La 1ère partie du PLF 2020 adoptée en première commission par la Chambre des représentants    Dakhla : Akhannouch préside l'ouverture d'un salon sur l'aquaculture    Comment Donald Trump s'est embourbé dans l'affaire ukrainienne    Nouveau Mitsubishi L200. La robustesse pour devise    CNDH : Aucune trace de torture sur les détenus du hirak du Rif    La justice américaine se prononce sur les fouilles d'ordinateurs et appareils aux frontières    Halilhodžić s'exprime sur le cas Hamdallah    Vivo Energy Maroc et Myher Holding co-actionnaires dans la société Sopétrole    Othman Benjelloun et Leila Mezian, primés «Personnalités visionnaires» à Washington    Coupe de la CAF: Groupes équilibrés pour la RSB et le HUSA    Le Raja et le Wydad s'inclinent    L'autre facette de l'Homme des temps modernes    L'international espagnol David Villa annonce sa retraite    Les jeunes du PPS et de l'Istiqlal montrent la voie du changement    Mustapha Bakkoury désigné président du comité de pilotage de l'initiative «Desert to Power»    Couverture sanitaire universelle : Rabat accueille une session de formation sur l'expérience marocaine    Casablanca : Arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    L'ancien président Lula quitte la prison…    Marrakech accueille la 3ème Conférence de la Femme Africaine    Hommages et rayonnement    FIESAD2019: «Men Po» de la Chine remporte le Grand prix    Les nouveautés du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders    Wafa Assurance. L'acquisition de Pro Assur finalisée au Cameroun    Un mal pour un bien    Une délégation de Bayt Al Hikma reçue au siège du Parti à Rabat    Le groupement parlementaire du PPS scandalisé par une «mesure discriminatoire»    Tournoi Omnium VI: Banco pour Maha Haddioui !    Boeing espère la fin de l'immobilisation au sol du 737 Max avant fin décembre    Lancement du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders à Essaouira    Forum MEDays : le président sénégalais arrive à Tanger    Radio Sol, une nouvelle radio axée « musique et divertissement »    Lancement du Fonds de l'eau de Sebou, un projet pionnier !    Alsa en situation d'oligopole ?    Nouvelle arrestation pour le BCIJ à Guelmim    Une forte délégation marocaine à Johannesburg pour présenter les atouts du Royaume    Le marocain SGTM entame la réalisation d'une embouchure aux environs d'Abidjan    Trois artistes blessés dans une attaque au couteau lors d'un spectacle à Ryad    Insolite : Voler une voiture de gendarmerie    Comment cultiver le stress positif    La pneumonie, tueuse d'enfants    Dernière rentrée de 2019 pour les Bleus    Sterling écarté de l'équipe d'Angleterre    La Supercoupe d'Espagne s'installe en Arabie Saoudite pour trois ans    Lors de l'émission «Décryptage» de MFM Radio    Guerre des chefs à la tête du Polisario    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Marocains" de Leila Alaoui atterrissent à Séville    "Lire Casablanca", une invitation à comprendre le développement urbain de la métropole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prisme tactique : Une opposition de styles et de systèmes
Publié dans Libération le 18 - 05 - 2019

Dimanche, lorsque la nuit aura envahi le ciel, les battements des cœurs des supporters de Berkane vont être rythmés par la finale de la Coupe de la CAF. Un rendez-vous historique pour la RSB, qui n'a pas été trop épargnée par sa destinée, laquelle lui a mis sur son chemin vers la gloire, les Egyptiens du Zamalek. Mais si les Cairotes sont la bête noire des clubs marocains en cette édition, après avoir éliminé aux tours précédents l'Ittihad de Tanger et le Hassania d'Agadir, il n'en reste pas moins que ce passif peut se révéler précieux au moment de déterminer les forces et les faiblesses, d'un côté comme de l'autre. Autant d'éléments qui donnent un parfum particulier à la rencontre. Celui d'un combat qui n'est pas écrit. Mais s'il n'est pas écrit, il est indécis, donc intéressant. Bref, une opposition de styles qui promet, parfaitement illustrée par les systèmes de jeu en place. A savoir un 4-4-2 à plat pour la RSB et un 4-2-3-1 pour les Egyptiens.
Opposées l'une à l'autre, ces deux organisations créent des décalages à exploiter offensivement et à combler défensivement, par des compensations et des couvertures. Concrètement, un 4-4-2 à plat comme celui privilégié par Mounir Jaâouani face au 4-2-3-1 souvent utilisé par son homologue, le Suisse Christian Gross, sera forcément en infériorité numérique dans l'axe, au milieu du terrain (voir schéma). Afin de remédier à ce déséquilibre en phase défensive, Jaâouani va certainement demander à ces deux milieux excentrés de resserrer vers le centre et de défendre de manière plus étroite lorsque le jeu s'y déroule. En sus, l'un des deux avant-centres, Traoré notamment, ou celui qui le remplacera, ne doit pas hésiter à décrocher pour venir renforcer l'entrejeu. Si ces conditions ne sont pas remplies, un milieu adverse, la pointe haute du triangle en l'occurrence, va pouvoir aisément organiser le jeu.
En phase offensive, l'infériorité numérique dans l'axe du milieu de terrain qui résulte de l'opposition 4-4-2 vs 4-2-3-1, est handicapante en termes de possession de ballon et de construction de jeu, car les relais manquent entre la défense et le milieu, ainsi qu'entre l'entrejeu et l'attaque. Toutefois, grâce au quadrillage optimal que permet le 4-4-2 à plat, dans la largeur notamment, la RSB a la possibilité de sacrément mettre en danger les Cairotes. Comment ? Outre les combinaisons qu'il offre sur les ailes, ainsi que la forte présence dans la surface de réparation, ce système dispose d'un autre atout dans sa manche, principalement en phase de transition. Certes le Zamalek n'est pas une équipe qui aime posséder le ballon (52% de moyenne depuis le début de la saison), mais il serait astucieux de le leur laisser par moments. Et pour cause, sur plusieurs séquences de jeu, leur bloc s'est retrouvé coupé en deux, entre les six éléments à vocation défensive et les quatre à vocation offensive. Soit le vice principal du 4-2-3-1.
Du coup, il s'agit pour le onze berkani de presser en étant structuré autour d'un bloc oscillant entre le médian et le bas, avec pour objectif d'aspirer l'adversaire et créer de l'espace dans son dos, pour gicler et l'exploiter rapidement grâce à une recherche rapide de la verticalité. En espérant que le vent continuera aussi à souffler dans le dos de la RSB.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.