Une municipalité chinoise fait confiance à un jeune marocain    Les Africains se concertent à Marrakech contre les armes chimiques    Berlin et Paris veulent un budget commun pour la zone euro    Trump martèle que la criminalité augmente en Allemagne, conteste les chiffres officiels    Agression d'un élève contre un surveillant : la direction provinciale réagit    L'équipe saoudienne échappe à un crash d'avion    Wafasalaf se met aux couleurs du 11 national    L'ordre du jour de cette semaine    Office des changes : Aggravation du déficit commercial et baisse des IDE    Hydrocarbures : Les prix ont augmenté de 9,1% depuis 2016 selon le HCP    Burundi : L'économie otage de la crise politique    Maroc-Côte d'Ivoire : Le Souss et San Pedro renforcent leur coopération    Médicaments biosimilaires : ECL s'indigne contre la lenteur des remboursements    Taounate : Un malade mental tue sa mère et sa sœur    DigiWorld Summit Africa, une 1ère édition à Fès    Groupe ODM : De nouveaux actionnaires dans le tour de table    Union du Maghreb Arabe : L'UA y croit toujours!    Aéronautique : Un partenariat entre Airbus et la Côte d'Ivoire    Rhamna : 5 mis en cause arrêtés dans une affaire de meurtre    Alphadi : «Avec le Maroc, le cinéma africain peut aller très loin»    «Jawhara Talents» : Dépôt de candidatures jusqu'au 28 juin    A l'occasion de la Coupe du monde : Driss Roukhe réalise le clip «Tchiki»    Comment le sélectionneur coréen veut tromper ses adversaires    Maroc-Portugal: la dernière chance des Lions    YouTube défie Spotify et Deezer en Europe avec un nouvel abonnement musical    Trêve de flagellation!    L'addiction aux jeux vidéo reconnue comme une maladie    Travail dangereux: 162.000 enfants exposés    Au-delà de l'aspect financier, l'investissement doit également prendre en compte la rentabilité écologique    Smartphones: Samsung rafle le gros lot    Industrie du lait : la COMADER alerte sur la situation des petits éleveurs    BEZTAM-E: trois questions à Abdelmounaim Dinia, directeur général adjoint du GCAM    La Fondation Lalla Asmae pour enfants et jeunes sourds termine l'année scolaire en apothéose    Un théâtre qui doute    Mohamed Ziane, entre rejet et admiration    Youssef Amrani : La paix en Afrique viendra d'un vrai processus politique    Les grands de la planète foot ratent leur entrée!    Commerce: Escalade Chine-Etats-Unis après de nouvelles menaces de Trump    Record de 68,5 millions de personnes déplacées dans le monde en 2017    Saisonnières à Huelva : Yatim convoqué au Parlement    Cour constitutionnelle : Ihrai répond à Bouâchrine    Le Parlement dément le voyage en Russie de députés aux frais de ses deux Chambres    Une nouvelle Décision pour garantir le pluralisme et la parité dans les médias    Comparaison n'est pas raison !    L'ONMT décoré à Paris    Oprah Winfrey va produire des programmes pour Apple    Les concerts seront gratuits : L'OPM fête la musique aux airs d'opéras    Le ministère de la Culture et la FICC se penchent sur les industries culturelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le tragique conte de fées de Diana
Publié dans Libération le 18 - 08 - 2017

De ses fiançailles avec le prince Charles alors qu'elle n'était qu'une adolescente timide à son rôle de mère dévouée et de militante humanitaire jusqu'à son décès tragique, Diana a chamboulé la famille royale britannique et marqué son époque.
Jeune, belle et drôle: sa singularité paraissait rafraîchissante lorsqu'elle a épousé l'héritier du trône britannique en 1981 à 20 ans, comme dans un conte de fées.
Mais la fin orageuse de son mariage avec Charles, et les détails graveleux de leur vie étalés en Unes des journaux ont profondément secoué la royauté britannique, et alimenté sans fin la chronique.
Pour beaucoup, l'image publique de Lady Di reste celle de l'interview qu'elle a accordée en 1995 à la BBC et dans laquelle elle partageait ses sentiments sur la relation de son mari avec Camilla Parker Bowles, sur sa propre infidélité avec l'officier James Hewitt, ses tumultes intérieurs et ses doutes sur la capacité de son mari à devenir roi.
Ces révélations déchiraient le voile de secret de la monarchie. Mais ces problèmes ne l'avaient rendue que plus populaire.
"Comme Marilyn Monroe, elle s'est figée dans le temps. Elle est comme une créature enfermée dans un bloc d'ambre. Là pour toujours, belle, jeune, vulnérable et meurtrie", a avancé la biographe royale Penny Junnor.
Née le 1e juillet 1961, Diana a grandi dans une famille aristocratique proche de la monarchie: son père avait travaillé pour le roi George VI et la reine Elizabeth II.
Diana, qui a grandi avec trois frères et soeurs, a vu son enfance dorée marquée par le divorce de ses parents.
Elle a quitté l'école sans diplôme puis est partie en Suisse apprendre les manières d'une parfaite Lady. Elle a ensuite travaillé dans une garderie à Londres.
A 16 ans, elle rencontre pour la première fois Charles, qui la demandera en mariage après seulement 13 rendez-vous.
Elle a 20 ans, il en a 32 et il est pressé de trouver une épouse. Elle remplit rapidement sa première mission en donnant naissance l'année suivante à un héritier, William puis, deux ans plus tard, à Harry.
Diana devient alors une maman aimante et moderne, dont l'empathie pour les autres lui a attiré une popularité mondiale.
Elle utilise son statut pour défendre les plus démunis, serrant la main de malades du sida ou de lépreux, vus à l'époque comme des parias. Elle s'engage sans réserve dans la lutte contre les mines antipersonnel.
Mais son image publique dissimule une jeune femme tourmentée, souffrant de boulimie et pleine de doutes renforcés par le manque d'amour de son mari et l'indifférence du reste de la famille royale.
Les premières rumeurs sur les difficultés de son mariage apparaissent en 1992 avec un livre d'Andrew Norton évoquant les tourments de la vie de la princesse. L'année s'achève avec l'annonce retentissante de la séparation du couple royal.
Le scandale prend de l'ampleur avec des récriminations et rumeurs qui emplissent les pages des journaux et atteint son apogée avec l'aveu, d'abord par Charles puis par Diana, de leurs infidélités respectives.
Quelques semaines plus tard, la reine écrit à Charles et Diana pour les inviter à divorcer.
Le 28 août 1996, le divorce est prononcé et Diana perd son titre d'altesse royale. Le conte de fée est terminé mais Diana reste une personnalité publique scrutée par les médias populaires.
Elle retrouve l'amour d'abord dans les bras d'un cardiologue pakistanais, Hasnat Khan, puis dans ceux de Dodi Al Fayed, le fils d'un millionnaire égyptien propriétaire du magasin de luxe Harrods. Le couple mourra le 31 août 1997 dans un accident de voiture à Paris alors qu'ils étaient poursuivis par des paparazzi.
Le monde pleure la princesse des coeurs. Des millions de fleurs sont déposées devant le palais de Kensington. Une queue interminable se forme dans les rues de Londres pour lui rendre un dernier hommage lors de ses funérailles où son ami Elton John chantera "Candle in the Wind" réécrite pour elle et qui débute ainsi: "Goodbye England's Rose" (au revoir, rose de l'Angleterre).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.