Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Baisser les impôts et élargir l'assiette, un vrai casse-tête    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Fès à l'heure du 2ème Salon régional de l'économie sociale et solidaire    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    De Zemamra à Azemmour    Khalid Naciri au Forum de la MAP    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Après le fiasco d'Hanoi, Kim ravive les « liens historiques » avec Moscou    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La cassette audio n'a pas dit son dernier mot
Publié dans Libération le 26 - 03 - 2019

On pensait qu'elle connaîtrait le même sort que le Minitel, les VHS ou la cabine téléphonique: la cassette audio au parfum d'antan est à nouveau produite depuis novembre par une PME proche du Mont-Saint-Michel (ouest de la France), qui en exporte dans une trentaine de pays.
Début 2017, plusieurs professionnels du son ont toqué à la porte de cette petite entreprise d'Avranches, en Normandie, spécialisée dans la fabrication des bandes magnétiques. Motif: les stocks mondiaux de bande pour cassette s'amenuisent. Face au CD, puis au streaming, la "K7" a d'abord décliné avant de disparaître presque complètement, en gardant toutefois quelques audiophiles amoureux des face A et face B.
"On s'est dit +là il y a un truc qui se passe et qu'on n'avait pas du tout vu venir+", reconnaît Jean-Luc Renou, PDG de Mulann, qui affiche un chiffre d'affaires de cinq millions d'euros.
Habituée à vendre des bandes magnétiques servant aux tickets de métro ou aux péages, ainsi que des bandes audios pour les studios d'enregistrement et l'industrie militaire (sous-marins), cette PME d'une quarantaine de salariés décide alors de saisir la balle au bond: elle détache cinq personnes au développement des bandes pour cassette que la PME n'avait jamais produites auparavant. Après un an de recherche, la "K7" est commercialisée en novembre alors qu'elle n'était plus produite en France depuis une vingtaine d'années.
"On est parti d'une formule chimique qu'on avait déjà sur la bande audio haut de gamme et il a fallu résoudre des problèmes techniques de l'enduction (positionnement de l'enduit sur un support plastique, ndlr) et de la découpe", note M. Renou, rappelant que le degré de précision se mesurait en micron.
Au milieu des machines, dont certaines évoquent des métiers à tisser, et d'une odeur de solvant, Laurent, "opérateur de découpe" selon son terme exact, vérifie minutieusement la qualité des bandes. "On met 89 mètres dans une cassette de 60 minutes!", s'exclame-t-il.
Les cassettes au design orange et noir volontairement vintage, vendues 3,49 euros l'unité, sont produites par milliers chaque mois tandis que les bandes audios sont, elles, exportées à des "réplicateurs", des professionnels du son qui enregistrent l'album sur un support pour un label.
S'il s'agit d'un "marché de niche", la PME exporte 95% de ses cassettes, vers des pays comme les Etats-Unis, l'Angleterre, l'Allemagne mais aussi Malte, la Suède, Israël, l'Ouzbékistan ou encore le Kazakhstan, explique Théo Gardin, directeur commercial, 27 ans, qui confie d'un oeil amusé n'avoir pas connu dans sa jeunesse les joies (et désagréments) du walkman (et la bande qui s'emmêle et qu'il faut rembobiner avec un stylo).
Pour expliquer ce regain d'intérêt, Ronan Gallou, directeur général, croit au besoin de "posséder des objets" à une époque "où tout se dématérialise".
"Quand vous écoutez de la musique sur Spotify ou Deezer, c'est souvent rare d'écouter une chanson entière, on zappe facilement. Là, avec une cassette, on écoute l'ensemble d'une oeuvre musicale, tout un album", plaide-t-il, soulignant que la bande son de Bohemian Rhapsody ou un album du groupe français Indochine étaient récemment sortis sur ce support.
Pour Jean-Luc Renou, une petite place existe toujours pour le son analogique dans l'univers actuel de la musique. "Prenez l'exemple du chauffage: vous avez des radiateurs à la maison, c'est confortable, c'est le numérique. Mais à côté de cela, vous pouvez faire un bon feu de cheminée, on est plus dans le plaisir, c'est la cassette ou le vinyle", philosophe-t-il.
A Rennes (ouest), dans une grande surface spécialisée dans le divertissement, aucune cassette n'est visible. "On a bien eu quelques ventes mais les demandes sont rarissimes, ça n'a rien à voir avec le phénomène du vinyle", reconnaît un vendeur qui préfère rester anonyme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.