Flash hebdomadaire    Délais de paiement. Entreprises et établissements publics désormais contraints à la transparence    Washington s'apprête à sanctionner davantage l'Iran    Criminalité à Casablanca. Recul des affaires de vol    Festival Gnaoua et musiques du monde. Grande fête de la culture !    Afrique du Sud-Côte d'Ivoire : choc entre deux équipes en quête de gloire perdue    Le plan américain de paix par l'économie sera discuté à Bahreïn, sans les Palestiniens    "Comment est-ce possible ?", le coup de gueule d'Hervé Renard    L'école belge de Rabat met en place des programmes préparatoires aux tests d'admission    Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition    Marrakech. Une bande spécialisée dans le trafic de drogue démantelée    MAROC/PALESTINE : LAKJAA RAPPELLE LE SOUTIEN ENGAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI POUR LES PALESTINIENS, DIRECTION ET PEUPLE    Mauritanie: Cheikh El-Ghazouani revendique la victoire    De David Guetta à Kery James: retour sur le weekend de Mawazine    Clôture en apothéose de la fête de la musique "by Wecasablanca Festival"    Les Muwachahat andalouses et alépines résonnent dans le ciel de Fès    Bac 2019 : Un taux de réussite de 65,55%    Violence à l'égard des femmes. L'enquête nationale décortiquée par les députés    Une mosquée de Ceuta visée par des tirs    25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin    Gouvernance spatiale et développement    L'université Ibn Zohr en apothéose!    CAN 2019 : 120 millions de DH privent les Marocains des matchs des Lions de l'Atlas    RAM : APRES NEW-YORK, MIAMI, WASHINGTON...AU TOUR DE BOSTON POUR DES VOLS DIRECTS    «Al Omrane Expo MDM» remplace un roadshow international    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    Le Maroc exprime sa satisfaction quant à la position constructive de la Barbade    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    BMW de nouveau transporteur officiel du Festival Mawazine    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Mohamed Aujjar s'informe du fonctionnement de la Cour de cassation hongroise    Le Sénégal et l'Algérie prennent les rênes du Groupe C    Administration. Où en est le chantier de la déconcentration ?    Edito : Excédent au Bac    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    Marc Lamti, le plus jeune joueur de la compétition    Amine Harit : Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais    Les marchands non financiers confiants pour le deuxième trimestre    Enfin un prix pour l'enseignant inspirant    La politique migratoire de l'Espagne entre façade et réalité    Répression tous azimuts dans les camps de la honte    Divers    "Futuristic Vision" remporte le prix de la meilleure Junior entreprise    Une victoire d'entrée pour les maîtres de céans    Palestine. Une marche de soutien à Rabat    Affaire Khashoggi: la responsabilité du prince héritier est engagée…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elles donnent la vie, mais la leur est tout sauf rose
Publié dans Libération le 06 - 05 - 2019

Célébrer la Journée internationale des sages-femmes, reviendrait à célébrer la vie. Personnels de santé, les sages-femmes sont celles qui donnent naissance aux hommes et aux femmes de demain, et prennent en charge la maman, avant, pendant et après l'accouchement. Cette relation privilégiée est d'ailleurs au cœur de ladite journée, placée sous le thème : «Les sages–femmes: défenseurs des droits des femmes» et organisée par l'Association marocaine des sages-femmes (AMSF), en partenariat avec le fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), le 3 mai courant, au siège du Conseil national de l'Ordre des médecins.
Dans un communiqué, l'Association marocaine des sages-femmes en a profité pour afficher des revendications destinées à mettre en avant les droits des sages-femmes, mais aussi, améliorer leur quotidien professionnel, tout comme celui de la gente féminine.
A commencer par un besoin de reconnaissance prégnant. «Les sages-femmes ont, elles aussi, le droit d'être reconnues, respectées et soutenues en tant que professionnelles de la santé, autonomes, formées et réglementées, pour fournir les soins essentiels», précise l'UNFPA dans son communiqué. Une demande qui en appelle une autre, celle de pratiquer leur métier en toute confiance et sans crainte, dans un environnement sécurisé. «Les sages-femmes ont besoin d'un milieu de travail sûr et favorable pour pouvoir défendre les femmes et leurs familles, les soutenir et leur prodiguer des soins respectueux, individualisés et de qualité tout au long du continuum de la grossesse et de l'accouchement», dixit UNFPA.
