Météo: le temps qu'il fera ce mardi 25 février    Le Roi Mohammed VI félicite la présidente de la République d'Estonie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Selon l'OMS, le monde doit se préparer à “une éventuelle pandémie”    Aux camps de Tindouf, des manifestations de colère après des soupçons de «complicité» dans l'évasion de dangereux prisonniers    #RunforNEET2020 : une course pour l'insertion des jeunes    Les autorités de La Mecque ordonnent l'arrestation d'une rappeuse saoudienne    Les belligérants libyens élaborent un projet d'accord de cessez-le-feu à Genève    Pompeo appelle le Premier ministre irakien désigné à protéger les troupes américaines    Insolite : Anniversaire présidentiel    Les cygnes blancs de 2020    Le socialiste Sanders en super-favori, les démocrates modérés s'inquiètent    Des performances commerciales et financières favorables pour Crédit du Maroc    200ème but de Cavani sous les couleurs du PSG    Le Zamalek se retire du championnat égyptien    Qualification de trois taekwondistes marocains aux JO de Tokyo    Coronavirus: Marocains d'Italie, ceci vous concerne    Le DG de l'ONEE présente à Kampala le bilan positif de la présidence marocaine de l'Association africaine de l'eau    Marrakech abrite une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Festival "Stop drogue" : Une matinée dédiée à la promotion de la pratique du sport chez les femmes    Divers    Un chauffeur de camion arrêté à Agadir en possession de 589 kg de chira    Participation du Maroc à la 43ème session du CDH    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Dounia : Un monodrame poignant sur le parcours d'une jeune femme en quête d'identité existentielle    Avec "Pinocchio", Matteo Garrone signe un conte noir pour enfants    Une conférence scientifique internationale organisée par l'association Ibn Battouta    Rabat: Nasser Bourita s'est entretenu avec un responsable saoudien    Le père de Dounia Batma arrêté à Marrakech    Jumelage Maroc-UE, quel apport pour la loi-cadre sur l'éducation ?    17ème journée de la Botola Pro D1 : Qu'arrive-t-il au Wydad ?    Eliminatoires africaines de taekwondo : La Marocaine Oumaima El Bouchti qualifiée aux JO-2020    15ème Jazzablanca : L'appel à candidature lancé    La tournée «Stars 80» bientôt à Casablanca    Le Groupe Crédit Agricole du Maroc mobilisé pour Al Moustatmir Al Qaraoui    Inwi adhère officiellement à la «Déclaration Numérique GSMA»    Conseil de gouvernement jeudi: ce qui est prévu    Italie : 100.300 Marocains mis en quarantaine    Résultats financiers : CIH Bank termine l'année 2019 en forme    Protection sociale : La BAD accorde un prêt de 2 milliards DH au Maroc    Maîtriser la question religieuse!    Palestine: Vivement l'union!    Débat sur l'urgence climatique pour le continent africain    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    Le Salon international de l'agriculture de Paris a ouvert ses portes samedi : Le terroir marocain à l'honneur    Carton plein pour Saad Lamjarred et Fnaire (VIDEO)    Championnat d'Egypte: le Zamalek se retire de la compétition    Marche de protestation contre les restrictions de déplacement dans les camps de Tindouf    Colloque sur la démocratie participative à la Chambre des représentants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les avocats de Trump veulent un acquittement "immédiat" à son procès en destitution
Publié dans Libération le 22 - 01 - 2020

Les avocats de Donald Trump ont appelé lundi le Sénat américain à "acquitter immédiatement" le président des Etats-Unis, à la veille de l'ouverture des débats à son procès historique en destitution.
Le milliardaire républicain, qui n'est pas personnellement appelé à comparaître, s'est envolé dans la soirée pour Davos, en Suisse. Il pourra s'y montrer au travail avec l'élite économique mondiale au moment où les sénateurs auront son destin en main.
Lundi, il a de nouveau accusé sur Twitter les démocrates d'avoir fait preuve de "ZERO impartialité" dans l'enquête de la Chambre des représentants, où ils sont majoritaires.
Cette enquête a abouti en décembre, avec les seules voix démocrates, à la mise en accusation pour abus de pouvoir et entrave au travail du Congrès du 45e président des Etats-Unis - le troisième seulement à subir l'affront d'un procès en destitution, après Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1999.
Donald Trump est accusé d'avoir demandé à l'Ukraine d'enquêter sur son potentiel adversaire à la présidentielle américaine de novembre, Joe Biden. Et d'avoir fait pression sur Kiev en conditionnant notamment une aide militaire cruciale à l'annonce d'une telle enquête.
Le procès s'est ouvert jeudi par la prestation de serment de sénateurs en tant que jurés, mais devait entrer dans le vif du sujet mardi sous la présidence du chef de la Cour suprême John Roberts.
L'équipe juridique du président a soumis lundi au Sénat son argumentaire de défense, un mémorandum de 110 pages dans lequel elle dénonce un "processus truqué" qui a abouti à "une perversion dangereuse de la Constitution", dans les pas de Donald Trump qui affirme depuis des mois faire l'objet d'une "chasse aux sorcières".
"Le Sénat devrait rejeter l'acte d'accusation et acquitter le président immédiatement", estiment ses avocats. Selon eux, les chefs d'accusation sont "inconsistants" car "ils ne comportent aucun crime ou violation de la loi" et ne sont donc pas passibles de destitution.
"Le président n'a rien fait de mal", insistent-ils.
Pour les démocrates chargés d'assumer le rôle des procureurs, le président affirme ainsi "que le Sénat ne peut pas le destituer même si les accusations contre lui sont prouvées".
"C'est une affirmation qui fait froid dans le dos, et est totalement fausse", déplorent-ils dans un document également soumis lundi, estimant que l'attitude de l'ex-magnat de l'immobilier "souligne seulement la menace persistante qu'il représente pour la nation s'il est autorisé à rester en fonction".
En réalité, l'acquittement semble pratiquement assuré pour Donald Trump, grâce à la majorité républicaine du Sénat qui fait bloc derrière lui. La durée des débats reste en revanche une question en suspens.
"Nous tentons de démontrer que ces chefs d'accusation sont clairement infondés, donc il ne devrait même pas y avoir besoin de poursuivre plus avant, ils pourraient être rejetés dès le début", a expliqué à la presse une source proche de l'équipe de défense de la Maison Blanche.
Mais elle a a refusé d'entrer dans le détail de sa stratégie.
A la veille du jour J, en effet, le plus grand flou plane encore sur le déroulement et le calendrier du procès, qui devrait d'ailleurs démarrer par des votes pour fixer la procédure.
Selon des membres du camp présidentiel, l'influent Mitch McConnell, chef de la majorité républicaine au Sénat, souhaite imposer des débats à marche forcée, bien décidé à offrir à Donald Trump l'acquittement rapide qu'il espère.
Au programme, d'après ces sources, il y aurait donc deux journées de douze heures pour l'accusation et autant pour la défense afin qu'elles exposent leur argumentaire, puis 16 heures de questions des sénateurs, soumises par écrit au président de la Cour suprême.
Ce n'est qu'après cette première phase que Mitch McConnell entend mettre aux voix la question cruciale des témoins.
Les démocrates réclament en effet que quatre acteurs-clés de l'affaire ukrainienne soient convoqués à la barre, dont le chef de cabinet de la Maison Blanche Mick Mulvaney et l'ex-conseiller à la sécurité nationale John Bolton.
Mais pour cela, ils doivent remporter à chaque fois un vote, ce qui s'annonce difficile au regard du rapport de forces au Sénat, où les républicains disposent de 53 élus sur 100.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.