Casablanca: Les bus d'occasion en phase de rodage    Les rivaux libyens se rencontrent à Moscou    Coupe Mohamed VI:L'OCS ramène un précieux nul de la pelouse d'Al Ittihad    BCP mobilise son réseau pour booster l'entrepreneuriat    Le Premier secrétaire de l'USFP reçoit le groupe d'amitié parlementaire Mexique-Maroc    En marge du nouveau modèle de développement au Maroc    Le CMC planche sur la croissance économique au Maroc    NBK Capital Partners finalise l'acquisition de Polymedic    Régularisation spontanée 2020 : L'Office des Changes publie une capsule vidéo explicative    Habib El Malki reçoit Maria Del Carmen Bautista Peláez    Open d'Australie : Matches retardés à cause des fumées d'incendies    Sommet international à Berlin dimanche pour prolonger la trêve libyenne    L'Etat islamique désigné ennemi numéro 1 au Sahel    Latifa Akherbach : Une société sans médias publics forts ne peut pas avancer    Mbappé et Neymar, joueurs les plus chers des clubs champions en Europe    Setién : Ma seule promesse, c'est que le Barça jouera bien    La gestion contrastée du mercato hivernal du Wydad et du Raja    Le thé vert aide-t-il à vivre plus longtemps ?    Sur les bords du Yangtsé, des "guerriers" contre l'eau qui tue    Reportage : Guerre sans merci entre prédateurs et super-prédateurs    Insolite : Sosie de Michael Jackson    John Roberts, juge "arbitre" au procès de Trump    SORTNA s'invite à Fort Rottembourg    ALE Maroc-Turquie: l'ultimatum de Moulay Hafid Elalamy porte ses fruits    La date de la CAN 2021 est dictée par les conditions météorologiques    Soudan : deux soldats tués dans la répression d'une « rébellion » au sein des services de sécurité    Faute de rallonge de budget, Ahmed Taoufiq menace de geler les nouveaux projets    Hicham Bahloul exalte l'expérience cinématographique de Hicham Amal    Tétouan : arrestation d'un individu pour implication présumée dans le trafic de drogue et de psychotropes    Education nationale : un millier d'internats, dont 65% en milieu rural    Le programme des principaux matchs du mercredi 15 janvier    Pinterest devient le 3ème réseau social des Etats-Unis, selon eMarketer    Google veut éliminer progressivement les « cookies »    Paris, Londres et Berlin au secours de l'accord de Vienne…    Rallye «Africa Eco Race»: La caravane passe…    Audiovisuel. Les dossiers stratégiques de Latifa Akharbach    Mbappé et Neymar joueurs les plus chers des clubs champions en Europe, selon une étude    Fès : le conseil préfectoral approuve une série de conventions    Registre social unifié : Un chantier complexe    Avion abattu en Iran: Rohani appelle à un changement radical en politique    La Tribune de Nas : « Satien » pas debout…    Destitution : le Sénat reçoit l'acte d'accusation de Trump, le procès va commencer    Spike Lee, président du jury de la 73e Festival de Cannes    Exposition «LesYeuxOuVerts»: un appel pour la transition écologique    Le SMPAD recadre El Hassan Abyaba    Prévisions météorologiques pour la journée du mercredi 15 janvier    Bank Al-Maghrib rouvre son agence historique de Tanger après sa rénovation    Bilan 2019 Renault Maroc : un groupe qui garde le cap !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En Autriche, Sebastian Kurz et l'extrême droite s'installent au pouvoir
Publié dans Libération le 19 - 12 - 2017

Le nouveau gouvernement autrichien formé par la droite et l'extrême droite a prêté serment lundi, contesté à Vienne par quelques milliers de manifestants, mais sans provoquer d'émois chez les partenaires de l'Autriche qui s'est engagée à garder un cap pro-européen.
A 31 ans, le conservateur Sebastian Kurz devient chancelier, et plus jeune dirigeant du monde, huit mois après avoir pris les commandes du parti chrétien-démocrate (ÖVP) qu'il a conduit à la victoire lors des législatives d'octobre.
Le chef de l'Etat, Alexander Van der Bellen, un écologiste libéral, a investi le nouveau gouvernement de treize ministres, avec six postes-clés occupés par la formation d'extrême droite (FPÖ), en fixant des lignes rouges.
