Amical : Les Lionnes de l'Atlas en test face aux Aigles de Carthage    L'athlète marocain Hicham Laqouahi remporte la 31ème édition du marathon international de Marrakech    LDC Afrique: Le WAC et le RAJA seront bientôt fixés sur leurs adversaires pour les quarts de finale    Le Roi félicite le Premier ministre indien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Le Roi félicite le Gouverneur général d'Australie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Russie: Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche…    Ali Najab: «Les tortionnaires du polisario agissaient sur ordre des Algériens»    Elevage dans l'Oriental : des actions pour juguler la faiblesse des précipitations    L'ITB pointe à l'horizon!    Le Raja pour la revanche et la qualification en Tunisie    Hicham Dmii jette l'éponge    L'ambassade du Maroc à Pékin rassure    Le PPS au parlement: Le pays ne dispose que de 13 médecins légistes!    Larbi Doghmi, un créateur dans la mémoire…    La «dissolution» de l'IRCAM: Que pensent les acteurs amazighs !    Brexit : l'UE nomme un ambassadeur auprès du Royaume-Uni    Coronavirus : Voici les pays touchés    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    Jusqu'à -5°C dans certaines régions du Maroc ce dimanche 26 janvier    Coronavirus : le bilan grimpe à 56 morts et 2000 cas de contamination    Coronavirus: le Maroc instaure un contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux    Une panne de carburant d'une ambulance cause la mort d'un malade à Youssoufia    Un malfrat interpellé pour vol de téléphones portables sous la menace    Programme des principaux matchs du dimanche 26 janvier    CGEM: Et maintenant, au travail!    CGEM/DGI : Echange autour des dispositions de la Loi de Finances 2020    Turquie : un séisme fait au moins 21 morts dans l'est du pays    Syrie : plus de 38.000 déplacés en cinq jours dans le nord-ouest    La ministre espagnole des Affaires étrangères : le Maroc a le droit de délimiter son espace maritime    Hausse des exportations agro-alimentaires en 2019    Maroc-Espagne : Le « dialogue » pour résoudre le chevauchement des droits maritimes    Ligue des Champions de la CAF : Le Wydad décroche son ticket pour les quarts    Aucun cas de coronavirus au Maroc, annonce la Santé    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    La SIE change de positionnement    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Divers sportifs    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elles donnent la vie, mais la leur est tout sauf rose
Publié dans Libération le 06 - 05 - 2019

Célébrer la Journée internationale des sages-femmes, reviendrait à célébrer la vie. Personnels de santé, les sages-femmes sont celles qui donnent naissance aux hommes et aux femmes de demain, et prennent en charge la maman, avant, pendant et après l'accouchement. Cette relation privilégiée est d'ailleurs au cœur de ladite journée, placée sous le thème : «Les sages–femmes: défenseurs des droits des femmes» et organisée par l'Association marocaine des sages-femmes (AMSF), en partenariat avec le fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), le 3 mai courant, au siège du Conseil national de l'Ordre des médecins.
Dans un communiqué, l'Association marocaine des sages-femmes en a profité pour afficher des revendications destinées à mettre en avant les droits des sages-femmes, mais aussi, améliorer leur quotidien professionnel, tout comme celui de la gente féminine.
A commencer par un besoin de reconnaissance prégnant. «Les sages-femmes ont, elles aussi, le droit d'être reconnues, respectées et soutenues en tant que professionnelles de la santé, autonomes, formées et réglementées, pour fournir les soins essentiels», précise l'UNFPA dans son communiqué. Une demande qui en appelle une autre, celle de pratiquer leur métier en toute confiance et sans crainte, dans un environnement sécurisé. «Les sages-femmes ont besoin d'un milieu de travail sûr et favorable pour pouvoir défendre les femmes et leurs familles, les soutenir et leur prodiguer des soins respectueux, individualisés et de qualité tout au long du continuum de la grossesse et de l'accouchement», dixit UNFPA.
