Lutte contre la corruption dans le secteur financier: Nécessité d'approfondir la connaissance du risque    Fédération Royale Marocaine des Personnes en Situation de Handicap : Assemblées constitutives des ligues des Régions de l'Oriental, Fès-Meknès et Draâ-Tafilalet    Tennis : À Abu Dhabi...one, two, three for Sabalenka    Rabat : L'ambassadeur David Fischer rend hommage à Abdellatif Hammouchi et au corps sécuritaire marocain    Coronavirus : le Maroc enregistre son premier cas du variant britannique    Azilal : Une nouvelle vie pour le fameux «pont de la mort» (vidéo)    CHAN / Maroc-Togo (1-0) : Les 3 points mais la finition n'y était pas !    L'Université Ibn Tofaïl cède un Brevet d'Invention à une Société Privée    Communication: rapprochement stratégique entre le marocain Brand & Image et l'israélien Kam Global Strategies    Crainte d'un choc environnemental suite à la reprise des industries    Evolution du coronavirus au Maroc : 473 nouveaux cas, 460.144 au total, lundi 18 janvier 2021 à 18 heures    Prix Franz Edelman 2021, l'OCP parmi les finalistes    L'Inter dompte la Juventus    Mohamed Badine El Yattioui, un fervent défenseur de notre cause nationale au pays des Aztèques    Les eaux de l'Oued Bouskoura décolorées par des rejets industriels    Chute de la rente pétrolière en Algérie en 2020    Essaouira : « Plateforme Jeunes » pour une économie solidaire    Narcotrafic et émigration clandestine dans la nasse    Recours au financement externe " maîtrisé et soutenable "    El-Jadida comme champ de signes et de représentations    Dakhla consacrée "Région de rêve 2021"    David SERERO. « Je souhaite monter la première troupe d'Opéra Royale du Maroc »    Devant la « perplexité vaccinale », diversifier les sources pour sortir de la dépendance    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, lundi 18 janvier    Croissance économique en 2021: les scénarii du HCP    BAM : le dirham s'apprécie de 1,89% face au dollar en décembre 2020    Sahara : Le Togo exprime son "soutien total" à la souveraineté du Maroc    Le ministre de l'intérieur s'entretient avec son homologue israélien    SM le Roi a jeté les bases d'un partenariat plus étroit avec les Etats-Unis    Les Lions de l'Atlas partent à la défense de leur titre    CMR : Bilan honorable et perspectives ambitieuses    Grande manifestation sportive au profit des étudiants    Boutaïb de retour avec le Havre    L'Islam de France se dote d'une «charte de principes»    Digitalisation, Bank Of Africa passe à la vitesse supérieure    ZLECAf: Le plus dur reste à venir !    Deux ans et demi de prison pour le patron de Samsung, rejugé pour corruption    Une journée très particulière à Washington    Valorisation du patrimoine culturel et soutien à la créativité des jeunes musiciens    Envol et déploiement    Des nouveaux «trésors» archéologiques dévoilés au public    Quand le PJD comparait les Juifs aux singes et aux porcs    Ramallah. Les chefs du renseignement égyptien et jordanien rencontrent Abbas    Inédit sur 2M : Découvrez qui sera «Ahssan Pâtissier» dès le 26 janvier    Accords d'Abraham. Que fera Joe Biden de l'héritage de Donald Trump?    La nouvelle ère en Europe    Jeunesses partisanes : Jamais sans ma liste nationale !    Le Royaume du Maroc...Horizon Vertical    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fuyant la guerre, des Ethiopiens accueillis dans des maisons soudanaises
Publié dans Libération le 24 - 11 - 2020


