Comment s'est porté le secteur bancaire en 2018?    Bruxelles attend Boris Johnson de pied ferme    Crise des tankers : l'Iran prévient Londres qu'il « protégera » le Golfe    Le groupe ODM se renforce    Invité en Israël, un blogueur saoudien lynché par des Palestiniens    Vidéo. Lekjaâ menace les clubs marocains!    Lancement officiel du cadre national de la certification    Mercato : Mohcine Yajour au club saoudien Damak    Agadir/tourisme. Aïd Al Adha pénalise la destination    La Banque Populaire accompagne le secteur de la chimie et de la parachimie    Festival du cinéma de Taza : Abdelwahab Doukkali enchante le public    Le festival «Florilège culturel» couronné par la célébration de la Fête du Trône    Najat Aatabou star du 3ème festival Ajdir Izouran    Régions : la FCS déploie des formations certifiantes au profit des entreprises    Taounate: Benabdallah appelle une répartition spatiale équitable de la richesse    Le bachelor allégera-t-il la capacité d'accueil des facultés de droit ?    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement : Les perspectives d'élaboration de la loi de Finances 2020 au menu    73e anniversaire de la présentation par le PCM du Manifeste de l'Indépendance    Le président sénégalais a offert des passeports diplomatiques aux joueurs    Tanger : 20 personnes blessées lors d'un incident de manège    IAM: un bon premier semestre porté par le marché marocain    Le Bureau politique du PPS félicite Fatima Chaabi et Mahtat Rekkas    Championnat du Malawi : Une «poule» pour le meilleur joueur!    Education : La Chambre des représentants adopte le projet de loi-cadre    Développement régional : Un coût total de 411 MMDH, selon El Othmani    Averses orageuses et canicule dans plusieurs provinces du Royaume    Des propositions pratiques pour les droits de tous les enfants : L'ONDE coordonne ses efforts avec un réseau national    Presse. Des assises nationales en vue    Mohamed El Kettani fait Commandeur de l'Ordre national de Côte d'Ivoire    Moscou: 20.000 manifestants réclament des élections «libres»    Dora Maar: Une beauté qui en avait dans l'œil    Production cinématographique et audiovisuelle. Un "vrai" cadre juridique en gestation    Lekjaa confirme la démission de Renard et promet du changement    Edito : La voie de la dignité    Abdeslam Ahizoune réélu président de la FRMA    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    Bale sur le départ    Oxfam monte au créneau    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    L'Europe se prépare à une nouvelle canicule, Paris en alerte    Décès directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Opep et ses partenaires font le point sur leur stratégie de soutien aux prix
Publié dans Libération le 19 - 03 - 2019

Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et dix Etats alliés menés par la Russie devaient se réunir lundi à Bakou, en Azerbaïjan, pour faire le point sur leur stratégie, qui a permis depuis deux ans de soutenir les prix du pétrole.
Certains représentants de l'Opep se sont réunis dès le week-end avec leurs partenaires à Bakou pour évaluer l'état du marché et l'effet de leurs baisses volontaires de production.
La réunion du comité ministériel de suivi Opep et non-Opep, qui devait se tenir lundi dans un hôtel du centre de la capitale azerbaïdjanaise, n'a pas de pouvoir décisionnaire et fait office de prélude aux prochaines réunions officielles de l'Opep, prévues en avril et en juin à Vienne.
Mais vu la présence de représentants des deux poids lourds de l'accord, la Russie et l'Arabie saoudite, toute déclaration sera scrutée avec attention par les investisseurs.
Les mesures actuelles de l'accord de limitation de la production sont valides jusqu'en juin et ont été renforcées en décembre. Les pays de l'alliance se sont engagés à réduire leur production de 1,2 million de barils par jour au total afin de soutenir les prix du brut.
Les membres de cette alliance informelle baptisée "Opep+" devaient discuter lundi d'une éventuelle prolongation de cet accord et aborder la manière de formaliser sur le long terme leur alliance.
"L'Opep va devoir poursuivre ses efforts si elle veut éviter qu'il y ait un surplus de l'offre", a souligné Stephen Brennock, analyste chez PVM.
Le pacte conclu fin 2016 entre l'Organisation, assise sur un tiers de la production mondiale et une dizaine d'autres pays non membres, dont la Russie, a permis de stabiliser le marché après un effondrement des prix.
Le prix moyen du baril en 2016 était autour de 40 dollars. Le cours s'est depuis nettement repris, et en 2018 le prix moyen du baril approchait les 70 dollars.
En outre, l'accord a redonné du lustre à l'Opep au moment où elle semblait en perte de vitesse, et octroyé une nouvelle influence à la Russie, devenue l'arbitre du marché pétrolier.
L'Azerbaïdjan, pays allié de l'Opep, qui a proposé d'accueillir cette réunion, se retrouvera quant à lui sous les feux des projecteurs au moment où il cherche à attirer des investissements pour moderniser son industrie pétrolière vieillissante.
La réunion met l'ex-république soviétique du Caucase "au centre de l'attention du marché pétrolier mondial, et donne aux responsables du secteur énergétique l'occasion de rencontrer des ministres clés", ont souligné les analystes de S&P Global Platts dans une note.
"L'Azerbaïdjan doit attirer de nouveaux investissements s'il veut réussir à remplacer les réserves actuelles et à maintenir ses volumes de production au cours des prochaines décennies", ont indiqué les analystes, soulignant que le pays n'a pas découvert de nouveaux champs pétroliers depuis la chute de l'URSS en 1991.
Si le pays a déjà profité de sa participation à l'accord Opep+ pour resserrer ses relations bilatérales avec l'Arabie saoudite, la réunion de lundi devait lui permettre d'explorer des opportunités d'investissements pour sa compagnie pétrolière nationale Socar.
Le budget de cet Etat riverain de la mer Caspienne dépend largement des recettes des hydrocarbures, qui comptent pour la majeure partie de ses exportations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.