Ouverture la 20e réunion du MCR-Afrique à Marrakech    Ali Bongo quitte le Maroc au terme d'un séjour médical    Le Maroc envoie une aide humanitaire d'urgence aux victimes du cyclone Idai    Tunis: 2è édition du Festival International d'Improvisation Théâtrale    Ingérence présumée de la Russie dans la présidentielle US de 2016 : Bientôt la fin du suspense    La région de Casablanca-Settat prend 20% du capital de CFC    C'est parti pour la 18e édition du FICAM    Maroc-Argentine. Messi finalement absent    Sahara marocain – Bourita : « Le Maroc ne veut pas un processus où les réunions deviennent une fin en soi »    Casablanca: Grand meeting des élus du Maroc et de France sur les bonnes pratiques territoriales    Le nouveau service de «Dotation touristique supplémentaire» en quelques clics    Mobile, ADSL, FTTH … Le parc Internet continue sa progression    700 millions de dollars de la Banque mondiale pour la transformation numérique au Maroc    Special Olympics 2019 : belle moisson pour le Maroc    500 Kg de chira saisis au large de Tanger    Inertie    Modèle de développement: L'université de Casablanca présente son mémorandum    Modèle de développement: L'université de Casablanca pointe du doigt le partage inégal des richesses    Un Monde Fou    Venezuela: L'ONU durcit le ton face aux sanctions américaines    Expo: L'Afrique entre mélancolie et espoir    Tourisme culturel: Dubaï veut confirmer sa nouvelle réputation    La gastronomie marocaine à l'honneur en Ukraine    Clap de fin pour la 2e table ronde sur la question du Sahara marocain    Mohamed Benabdelkader : La Charte de la déconcentration administrative, une étape décisive dans la consécration de la régionalisation avancée    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Eliminatoires CAN-2019 : Déjà qualifiés, les Lions font match nul au Malawi    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Divers Economie    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    Nota Bene    Aujjar : Le mariage des mineures demeure une réalité qui interpelle tout le monde    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Winston Peters : Les musulmans de Nouvelle-Zélande seront en sécurité    Combien gagne Nagui    La ZLECA, une avancée en matière de commerce et d'investissement transfrontalier    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Naufrage à Mossoul: Le bilan s'élève à 100 morts    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    Sahara marocain-Genève II : Kohler garde espoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate
Publié dans Libération le 12 - 12 - 2018

Les supporters lui vouent une immense admiration, car River Plate n'en finit pas de conquérir des trophées: Marcelo Gallardo, tacticien surnommé "Napoléon", s'est imposé comme le plus grand entraîneur de l'histoire de River Plate, à seulement 42 ans.
Outre une dizaine de titres, il a offert aux fans de River Plate ce qu'ils savourent le plus: des victoires contre le rival de toujours, Boca Juniors, dans des moments clés, comme dimanche en finale de la Copa Libertadores.
Sous le coup d'une suspension de quatre matches et privé de banc de touche, il n'a pas pu courir pour embrasser et féliciter ses joueurs après la retentissante victoire en Copa Libertadores, une finale 100% argentine délocalisée à Madrid en raison d'incidents violents à Buenos Aires le 24 novembre.
Gallardo ne dispose pas de joueurs de génie, mais il a façonné au fil des années des équipes pratiquant un football séduisant, offensif, fidèle à l'identité de jeu du club des beaux quartiers de Buenos Aires.
Récemment, il a reçu un hommage appuyé de Xavi, ancien pilier du Barça: "C'est une personne intelligente, qui pense. Il veut jouer et pratiquer un football qui nous plaît à Barcelone. Il a un grand avenir devant lui".
"Gallardo a conquis Madrid et restera à jamais dans l'histoire", titrait lundi le journal argentin Clarin.
Quand le manager de River Plate, l'Uruguayen Enzo Francescoli, a confié les rênes de l'équipe à Gallardo, 38 ans à l'époque, l'ancien numéro 10 de Monaco et du PSG n'avait qu'une maigre expérience à ce poste: une saison ponctuée par un titre de champion au Nacional de Montevideo (2011-2012), le club où il avait terminé sa carrière de joueur l'année précédente.
Francescoli, ex-star de la Céleste, l'avait alors présenté comme "un gars qui a des idées" et assurait que le "Muneco" (le poupon, ndlr) allait réussir à River Plate, où il avait excellé comme meneur de jeu.
Gallardo avait l'avantage de bien connaître le club où il a été formé et joué 11 saisons (1993-1999, puis 2003-2006 et 2008-2010).
En Argentine, diriger Boca Juniors ou River Plate est un travail à haut risque, avec une grosse pression des supporters et des médias.
Depuis que Ramon Diaz a claqué la porte en juillet 2014, remplacé par Gallardo, celui-ci collectionne les titres avec River: 2 Copas Libertadores (2015, 2018), 2 Supercoupes d'Amérique du Sud (2015, 2016), 1 Copa Sudamericana (2014), 2 Coupes d'Argentine (2016, 2017), 1 Supercoupe d'Argentine (2017, contre Boca en finale), mais il court toujours après un titre de champion d'Argentine.
Illustration de ce rayonnement, lors de la remise du trophée, le président de la Conmebol a remis la Copa Libertadores au capitaine Leo Ponzio... qui l'a mise aussitôt dans les mains de Gallardo. Alors que soulever la coupe est généralement une affaire de joueurs, Gallardo a été au centre de ce moment historique, symbolique.
"Le corps se fatigue, mais pas l'esprit, dit Gallardo. Si le physique ne répond pas, la différence se fait avec la tête". Modeste, il laisse aux joueurs la responsabilité des succès: "Au delà de mes décisions, les joueurs sont les véritables protagonistes, c'est sur le terrain que tout se joue".
Jusqu'ici, Gallardo a repoussé les sollicitations, pour diriger la sélection argentine ou des clubs étrangers, mais les nombreux titres remportés avec River, et avec la manière, vont mettre à rude épreuve son attachement à son club de coeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.