Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias
Publié dans Libération le 21 - 05 - 2019

Au cours de son parcours riche et varié, Dr M'hamed Loqmani a fait la rencontre de beaucoup de médias, d'abord en tant qu'initiateur d'un journal régional à Fès, puis en tant qu'intervenant dans des émissions
télévisées portant sur les politiques publiques ou sur les contours de la vie politique marocaine. Mais en tant que chercheur et intellectuel, il a eu aussi l'occasion d'évaluer quels
rapports entretiennent
les intellectuels et les médias.
Dans cet entretien, il nous livre
ses analyses et opinions.
Quelle lecture faites-vous du champ médiatique marocain ?
Le champ médiatique marocain est une partie intégrante du champ social, dans sa composition comme dans son mouvement. Il ne fait donc pas exception à la règle qui caractérise les autres champs, politique, économique, socio-culturel…lesquels traversent une période de transition marquée par l'incertitude.
Certes, il y a une évolution du point de vue institutionnel et législatif, mais quant à l'objectif même des médias, à savoir se convertir en un vrai quatrième pouvoir capable d'informer, de sensibiliser, de contrôler, voire de fabriquer ou de façonner une opinion publique dite citoyenne, cela laisse encore à désirer.
Bénéficiant du boom des technologies de l'information et de la communication, les médias marocains tendent à s'émanciper de toutes les barrières, sauf que le risque de tomber dans la précipitation et le désarroi persiste. D'où la nécessité de gérer et de canaliser ce changement d'une manière rationnelle.
Malgré ce constat, je suis optimiste et le changement souhaité ne tardera pas à venir. C'est vrai qu'il y a un débat sur ce sujet, mais il est plus souvent difficile d'aboutir à un consensus autour de cette équation liant liberté à responsabilité.
De toute façon, nous n'avons plus le choix devant les impératifs de la mondialisation et il faut aller de l'avant vers l'instauration d'un champ médiatique plus démocratique et professionnel.
Quels rapports avez-vous personnellement avec les médias marocains ?
Comme tout citoyen averti, je m'intéresse beaucoup à tout ce que les médias marocains diffusent, en particulier les événements politico-économiques et culturels. Mais généralement, je suis peu satisfait du produit médiatique national, notamment celui télévisuel, dont le professionnalisme et la qualité laissent beaucoup à désirer. On est vraiment loin du niveau concurrentiel médiatique que certains pays similaires ont pu atteindre.
Conscients de l'importance que revêtent les médias dans le monde d'aujourd'hui, les pouvoirs publics doivent avoir présent à l'esprit qu'il s'agit là d'un domaine stratégique et non plus sectoriel.
Quelle image les médias nationaux réservent-ils aux intellectuels marocains ?
Le paysage médiatique marocain souffre d'une cooptation, dont les acteurs influents sont constitués le plus souvent de lobbys économico-financiers et politico- idéologiques, mais pas culturels hélas ! Les intellectuels, eux, y occupent souvent une place marginale.
Les médias marocains sont-ils suffisamment ouverts sur les intellectuels nationaux ?
Avant de vous répondre, il faut se poser la question suivante : Est-ce que les intellectuels, eux-mêmes, sont suffisamment ouverts sur la société ?
Dans un monde caractérisé par des mutations accélérées, les médias ont profondément changé de logique, de style et d'outils de travail. Ils ressemblent, aujourd'hui, à ce que j'appellerai (au sens figuré) des médias-sniper qui tirent sur tout ce qui bouge dans la société. Ce qui signifie que si les intellectuels souhaitent être davantage médiatisés, ils devraient «bouger», c'est-à-dire produire, créer, inventer, communiquer, se mobiliser, avoir le sens de l'imagination, s'impliquer davantage dans l'action sociétale.
Quel regard portez-vous sur les intellectuels marocains fort présents sinon omniprésents dans les médias marocains ?
La société marocaine regorge d'intellectuels brillants et reconnus pour leurs contributions dans différents domaines des sciences humaines. Mais du fait qu'ils s'abstiennent de créer le buzz, ils ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias !
A l'inverse, l'omniprésence de certains intellectuels (le plus souvent contractuels) , interpelle les responsables des médias sur le manquement aux règles et principes de diversité, de déontologie, d'équité d'accès à cet espace de communication avec le grand public.
Recourir au one man show médiatique des intellectuels peut booster le niveau d'audience, voire rapporter de l'argent, ce qui n'est pas négligeable du tout, à condition que cela ait un sens. Il faut donc accorder une place méritoire aux gens du savoir. Car ces intellectuels possèdent un atout pour éclairer l'avenir : la vision ! Sans quoi, la société risque de perdre la boussole.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.