Ramadan : Engouement par-ci, montée des prix par-là    Les Etats-Unis donnent un sursis de 3 mois à Huawei    Radioscopie des besoins prévisionnels d'emplois au Maroc    Paris. Un homme suspendu à la Tour Eiffel pendant plusieurs heures    Marrakech: La ville que les stars adorent!    Sidi Moumen : Le Roi Mohammed VI inaugure un Centre médical de proximité    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Baisse du résultat net du CIH    Banque Atlantique se propose d'accompagner l'Etat et les entreprises nigériens    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    Stratégie e-gov. L'amer diagnostic de la Cour des comptes    Bouskoura. Mort par asphyxie de 3 ouvriers dans un canal des eaux usées    Madison Cox lauréat du prix de la Rosa d'Oro    Coopération bilatérale : Bourita s'entretient avec son homologue libérien    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    49ème édition du cycle de conférences de la Fondation Attijariwafa bank : Valeurs éthiques et vivre-ensemble au centre des échanges    L'Arabie Saoudite intercepte des missiles visant la Mecque et Djeddah    Journée internationale : La diversité biologique célébrée à Rabat    Service militaire : Le nombre de candidats dépasse toutes les espérances    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Egypte : Le Comité d'organisation lance une billetterie en ligne    Huawei ne cédera pas à la pression de Washington, assure son fondateur    L'ancien ministre RNIste, Taieb Bencheikh, n'est plus    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Abdelhak Zerouali, le maître du monodrame    Les sans-papiers protestent à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle    Vente illégale de boissons alcoolisées et immigration clandestine : Une ressortissante subsaharienne arrêtée à Rabat    La Chambre d'agriculture de Draâ-Tafilalet primée en Tunisie    Salon Viva Technology. Quid de l'offre Maroc ?    US – Iran : Téhéran minimise les risques de conflits malgré les menaces américaines    ''Avengers" se fait doubler par ''John Wick'' sur le box-office américain    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    La sélection marocaine féminine de boxe remporte le tournoi international du Gabon    Divers    Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern    Et si notre amnésie était dégénérescente… ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après l'UE, les Etats-Unis infligent un nouveau revers au Polisario La loi budgétaire promulguée par le président Trump stipule explicitement que les fonds alloués au Maroc sont également utilisables au Sahara
Publié dans Libération le 18 - 02 - 2019

Le Polisario et l'Algérie se souviendront longtemps de ce début de l'année 2019 où le vent ne tourne plus en leur faveur s'agissant de la question du Sahara marocain.
Après avoir longtemps manœuvré pour imposer un traitement distinct du Sahara marocain dans les accords commerciaux de l'Union européenne avec le Maroc et dans les décisions sur les fonds alloués au Royaume par les Etats-Unis au titre de la coopération internationale, le Polisario et l'Algérie se retrouvent aujourd'hui isolés et voguent à contre-courant de la communauté internationale, convaincue qu'aucune solution ne peut être envisagée pour la résolution du conflit artificiel autour du Sahara marocain en dehors de l'option politique qui a consacré la proposition d'autonomie élargie, sous souveraineté marocaine, comme un choix sérieux, responsable, crédible et viable.
C'est en effet une semaine noire que le "Polisario" et ses parrains algériens sont en train de vivre.
Mardi 12 janvier, le Parlement européen a adopté à une écrasante majorité l'accord de pêche entre le Maroc et l'Union européenne qui couvre la zone de pêche qui s'étend de Cap Spartel à Cap Blanc, au sud de la ville de Dakhla.
Si la validation le 16 janvier dernier par le Parlement européen de l'accord agricole entre l'UE et le Maroc qui a élargi les préférences tarifaires aux produits issus du Sahara marocain a été suivie d'une visite expresse, le même jour, de la diplomate en cheffe de l'UE Federica Mogherini pour fêter à Rabat cette victoire juridico-politique avec ses partenaires marocains, l'adoption de l'accord de pêche le 12 février a été suivie d'une décision judiciaire irréfragable venant de la Cour de justice de l'UE à Luxembourg; qui a rejeté un recours du Polisario qui tentait d'annuler le mandat octroyé en avril dernier au Conseil de l'UE pour négocier ce même accord de pêche.
Le vendredi 15 février, le président américain Donald Trump a promulgué la loi budgétaire de son pays au titre de l'année 2019, qui renferme des dispositions explicites dans son titre III, prévoyant que les fonds alloués au Maroc doivent être rendus disponibles à la coopération au Sahara marocain.
Les dispositions claires et limpides de la loi budgétaire américaine, apportent un démenti cinglant à la polémique qui avait été entretenue par les adversaires du Maroc sur une soi-disant exclusion du Sahara ou un revirement de la position des Etats-Unis, après l'installation des Démocrates au Congrès américain.
Hier à Strasbourg, Bruxelles ou au Luxembourg, aujourd'hui à Washington, sans parler de l'Union africaine ou des Nations unies, les positions convergent sans interférence et en toute objectivité : le Maroc est l'unique interlocuteur et représentant s'agissant de ses provinces du Sud.
Les décisions prises au niveau des institutions européennes et celle de l'Administration américaine ont toutes été motivées par la nécessité pour les provinces du Sud de bénéficier des investissements implantés dans le Royaume dans la même dynamique de développement homogène et intégré que connaissent l'ensemble des régions marocaines, avec l'implication des populations dans la gestion de leurs affaires locales.
A rappeler que différents rapports de la Commission européenne et du Service européen pour l'action extérieure (SEAE), indiquent clairement que le développement des provinces du Sud reste largement dépendant des investissements dans la région, au moyen des accords internationaux, que seul le Royaume du Maroc peut conclure dans le cadre de l'exercice plein et entier de sa souveraineté sur l'ensemble de son territoire.
Le soutien du Congrès et de l'Administration américains, ainsi que les différentes décisions des instances européennes (Conseil, Commission et Parlement), de ne pas exclure le Sahara, mettent ainsi fin au débat sur la légalité des accords internationaux conclus par le Maroc avec ses partenaires.
Par ailleurs, tout comme la doctrine européenne, la loi budgétaire américaine est venue rappeler la nécessité de renforcer la surveillance de la livraison des aides humanitaires destinées aux populations des camps de Tindouf, en Algérie, y compris les mesures prises pour s'assurer que les réfugiés vulnérables reçoivent cette aide.
Ces dispositions font clairement écho aux détournements et trafic avérés et documentés, à travers lesquels les éléments du "Polisario" et leurs protecteurs s'approprient, pour leur enrichissement personnel, l'aide internationale destinée aux populations vulnérables des camps.
Faut-il rappeler que le rapport de l'Office de lutte anti-fraude (OLAF), organisme relevant de la Commission européenne, avait, à l'instar d'autres ONG et organismes internationaux, pointé du doigt les détournements, à grande échelle et depuis des années, des aides humanitaires destinées aux populations séquestrées dans des conditions inhumaines à Tindouf, au sud-ouest de l'Algérie, lesquels détournements qui servent, entre autres, à financer les frasques des chefs du Polisario.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.