Fès se penche sur les finances publiques    Dans le Haut Atlas, la population piégée par une sécheresse inquiétante    Compétitivité fiscale: Le Maroc gagne encore des places    Trois Casques bleus et un soldat tués au Mali    Agadir/Congrès international de l'arganier: Cap sur la recherche scientifique    Programme des principaux matchs de ce samedi 25 novembre    Maroc remporte la CAN 2017 Handi-Basket    Attentat dans le Sinaï: le bilan s'alourdit    Al Akhawayn a obtenu l'accréditation américaine NEASC pour 5 ans    Le Forum d'Ifrane plaide pour la création d'outils de financement innovants    La Dominique réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    L'ancien président brésilien Fernando Collor de Mello : « La mondialisation, un chemin vers la paix ».    Londres vise les premières voitures sans chauffeur    Insolite : L'amour sans frontières    Emmerson Mnangagwa devient le nouveau président du Zimbabwe    Driss El Yazami : La deuxième opération de régularisation vise le traitement d'au moins 82% des dossiers    Dimitris Avramopoulos : Le Maroc, un pays à même de contribuer à une gestion efficace de la migration    Europa League : Les grosses écuries s'en tirent à bon compte    Robinho condamné à neuf ans de prison pour viol en réunion    Oscar Pistorius, de l'Olympe sportive à la prison    Hausse des levées brutes du Trésor à fin octobre    Le Maroc réalise des progrès notables en matière de gouvernance économique    Divers    Pour une meilleure préservation de l'arganier    L'insoutenable calvaire de la femme marocaine    Les meilleurs films de tous les temps    Casablanca accueille la première édition de la "China Trade Week Morocco"    Ibrahim Maalouf dépoussière les morceaux de Dalida    Agadir accueille le 2ème Forum des avocats MRE    Botola Maroc Telecom : Le fauteuil de leader en jeu    2ème phase de la régularisation des migrants : Plus de 25.000 demandes recensées    Pistorius écope de 13 ans ferme    Visa For music : Des hommages à des figures nationales et africaines    « Visa for Music »: Le théâtre national Mohammed V vibre aux rythmes africains du groupe « Jouvay Fest »    Tanger Med: Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et de 10 kg d'héroïne à bord d'un autocar venant de Belgique    L'OCP met en service sa nouvelle usine d'engrais    Air Arabia : changement sur les vols Fès-Marrakech    Un sit-in devant l'ambassade de la Libye à Rabat pour dénoncer la traite des êtres humains    AGRESSIONS DES ENSEIGNANTS: QUAND LA SALLE DE COURS DEVIENT UN RING!    Munir El Haddadi: «Je rêve de jouer le Mondial avec le Maroc, dont j'ai toujours chanté l'hymne national»    NEUF CLANDESTINS MAROCAINS SAUVES AU LARGE DE LA TUNISIE    Theresa May à Bruxelles, le coût financier du Brexit en vedette    Bombardier au taquet avec l'ONCF    Allemagne: Tout, sauf des élections !!!    Mondial 2018 : Le Maroc est-il un tirage "facile" ?    Des mini-concerts pour de grands futurs musiciens    L'Uzine rend hommage à son quartier    Rabat, « capitale africaine par excellence » pour Visa for Music    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'art contemporain marocain sublimé à Paris par l'œuvre d'Ilham Laraki Omari
Publié dans Libération le 19 - 10 - 2017

L'art contemporain marocain a été sublimé à Paris par l'œuvre de l'artiste peintre Ilham Laraki Omari, qui participait pour la 5ème année consécutive, au prestigieux Salon de l'Automne, un haut lieu de l'art pictural mondial. La plasticienne marocaine qui a, à son actif, de nombreuses expositions au Maroc comme à l'étranger, prenait part à cette 114ème édition du Salon qui a pris fin dimanche dernier avec sa toile "Sibillyn", une peinture à l'huile aux tons noirs et blancs, qu'elle chérit tout particulièrement.
Une toile d'où jaillissent une grande lumière, une énergie et une spiritualité immenses mais aussi une matière et des particules quand on s'y approche. Une œuvre, en somme, qui appelle au rêve et porte vers le voyage. Sibillyn est le fruit d'une longue évolution en termes de style et de couleur, a déclaré à la MAP cette artiste pleine de délicatesse et de douceur. "C'est un cheminement qui m'a amenée du figuratif à l'abstrait et des couleurs volcaniques à des tons plus sombres, sans que je ne m'en rende compte", a-t-elle confié sourire aux lèvres, relevant toutefois que l'abondance de la lumière a toujours été le fil conducteur dans cette évolution. La lumière imprègne, en effet, cette œuvre tout en étant déclinée sur des tons sombres, qui laissent jaillir en contraste chaleur et luminescence, symbolisant sa quête de spiritualité.
Passionnée de peinture, Ilham Laraki Omari n'hésite pas à dévoiler sa démarche artistique. Elle explique qu'elle emploie une technique picturale où le pinceau, comme un chapelet, égrène perle après l'autre, des touches qui filent en une prenante cosmogonie astrale. Sibillyn a d'ailleurs été dévoilée dernièrement dans le cadre de l'exposition "Souffle", qui a été accrochée à la bibliothèque nationale du Royaume, qui s'est déclinée en trois thématiques : "Incandescence", "Le temps" et "Tasbih".
L'artiste peintre qui participait à cette 114è édition du Salon de l'Automne, en tant que sociétaire, un titre attribué aux artistes qui ont eu le mérite d'exposer au moins trois années consécutives en ce haut lieu de l'art contemporain mondial, qui ont fait preuve de persévérance et de créativité. "Je suis très honorée par ce titre" décerné par le Conseil d'administration du Salon, "grâce auquel j'ai pu aussi participer dans la section +Petits formats+ avec deux toiles +Lueur+ et +Ferveur+", a affirmé cette artiste confirmée, qui a aussi participé à des expositions aux Etats-Unis, en Russie ainsi que dans différents pays en Europe et au Moyen-Orient. Mais pour cette jeune plasticienne, exposer au Maroc et y être reconnu par ses pairs "n'a pas son pareil".
"C'est unique", a-t-elle dit. Rappelons, par ailleurs, que depuis 114 ans, le Salon d'Automne de Paris s'est imposé comme acteur et témoin essentiel de l'émergence des plus importants mouvements artistiques du XXème siècle : fauvisme, surréalisme, cubisme, art abstrait. Promoteur de tous les arts sans distinction de hiérarchie, ce Salon a également accueilli les plus grands noms de la peinture moderne, dont Cézanne, Picasso ou Dali.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.