DGSN: un retraité soupçonné d'avoir violé deux mineurs à Larache    Coup de filet de la brigade mobile des douanes d'Agadir    Azilal : le parc jurassique ouvrira ses portes fin mars    Le Maroc prêt à apporter au Qatar tous les moyens humains et logistiques pour réussir le Mondial-2022 de football    Coronavirus : le port de Dakhla prend des mesures de restriction urgentes    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    La municipalité d'Agadir veut attribuer le nom de feu le dirigeant pjdiste Abdellah Baha à une rue de la ville    Plus de 7.800 autorisations sanitaires délivrées par l'ONSSA cette année    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Conjoncture, la DEPF prudemment optimiste    Serge Berdugo : «Nous sommes dans une phase de préservation et d'entretien du patrimoine juif marocain»    L'UE exprime son attachement à la solution à deux Etats pour la Palestine et Israël    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    Bulletin météorologique spécial : de fortes rafales de vent, attendues ce week-end    Ce que pense Nouamane Lahlou de Dounia Batma et Saad Lamjarred (VIDEO)    Modèle de développement : La DG du FMI livre sa recette    La déconstruction d'un mythe    L'Atalanta Bergame séduit l'Europe    Officiel: Badr Hari de retour sur le ring (VIDEO)    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Trump remplace le patron du renseignement après un briefing lié à la Russie    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    Commission spéciale du modèle de développement : Chakib Benmoussa à l'écoute à Paris des Marocains du Monde    Basket : le Maroc remporte un match amical face à l'Algérie    Transferts: Après Ziyech, Idrissi annoncé en Premier League?    Lancement à Hay Hassani d'une plateforme d'intégration économique dédiée aux jeunes    Wana retire sa plainte contre Maroc Telecom    Hicham Alaoui, paradoxes et prétéritions    Pourquoi Marrakech perd ses événements    Contemporary African Art Fair: à Marrakech, la culture reste «Capitale»    Entretiens maroco-mauritaniens sur les moyens de renforcer la coopération bilatérale    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Lancement de la deuxième édition du programme "Spin-off by PIS" dédié à l'entrepreneuriat des jeunes    Le cancer n'est pas une fatalité    Divers    L'OMDH-Casablanca sensibilise des élèves contre les dangers d'Internet    Le Maroc constitue la première destination des exportations valenciennes en Afrique    Divers Economie    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Emblématiques de Chypre, les mouflons suscitent l'ire des agriculteurs
Publié dans Libération le 19 - 06 - 2019

Installé sur la terrasse qui surplombe son verger luxuriant dans le massif du Troodos à Chypre, John Papadouris l'assure: s'il n'avait pas encerclé son terrain de grillages, les mouflons auraient ravagé ses arbres fruitiers.
Le mouflon est un ruminant sauvage proche du bouquetin, emblématique de l'île méditerranéenne de Chypre où il est apparu il y a environ 10.000 ans.
Longtemps tapi dans les zones isolées de la forêt du Troodos, dans l'ouest de l'île, l'animal pénètre désormais dans les villages agricoles de la vallée de Marathassa, plus à l'est, où coulent les rivières et foisonnent les arbres fruitiers.
Au grand dam des agriculteurs qui disent découvrir au petit matin leurs récoltes dévorées.
"Ces vignes pouvaient produire au moins trois tonnes de raisins. Actuellement, le producteur ne peut même pas en récolter 30 kg" à cause des mouflons, affirme Christodoulos Orphanides dans un vignoble situé à Tsakistra, village dont il est maire.
Les mouflons choisissent la nuit pour festoyer, dit-il. "On peut trouver jusqu'à 40 mouflons qui mangent les vignes" à ce moment-là. Lui-même possède six hectares de plantations, des cerisiers notamment, sur lesquels il explique ne plus pouvoir cueillir que les fruits poussant à la cime, la partie que les mouflons ne parviennent pas à atteindre.
Pour lui, la solution est évidente: il faut grillager les vergers.
