Décès de l'épouse du camarade Lemniddem    Ministère de l'Agriculture: voici le budget d'investissement en 2021    La justice française saisie par des femmes marocaines agressées par des pro-polisario    Vers un remaniement ministériel avant les élections ?    Le président Tebboune va rentrer «dans les prochains jours»    Bill Barr n'a pas «vu de fraude» pouvant changer le résultat de l'élection    «La Covid-19 a grandement perturbé notre action»    Le Maroc, un partenaire «très fiable» avec lequel l'UE souhaite poursuivre le partenariat    Le Maroc ne ménage aucun effort pour contribuer à la mise en œuvre des objectifs du Pacte de Marrakech    L'heure du bilan !    Total Maroc a vu son activité baisser à afin septembre    Décès de Mohamed Abarhoun: ce que l'on sait    Maroc-Japon : Signature à Rabat d'un échange de notes portant sur un prêt de 200 millions de dollars    Deux arrestations sur l'autoroute Oujda-Fès (DGSN)    Ylva Johansson et le patron de l'Anapec font le point sur l'évolution du projet Palim (vidéo)    Ouverture des candidatures    Edition de livres: annonce de la prolongation des délais de soumission des candidatures    «Echo…Notations Cosmiques», nouvelle exposition de Azdine Hachimi Idrissi    Amical/U20: Match nul entre le Maroc et le Togo    DR Moncef Slaoui : « Une grande majorité de la population américaine pourrait être immunisée contre le Covid-19 d'ici juin 2021 »    Algérie: François Ciccolini suspendu 2 ans!    PLF 2021 : les amendements des conseillers    Zidane en danger, Liverpool qualifié, le Bayern stoppé    ENTRETIEN / Crédit du Maroc se met au vert    Trafic de tests PCR : trois médecins arrêtés à Fès    Covid-19 : Une enquête de CNN révèle les erreurs de Pékin    Le groupe Medi1 s'allie au centre de recherches africain Timbuktu Institute    Régularisation fiscale : les textiliens aboutissent à un compromis    La RAM offre une couverture pour les dépenses liées au covid-19    Oscars 2021. Le Miracle du Saint Inconnu représente le Maroc    Merendina parle le langage de l'amour    Covid-19: voici le premier pays européen à approuver le vaccin Pfizer/BioNTech    CHAN / Cameroun 2021: 5 arbitres marocains convoqués    Dounia Batma et Mohamed Al Turk endeuillés (PHOTO)    Gad El Maleh est en deuil, il annonce le décès d'un être cher    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 2 décembre    L'international marocain Mohamed Abarhoun n'est plus    Officiel : L'Assemblée Générale du Raja est fixée au 21 décembre 2020    Dialogue inter-libyen à Tanger: Le Haut Conseil de l'Etat libyen satisfait des résultats    Maroc-UE : Nasser Bourita invite les Européens à aller vers le « more for more »    Jennifer Lopez complètement nue    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    Nouveau revers pour Donald Trump    Oujda : La culture et l'art, créneaux de développement    L'Union européenne verse 8,5 milliards d'euros pour en soutien aux programmes de chômage partiel    Message du roi Mohammed VI au président roumain    Qualifications CAN U20: Ce ne sera pas facile pour l'équipe nationale !    L'Espagne défend la centralité de l'ONU dans le règlement de la question du Sahara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El Ouafa interdit aux enseignants d'exercer dans le privé : Un pavé dans la mare ou un coup d'épée dans l'eau ?
Publié dans Libération le 07 - 09 - 2012

La rentrée scolaire s'annonce houleuse et porteuse de plusieurs changements. A quelques jours de la rentrée des classes, El Ouafa lance le pavé dans la mare : les enseignants n'auront plus le droit de donner des heures supplémentaires dans le privé. Le département de Mohamed El Ouafa vient, par le biais de la note 12x299 du 04 septembre, de décider l'arrêt provisoire des dispositions de la note 109 du 3-9-2008 permettant au corps des enseignants de dispenser des cours supplémentaires dans les établissements privés. Décision qui ne fera pas que des heureux, car il s'agit en général d'un revenu supplémentaire pour beaucoup d'enseignants. Cet arrêt est justifié par le non-respect de la note 109 du 3-9-2008.
L'autre justification invoquée par le communiqué du ministère de l'Education nationale reste les interventions des parlementaires à ce sujet lors des séances des questions orales et écrites ainsi que les doléances présentées par les parents d'élèves. Le département d'El Ouafa a promulgué cette interdiction en se basant également sur les rapports des services spécialisés du ministère de l'Education nationale. « Je crois qu'il est temps de repenser la question des heures supplémentaires mais celle également des cours de soutien dans le public et le privé. Si dans le public les cours de soutien doivent être mieux rémunérés, les établissements privés devraient faire plus d'efforts pour former leurs propres cadres et par conséquent contribuer au décollage et à la dynamisation du marché de l'emploi dans ce secteur. » C'est en ces termes qu'Abdelaziz Montassir, secrétaire adjoint du Syndicat national de l'enseignement affilié à la FDT, a commenté la nouvelle décision du département d'El Ouafa.
Par ailleurs, ladite décision s'étend aussi au corps des inspecteurs qui seront interdits de donner des cours dans des établissements du privé. La même décision prévoit des sanctions contre toute personne et tout établissement qui ne respecteraient pas les dispositions de cette nouvelle note.
Cependant, on est à s'interroger sur l'efficacité de cette décision et son impact sur la lutte contre les irrégularités constatées lors des examens et du contrôle continu dans les différents cycles. Il est clair que le ministère cherche à préserver les capacités et le dynamisme du corps enseignant pour plus de rendement et d'efficience en classe pour rehausser le niveau de notre enseignement, il n'en reste pas moins vrai que la plupart des cours supplémentaires sont dispensés à domicile. Soit chez l'élève, soit en groupe d'apprenants chez le maître ou le professeur. Rares sont les enseignants compétents qui exercent dans les écoles primaires ou secondaires du privé. De plus, la plupart des écoles privées réputées pour la qualité de leurs services ont leurs propres cadres et ne font pas appel aux enseignants du public.
Il est donc certain que le phénomène subsistera et s'accentuera dans l'illégalité, loin du contrôle du département de l'enseignement et celui du fisc car c'est un secteur informel qui rapporte gros et échappe à l'imposition. Ce qui a fait dire à un parent d'élève : « Ce n'est qu'un coup d'épée dans l'eau qui est loin de mettre l'école sur la voie de la réforme. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.