Sothema réalise un résultat net de 217 MDH en 2018    Enseignants contractuels/Gouvernement: Le bras de fer continue    Le MASI et la décélération de la croissance    FRMF : Mark Wotte limogé    JETMODE, l'événement mode de l'année !    "La Tbourida", candidate au patrimoine de l'UNESCO    Banque Centrale Populaire. La croissance toujours au rendez-vous    Qualifications CAN-2019 : Le Cameroun rejoint le Maroc et le Burundi entre dans l'histoire    Entreprenathon : L'ESSEC Afrique et l'EMI mettent le cap sur l'innovation et l'entrepreneuriat    Carburants : Le plafonnement des prix est entre les mains d'EL Otmani.    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    «Nous invitons les jeunes Marocains a exposé leurs talents»    Prix Terre de Femmes Maroc : agir localement pour changer le monde !    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    Politiques budgétaires, commerce intra-africain et transformation digitale…. Les enjeux auxquels devraient faire face les pays d'Afrique    Trump accueille son « ami » Netanyahu en pleine campagne    Les principales conclusions du rapport d'enquête Mueller    News    Retenus en Syrie, les jihadistes de l'EI et leurs familles restent un danger    May entame une semaine cruciale pour le Brexit, et son propre sort    Vous avez dit classe politique !    Sahara. Un troisième round de négociations au programme.    CAN 2019: Les Lions de l'Atlas terminent en tête    Golf Presse Agadir: Une tradition qui gagne en maturité    L'UA a trouvé une bonne clé pour atteindre les objectifs de développement en Afrique    Divers    Fès:Coup d'envoi des sessions régionales du parlement de l'enfant    Une 'Caravane Verte' à Essaouira pour éduquer et sensibiliser à la protection de l'environnement    Education, "Do you speak Arabic"?    COM2019 : L'Afrique souffre encore de sa faible intégration régionale    Forum maroco-belge : Un premier événement intégrant la migration dans la coopération bilatérale    Bourita s'entretient à Marrakech avec la vice-secrétaire générale de l'ONU    Le Musée Mohammed VI est ouvert chaque jour jusqu'à 20h    Le Onze national se contente du nul blanc face au Malawi    Premier atelier des officiers de contrôle du dopage de la CAF en partenariat avec la FIFA    Edito : Talents gaspillés    Marrakech: Un brigadier de police utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    TOKYO: Les femmes protestent en ligne contre le port de talons hauts sur le lieu de travail    D'anciennes joueuses du FC Barcelone à Laâyoune pour encourager le football féminin au Maroc    Mohamed Benabdelkader : Pour un accès facile et décent des citoyens au service public    Lancement des travaux de construction d'un pont à haubans à Abidjan    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Une cinquantaine de courts-métrages en compétition officielle au Festival international de cinéma d'animation    Les "Terrasses en scènes" à Fès    "Cambodia" de Taha Mohamed Ibn Slimane en avant-première à Casablanca    M. Hilale : Atténuer les effets des crises humanitaires, une priorité    Apatride de Narjiss Nejjar : Frontières intérieures…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les militants "5 Etoiles" évitent un procès à Matteo Salvini
Publié dans Libération le 20 - 02 - 2019

Les militants du Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) se sont prononcés lundi, lors d'un vote en ligne, contre la tenue d'un procès à l'encontre du ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini (Ligue, extrême droite), un vote qui a provoqué des remous dans la majorité.
Près de 60% de ces militants ont voté en faveur de M. Salvini, dont le parti gouverne l'Italie depuis juin en coalition avec le M5S. Plus de 52.000 d'entre eux ont participé à ce scrutin organisé de 09H00 GMT à 20H30 GMT sur la plateforme "Rousseau".
"Le nombre élevé de votants démontre encore une fois que Rousseau fonctionne et confirme la pertinence de notre instrument de démocratie directe", s'est félicité le vice-Premier ministre Lugi Di Maio, chef de file du M5S.
La décision, inédite d'organiser ce vote, a toutefois fortement divisé la formation antisystème, dont les dirigeants et ceux de la Ligue avaient indiqué qu'elle pourrait aboutir à une crise gouvernementale en cas de vote défavorable au ministre de l'Intérieur.
Le tribunal des ministres (autorité compétente pour les membres du gouvernement) de Catane (sud) a engagé une procédure pour "séquestration de personnes" à l'encontre de M. Salvini, accusé d'avoir interdit pendant plusieurs jours le débarquement de 177 migrants secourus en août par le Diciotti, un navire des garde-côtes italiens. Les migrants avaient finalement été répartis dans plusieurs pays de l'UE.
La décision finale d'autoriser ou non la justice à poursuivre le ministre revient toutefois à une commission sénatoriale qui devait se réunir mardi, puis au Sénat dans son ensemble, où le M5S et la Ligue ont la majorité. Le M5S, fort du résultat de ce vote en ligne, devrait donc refuser avec la Ligue, que ces poursuites soient engagées.
Le choix du M5S de demander leur avis à ses adhérents a fracturé le mouvement antisystème - fondé sur les principes de transparence, de probité et de démocratie participative - entre les "purs et durs" qui considèrent que rien ne doit faire obstacle à la justice, et les "réalistes" qui estiment que M. Salvini devait éviter ce procès, sous peine de voir la coalition gouvernementale éclater.
La polémique sur ce dossier a grossi dans les rangs du pouvoir au point de pousser le chef du gouvernement Giuseppe Conte lui-même, son vice-Premier ministre Luigi Di Maio et le ministre des Transports (tous trois représentants du M5S) à se joindre à la procédure judiciaire, solidairement à Matteo Salvini.
Sur sa plateforme "Rousseau", la question était ainsi formulée: "La décision de retarder le débarquement du navire Diciotti pour redistribuer les migrants dans divers pays européens a-t-elle été prise pour sauvegarder un intérêt de l'Etat ?".
Les votants étaient appelés à répondre par un "oui", impliquant alors que le ministre de l'Intérieur ne devait pas être poursuivi, ou un "non" impliquant le contraire.
Sur son blog, le M5S, toujours prompt à pourfendre les corrompus et ceux qui tentent d'échapper à la justice, a tenté de justifier cet appel à ses sympathisants, dans le but d'éviter à un ministre les foudres de la loi. "Le cas est différent", car en l'occurrence il ne s'agit pas "de pots-de-vin, d'escroquerie ou de marchés truqués" mais d'un ministre qui a agi "dans l'exercice de sa fonction et non pour des actes commis dans son intérêt privé et personnel", a affirmé le Mouvement dans son blog.
Cela n'a pas empêché l'opposition de gauche de dénoncer ce vote en ligne comme une "une bouffonnerie", la droite de Silvio Berlusconi le qualifiant elle de "moquerie".
Le comique et fondateur du M5S Beppe Grillo a lui-même ironisé sur Twitter résumant la consultation interne dont il a jugé la formulation alambiquée par "Si tu votes +oui+, ça veut dire +non+ et si tu votes +non+ ça veut dire +oui+".
Quant à Matteo Salvini, dont le parti caracole dans les sondages avec 32% d'opinions favorables, il s'est dit "très tranquille" dimanche assurant son partenaire de gouvernement, qu'il distance désormais de plus de 10 points, que l'Exécutif ne tombera pas parce qu'il a "donné (sa) parole".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.