En fuyant la guerre dansla région dissidente du Tigré en Ethiopie, Sejamara etson mari ignoraient ce qu'ils allaient trouver au Soudan, mais quel soulagement d'être finalement accueillis par de généreux habitants de l'autre côté de la frontière. Affamés, assoiffés et fatigués, ils sont arrivés dans la pauvre ville soudanaise de Hamdayit, après avoir marché plusieurs heures et traversé la rivière Sietet. Tout ce que ce couple désirait, c'était un endroit pour dormir, loin des abris de fortune bondés du centre de transit de Hamdayit. "Nous pensionslouer un logement, maisles gens nous ont hébergés gratuitement", raconte Sejamara, dans un modeste abri en paille doté d'un lit. Le jeune couple fait partie des milliers de personnesforcées de fuir aprèsl'éclatement du conflit au Tigré, dans le nord de l'Ethiopie, où les forces gouvernementales ont lancé le 4 novembre une offensive contre les forces locales dissidentes. L'ONU a déploré une "crise humanitaire à grande échelle" à la frontière, alors que des centaines d'Ethiopiensfuient chaque jourles combats et bombardements. "Ils peuvent rester ici tant qu'ils le souhaitent", assure leur hôtesse, Mariam Abubakr, qui vit avec son mari dans une petite maison voisine en terre battue. Comme les autresréfugiés, Sejamara etson marise sont inscrits auprès d'organisations humanitaires pour bénéficier de repas quotidiens au centre de transit. "Peut-être que si les choses se calment au Tigré nousrentrerons chez nous. Sinon nous n'aurons d'autre choix que de vivre dans un camp de réfugiés", confie Sejamara. De nombreux habitants de Hamdayit, malgré leur pauvreté, ont accueilli des Ethiopiens dansleurs modestes maisons ou leur ont offert de la nourriture. "Il y a beaucoup de monde mais ce sont nos invités", dit Issa Hassan, un agriculteur de Hamdayit.Cette région de l'est du Soudan a une longue tradition d'hospitalité. Depuis 1967, à cause de la guerre et de la famine, elle a accueilli des centaines de milliers d'Ethiopiens et d'Erythréens. Avec le conflit au Tigré, quelque 36.000 Ethiopiens ont déjà gagné le Soudan, selon la Commission des réfugiés, et le nombre de réfugiés pourrait atteindre les 200.000 danslessix prochains mois d'après l'ONU. Le centre de transit de Hamdayit a lui accueilli plus de 24.000 réfugiés depuis le début des combats,selonYacoub Mohamad, chef du centre. Seul grief des locaux: la valse des étiquettes avec l'afflux de réfugiés. "Les prix des légumes, des fruits, de la viande et même de l'eau ont considérablement augmenté", rapporte Issa Hassan,selon qui le kilo de bananes est passé de 70 à 150 livres soudanaises. "Comme la demande est plus élevée, les prix ont augmenté", confirme un autre agriculteur, Bahraldin Yacoub, qui se plaint aussi que l'approvisionnement provenant d'Etats voisins n'a pas augmenté malgré l'accroissement des bouches à nourrir. Au centre d'accueil "Village 8", dans l'Etat de Gedaref, beaucoup d'Ethiopiens se disent touchés parla générosité des Soudanais. "Beaucoup nous ont donné de la nourriture de leurs fermes, et certains nous ont offert des nattes pour dormir, d'autres encore nous ont permis d'utiliser leurs salles de bain", raconte Adam Youssef. "Ils ont été très généreux avec nous", assure-t-il. Des Soudanais vivant à proximité du camp de réfugiés d'Oum Raquba, à environ 80 km de la frontière, ont collecté de la nourriture et des vêtements. "On voyait la peur sur leurs visages et beaucoup marchaient pieds nus", raconte Ahmed Abdalla Ismail, qui vit dans le village voisin de Dokka. "Nous compatissons, nous essayons d'aider autant que nous le pouvons", assure-t-il. Mais dans les camps de transit, la situation est plus difficile: les abrissont exigus, l'eau courante est rare et les sanitaires n'ont pas encore été construits, obligeant la plupart des réfugiés à uriner et déféquer dans les champs environnants. Certains agriculteurs soudanais redoutent la propagation de maladies, parmi lesquellesle nouveau coronavirus. "Ilssont arrivés en grand nombre et vivent maintenant dans des endroits sans installations sanitaires. C'est extrêmement insalubre", déplore l'agriculteur Omar Hussein. Un autre cultivateur, Gamal Adam, s'inquiète que de nombreux réfugiés soient contraints de vivre dans des champs, ce "qui ruine les récoltes".

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.