Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sit-in à Rabbouni réclamant la traduction en justice des assassins de Omar Ould Anay
Publié dans Libération le 21 - 01 - 2019

Depuis que le Polisario existe, les dirigeants de cette organisation ont toujours, sur simple dénonciation souvent sans fondement, tué, kidnappé, séquestré et torturé des Sahraouis, sans avoir à rendre compte. Mais ces dernières années, avec la généralisation et la rapidité de l'information, du Net et des réseaux sociaux de communication, d'une part et du semblant d'ouverture que connaissent les camps de Tindouf, les langues commencent à se délier et les populations de ces camps ne ratent aucune occasion pour demander des comptes à leurs bourreaux tant algériens que sahraouis.
L'affaire de l'ex- milicien du Polisario, Omar Ould Anay, décédé la semaine dernière dans des conditions non encore élucidées, est la dernière des ces occasions saisies par sa famille et ses amis pour organiser un sit-in de protestation devant le siège du prétendu «ministère de la Défense» situé au camp Rabouni.
Et comme les temps ont bien changé, pendant ce sit-in, les manifestants ont demandé de faire toute la lumière sur cette question et de poursuivre en justice les «responsables» de la mort du Sahraoui.
Des appels qui, visiblement, n'ont pas eu d'échos auprès de la direction du mouvement qui ne tient compte ni des changements ni de l'évolution que vivent les habitants des camps et qui continue, comme par le passé, à observer le silence sur cette affaire.
Avant de rejoindre les milices du Polisario, Omar Ould Anay avait travaillé dans le prétendu corps de la police du Front Polisario. Il est décédé début janvier dans des conditions non encore élucidées, et qui ne le seront, peut-être jamais comme tant d'autres décès. Pour ses parents, la mort d'Omar est due à une négligence tant de la part de ses chefs qui ne lui ont pas fourni un moyen de transport, que de la part du corps médical ayant le jeune homme comme patient. Les parents d'Omar comparant son décès à celui du jeune Algérien dans un puits devant l'incapacité des secouristes de le sauver. Ce qui avait provoqué le limogeage du wali de la région où il est mort.
Les manifestants sahraouis réclament au moins les mêmes sanctions pour les responsables ayant négligé Omar tombé malade alors qu'il était en service. Mais comme il n'appartenait pas aux familles dirigeantes, personne ne s'en était préoccupé, ce qui a obligé ses parents à affréter un véhicule de transport de passagers pour le conduire au centre hospitalier le plus proche où il avait été négligé jusqu'à ce que mort s'ensuive.
Alors que le jeune Omar agonisait, les dirigeants du Polisario se chamaillaient pour le partage des dotations de carburant.
A noter que le parrain algérien du Polisario lui octroie une dotation mensuelle de carburant de 300 tonnes. Cette quantité suffirait à tous les camps si elle était répartie équitablement entre les habitants. C'est, malheureusement loin d'être le cas. Ce sont les dirigeants cupides qui se partagent et vendent, au triple de leur prix, ces quantités.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.