Amzazi: Le digital, un levier indispensable pour l'employabilité des jeunes    Cinq morts dans une fusillade près de Chicago    El Othmani : Le Maroc attache un intérêt particulier à la coopération avec le FMI et la BM    Approvisionnement en eau : Amara satisfait des progrès réalisés    Mutandis : Le RN en hausse de 40% en 2018    Sahara marocain : La loi budgétaire américaine très favorable à la position du Maroc    Vidéo-Live : Le Président égyptien présente les défis sécuritaires de l'Afrique au MSC2019    Vidéo-Live : Angela Merkel parle des vraies sources d'insécurité en Algérie et en Afrique    Les mises à jour de sécurité prendront fin dans un an    Algérie    Gros appétit pour les énergies renouvelables    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Un paquet de mesures en faveur des TPE    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    Les Marocains du monde au SIEL    Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international    Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes    Bouillon de culture    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Divers    Les conditions de travail demeurent précaires à l'échelle mondiale    Ligue Europa : Arsenal tombe à Borisov, le Séville FC s'offre la Lazio    Divers sportifs    Une journée au complet et du spectacle en vue    Appel à des mesures concrètes pour répondre aux problématiques des petites entreprises    Frontex place les Marocains au Top ten des passeurs    Cancer du col de l'utérus: le vaccin est "sûr et indispensable"    Appel à une stratégie nationale visant à faire de l'école un espace pour tous    Divers    Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance    La bourde de Katy Perry    Pourquoi Johnny Depp n'incarnera plus jamais Jack Sparrow    Les problèmes de peau de Kim Kardashian    Luis Rubiales loue la qualité des installations sportives au Maroc    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de cinq extrémistes s'activant à Safi    Nador : Arrestation d'une bande de présumés passeurs    Casablanca: Incendie dans un stand du SIEL, rapidement maîtrisé    Le Forum international de l'étudiant à Safi    La nouvelle vie du Grand théâtre Cervantès    La Botola pro adopte le VAR la saison prochaine    Vidéo – Munich : La sécurité mondiale en question    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    A SIEL ouvert…    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    Sit-in massif lors du concert d'Enrico Macias à Casablanca    SIEL: les jeunes d'El Jadida publient un recueil de poèmes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sit-in à Rabbouni réclamant la traduction en justice des assassins de Omar Ould Anay
Publié dans Libération le 21 - 01 - 2019

Depuis que le Polisario existe, les dirigeants de cette organisation ont toujours, sur simple dénonciation souvent sans fondement, tué, kidnappé, séquestré et torturé des Sahraouis, sans avoir à rendre compte. Mais ces dernières années, avec la généralisation et la rapidité de l'information, du Net et des réseaux sociaux de communication, d'une part et du semblant d'ouverture que connaissent les camps de Tindouf, les langues commencent à se délier et les populations de ces camps ne ratent aucune occasion pour demander des comptes à leurs bourreaux tant algériens que sahraouis.
L'affaire de l'ex- milicien du Polisario, Omar Ould Anay, décédé la semaine dernière dans des conditions non encore élucidées, est la dernière des ces occasions saisies par sa famille et ses amis pour organiser un sit-in de protestation devant le siège du prétendu «ministère de la Défense» situé au camp Rabouni.
Et comme les temps ont bien changé, pendant ce sit-in, les manifestants ont demandé de faire toute la lumière sur cette question et de poursuivre en justice les «responsables» de la mort du Sahraoui.
Des appels qui, visiblement, n'ont pas eu d'échos auprès de la direction du mouvement qui ne tient compte ni des changements ni de l'évolution que vivent les habitants des camps et qui continue, comme par le passé, à observer le silence sur cette affaire.
Avant de rejoindre les milices du Polisario, Omar Ould Anay avait travaillé dans le prétendu corps de la police du Front Polisario. Il est décédé début janvier dans des conditions non encore élucidées, et qui ne le seront, peut-être jamais comme tant d'autres décès. Pour ses parents, la mort d'Omar est due à une négligence tant de la part de ses chefs qui ne lui ont pas fourni un moyen de transport, que de la part du corps médical ayant le jeune homme comme patient. Les parents d'Omar comparant son décès à celui du jeune Algérien dans un puits devant l'incapacité des secouristes de le sauver. Ce qui avait provoqué le limogeage du wali de la région où il est mort.
Les manifestants sahraouis réclament au moins les mêmes sanctions pour les responsables ayant négligé Omar tombé malade alors qu'il était en service. Mais comme il n'appartenait pas aux familles dirigeantes, personne ne s'en était préoccupé, ce qui a obligé ses parents à affréter un véhicule de transport de passagers pour le conduire au centre hospitalier le plus proche où il avait été négligé jusqu'à ce que mort s'ensuive.
Alors que le jeune Omar agonisait, les dirigeants du Polisario se chamaillaient pour le partage des dotations de carburant.
A noter que le parrain algérien du Polisario lui octroie une dotation mensuelle de carburant de 300 tonnes. Cette quantité suffirait à tous les camps si elle était répartie équitablement entre les habitants. C'est, malheureusement loin d'être le cas. Ce sont les dirigeants cupides qui se partagent et vendent, au triple de leur prix, ces quantités.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.