World Policy Conference : L'urgence d'une nouvelle gouvernance mondiale    Outsourcia fait l'acquisition de la société française Simplify    Dialogue social : El Otmani rencontre syndicats et employeurs    TGR : Le déficit budgétaire s'est creusé à 32,3 MMDH en septembre    Il fait l'actu : Kaiss Saïed, nouveau président de la Tunisie    Arab Reading Challenge: La Marocaine Fatima Zahra Akhiar passe en finale    Le 3e Salon maghrébin du livre fait la part belle aux enfants    Samira Said à Muscat    FRMF: Tout savoir sur les billets du match Maroc-Algérie locaux    TIBU Maroc présente la 1ère promotion de «Intilaqa»    Yemoh & The Minority Globe lance «Welcome to Africa» le 25 octobre    Ligue des champions de la CAF : Le WAC gagnera par forfait contre l'USMA    Les violations des droits humains à Tindouf mises à nu    Brexit: Un accord « possible » dans la dernière ligne droite, selon Dublin    Programme Bades: Le démenti de la CGI/CDG    Suite à une réunion avec la tutelle : Les transporteurs routiers de marchandises annulent leur grève    Moga Festival. L'électro métissé d'Essaouira !    À Hong Kong, la violence des radicaux n'entame pas l'unité du mouvement    Joie dans les rues de Quito pour célébrer la fin de la crise    Le Maroc tenu en échec par la Libye en attendant le Gabon ce mardi    Ouverture de la première session de la 4e année législative    Edito : Banques    Paul Kagame : « Le développement de l'Afrique relève de la responsabilité des Africains »    Le Maroc remporte à Abu Dhabi le Championnat arabe du muay-thaï    Fès : Trois individus arrêtés en flagrant délit de possession de plus de 2 t de chira    Vidéo. Marrakech : L'accident enregistré par une caméra de surveillance    WPC de Marrakech : La ‘‘Route de la Soie'', entre alarmistes et réalistes    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Bleus : Plan D comme Deschamps, monsieur bricolage    La quête d'un équilibre défensif    Le nouvel échéancier de paiement de l'IATA inquiète les voyagistes marocains    Ferme soutien au Plan d'autonomie au Sahara    La sensibilisation à la santé mentale au menu d'une rencontre à Rabat    Grave menace sur le passage frontalier d'El Guerguarat    Une délégation parlementaire marocaine participe à la 141ème Assemblée de l'UIP    Le village solaire d'Id Mjahdi se dote d'un Centre éducatif    La Banque africaine de développement soutient l'entrepreneuriat des jeunes et l'innovation au Maroc    Euro-2020 : L'Italie qualifiée, l'Espagne devra attendre    BMCE Bank of Africa organise une master class sur le "personal branding"    "Achoura" de Talal Selhami remporte un nouveau prix en Espagne    Le musée Farid Belkahia ouvre ses portes aux œuvres de Hassan Hajjaj    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tétouan, capitale du cinéma méditerranéen
Publié dans Libération le 25 - 03 - 2019

Le coup d'envoi du Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan a été donné, samedi soir au «Teatro espagnol», en présence de plusieurs personnalités du monde de la politique, des médias, des arts et de la culture. Ce grand rendez-vous cinématographique, qui célèbre cette année son 25ème anniversaire, avec la Palestine comme invitée d'honneur, réunit de grands noms du cinéma national, arabe et international, faisant de la ville de Tétouan la capitale du cinéma méditerranéen et un espace d'échanges et de promotion de la culture de dialogue et de tolérance. Lors de la cérémonie d'ouverture, un vibrant hommage a été rendu à l'acteur marocain, Mohamed Choubi, en reconnaissance de ses contributions au cinéma, au théâtre et à la télévision marocains. Les organisateurs ont également prévu de rendre hommage aux acteurs égyptiens Nelly Karim et Karim Abdel Aziz et au réalisateur espagnol Luis Miñarro. Histoire de mettre en avant différents parcours d'artistes méditerranéens, leurs spécificités et leur singularité.
Dans une déclaration à la presse, Mohamed Choubi s'est dit honoré et fier de recevoir cet hommage dans l'un des plus grands Festivals du cinéma au Maroc, tout en souligant que cette distinction constitue pour lui un témoignage de l'évolution de sa carrière professionnelle.
S'exprimant également à l'occasion de la soirée d'ouverture, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laâraj a souligné que le Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan a contribué largement au rayonnement du 7ème art marocain à l'échelle méditerranéenne, eu égard à sa spécificité, notant que ce rayonnement a dépassé les frontières de l'espace méditerranéen pour s'imposer à l'international. S'agissant du choix de la Palestine comme invitée d'honneur de cette édition, le ministre a indiqué que la Palestine a toujours été présente dans la mémoire marocaine, précisant que cet hommage au 7ème art palestinien met en avant l'originalité de ce cinéma qui a remporté plusieurs prix dans les plus grands Festivals arabes et internationaux.
Pour ce qui est des projections de films, les festivaliers ont pu découvrir, lors de cette soirée d'ouverture, le long métrage égyptien, «La Sueur des palmiers» du réalisateur Redoine El Kashef. Bien loin des caravanes archéologiques et des palaces des bords du Nil, ce film est sans aucun doute le plus révélateur des réalités profondes de l'Egypte. Si profondes qu'il se situe dans une région des plus reculées et marginalisées: une oasis-village du sud, à au moins mille kilomètres du Caire à vol d'oiseau, où débarquent de mystérieux nomades. Faisant miroiter un Eldorado lointain, ils entraînent tous les hommes du village, à l'exception d'un seul, trop jeune pour cette ruée vers l'or. Devenu, au fil des saisons, «le» mâle du village, il polarise le désir et les espoirs des femmes, partage leurs jeux et leur intimité. Jusqu'au retour des hommes, floués, pleins d'amertume et de ressentiment. Il s'agit, en effet, d'un récit qui prend, sans jamais lâcher prise avec le réel, les allures d'un conte oriental et qui présente moult réflexions sur l'Egypte rurale, contrainte ou même encline à abdiquer ses valeurs, mais aussi sur la condition des femmes et sur la domination masculine. Produit en 1998, le film bouscule le carcan des mœurs dans lequel les censeurs égyptiens tentaient d'enfermer toute la production intellectuelle.
Il aura fallu toute l'obstination de la productrice Marianne Khoury et surtout le parrainage actif du grand Youssef Chahine pour que le second long métrage de Redoine El Kashef parvient à voir le jour. Il est, par ailleurs, à noter que les différents jurys de cette édition ont été présentés lors de la soirée d'ouverture. Notamment le jury du long métrage, présidé par le cinéaste et musicien italien Roperto Giacomo Pischiutta avec à ses côtés la réalisatrice turque Pelin Esmer, l'actrice et réalisatrice ivoirienne Suzanne Kouame, la scénariste française Myriam Mezieres et Jamal Souissi, producteur, réalisateur et président de le Chambre marocaine des producteurs de films. Le jury du film documentaire est quant à lui présidé par le réalisateur algérien Malik Bensmaïl et celui de la critique par l'universitaire et critique marocain Mohamed Gallaoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.