Coronavirus : 42 nouveaux cas, 7643 au total, jeudi 28 mai à 18h    La marocanité du Sahara, une «réalité appuyée par des preuves historiques solides»    Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    La Serie A ouvre ses portes à Mazraoui    Nabil Benabdallah: «le rôle de l'Etat est capital dans la gestion de la prochaine étape»    Le transport en relooke dans le Souss!     Des experts africains reconnaissants à SM le Roi    Coronavirus : que les roquets se taisent !    L'ennemi n° 1    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    HCP: Le Maroc se retrouve très proche de la zone de succès    «Nous vous aideront à affiner le protocole si cela est nécessaire»    Qu'en est-il pour le jour d'après?    «Un roman qui prend son temps, mais sans manquer de vitesse»    Coronavirus/masques : une unité industrielle à Chichaoua réoriente son activité    L'ONCF annonce un retour progressif à partir du 1er juin    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    La conjonction de tous les risques    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Reprendre, oui mais comment ?    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    L'engagement documentaire    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Procès à distance : 6.001 détenus bénéficiaires    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Opep et ses partenaires font le point sur leur stratégie de soutien aux prix
Publié dans Libération le 19 - 03 - 2019

Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et dix Etats alliés menés par la Russie devaient se réunir lundi à Bakou, en Azerbaïjan, pour faire le point sur leur stratégie, qui a permis depuis deux ans de soutenir les prix du pétrole.
Certains représentants de l'Opep se sont réunis dès le week-end avec leurs partenaires à Bakou pour évaluer l'état du marché et l'effet de leurs baisses volontaires de production.
La réunion du comité ministériel de suivi Opep et non-Opep, qui devait se tenir lundi dans un hôtel du centre de la capitale azerbaïdjanaise, n'a pas de pouvoir décisionnaire et fait office de prélude aux prochaines réunions officielles de l'Opep, prévues en avril et en juin à Vienne.
Mais vu la présence de représentants des deux poids lourds de l'accord, la Russie et l'Arabie saoudite, toute déclaration sera scrutée avec attention par les investisseurs.
Les mesures actuelles de l'accord de limitation de la production sont valides jusqu'en juin et ont été renforcées en décembre. Les pays de l'alliance se sont engagés à réduire leur production de 1,2 million de barils par jour au total afin de soutenir les prix du brut.
Les membres de cette alliance informelle baptisée "Opep+" devaient discuter lundi d'une éventuelle prolongation de cet accord et aborder la manière de formaliser sur le long terme leur alliance.
"L'Opep va devoir poursuivre ses efforts si elle veut éviter qu'il y ait un surplus de l'offre", a souligné Stephen Brennock, analyste chez PVM.
Le pacte conclu fin 2016 entre l'Organisation, assise sur un tiers de la production mondiale et une dizaine d'autres pays non membres, dont la Russie, a permis de stabiliser le marché après un effondrement des prix.
Le prix moyen du baril en 2016 était autour de 40 dollars. Le cours s'est depuis nettement repris, et en 2018 le prix moyen du baril approchait les 70 dollars.
En outre, l'accord a redonné du lustre à l'Opep au moment où elle semblait en perte de vitesse, et octroyé une nouvelle influence à la Russie, devenue l'arbitre du marché pétrolier.
L'Azerbaïdjan, pays allié de l'Opep, qui a proposé d'accueillir cette réunion, se retrouvera quant à lui sous les feux des projecteurs au moment où il cherche à attirer des investissements pour moderniser son industrie pétrolière vieillissante.
La réunion met l'ex-république soviétique du Caucase "au centre de l'attention du marché pétrolier mondial, et donne aux responsables du secteur énergétique l'occasion de rencontrer des ministres clés", ont souligné les analystes de S&P Global Platts dans une note.
"L'Azerbaïdjan doit attirer de nouveaux investissements s'il veut réussir à remplacer les réserves actuelles et à maintenir ses volumes de production au cours des prochaines décennies", ont indiqué les analystes, soulignant que le pays n'a pas découvert de nouveaux champs pétroliers depuis la chute de l'URSS en 1991.
Si le pays a déjà profité de sa participation à l'accord Opep+ pour resserrer ses relations bilatérales avec l'Arabie saoudite, la réunion de lundi devait lui permettre d'explorer des opportunités d'investissements pour sa compagnie pétrolière nationale Socar.
Le budget de cet Etat riverain de la mer Caspienne dépend largement des recettes des hydrocarbures, qui comptent pour la majeure partie de ses exportations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.