Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Zakaria Fahim: " Le nouveau modèle de développement doit encourager entrepreneuriat"    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Divers    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Loi cadre de l'enseignement. Une commission gouvernementale pour fixer les priorités    100 ans de l'aéropostale : Une exposition met en avant le rôle du Maroc dans l'histoire de l'aviation    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche
Publié dans Libération le 22 - 08 - 2019

Tout au long de la journée, le manège est incessant. Une à une, des chaloupes de bois s'échouent lentement sur la plage de Senga Bay, sur les rives du lac Malawi, attendues par une foule d'acheteurs à l'affût de poissons.
Ces dernières années, les cales des bateaux sont loin de revenir pleines. La troisième plus importante réserve d'eau douce du continent africain subit les effets du changement climatique et de la surpêche, dévastateurs pour l'économie locale.
Ce jour-là ne déroge pas à la règle
"On espérait que le bateau serait rempli au moins à moitié, au pire au quart... mais j'ai bien peur qu'on soit encore en-dessous de ça", constate le responsable du port, Alfred Banda, en jetant un oeil désabusé au maigre butin qui vient d'arriver.
"Avant, on ramenait des bateaux pleins", ajoute-t-il. "Aujourd'hui, il faut se battre pour remplir les cales au quart."
Au croisement du Malawi, de la Tanzanie et du Mozambique, les 29.000 km2 du lac Malawi et son millier d'espèces de poissons répertoriées assurent depuis des lustres l'essentiel du régime alimentaire et des revenus des quelque 450.000 habitants de la région de Senga Bay.
Mais depuis peu, cet équilibre est menacé. Les pêcheurs accusent sans hésiter la hausse générale des températures, qui a bouleversé leur activité.
Dans un récent rapport, la Banque mondiale a rangé le Malawi parmi les dix pays de la planète les plus menacés par le changement climatique. L'institution y prédit un accroissement inquiétant des cyclones et des inondations.
Illustration par l'exemple, le sud du pays a été noyé il y a quatre mois sous des trombes d'eau à cause d'un système dépressionnaire lié au cyclone Idai, qui a fait plus d'un millier de morts au Mozambique et au Zimbabwe voisins.
Le bilan a été moins sévère au Malawi, mais il s'est quand même soldé par 59 morts et des dizaines de milliers de déplacés.
"La réalité du changement climatique ne fait aucun doute. Au Malawi, ça se traduit par des événements météo plus violents et plus fréquents qui impactent à long terme les écosystèmes, dont les lacs et les ressources halieutiques", confirme le scientifique malawite Sosten Chiotha.
Le chef du village de Senga Bay, John White Said, constate les dégâts. "Nos hommes ramènent moins de poissons à cause du vent, qui est bien plus fort qu'auparavant", explique-t-il doctement. "Il y a aussi les pluies, bien plus puissantes qu'avant, qui détruisent tout et affectent aussi, à mon avis, la qualité de l'eau."
Mais la crise climatique n'est pas seule en cause. "La baisse des captures de poissons est principalement due à des pratiques de pêche non durables", indique le Pr Chiotha.
Le chef Said le reconnaît, le nombre de pêcheurs a doublé ces dix dernières années sur le lac Malawi. "Pour l'économie de Senga Bay, il n'y a pas d'alternative à la pêche", justifie-t-il.
Marié et père de six enfants, Salim Jackson, 38 ans, en a fait sa principale source de revenus. Il loue ses deux bateaux, baptisés "Essaie encore", aux pêcheurs et se paie en récupérant la moitié de leurs prises. Plutôt bien, reconnaît-il.
"J'ai commencé à pêcher il y a treize ans parce que je n'avais pas d'autre choix. Je ne suis jamais allé à l'école", explique l'entrepreneur. "Mais regardez où j'en suis maintenant, cela me rapporte pas mal d'argent."
Lovemore Timambaya s'est fait lui aussi une place au soleil de l'économie locale en fabriquant des chaloupes de 7 m de long qu'il dit vendre comme des petits pains.
"La demande de bateaux n'a fait qu'augmenter depuis 2012 car de plus en plus de jeunes se lancent dans la pêche", se félicite le fabricant.
Mais sa prospérité fait figure d'exception
"Aujourd'hui le poisson est plus cher parce qu'il est plus rare", note une des "grossistes" de Senga Bay, Katrina Male.
Elle assure tirer de ses activités encore assez de bénéfices pour payer les frais de scolarité de ses six enfants, mais nombre de ses concurrentes ont dû jeter l'éponge.
"Des enfants ont moins de chance que les miens, ils ont arrêté l'école parce que leurs parents n'en ont plus les moyens", constate Katrina Male.
Le chef Said s'inquiète désormais ouvertement de l'avenir de la région.
"La baisse du nombre de poissons me préoccupe car au Malawi la plupart des gens dépendent de la pêche pour vivre et se nourrir", dit-il. "Au fil du temps, les hommes vont devoir aller jeter leurs filets de plus en plus loin des côtes et ça va leur coûter de plus en plus cher en carburant."


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.