Mondial 2026 : le dossier du Maroc est fin prêt    Corruption : Une évolution en trompe-l'œil    Sept mille quatre-vingts secondes    Sous-traitance: Des pistes pour un travail décent    Brèves Internationales    Coaching territorial: L'expertise de l'Oriental dupliquée au Sénégal    Maroc-Espagne : Des hélicoptères pour transporter le haschich    Températures min et max prévues - Vendredi 23 Février 2018    Marrakech: Protéger l'histoire contre l'acharnement immobilier    Affaire Bencharki: le MAS va-t-il se tourner vers la FIFA    Brand content, une plus grande proximité entre annonceurs et consommateurs    Mondial 2026: Blatter soutient la candidature du Maroc    Sidi Ifni : Pour 60 DH, il tue son ami avec une clé à mollette    Armer des enseignants? Donald Trump persiste et signe    En kiosque n° 1245 : UN RÊVE MAROCAIN    Mounib: La gauche connait actuellement une crise d'existence    4ème édition du Marathon International de Rabat : 12.000 participants attendus    Dakhla, carrefour mondial de kitesurf    McDonald's Maroc et le Marrakech du Rire lancent «Masterclass du Rire»    La barbarie et les droits de l'homme    Syrie: Plus de 300 morts en trois jours à la Ghouta orientale    Maghreb Oxygène: Bénéfices en hausse de 34,9% à 12,6 millions de DH en 2017    L'OM à la conquête du monde arabe    Italie: Une campagne électorale à relent fasciste    Pacte mondial pour les migrations: le train est lancé    Assurance Maladie : Total Maroc et Saham Assurance s'allient pour les professionnels de la route    13è session plénière solennelle annuelle de l'Académie Hassan II des sciences et techniques    Vidéo : L'arbitre qui distribue les cartons rouges comme des petits pains !    Majorité !    Le français, «langue maternelle» en Afrique...    Le Maroc joue dans la cour des grands    Afrisanté et Officine Expo: la santé à l'honneur à Marrakech    Le secteur du BTP exposé à des entraves :    Coupe de la CAF : La renaissance de Berkane se qualifie au prochain tour    Enfance : Le Souverain appelle les grandes puissances à assumer leur responsabilité    Monténégro: L'ambassade des Etats-Unis à Podgorica attaquée à la grenade    Nouveau coup de filet du BCIJ à Tanger    CGI inaugure un nouveau centre d'excellence    Stabilité de l'indice des prix à la consommation, selon le HCP    CGEM : Comment faire cohabiter des cultures différentes au sein d'une entreprise ?    La princesse Lalla Meryem a présidé la cérémonie de clôture de la rencontre « Femme et enfant en situation de précarité »    Don de sang: un acte de civisme et de citoyenneté    Majorité : Mets de l'huile, Saad Eddine...    Grand-messe de la franchise en avril    Rencontre sur «Les nouvelles routes de la soie» à Fès    Joaquin Phoenix époustouflant en John Callahan !    Festival «Dakar-Gorée Jazz» : La RAM sponsor et transporteur officiel de la 4ème édition    « Mazagan, mémoires partagées », de Mustapha Jmahri    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le tragique conte de fées de Diana
Publié dans Libération le 18 - 08 - 2017

De ses fiançailles avec le prince Charles alors qu'elle n'était qu'une adolescente timide à son rôle de mère dévouée et de militante humanitaire jusqu'à son décès tragique, Diana a chamboulé la famille royale britannique et marqué son époque.
Jeune, belle et drôle: sa singularité paraissait rafraîchissante lorsqu'elle a épousé l'héritier du trône britannique en 1981 à 20 ans, comme dans un conte de fées.
Mais la fin orageuse de son mariage avec Charles, et les détails graveleux de leur vie étalés en Unes des journaux ont profondément secoué la royauté britannique, et alimenté sans fin la chronique.
Pour beaucoup, l'image publique de Lady Di reste celle de l'interview qu'elle a accordée en 1995 à la BBC et dans laquelle elle partageait ses sentiments sur la relation de son mari avec Camilla Parker Bowles, sur sa propre infidélité avec l'officier James Hewitt, ses tumultes intérieurs et ses doutes sur la capacité de son mari à devenir roi.
Ces révélations déchiraient le voile de secret de la monarchie. Mais ces problèmes ne l'avaient rendue que plus populaire.
"Comme Marilyn Monroe, elle s'est figée dans le temps. Elle est comme une créature enfermée dans un bloc d'ambre. Là pour toujours, belle, jeune, vulnérable et meurtrie", a avancé la biographe royale Penny Junnor.
Née le 1e juillet 1961, Diana a grandi dans une famille aristocratique proche de la monarchie: son père avait travaillé pour le roi George VI et la reine Elizabeth II.
Diana, qui a grandi avec trois frères et soeurs, a vu son enfance dorée marquée par le divorce de ses parents.
Elle a quitté l'école sans diplôme puis est partie en Suisse apprendre les manières d'une parfaite Lady. Elle a ensuite travaillé dans une garderie à Londres.
A 16 ans, elle rencontre pour la première fois Charles, qui la demandera en mariage après seulement 13 rendez-vous.
Elle a 20 ans, il en a 32 et il est pressé de trouver une épouse. Elle remplit rapidement sa première mission en donnant naissance l'année suivante à un héritier, William puis, deux ans plus tard, à Harry.
Diana devient alors une maman aimante et moderne, dont l'empathie pour les autres lui a attiré une popularité mondiale.
Elle utilise son statut pour défendre les plus démunis, serrant la main de malades du sida ou de lépreux, vus à l'époque comme des parias. Elle s'engage sans réserve dans la lutte contre les mines antipersonnel.
Mais son image publique dissimule une jeune femme tourmentée, souffrant de boulimie et pleine de doutes renforcés par le manque d'amour de son mari et l'indifférence du reste de la famille royale.
Les premières rumeurs sur les difficultés de son mariage apparaissent en 1992 avec un livre d'Andrew Norton évoquant les tourments de la vie de la princesse. L'année s'achève avec l'annonce retentissante de la séparation du couple royal.
Le scandale prend de l'ampleur avec des récriminations et rumeurs qui emplissent les pages des journaux et atteint son apogée avec l'aveu, d'abord par Charles puis par Diana, de leurs infidélités respectives.
Quelques semaines plus tard, la reine écrit à Charles et Diana pour les inviter à divorcer.
Le 28 août 1996, le divorce est prononcé et Diana perd son titre d'altesse royale. Le conte de fée est terminé mais Diana reste une personnalité publique scrutée par les médias populaires.
Elle retrouve l'amour d'abord dans les bras d'un cardiologue pakistanais, Hasnat Khan, puis dans ceux de Dodi Al Fayed, le fils d'un millionnaire égyptien propriétaire du magasin de luxe Harrods. Le couple mourra le 31 août 1997 dans un accident de voiture à Paris alors qu'ils étaient poursuivis par des paparazzi.
Le monde pleure la princesse des coeurs. Des millions de fleurs sont déposées devant le palais de Kensington. Une queue interminable se forme dans les rues de Londres pour lui rendre un dernier hommage lors de ses funérailles où son ami Elton John chantera "Candle in the Wind" réécrite pour elle et qui débute ainsi: "Goodbye England's Rose" (au revoir, rose de l'Angleterre).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.