Il a appelé la coalition de M. Kurz à "respecter l'histoire autrichienne, (...) ses pages positives comme ses pages sombres", à "respecter les droits des minorités et ceux qui pensent différemment".
Il s'est dit conscient que certains étaient "sceptiques voire hostiles" à la nouvelle majorité. Non loin du palais présidentiel, plusieurs milliers de personnes manifestaient contre la présence du FPÖ au gouvernement, rassemblées derrière des banderoles proclamant "les Nazis dehors" ou "Mort au fascisme".
Le FPÖ, Parti de la liberté d'Autriche, arrivé troisième des élections, décroche trois ministères régaliens -Intérieur, Défense, Affaires étrangères- et un portefeuille de vice-chancelier pour son chef, Heinz-Christian Strache, 48 ans, qui a comparé l'immigration à une "invasion de masse" et qui estime que "l'islam n'a pas sa place en Autriche".
Le parti de Heinz-Christian Strache, ancré sur la scène politique autrichienne depuis plusieurs décennies, fait figure d'aîné parmi les extrêmes droites européennes. Au début des années 2000, il avait été partenaire des conservateurs au sein de la coalition dirigée par Wolfgang Schüssel.
Cette alliance avait entraîné une levée de boucliers et des sanctions contre l'Autriche de la part de ses partenaires européens.
Mais l'accord de gouvernement entre la droite et l'extrême droite, présenté samedi, n'a pas suscité d'émotion particulière sur la scène européenne où les partis populistes et hostiles à l'immigration sont devenus incontournables.
"La situation est sans doute différente par rapport au précédent de l'an 2000. Mais la présence de l'extrême droite au pouvoir n'est jamais anodine!", a signalé le commissaire européen Pierre Moscovici, socialiste français.
Le retour au pouvoir du FPÖ électrise en revanche ses alliés nationalistes européens, après une année 2017 marquée par les scores élevés de l'extrême droite en France, en Allemagne, aux Pays-Bas.
Le parti de M. Strache a en effet pu imprimer sa marque sur la feuille de route du nouveau gouvernement. Le durcissement de la politique migratoire, notamment via la restriction des aides sociales pour les étrangers, compte parmi les priorités de l'exécutif. Sebastian Kurz a enfourché ce thème cher à l'extrême droite dans la foulée de la vague migratoire des années 2015 et 2016.
"Cela n'arrivera plus qu'un migrant qui n'a jamais travaillé ici une seule journée ou versé quelque cotisation que ce soit dans notre système social reçoive des milliers d'euros d'aide", s'est félicité dimanche M. Strache dans un message publié sur son compte Facebook.
"Je crains qu'on ne s'en prenne de plus en plus aux étrangers", s'inquiétait dans la manifestation viennoise Katharina, 38 ans, tandis que Stefanie garde un souvenir amer du dernier passage du FPÖ au gouvernement: "Les riches ont été favorisés au détriment des plus fragiles, des plus pauvres, des réfugiés. Et on a vu quelques années plus tard émerger tous les scandales de corruption liés à cette époque".
Si elle revendique "un engagement européen clair", la nouvelle majorité a également "l'objectif de renforcer la subsidiarité" au sein de l'UE et de limiter les délégations de souveraineté, à l'opposé de la vision d'une Europe plus fédérale prônée par le président français Emmanuel Macron.
Le programme comporte également une série d'allégements fiscaux, des coups de pouce aux familles et aux petites retraites, des mesures pour alléger la bureaucratie et simplifier le système social.
Le FPÖ, malgré son ADN eurosceptique, a toutefois dû accepter que la question d'une sortie de l'UE soit exclue du champ des consultations populaires que le nouveau gouvernement veut promouvoir.
Pour rassurer ses partenaires de l'UE, M. Kurz, ministre sortant des Affaires étrangères au sein d'une coalition avec les sociaux-démocrates, conservera aussi la haute main sur les dossiers européens alors que l'Autriche présidera l'UE au second semestre 2018.
Il se rendra d'ailleurs dès mardi à Bruxelles pour rencontrer le patron de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et le président du Conseil européen, Donald Tusk.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.