sondage)    Times Higher Education 2019 : 3 universités marocaines dans le TOP 1000    C.Ronaldo condamné à une peine de prison ferme    Art et musique inaugurent 2019 à l'Institut Cervantès de Casablanca    Le 2ème Festival «Afrique du Rire» fait escale à Rabat et Casablanca    «Le stade de football, nouvelle arène politique…»    Nespresso inaugure son premier concept de boutique en Afrique    L'accord avec le fisc divise les commerçants    Peine de mort : La mobilisation continue    L'Europe ambitionne une mission lunaire avant 2025    Le Conseil de gouvernement discutera de la modalité d'application du service militaire    Le chaud et le froid pour le foot national    Le «Mono-dame» théâtral sur les planches de la ville ocre    Oxfam: Entre riches et pauvres, les inégalités s'emballent    Décès du prétendant au trône de France Henri d'Orléans    Macron et Merkel tentent de braver l'euroscepticisme ambiant    ONU: De nombreux risques pèsent sur l'économie mondiale    El Khalfi: 1.20 MMDH pour lutter contre les disparités territoriales    Rencontres africaines d'intelligence économique à Dakhla en juin prochain    Les dirigeants historiques de l'USFP et les causes nationales    Les défis du féminisme africain    L'ouverture de l'école sur son environnement en débat à Khouribga    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate
Publié dans Libération le 12 - 12 - 2018

Les supporters lui vouent une immense admiration, car River Plate n'en finit pas de conquérir des trophées: Marcelo Gallardo, tacticien surnommé "Napoléon", s'est imposé comme le plus grand entraîneur de l'histoire de River Plate, à seulement 42 ans.
Outre une dizaine de titres, il a offert aux fans de River Plate ce qu'ils savourent le plus: des victoires contre le rival de toujours, Boca Juniors, dans des moments clés, comme dimanche en finale de la Copa Libertadores.
Sous le coup d'une suspension de quatre matches et privé de banc de touche, il n'a pas pu courir pour embrasser et féliciter ses joueurs après la retentissante victoire en Copa Libertadores, une finale 100% argentine délocalisée à Madrid en raison d'incidents violents à Buenos Aires le 24 novembre.
Gallardo ne dispose pas de joueurs de génie, mais il a façonné au fil des années des équipes pratiquant un football séduisant, offensif, fidèle à l'identité de jeu du club des beaux quartiers de Buenos Aires.
Récemment, il a reçu un hommage appuyé de Xavi, ancien pilier du Barça: "C'est une personne intelligente, qui pense. Il veut jouer et pratiquer un football qui nous plaît à Barcelone. Il a un grand avenir devant lui".
"Gallardo a conquis Madrid et restera à jamais dans l'histoire", titrait lundi le journal argentin Clarin.
Quand le manager de River Plate, l'Uruguayen Enzo Francescoli, a confié les rênes de l'équipe à Gallardo, 38 ans à l'époque, l'ancien numéro 10 de Monaco et du PSG n'avait qu'une maigre expérience à ce poste: une saison ponctuée par un titre de champion au Nacional de Montevideo (2011-2012), le club où il avait terminé sa carrière de joueur l'année précédente.
Francescoli, ex-star de la Céleste, l'avait alors présenté comme "un gars qui a des idées" et assurait que le "Muneco" (le poupon, ndlr) allait réussir à River Plate, où il avait excellé comme meneur de jeu.
Gallardo avait l'avantage de bien connaître le club où il a été formé et joué 11 saisons (1993-1999, puis 2003-2006 et 2008-2010).
En Argentine, diriger Boca Juniors ou River Plate est un travail à haut risque, avec une grosse pression des supporters et des médias.
Depuis que Ramon Diaz a claqué la porte en juillet 2014, remplacé par Gallardo, celui-ci collectionne les titres avec River: 2 Copas Libertadores (2015, 2018), 2 Supercoupes d'Amérique du Sud (2015, 2016), 1 Copa Sudamericana (2014), 2 Coupes d'Argentine (2016, 2017), 1 Supercoupe d'Argentine (2017, contre Boca en finale), mais il court toujours après un titre de champion d'Argentine.
Illustration de ce rayonnement, lors de la remise du trophée, le président de la Conmebol a remis la Copa Libertadores au capitaine Leo Ponzio... qui l'a mise aussitôt dans les mains de Gallardo. Alors que soulever la coupe est généralement une affaire de joueurs, Gallardo a été au centre de ce moment historique, symbolique.
"Le corps se fatigue, mais pas l'esprit, dit Gallardo. Si le physique ne répond pas, la différence se fait avec la tête". Modeste, il laisse aux joueurs la responsabilité des succès: "Au delà de mes décisions, les joueurs sont les véritables protagonistes, c'est sur le terrain que tout se joue".
Jusqu'ici, Gallardo a repoussé les sollicitations, pour diriger la sélection argentine ou des clubs étrangers, mais les nombreux titres remportés avec River, et avec la manière, vont mettre à rude épreuve son attachement à son club de coeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.