La déconcentration administrative: un enjeu de démocratie    PAM: Les dissidents reportent le congrès    Début de semaine mitigé    Le marché pétrolier en ébullition    L'Boulevard 2019: La relève sur un tremplin    Tremplin 2019: Une 19e édition et un esprit toujours aussi bon enfant    Skhirat: 1ère réunion du comité de pilotage de la 3e phase de l'INDH    Suivez en direct: PSG vs Real Madrid et Atlético Madrid vs Juventus    Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean : Le marocain Mustapha Fahmi primé    OCP renforce sa position de leader en Asie    Le déficit de liberté économique, une menace pour la démocratie    Insolite : Héritage dépensé    Pedro Sanchez : J'espère que les Espagnols donneront une majorité plus large au Parti socialiste    News    Dakar salue l'engagement infaillible de S.M le Roi en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique    Liverpool chute, l'Ajax carbure et le Barça s'en tire à bon compte    Djorkaeff à la tête de la Fondation Fifa    Le Onze national des locaux attendu aujourd'hui à Alger    Amadou Ba : Le soutien à l'intégrité territoriale du Maroc est une constante de la diplomatie sénégalaise    Des centaines de poissons morts asphyxiés en bordure de l'Oued Massa    L'accès des enfants réfugiés à la scolarisation, une initiative assurément louable    Le Maroc et le Danemark scellent un nouveau partenariat dans le domaine de la statistique    Les produits du terroir jouent un rôle clé dans le développement agricole durable    Le développement de la flotte de RAM, un prérequis pour mieux servir le tourisme national    Le Festival international du film de femmes à Salé lance la nouvelle saison culturelle    Mouna Fettou: Nous avons besoin d'une véritable industrie cinématographique    Le Maroc invité d'honneur du Festival d'Helsinki de la musique sacrée    Trump annonce un durcissement « substantiel » des sanctions contre l'Iran    Tourisme : La tendance positive du début d'année se confirme    U.S. Seeks to Heighten Scrutiny of Foreign Investment in Tech, Infrastructure, Data    Brexit : le risque d'un « No-deal » est très réel    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Rapport de la Cour des comptes : Tamek tire à boulets rouges sur Jettou    Maroc-France. Appel à projet pour l'enseignement des soft skills à l'université    Guaido poursuivi pour ses liens présumés avec des narco-trafiquants    Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Moga Festival ou l'avant-garde de la musique électronique    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Incendies: Fermeture de milliers d'écoles en Indonésie et en Malaisie    La « Cour suprême » de Facebook pourra annuler les décisions de Mark Zuckerberg    Sahara : A quoi joue l'Espagne ?    Le Professeur Rachid Yazami reçoit à Paris le Prix de l'Investisseur arabe    Tourisme à Essaouira : Des progrès notables, mais encore des efforts à fournir    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Météo: le temps qu'il fera ce mercredi    Divers    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La cassette audio n'a pas dit son dernier mot
Publié dans Libération le 26 - 03 - 2019

On pensait qu'elle connaîtrait le même sort que le Minitel, les VHS ou la cabine téléphonique: la cassette audio au parfum d'antan est à nouveau produite depuis novembre par une PME proche du Mont-Saint-Michel (ouest de la France), qui en exporte dans une trentaine de pays.
Début 2017, plusieurs professionnels du son ont toqué à la porte de cette petite entreprise d'Avranches, en Normandie, spécialisée dans la fabrication des bandes magnétiques. Motif: les stocks mondiaux de bande pour cassette s'amenuisent. Face au CD, puis au streaming, la "K7" a d'abord décliné avant de disparaître presque complètement, en gardant toutefois quelques audiophiles amoureux des face A et face B.
"On s'est dit +là il y a un truc qui se passe et qu'on n'avait pas du tout vu venir+", reconnaît Jean-Luc Renou, PDG de Mulann, qui affiche un chiffre d'affaires de cinq millions d'euros.
Habituée à vendre des bandes magnétiques servant aux tickets de métro ou aux péages, ainsi que des bandes audios pour les studios d'enregistrement et l'industrie militaire (sous-marins), cette PME d'une quarantaine de salariés décide alors de saisir la balle au bond: elle détache cinq personnes au développement des bandes pour cassette que la PME n'avait jamais produites auparavant. Après un an de recherche, la "K7" est commercialisée en novembre alors qu'elle n'était plus produite en France depuis une vingtaine d'années.
"On est parti d'une formule chimique qu'on avait déjà sur la bande audio haut de gamme et il a fallu résoudre des problèmes techniques de l'enduction (positionnement de l'enduit sur un support plastique, ndlr) et de la découpe", note M. Renou, rappelant que le degré de précision se mesurait en micron.
Au milieu des machines, dont certaines évoquent des métiers à tisser, et d'une odeur de solvant, Laurent, "opérateur de découpe" selon son terme exact, vérifie minutieusement la qualité des bandes. "On met 89 mètres dans une cassette de 60 minutes!", s'exclame-t-il.
Les cassettes au design orange et noir volontairement vintage, vendues 3,49 euros l'unité, sont produites par milliers chaque mois tandis que les bandes audios sont, elles, exportées à des "réplicateurs", des professionnels du son qui enregistrent l'album sur un support pour un label.
S'il s'agit d'un "marché de niche", la PME exporte 95% de ses cassettes, vers des pays comme les Etats-Unis, l'Angleterre, l'Allemagne mais aussi Malte, la Suède, Israël, l'Ouzbékistan ou encore le Kazakhstan, explique Théo Gardin, directeur commercial, 27 ans, qui confie d'un oeil amusé n'avoir pas connu dans sa jeunesse les joies (et désagréments) du walkman (et la bande qui s'emmêle et qu'il faut rembobiner avec un stylo).
Pour expliquer ce regain d'intérêt, Ronan Gallou, directeur général, croit au besoin de "posséder des objets" à une époque "où tout se dématérialise".
"Quand vous écoutez de la musique sur Spotify ou Deezer, c'est souvent rare d'écouter une chanson entière, on zappe facilement. Là, avec une cassette, on écoute l'ensemble d'une oeuvre musicale, tout un album", plaide-t-il, soulignant que la bande son de Bohemian Rhapsody ou un album du groupe français Indochine étaient récemment sortis sur ce support.
Pour Jean-Luc Renou, une petite place existe toujours pour le son analogique dans l'univers actuel de la musique. "Prenez l'exemple du chauffage: vous avez des radiateurs à la maison, c'est confortable, c'est le numérique. Mais à côté de cela, vous pouvez faire un bon feu de cheminée, on est plus dans le plaisir, c'est la cassette ou le vinyle", philosophe-t-il.
A Rennes (ouest), dans une grande surface spécialisée dans le divertissement, aucune cassette n'est visible. "On a bien eu quelques ventes mais les demandes sont rarissimes, ça n'a rien à voir avec le phénomène du vinyle", reconnaît un vendeur qui préfère rester anonyme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.