10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    Classement : La Tunisie rentre bredouille    Ankara défie Bruxelles    Nouvelle économie: les territoires, faiseurs de nations    Internet mobile: L'effet accélérateur du smartphone    Casa malade de ses moyens de transport    Les budgets des collectivités territoriales enregistrent un excédent de 5,4 MMDH    Managem et Injaz Al-Maghrib présentent le bilan de leurs programmes de formation à l'entrepreneuriat    Les projets de loi relatifs aux soulaliyates adoptés en commission à la Chambre des représentants    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    « Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Bouillon de culture    Troisième marche du podium pour le Nigeria    De "captain" Mahrez à la révélation Bennacer Le carré d'as algérien    Hicham El Idrissi : Il ne faut pas compter sur des joueurs qui ne veulent plus jouer pour le KACM    La syphilis regagne du terrain    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    Contrairement à Nicki Minaj, 50 Cent et Janet Jackson chanteront en Arabie Saoudite    "Les Enfants de la mer", un film d'animation écologiste et spirituel    Le court-métrage en fête à Ifrane et Azrou    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Migration illégale. Comment retenir les mineurs au Maroc    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Algérie-Sénégal : La CAF change l'arbitre de la finale !    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Instagram masque les likes dans six pays    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc plaide pour la cohérence, la cohésion et l'unité des pays africains
Publié dans Libération le 26 - 03 - 2019

«Non à la division. Oui à la cohésion. Non aux chamailleries d'arrière-garde et oui au rassemblement pour les véritables causes prioritaires de l'Afrique ». C'est le message fort que le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale, Nasser Bourita, a tenu à mettre en relief devant les délégations de la quarantaine de pays issus des cinq sous-régions du continent ayant pris part à la Conférence ministérielle africaine sur l'appui de l'Union africaine au processus politique des Nations unies sur le différend régional au sujet du Sahara marocain tenue hier à Marrakech.
Ce discours a été celui du rassemblement, de l'unité, de la cohésion et de la cohérence des pays et des nations africains pour faire face aux multiples défis qui pèsent sur le continent.
Nasser Bourita a ainsi souligné l'importance de la ville ocre qui a abrité cet événement, affirmant qu'elle a été « tout au long de son histoire un lieu de rencontre et de rassemblement, en particulier pour l'Afrique et ses nations ».
C'est par le rassemblement et l'unité, a-t-il précisé, que les pays africains peuvent trouver des réponses idoines aux « attentes considérables qui pèsent sur nos pays et sur notre continent. Ce sont les attentes d'une jeunesse affranchie des dogmes du passé, lucide sur ses besoins et exigeante dans ses aspirations». Et le ministre de mettre en exergue: «L'intérêt supérieur de l'Afrique nous appelle, donc, au rassemblement; il nous interdit de nous tromper de combat. Notre mot d'ordre est le même : celui de l'unité, de la cohésion et de la cohérence. Cohérence avec nous-mêmes Africains d'abord ; avec l'organisation qui nous unit et avec les partenaires qui nous interpellent ».
Dans ce sens, Nasser Bourita a rappelé le discours de S.M le Roi Mohammed VI prononcé le mardi 31 janvier 2017 devant le 28ème Sommet de l'Union africaine (UA) à Addis-Abeba et dans lequel le Souverain a établi « la feuille de route » du Royaume au sein de cette organisation continentale après son retour au sein de sa famille institutionnelle africaine. « Loin de nous, l'idée de susciter un débat stérile! Nous ne voulons nullement diviser, comme certains voudraient l'insinuer ! Vous le constaterez : dès que le Royaume siègera de manière effective, et qu'il pourra apporter sa contribution à l'agenda des activités, son action concourra, au contraire, à fédérer et à aller de l'avant », avait souligné le Souverain dans son discours.
Selon le chef de la diplomatie marocaine, la Conférence ministérielle africaine « est l'exacte illustration de cette vision Royale, en ce qu'elle entend, précisément, fédérer et à aller de l'avant ». Et d'ajouter : « Cet esprit de rassemblement n'est pas une posture de circonstance, mais une position de constance. Il découle de l'essence même de la politique africaine de S.M le Roi, qui repose sur les principes de responsabilité, de solidarité et de clarté ».
C'est cette vision même qui « pousse le Maroc, aujourd'hui, à s'opposer à tout débat stérile exploitant la question du Sahara marocain, et à condamner les manipulations politiques et les surenchères manichéennes ».
Il y a lieu de signaler que la Conférence ministérielle africaine de Marrakech vise essentiellement à exprimer le soutien à la décision 693, adoptée par la 31ème Sommet de l'UA, tenu les 1 et 2 juillet 2018 à Nouakchott (Mauritanie) ; laquelle décision « contribue, assurément, à installer la sérénité dans les travaux de l'UA sur la question du Sahara marocain », et « consacre un mandat exclusif de la Troïka », en mettant fin une fois pour toutes à « la cacophonie et à la prolifération d'actions à tout va ».
« Cette décision replace la question du Sahara marocain dans son cadre idoine : celui des Nations unies », a-t-il souligné. Et d'ajouter : « Cette décision permet, de ce fait, de dépouiller les travaux de l'UA et de l'immuniser face à toute tentative inappropriée de la dévier du chemin de l'unité et de l'intégration ». En d'autres termes, la décision 693 permet de préserver « la cohésion de notre organisation face à une question qui l'a toujours divisée », a-t-il conclu.
Un document distribué aux journalistes au début de cet important évènement a mis l'accent sur cet esprit de rassemblement et d'unité que le ministre marocain avait mis en exergue dans son discours d'ouverture. Ce document a souligné que l'objectif du Maroc est « de rassembler et d'unir autour du respect de l'esprit et de la lettre de la décision de Nouakchott, en évitant la cristallisation de divisions internes pouvant compromettre la résolution du conflit régional et nuire à la stabilité, la cohésion et l'efficacité de l'organisation ». Et la même note d'ajouter que « depuis son retour à l'UA, le Royaume du Maroc a, sous la conduite éclairée de S.M le Roi Mohammed VI, inscrit son action, selon une approche inclusive et fédératrice, dans le cadre d'implémentation d'initiatives et de projets structurants en termes de développement humain et économique (migration, environnement, emploi des jeunes, paix et sécurité, etc.) au service du leadership de l'Afrique et de ses citoyens».
Il convient de souligner que la décision 693 a mis l'accent sur « la nécessité pour l'UA de contribuer activement à la recherche d'une solution, à travers un soutien renouvelé aux efforts menés par le Secrétaire général des Nations unies et son envoyé personnel ».
La même décision a mis en place un mécanisme africain comprenant la Troïka de l'UA, à savoir les présidents sortants, en exercice et entrants de l'UA, ainsi que le président de la Commission de l'UA, en vue d'apporter « un soutien efficace aux efforts conduits par les Nations unies, et ce en encourageant les parties à faire preuve de flexibilité, en mobilisant un appui aussi large que possible aux efforts que mènent les Nations unies et en réfléchissant, en droite consultation avec les Nations unies, sur le contenu du compromis souhaité ». Ce mécanisme soumettra périodiquement un rapport sur l'exécution de son mandat à la Conférence de l'UA et le cas échéant au Conseil de paix et de sécurité au niveau des chefs d'Etat et de gouvernement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.