Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prisme tactique : Une opposition de styles et de systèmes
Publié dans Libération le 18 - 05 - 2019

Dimanche, lorsque la nuit aura envahi le ciel, les battements des cœurs des supporters de Berkane vont être rythmés par la finale de la Coupe de la CAF. Un rendez-vous historique pour la RSB, qui n'a pas été trop épargnée par sa destinée, laquelle lui a mis sur son chemin vers la gloire, les Egyptiens du Zamalek. Mais si les Cairotes sont la bête noire des clubs marocains en cette édition, après avoir éliminé aux tours précédents l'Ittihad de Tanger et le Hassania d'Agadir, il n'en reste pas moins que ce passif peut se révéler précieux au moment de déterminer les forces et les faiblesses, d'un côté comme de l'autre. Autant d'éléments qui donnent un parfum particulier à la rencontre. Celui d'un combat qui n'est pas écrit. Mais s'il n'est pas écrit, il est indécis, donc intéressant. Bref, une opposition de styles qui promet, parfaitement illustrée par les systèmes de jeu en place. A savoir un 4-4-2 à plat pour la RSB et un 4-2-3-1 pour les Egyptiens.
Opposées l'une à l'autre, ces deux organisations créent des décalages à exploiter offensivement et à combler défensivement, par des compensations et des couvertures. Concrètement, un 4-4-2 à plat comme celui privilégié par Mounir Jaâouani face au 4-2-3-1 souvent utilisé par son homologue, le Suisse Christian Gross, sera forcément en infériorité numérique dans l'axe, au milieu du terrain (voir schéma). Afin de remédier à ce déséquilibre en phase défensive, Jaâouani va certainement demander à ces deux milieux excentrés de resserrer vers le centre et de défendre de manière plus étroite lorsque le jeu s'y déroule. En sus, l'un des deux avant-centres, Traoré notamment, ou celui qui le remplacera, ne doit pas hésiter à décrocher pour venir renforcer l'entrejeu. Si ces conditions ne sont pas remplies, un milieu adverse, la pointe haute du triangle en l'occurrence, va pouvoir aisément organiser le jeu.
En phase offensive, l'infériorité numérique dans l'axe du milieu de terrain qui résulte de l'opposition 4-4-2 vs 4-2-3-1, est handicapante en termes de possession de ballon et de construction de jeu, car les relais manquent entre la défense et le milieu, ainsi qu'entre l'entrejeu et l'attaque. Toutefois, grâce au quadrillage optimal que permet le 4-4-2 à plat, dans la largeur notamment, la RSB a la possibilité de sacrément mettre en danger les Cairotes. Comment ? Outre les combinaisons qu'il offre sur les ailes, ainsi que la forte présence dans la surface de réparation, ce système dispose d'un autre atout dans sa manche, principalement en phase de transition. Certes le Zamalek n'est pas une équipe qui aime posséder le ballon (52% de moyenne depuis le début de la saison), mais il serait astucieux de le leur laisser par moments. Et pour cause, sur plusieurs séquences de jeu, leur bloc s'est retrouvé coupé en deux, entre les six éléments à vocation défensive et les quatre à vocation offensive. Soit le vice principal du 4-2-3-1.
Du coup, il s'agit pour le onze berkani de presser en étant structuré autour d'un bloc oscillant entre le médian et le bas, avec pour objectif d'aspirer l'adversaire et créer de l'espace dans son dos, pour gicler et l'exploiter rapidement grâce à une recherche rapide de la verticalité. En espérant que le vent continuera aussi à souffler dans le dos de la RSB.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.