Pour appuyer ses propos, l'Association marocaine des sages-femmes avance les efforts fournis par ces dernières dans la réduction de la mortalité maternelle et néonatale. D'après la même source, elles ont eu un rôle important dans ce sens, en se basant sur la dernière enquête nationale sur la population et la santé familiale réalisée l'année dernière. A savoir, un taux de mortalité maternelle réduit de 35%, passant de 112 pour 100.000NV en 2010 à 72.6 décès pour 100.000 naissances vivantes en 2017. Mais pas que. Car toujours d'après la même source, la même tendance à la baisse a été constatée pour la mortalité néonatale qui est passée de 21,7 à 13,56 pour 1.000 naissances vivantes.
A la lumière de ces éléments, on pourrait croire que tous les moyens sont mis à la disposition des sages-femmes pour qu'elles continuent sur cette lancée. Pourtant, la réalité est loin d'être aussi rose. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elles exercent dans la douleur.
Interrogée par Libé il y a quelques semaines, Najat Baloui, secrétaire générale de l'Association nationale des sages-femmes au Maroc (ANSFM) pointait du doigt le statut et les conditions de travail qui laissent à désirer. Et notamment, la longueur des heures de travail, la faiblesse des indemnités pour les gardes, les conditions de travail stressantes. «On exerce notre métier dans de mauvaises conditions durant de longues heures pour des salaires minimes. Certaines d'entre nous risquent leur vie et leur sécurité physique et morale pour assumer leurs responsabilités», nous a-t-elle révélé dans le cadre de la promulgation de la loi 44.13, votée en juillet 2016 et qui définit les prérogatives, les lieux de pratique et les conditions d'exercice des sages-femmes. Une loi qui n'aurait pas changé la donne. D'autant plus que ses textes d'application sont toujours en cours de finalisation. « Le texte de loi tant attendu n'a pas répondu à toutes nos attentes. En fait, nombre de volets importants ont été passés sous silence», se désolait-elle.
Un constat qui trouve un prolongement dans l'insuffisance de l'effectif par rapport au niveau de la demande des services de santé. Mais malgré cela, la Coordination nationale des sages-femmes (CNSF) a précisé qu'il y avait une inadéquation entre le nombre de diplômées issues des 21 instituts, estimé à 500 sages-femmes par an, et le marché du travail qui n'arrive pas à absorber ce nombre. En chiffres, la CNSF précise qu'il y a 2.200 sages-femmes au chômage alors que la totalité d'entre elles relevant du ministère de la Santé ne dépasse pas les 4.000, soit 4 sages-femmes pour 1.000 naissances. Une situation loin de la norme internationale qui exige, quant à elle, 6 sages-femmes pour 1.000 naissances.
Sous couvert d'anonymat, un médecin pratiquant dans un CHU marocain corrobore ces constats, en confirmant les difficultés financières dont souffrent les sages-femmes, tout en rappelant qu'elles sont d'une grande aide. Dans ce sens, notre interlocuteur souligne qu'à l'inverse de ce qui est convenu, la relation entre gynécos et sages-femmes est la plupart du temps, harmonieuse. Et pour cause, « elles couvrent énormément de travail pour les gynécos», nous explique-t-il. Et de nuancer : « Sauf quand elles haussent le ton en s'adressant aux patients. Chose qu'on leur reproche souvent. Mais en même temps, c'est parfois compréhensible au vu du stress qui les gagne quand elles ont deux vies entre les mains». Ce qui l'est un peu moins pour ce médecin, c'est quand certaines sages-femmes profitent de leur position de force, pour demander des dessous de table aux familles des patients en échange d'un traitement particulier. Peut-être bien, mais il ne serait sans doute pas inutile de rappeler que, comme l'a bien souligné notre interlocuteur, il ne s'agit que de quelques brebis gâleuses comme il en existe malheureusement partout ailleurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.