Pour appuyer ses propos, l'Association marocaine des sages-femmes avance les efforts fournis par ces dernières dans la réduction de la mortalité maternelle et néonatale. D'après la même source, elles ont eu un rôle important dans ce sens, en se basant sur la dernière enquête nationale sur la population et la santé familiale réalisée l'année dernière. A savoir, un taux de mortalité maternelle réduit de 35%, passant de 112 pour 100.000NV en 2010 à 72.6 décès pour 100.000 naissances vivantes en 2017. Mais pas que. Car toujours d'après la même source, la même tendance à la baisse a été constatée pour la mortalité néonatale qui est passée de 21,7 à 13,56 pour 1.000 naissances vivantes.
A la lumière de ces éléments, on pourrait croire que tous les moyens sont mis à la disposition des sages-femmes pour qu'elles continuent sur cette lancée. Pourtant, la réalité est loin d'être aussi rose. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elles exercent dans la douleur.
Interrogée par Libé il y a quelques semaines, Najat Baloui, secrétaire générale de l'Association nationale des sages-femmes au Maroc (ANSFM) pointait du doigt le statut et les conditions de travail qui laissent à désirer. Et notamment, la longueur des heures de travail, la faiblesse des indemnités pour les gardes, les conditions de travail stressantes. «On exerce notre métier dans de mauvaises conditions durant de longues heures pour des salaires minimes. Certaines d'entre nous risquent leur vie et leur sécurité physique et morale pour assumer leurs responsabilités», nous a-t-elle révélé dans le cadre de la promulgation de la loi 44.13, votée en juillet 2016 et qui définit les prérogatives, les lieux de pratique et les conditions d'exercice des sages-femmes. Une loi qui n'aurait pas changé la donne. D'autant plus que ses textes d'application sont toujours en cours de finalisation. « Le texte de loi tant attendu n'a pas répondu à toutes nos attentes. En fait, nombre de volets importants ont été passés sous silence», se désolait-elle.
Un constat qui trouve un prolongement dans l'insuffisance de l'effectif par rapport au niveau de la demande des services de santé. Mais malgré cela, la Coordination nationale des sages-femmes (CNSF) a précisé qu'il y avait une inadéquation entre le nombre de diplômées issues des 21 instituts, estimé à 500 sages-femmes par an, et le marché du travail qui n'arrive pas à absorber ce nombre. En chiffres, la CNSF précise qu'il y a 2.200 sages-femmes au chômage alors que la totalité d'entre elles relevant du ministère de la Santé ne dépasse pas les 4.000, soit 4 sages-femmes pour 1.000 naissances. Une situation loin de la norme internationale qui exige, quant à elle, 6 sages-femmes pour 1.000 naissances.
Sous couvert d'anonymat, un médecin pratiquant dans un CHU marocain corrobore ces constats, en confirmant les difficultés financières dont souffrent les sages-femmes, tout en rappelant qu'elles sont d'une grande aide. Dans ce sens, notre interlocuteur souligne qu'à l'inverse de ce qui est convenu, la relation entre gynécos et sages-femmes est la plupart du temps, harmonieuse. Et pour cause, « elles couvrent énormément de travail pour les gynécos», nous explique-t-il. Et de nuancer : « Sauf quand elles haussent le ton en s'adressant aux patients. Chose qu'on leur reproche souvent. Mais en même temps, c'est parfois compréhensible au vu du stress qui les gagne quand elles ont deux vies entre les mains». Ce qui l'est un peu moins pour ce médecin, c'est quand certaines sages-femmes profitent de leur position de force, pour demander des dessous de table aux familles des patients en échange d'un traitement particulier. Peut-être bien, mais il ne serait sans doute pas inutile de rappeler que, comme l'a bien souligné notre interlocuteur, il ne s'agit que de quelques brebis gâleuses comme il en existe malheureusement partout ailleurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.