Une méthode à laquelle se sont résolus de nombreux agriculteurs, à en croire les multiples jardins enceints de clôtures qui surgissent au détour des chemins de cette vallée située à environ 75 km à l'ouest de la capitale Nicosie.
"J'ai dépensé beaucoup d'argent pour clôturer mon jardin", indique John Papadouris, propriétaire d'un hôtel de luxe dans son village de Kalopanayiotis. "Je peux me le permettre" mais ce n'est pas le cas de tout le monde, dit le septuagénaire, ancien maire de sa commune. Il va jusqu'à parler de villageois "désespérés" qui ont été "chassés" par les mouflons.
Des propos jugés excessifs par Nicos Kasinis, chargé du département de la protection de la faune au ministère de l'Intérieur.
Il est vrai, dit-il, que si les dégâts causés par les mouflons sur l'agriculture du Troodos ne sont pas nouveaux, la sécheresse endurée ces dernières années par l'île a exacerbé le problème, les mouflons ayant besoin de zones humides.
Ces animaux, qui préfèrent les clairières, ont abandonné les pentes hérissées de pins - dont le nombre est en augmentation grâce aux mesures de reforestation - pour gagner des secteurs plus humides mais aussi plus clairsemés de la montagne, poursuit M. Kasinis.
Et si le nombre d'habitants a baissé dans les villages du Troodos du fait de l'exode rural, celui des mouflons a augmenté à la faveur de nouvelles normes de protection. Ils sont aujourd'hui environ 3.000, contre quelques dizaines au milieu du XXe siècle, précise M. Kasinis.
"Quelques centaines ou milliers d'euros de pertes, c'est évidemment très important pour des personnes aux faibles revenus", reconnaît-il. "Mais je pense que certaines plaintes sont exagérées", dit-il, affirmant par ailleurs que "certains (...) s'attendent à ce que le gouvernement paie".
Avant que Chypre intègre l'Union européenne (UE) en 2004, "c'était plus simple, on pouvait juste donner un peu d'argent (aux agriculteurs) en compensation (des pertes) et tout le monde était content", explique Chloe Kola Christofi, responsable du service du développement rural au ministère de l'Agriculture.
Mais Bruxelles a jugé que ces compensations financières ne respectaient pas la législation européenne, qui ne prévoyait alors rien au sujet des dommages causés sur les produits agricoles par des animaux protégés, et les aides se sont arrêtées, rapporte Mme Kola Christofi.
Devant la colère grandissante des agriculteurs, Nicosie a soumis à Bruxelles deux plans d'aide de 500.000 euros qui ont été validés en janvier 2019, poursuit-elle.
L'un porte sur une compensation des dégâts subis par les agriculteurs et l'autre sur une aide pour clôturer leurs plantations, à hauteur de 40% du coût total d'installation, sachant qu'il faut compter 15,60 euros en moyenne par mètre, selon le type de clôture choisie, explique le ministère de l'Agriculture.
"Une misère", déplore cependant Costas Gabriel, agriculteur dans le village de Gerakies, en soulignant que l'aide n'est pas rétroactive. "J'ai déjà déboursé 10.000 euros et il m'en faut 5.000 de plus" pour "protéger" les 1.200 arbres répartis sur 13 hectares.
"Je n'en veux pas aux mouflons, auxquels nous restons attachés", insiste-t-il. "Mais si le gouvernement n'agit pas davantage, dans deux ou trois ans il ne restera plus personne dans la montagne", peste-t-il, convaincu que les dégâts causés par les mouflons auront raison de la détermination des agriculteurs à rester dans leurs villages.
"Nous avons 54 et 55 ans et nous sommes les plus jeunes ici. Nos enfants ne sont pas stupides, ils savent qu'ils n'ont aucune chance à Gerakies", assure Pambos Charalambous, son voisin aux 300 arbres fruitiers.
"Et pourtant", souffle M. Gabriel en regardant la vallée jalonnée de cerisiers par la fenêtre de sa maison, "c'est un endroit fantastique".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.