Jeux mondiaux 2019 de Special Olympics : Le Maroc déccroche 34 médailles dont 12 en or.    Centrale Danone. Lancement d'une nouvelle gamme de lait    Vidéo – Attijariwafa Bank présente ses résultats pour 2018    Fusillade à Utrecht : Le suspect poursuivi pour homicide à caractère « terroriste »    Jamaat Shaïm : Un boucher égorge sa femme et lui coupe la tête    Marrakech : Trois hommes arrêtés pour avoir séquestré et violé collectivement 3 filles    Colloque international de Rabat : Réflexions sur la pensée de Khatibi    Nicaragua : Le gouvernement va libérer tous les opposants pour relancer le dialogue    Etats-Unis : La Fed met un coup d'arrêt à la remontée des taux    Sahara marocain: Ouverture à Genève de la 2e table ronde    Motor Village et Marokoto, partenaires de la Raquette d'Or de Mohammedia    Tennis : Grand Prix Hassan II du 7 au 14 avril à Marrakech    Migration irrégulière. Les pateras, un business qui rapporte gros    Communiqué du BP du PPS    Brexit: May demande un report à des Européens « fatigués » de la saga    3è Festival «Les Océanes» à Essaouira : Le surf et la protection du littoral à l'honneur    Mujer : Tout un numéro réservé au Maroc !    Centres hospitaliers universitaires. Opération sauvetage en marche?    Italie : 51 enfants pris en otage, échappent au drame de justesse    La cystite: une infection urinaire très féminine    Le cancer colorectal: le dépistage sauve des vies    Vidéo de l'attentat de Christchurch : Facebook s'explique    Le ver dans le fruit !    Le détenteur de Sapress prend le contrôle de Sochepress    La journée mondiale de la poésie célébrée à la Villa des arts de Rabat    AFMA: Résultat net consolidé en baisse de 15% en 2018    Préscolaire    Projection du documentaire "A Thousand girls like me" qui ouvre le débat sur l'inceste    Le PSG obtient gain de cause devant le TAS    Les enjeux de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2019    La jeunesse face à la classe politique    La Commission interministérielle spécialisée examine le plan de mise en œuvre de la déconcentration administrative    Radio Medi1 : Guergarate et Nouadhibou sur la fréquence 99.8    Organisation de la Femme Istiqlalienne    Haute commission mixte entre le Maroc et le Rwanda    Etudiants et professionnels de Santé défilent contre Bouteflika à Alger    Brigitte Bardot pète les plombs    Prochaine tenue du Forum national du handicap    Syrie    Baisse considérable de la fécondité au Maroc    Finances publiques. Une guide pour la programmation triennale    Edito : L'eau    Le Onze national à Lilongwe en vue de peaufiner les ultimes réglages    Insolite : Promotion mensongère    Quand la langue de Molière nous rapproche et nous unit    "L'Algérie.. La crise du régime et l'illusion de l'Etat" nouvel ouvrage de Mohammed Benhamou    Les Lions se préparent pour leurs prochaines échéances    Trois clubs marocains au tirage des coupes africaines    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La concurrence en Afrique est moins féroce qu'au Maroc
Publié dans Libération le 13 - 12 - 2018

Le marché africain, un relais de croissance pour de nombreuses entreprises.
La croissance économique de l'Afrique et les opportunités qui en découlent, le faible niveau de concurrence existant sur le continent et la recherche de relais de croissance constituent les principaux facteurs de motivation pour les entreprises qui ont fait le choix de développer leurs activités en Afrique.
C'est ce que révèle l'étude «Développement des entreprises marocaines en Afrique : réalité et perspectives», menée conjointement par l'Agence française de développement (AFD) et la Direction des études et prévisions financières (DEPF) et dont nous évoquions les grandes lignes dans l'une de nos précédentes éditions.
La DEPF, département relevant du ministère de l'Economie et des Finances, note également que, dans des cas rares, les entreprises marocaines se développant en Afrique sont motivées par la recherche de ressources naturelles ou par l'optimisation de structures de coûts.
Ainsi, il ressort que « le dynamisme économique et le potentiel des marchés africains sont cités en premier lieu par les entreprises ayant clairement fait le choix de développer leurs activités en Afrique », souligne l'étude qui a pour objet de mettre en relief le potentiel dont recèle l'Afrique et de cerner les stratégies déployées par les entreprises marocaines opérant dans le continent, leurs motivations et leurs modes d'implantation.
« Ce potentiel résulte à la fois de la croissance démographique du continent, de l'augmentation du pouvoir d'achat des populations et de l'évolution des habitudes de consommation consécutive à l'émergence de classes moyennes », précise la DEPF.
En outre, les entreprises marocaines assurent que la croissance démographique de l'Afrique subsaharienne constitue un facteur de motivation en soi pour certaines d'entre elles. D'autant plus que « pour des biens de consommation primaires, tels que les denrées alimentaires de base, la demande est directement liée à la croissance de la population ».
En détail, l'étude révèle que, de manière plus large, la taille et le potentiel du marché constituent des facteurs clés de prise de décision pour bon nombre d'entreprises actives dans le secteur agroalimentaire.
Les auteurs du rapport citent en exemple un des sondés, spécialisé dans la transformation et la distribution de viande, qui affirme avoir été motivé par le potentiel du marché du continent.
L'entreprise, qui exporte aujourd'hui vers plus d'une dizaine de pays africains et réalise environ 10 % de son chiffre d'affaires en Afrique, n'ignore certainement pas que la consommation de viande est aujourd'hui en pleine croissance sur le continent.
Une évolution confirmée par les estimations de la FAO indiquant que celle-ci se généralise progressivement et devrait passer de 10,9 kg par an et par personne en 2015 à 13,4 kg en 2030, rapporte ce travail collaboratif.
Autres motivations et non des moindres, l'évolution des modes de consommation de la population d'Afrique subsaharienne et le développement des classes moyennes qui se traduisent également par un potentiel certain pour le secteur de la grande distribution.
Le potentiel du marché est tel qu'il aurait attiré un grand groupe de distribution qui a qualifié l'Afrique de « continent du futur », selon la DEPF.
A propos des classes moyennes africaines, l'étude note que leur croissance « se traduit également par une hausse de la demande en logement moyen standing et économique, ce qui a poussé les principaux groupes immobiliers marocains à investir en Afrique subsaharienne », soutient-elle.
Ce facteur aurait ainsi incité « un acteur du secteur immobilier à initier un projet de logements économiques en Côte d'Ivoire tout en révélant récemment la signature d'un accord pour la réalisation d'un programme résidentiel en Afrique de l'Est ».
L'étude a aussi révélé qu'en ayant créé un marché porteur du tourisme d'affaires en Afrique, la croissance économique et la dynamique des investissements ont tout simplement offert « des opportunités à des acteurs de la construction, de l'hôtellerie, des transports et des infrastructures ».
Enfin, les entreprises marocaines ne s'en cachent pas : la concurrence sur le continent est moins féroce qu'au Maroc. Elles concèdent qu'«il est plus facile de s'y développer, car certains services sont peu proposés voire absents du marché », note l'étude.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.