Amzazi: Le digital, un levier indispensable pour l'employabilité des jeunes    Cinq morts dans une fusillade près de Chicago    El Othmani : Le Maroc attache un intérêt particulier à la coopération avec le FMI et la BM    Approvisionnement en eau : Amara satisfait des progrès réalisés    Mutandis : Le RN en hausse de 40% en 2018    Sahara marocain : La loi budgétaire américaine très favorable à la position du Maroc    Vidéo-Live : Le Président égyptien présente les défis sécuritaires de l'Afrique au MSC2019    Vidéo-Live : Angela Merkel parle des vraies sources d'insécurité en Algérie et en Afrique    Les mises à jour de sécurité prendront fin dans un an    Algérie    Gros appétit pour les énergies renouvelables    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Un paquet de mesures en faveur des TPE    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    Les Marocains du monde au SIEL    Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international    Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes    Bouillon de culture    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Divers    Les conditions de travail demeurent précaires à l'échelle mondiale    Ligue Europa : Arsenal tombe à Borisov, le Séville FC s'offre la Lazio    Divers sportifs    Une journée au complet et du spectacle en vue    Appel à des mesures concrètes pour répondre aux problématiques des petites entreprises    Frontex place les Marocains au Top ten des passeurs    Cancer du col de l'utérus: le vaccin est "sûr et indispensable"    Appel à une stratégie nationale visant à faire de l'école un espace pour tous    Divers    Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance    La bourde de Katy Perry    Pourquoi Johnny Depp n'incarnera plus jamais Jack Sparrow    Les problèmes de peau de Kim Kardashian    Luis Rubiales loue la qualité des installations sportives au Maroc    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de cinq extrémistes s'activant à Safi    Nador : Arrestation d'une bande de présumés passeurs    Casablanca: Incendie dans un stand du SIEL, rapidement maîtrisé    Le Forum international de l'étudiant à Safi    La nouvelle vie du Grand théâtre Cervantès    La Botola pro adopte le VAR la saison prochaine    Vidéo – Munich : La sécurité mondiale en question    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    A SIEL ouvert…    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    Sit-in massif lors du concert d'Enrico Macias à Casablanca    SIEL: les jeunes d'El Jadida publient un recueil de poèmes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A Cuba, les tubes de Michael Jackson version salsa
Publié dans Libération le 23 - 01 - 2019

La basse introductive annonce la chanson "Billie Jean" de Michael Jackson. Mais le son d'un güiro change le rythme, puis les tambours et les trombones annoncent l'arrivée de la salsa. En un instant, le public chavire.
Le responsable de cette reprise qui a transporté le public du Théâtre national de La Havane à l'occasion du 34e Festival de jazz, qui s'achève lundi dans la capitale cubaine, s'appelle Tony Succar. Le musicien a convaincu les majors Sony Music et Universal Music Group qu'il pouvait conserver l'essence des succès planétaires du "Roi de la pop" en les reprenant en version latino, dans un album intitulé "Unity". "Unity est un hommage à Michael Jackson (1958-2009) que j'ai commencé une année après la mort du chanteur. Mais je n'avais pas de contacts dans l'industrie musicale, je n'étais qu'un étudiant", raconte Tony Succar, 32 ans, né au Pérou, mais installé à Miami depuis l'enfance. Les choix du trentenaire sont audacieux : "Smooth Criminal" (Album Bad, 1987) et "I Want you back" (Jackson 5, 1970) sont des salsas pures et dures, mais "Earth Song" (History, 1995) est repris avec les rythmes du lando, un style musical afro-péruvien. Les titres ont été enregistrés en 2015. Il a ensuite fallu obtenir les droits. "Ils ont tout refusé, mais à la fin, je suis allé moi-même au bureau de John Branca et je lui a laissé une lettre avec le disque. Je lui disais : +Je voudrais que vous l'écoutiez avant de me refuser les droits+", raconte le musicien, à propos d'un des exécuteurs testamentaires du chanteur américain.
"Au bout de trois semaines, il m'a dit +"Tony, j'ai adoré, tu mérites d'avoir les droits+", poursuit-il.
De parents péruviens et musiciens, Tony Succar a commencé par jouer du piano, puis s'est consacré aux percussions. Diplômé en arts de l'Université internationale de Floride, il a été nommé aux Grammy Awards latino en 2018 pour un autre de ses projets. L'album "Unity" compte avec la présence de stars de la salsa, comme les Portoricains Tito Nieves et La India, ou encore le chanteur américain, né à Cuba, Jon Secada.
Trois coups de baguette, puis aussitôt la cymbale. C'est l'heure de "Smooth Criminal" avec une décharge de timbales de Tony, qui semble s'extasier à chaque note. Le public danse entre les sièges du théâtre.
Lors de la dernière répétition mercredi, il manquait un guitariste pour exécuter l'introduction de "I Want you back". Un musicien cubain d'une soixantaine d'années a été appelé. Il ne connaissait pas la chanson.
Après l'avoir écoutée sur un téléphone portable, il a pris son instrument, a cherché la note quelques secondes et s'est dit prêt à jouer. Magie d'une île de musiciens virtuoses.
Tony veut désormais défendre la salsa face à la déferlante de rythmes urbains. Il a commencé un nouveau projet avec des musiciens cubains. "Je suis là pour défendre la musique que j'aime", confie-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.