Algérie: Peine de prison pour 22 manifestants ayant arboré un drapeau berbère    Espagne: Accord entre socialistes et Podemos pour former un gouvernement    Soldes monstres en Chine: Alibaba bat son record mais la croissance ralentit    Casablanca: arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    Insurance: ACAPS asserting control    L'Université Al Akhawayn classée première université marocaine pour la 5ème année consécutive    Le grand cinéaste Costa Gavras à Marrakech pour les Semaines du film européen    ONG Freedom House : le Maroc « partiellement libre » sur internet    Mohamed Boudra, représente l'Afrique pour la présidence du CGLU-Monde    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    LaLiga en opération de charme à Casablanca    TGR : Le déficit budgétaire continue de se creuser    Nador: 8e Festival international de cinéma et mémoire commune    Après 38 ans de recherches, l'acteur Rabie Kati retrouve la tombe de son père    Fatimazahra Akhiar au sprint final de l'Arab Reading Challenge    Le PLF 2020 au cœur des réunions parlementaires    Négociateurs d'instruments financiers : 30 professionnels certifiés par l'AMMC    Voici les adversaires de la RSB et du HUSA en Coupe de la CAF    Blessé, Marco Ansensio est à Marrakech !    Kamal Hachkar explore l'héritage musical judéo-marocain    Cameroun : Wafa Assurance acquiert 65% du capital de Pro Assur SA    Hong Kong: Les manifestations touchent les universités et le quartier des affaires    Concours télévisé à Moscou    Gastronomie: Une semaine pour consacrer le Made in Italy    Le discours de la vérité!    Enfants en institution. Le Parquet s'allie à l'UNICEF    Il y a 30 ans aujourd'hui que le «Mur de Berlin» est tombé…    Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja de Casablanca    La Tribune de Nas : Liverpool…Oh la main…    ZLECA, une aubaine pour les échanges intra-maghrébins    Africagua 2019. Le Maroc invité d'honneur    «Une partie de la mémoire musicale a disparu avec les orchestres nationaux»    Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Coupe du Trône : Le TAS sort le DHJ et retrouve le HUSA dans une finale inédite    Programme emploi FBR du MCC : 6,2 millions de dollars pour les 9 premiers boursiers    Table ronde: Le paysage politique après le remaniement gouvernemental, quels enjeux?    Politique budgétaire. Le Maroc, bon élève du FMI    Tous responsables    Convention de partenariat : TIBU Maroc devient le représentant officiel de STEM Sports au Maroc    Le Maroc et la Mauritanie font revivre leur histoire d'amour à Chinguetti    Météo: Le temps qu'il fera ce mardi    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    Rabat : L'ouverture du forum libyen international d'économie et d'investissement    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition syrienne impute à Damas la responsabilité d'une attaque chimique près de Damas
Publié dans Libération le 24 - 12 - 2015

Des opposants syriens ont affirmé mercredi que cinq personnes avaient péri lors d'une attaque au "gaz toxique" menée la veille par le régime de Bachar al-Assad dans le sud-ouest de Damas.
"Le régime d'Assad a encore une fois utilisé des armes chimiques contre des civils" à Mouadamiyat al-Sham, a dénoncé un groupe de militants de cette localité où des centaines de personnes avaient été tuées en août 2013 dans une attaque similaire.
"Les avions du régime ont lâché des barils explosifs contenant un gaz toxique qui n'a pas encore été identifié dans le sud de la ville", a ajouté le groupe sur Facebook. "Cinq personnes ont été tuées et d'autres souffrent de sérieux problèmes respiratoires".
Des photos et des vidéos postées par le groupe montrent des hommes transportés dans un hôpital de campagne, certains portant des masques respiratoires, d'autres reliés à des tubes utilisés apparemment pour retirer du sang de leurs poumons. Une des victimes au moins semblait porter un uniforme militaire. Après l'attaque chimique de 2013, la Syrie, qui nie avoir recours à des armes chimiques depuis le début du conflit, avait accepté de déclarer et de remettre son arsenal chimique dans le cadre d'un accord supervisé par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques. Au total, 1.300 m3 d'armes chimiques avaient été saisies en Syrie, dont du gaz moutarde et du sarin.
Un responsable de la sécurité syrienne a nié mercredi le recours à des armes chimiques par les forces du régime, dénonçant des accusations "sans fondements". "L'armée utilise son arsenal traditionnel", a affirmé ce responsable qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat. "Il s'agit de prétextes pour justifier leurs défaites", a-t-il ajouté.
Une cessez-le-feu était observé depuis Noël 2013 par les belligérants à Mouadamiyat al-Cham, qui connaissait un calme relatif alors que la Syrie est en proie depuis 2011 à une guerre civile qui a fait plus de 250.000 morts. Mais ces derniers jours les combats ont repris, et la localité a été la cible de bombardements et de largage de barils explosifs, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
Ce dernier a d'ailleurs indiqué que les cinq victimes de l'attaque de mardi étaient des combattants rebelles, sans être en mesure de confirmer si des armes chimiques avaient été utilisées.
La coalition de l'opposition syrienne a rapporté sur Twitter "des cas de suffocation parmi les civils à Mouadamiyat, dans la banlieue de Damas, après avoir été la cible d'une attaque au gas toxique par Assad".
Par ailleurs, Amnesty International a accusé mercredi la Russie d'avoir tué des "centaines de civils" et causé "des destructions massives" en Syrie dans des raids contre des zones d'habitation pouvant "constituer des crimes de guerre".
Moscou est engagée militairement en Syrie depuis fin septembre en soutien au régime du président syrien Bachar al-Assad et affirme mener des raids aériens contre les "groupes terroristes", dont le groupe jihadiste Etat islamique (EI).
Mais les pays occidentaux et arabes accusent la Russie de frapper l'opposition modérée plutôt que l'EI.
Dans un rapport publié mercredi, Amnesty accuse la Russie d'avoir recours à "des bombes à sous-munitions" et des "bombes non guidées" contre "des zones d'habitation à forte densité de population".
L'ONG basée à Londres évoque notamment dans son rapport six raids qui ont touché les provinces de Homs (centre), Idleb (nord-ouest) et d'Alep (nord) entre septembre et novembre 2015, et qui ont tué "au moins 200 civils et une dizaine de combattants". "Certaines frappes aériennes russes semblent viser directement des civils ou des biens à caractère civil, car elles touchent des zones d'habitation, où il n'y a pas de cible militaire évidente, et parfois des structures médicales, causant des morts et des blessés parmi les civils", a affirmé Philip Luther, directeur d'Amnesty pour le Moyen-Orient, dans un communiqué accompagnant le rapport.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.