Beni Mellal Khénifra: Pour le développement de la médecine dentaire    Trump à l'ONU menace de "détruire totalement" la Corée du Nord    Les ambitions de Solar Reserve pour le Maroc    OMS: objectifs pour les maladies non-transmissibles hors de portée    40 millions d'esclaves modernes dans le monde    Le banc de la Liberté installé à Casablanca    Habib El Malki s'entretient avec le président de l'Assemblée nationale du Monténégro    L'Arabie Saoudite perd de son attrait pour la main-d'œuvre marocaine    Aung San Suu Kyi se dit prête à organiser le retour des réfugiés Rohingyas    L'ouragan Maria, après Irma, balaie les Antilles    Cavani-Neymar ou le risque de la guerre des ego    En Chine, dans le plus grand parc de ski en salle du monde    Coupe du Trône : Un match show à Tanger    Des réalisations semestrielles au beau fixe de Taqa Morocco    Hausse des arrivées touristiques au Maroc    Divers    Opération Marhaba 2017 : l'Espagne se félicite de l'étroite collaboration avec le Maroc    Divers Economie    Les meilleurs films de tous les temps    De l'or pour "SmartiLab" au Salon international de l'innovation en Inde    Les Britanniques sous le charme du caftan marocain    Trump : "Si on est obligé de détruire la Corée du Nord, nous le ferons"    Forum économique Maroc-Gabon : Des investisseurs marocains prêts à se rendre au Gabon    Crise politique : Où va le Togo ?    Ciment : Le volume consommé en baisse de 10,30%    Du nouveau chez le réalisateur : Abdeslam Kelai prépare un long métrage et une série télévisée    Le documentaire...un acte de résistance    Irma annonce le début d'une dynamique dangereuse dans l'Atlantique qui s'accentue avec le réchauffement climatique    Le Maroc au service de la paix et de l'hydrodiplomatie mondiales    Wafasalaf veut lever 250 MDH    Concours officiel de saut d'obstacles 3* de la Garde Royale    Angleterre: Permis de conduire suspendu deux ans pour Wayne Rooney    Le Kawkab de Marrakech prend le leadership    «TANJAzz» ou Tanger la Jazzy: Clap de fin en beauté!    Hassad : « La réforme de l'école est possible »    Ligue des champions. Ahly: Walid Azaro-Emad Meteeb, le choix de la discorde    Ligue des Champions. Wydad-Sundowns: les Rouges privés d'un joueur clé    PJD: Benkirane jettera-t-il l'éponge?    Bourita s'entretient à New York avec son homologue italien et le nouveau président gambien    Sahara : Baptême du feu pour Köhler    Madrid décide d'expulser l'ambassadeur de la Corée du Nord    SM le Roi Mohammed VI distingué par The Global Coalition for Hope    Représentation politique des femmes : La HACA fait le point avec les Africains    Le Roi Mohammed VI reçoit le Prix de la Coalition Mondiale pour l'Espoir    Ouverture du Forum des managers territoriaux et des instituts de formation au profit des collectivités territoriales en Afrique    Divers    Le monde peine à éliminer la tuberculose et le VIH    Insolite : Des éléphants noctambules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le tragique conte de fées de Diana
Publié dans Libération le 18 - 08 - 2017

De ses fiançailles avec le prince Charles alors qu'elle n'était qu'une adolescente timide à son rôle de mère dévouée et de militante humanitaire jusqu'à son décès tragique, Diana a chamboulé la famille royale britannique et marqué son époque.
Jeune, belle et drôle: sa singularité paraissait rafraîchissante lorsqu'elle a épousé l'héritier du trône britannique en 1981 à 20 ans, comme dans un conte de fées.
Mais la fin orageuse de son mariage avec Charles, et les détails graveleux de leur vie étalés en Unes des journaux ont profondément secoué la royauté britannique, et alimenté sans fin la chronique.
Pour beaucoup, l'image publique de Lady Di reste celle de l'interview qu'elle a accordée en 1995 à la BBC et dans laquelle elle partageait ses sentiments sur la relation de son mari avec Camilla Parker Bowles, sur sa propre infidélité avec l'officier James Hewitt, ses tumultes intérieurs et ses doutes sur la capacité de son mari à devenir roi.
Ces révélations déchiraient le voile de secret de la monarchie. Mais ces problèmes ne l'avaient rendue que plus populaire.
"Comme Marilyn Monroe, elle s'est figée dans le temps. Elle est comme une créature enfermée dans un bloc d'ambre. Là pour toujours, belle, jeune, vulnérable et meurtrie", a avancé la biographe royale Penny Junnor.
Née le 1e juillet 1961, Diana a grandi dans une famille aristocratique proche de la monarchie: son père avait travaillé pour le roi George VI et la reine Elizabeth II.
Diana, qui a grandi avec trois frères et soeurs, a vu son enfance dorée marquée par le divorce de ses parents.
Elle a quitté l'école sans diplôme puis est partie en Suisse apprendre les manières d'une parfaite Lady. Elle a ensuite travaillé dans une garderie à Londres.
A 16 ans, elle rencontre pour la première fois Charles, qui la demandera en mariage après seulement 13 rendez-vous.
Elle a 20 ans, il en a 32 et il est pressé de trouver une épouse. Elle remplit rapidement sa première mission en donnant naissance l'année suivante à un héritier, William puis, deux ans plus tard, à Harry.
Diana devient alors une maman aimante et moderne, dont l'empathie pour les autres lui a attiré une popularité mondiale.
Elle utilise son statut pour défendre les plus démunis, serrant la main de malades du sida ou de lépreux, vus à l'époque comme des parias. Elle s'engage sans réserve dans la lutte contre les mines antipersonnel.
Mais son image publique dissimule une jeune femme tourmentée, souffrant de boulimie et pleine de doutes renforcés par le manque d'amour de son mari et l'indifférence du reste de la famille royale.
Les premières rumeurs sur les difficultés de son mariage apparaissent en 1992 avec un livre d'Andrew Norton évoquant les tourments de la vie de la princesse. L'année s'achève avec l'annonce retentissante de la séparation du couple royal.
Le scandale prend de l'ampleur avec des récriminations et rumeurs qui emplissent les pages des journaux et atteint son apogée avec l'aveu, d'abord par Charles puis par Diana, de leurs infidélités respectives.
Quelques semaines plus tard, la reine écrit à Charles et Diana pour les inviter à divorcer.
Le 28 août 1996, le divorce est prononcé et Diana perd son titre d'altesse royale. Le conte de fée est terminé mais Diana reste une personnalité publique scrutée par les médias populaires.
Elle retrouve l'amour d'abord dans les bras d'un cardiologue pakistanais, Hasnat Khan, puis dans ceux de Dodi Al Fayed, le fils d'un millionnaire égyptien propriétaire du magasin de luxe Harrods. Le couple mourra le 31 août 1997 dans un accident de voiture à Paris alors qu'ils étaient poursuivis par des paparazzi.
Le monde pleure la princesse des coeurs. Des millions de fleurs sont déposées devant le palais de Kensington. Une queue interminable se forme dans les rues de Londres pour lui rendre un dernier hommage lors de ses funérailles où son ami Elton John chantera "Candle in the Wind" réécrite pour elle et qui débute ainsi: "Goodbye England's Rose" (au revoir, rose de l'Angleterre).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.