Repenser la chose migratoire!    Tennis : Le Maroc au Championnat africain U14 en Afrique du Sud    Said Amzazi suspend le dialogue avec les enseignants    Lever de rideau sur le 2e Festival national du rire «Comique Benslimane»    Commissions parlementaires : Les nouveaux présidents élus    Edito : Ramed, mort clinique?    Aziz Akhannouch dresse un premier bilan    ONCF: Al Boraq transportera bientôt son millionième voyageur    Intelligence en entreprise : SAP affiche ses ambitions pour l'Afrique francophone depuis Casablanca    Mercedes-Benz GLS: Limousine de franchissement    Kim Jong Un espère un sommet « couronné de succès et utile » avec Poutine    Afrique du Sud: 51 morts dans des inondations, le président Ramaphosa sur place    Ukraine: Le comédien Volodymyr Zelensky remporte la présidentielle    BCIJ: Démantèlement d'une cellule terroriste de six «Daechiens»    Algérie: Le PDG de Sonatrach limogé, celui d'un groupe privé en détention provisoire    Abdennabaoui s'attaque à la traite des êtres humains    DGSN : Lancement d'une large enquête judiciaire sur des centres d'appels fictifs    Cinq Marocains légèrement blessés dans un accident de la route à Cuba    Casablanca : Le BCIJ met la main sur 7 tonnes de chira    850.000 MRE y sont attendus…    23e édition Caftan: Des créations audacieuses inspirées du monde antique    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Vidéo-Trophée Hassan II de golf : Brillante entrée en jeu de l'équipe du Prince Moulay Rachid    Après le titre, objectif Coupe de France avec Neymar pour le PSG    Chelsea manque l'occasion de monter sur le podium    Hakim Ziyech dans le viseur du Real Madrid    Mea Culpa d'Hervé Renard sur Hakim Ziyech    Détenus d'Al Hoceima : Driss Lachguar reçoit une délégation d'ONG des droits de l'Homme    Poursuite de la généralisation du guichet numérique des autorisations    Le PDG du plus grand groupe privé algérien incarcéré    La Chambre des représentants exprime sa solidarité avec les détenus palestiniens    Ces mystérieux objets au-delà de Neptune    Les chœurs de Notre-Dame, ces "orphelins" de la cathédrale    La grotte d'Ifri N'Abbou, un joyau naturel au potentiel touristique réel    L'enfer tel que raconté par des Marocains de Syrie    Bon début d'année pour le groupe Maroc Telecom    La FDT boycotte le 1er Mai    Colloque international sur la "Digitalisation-numérisation au service de la gouvernance"    Fouad Laroui et Abdellah Dibaji présents aux journées culturelles d'Azemmour    Le long métrage marocain "Le Miracle du Saint Inconnu" en compétition à la 58ème semaine de la critique de Cannes    Combien gagne les acteurs de Game of Thrones ?    Le BCIJ annonce le démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Salé    Les avocats plaident pour une réforme de fond    Sept tonnes de haschich saisies à Casablanca    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    Mohcine Akhrif: une départ tragique…    Ziyech convoité par les Merengue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Opep et ses partenaires font le point sur leur stratégie de soutien aux prix
Publié dans Libération le 19 - 03 - 2019

Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et dix Etats alliés menés par la Russie devaient se réunir lundi à Bakou, en Azerbaïjan, pour faire le point sur leur stratégie, qui a permis depuis deux ans de soutenir les prix du pétrole.
Certains représentants de l'Opep se sont réunis dès le week-end avec leurs partenaires à Bakou pour évaluer l'état du marché et l'effet de leurs baisses volontaires de production.
La réunion du comité ministériel de suivi Opep et non-Opep, qui devait se tenir lundi dans un hôtel du centre de la capitale azerbaïdjanaise, n'a pas de pouvoir décisionnaire et fait office de prélude aux prochaines réunions officielles de l'Opep, prévues en avril et en juin à Vienne.
Mais vu la présence de représentants des deux poids lourds de l'accord, la Russie et l'Arabie saoudite, toute déclaration sera scrutée avec attention par les investisseurs.
Les mesures actuelles de l'accord de limitation de la production sont valides jusqu'en juin et ont été renforcées en décembre. Les pays de l'alliance se sont engagés à réduire leur production de 1,2 million de barils par jour au total afin de soutenir les prix du brut.
Les membres de cette alliance informelle baptisée "Opep+" devaient discuter lundi d'une éventuelle prolongation de cet accord et aborder la manière de formaliser sur le long terme leur alliance.
"L'Opep va devoir poursuivre ses efforts si elle veut éviter qu'il y ait un surplus de l'offre", a souligné Stephen Brennock, analyste chez PVM.
Le pacte conclu fin 2016 entre l'Organisation, assise sur un tiers de la production mondiale et une dizaine d'autres pays non membres, dont la Russie, a permis de stabiliser le marché après un effondrement des prix.
Le prix moyen du baril en 2016 était autour de 40 dollars. Le cours s'est depuis nettement repris, et en 2018 le prix moyen du baril approchait les 70 dollars.
En outre, l'accord a redonné du lustre à l'Opep au moment où elle semblait en perte de vitesse, et octroyé une nouvelle influence à la Russie, devenue l'arbitre du marché pétrolier.
L'Azerbaïdjan, pays allié de l'Opep, qui a proposé d'accueillir cette réunion, se retrouvera quant à lui sous les feux des projecteurs au moment où il cherche à attirer des investissements pour moderniser son industrie pétrolière vieillissante.
La réunion met l'ex-république soviétique du Caucase "au centre de l'attention du marché pétrolier mondial, et donne aux responsables du secteur énergétique l'occasion de rencontrer des ministres clés", ont souligné les analystes de S&P Global Platts dans une note.
"L'Azerbaïdjan doit attirer de nouveaux investissements s'il veut réussir à remplacer les réserves actuelles et à maintenir ses volumes de production au cours des prochaines décennies", ont indiqué les analystes, soulignant que le pays n'a pas découvert de nouveaux champs pétroliers depuis la chute de l'URSS en 1991.
Si le pays a déjà profité de sa participation à l'accord Opep+ pour resserrer ses relations bilatérales avec l'Arabie saoudite, la réunion de lundi devait lui permettre d'explorer des opportunités d'investissements pour sa compagnie pétrolière nationale Socar.
Le budget de cet Etat riverain de la mer Caspienne dépend largement des recettes des hydrocarbures, qui comptent pour la majeure partie de ses exportations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.