Bras de fer autour de Mellilia    La HACA sévit contre les dérapages : Carton rouge pour Radio Mars    Projet de loi organique sur la grève. L'impasse !    Procédure pénale. Aujjar livre sa copie    Sacré Maroc (12)    Habib El Malki invité à participer à la réunion de l'Assemblée parlementaire du Commonwealth    Le premier vice-président de la Chambre des conseillers décoré    Le Maroc primé à Libreville pour ses efforts en faveur de l'autonomisation de la femme    Maroc : 74% des ménages équipés en accès internet    Compact II : La CGEM et le MCA-Morocco main dans la main    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: Les chiffres montrent une nouvelle piste pour l'inclusion    Trésor: 4,6 milliards de DH de dividendes à fin juin    Al Omrane et le CNRST s'allient pour promouvoir la recherche en matière d'habitat    Commission des investissements : 9 projets à l'étude pour 5 MMDH    Hausse historique de 26,54% :Transport aérien : Plus de deux millions de passagers en juin    Les aviculteurs font leur bilan dans le cadre du Plan Maroc Vert    Trump se défend de tout racisme, silence des leaders républicains    Ursula von der Leyen verdit son discours pour convaincre le Parlement européen    La géopolitique du Maroc dans un nouvel ordre mondial en crise    L'Egypte expulse des supporters algériens après la demi-finale de la CAN    Au moins 180 morts de la mousson en Asie du Sud    Une délégation d'éminents hommes d'affaires africains en visite au Maroc    PSA augmente de 4,7% sa part de marché au Maroc    France. 282 personnes interpellées après la victoire de l'Algérie    L'organisation des Jeux Africains est un défi pour le Maroc, dixit Talbi Alami    Achraf Bencherki rejoint le Zamalek    La décision du TAS avant la fin du mois en cours    La FRMF dément la démission de Hervé Renard    Karaté. Le Maroc champion d'Afrique    L'Algérie mobilise 28 avions pour la finale    Un ancien footballeur sud-africain tué par balles    Football marocain : Les vraies questions à poser sur ce sport-passion    La loi-cadre de l'enseignement adoptée en commission parlementaire    Des braqueurs de camions sous les verrous    La plage Ba Kassem à Tanger hisse le Pavillon bleu pour la septième année consécutive    Lutte contre le sida en 2018: Ombres et lumière    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: A 33 contre 28, les jeux arrivent devant les espaces verts    Résultats du Bac: Nouveau record!    Le Groupe scolaire Jacques Chirac homologué    Rendez-vous, ce soir, avec l'éclipse lunaire    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    Il était une fois Hassan Megri    L'actrice Lashana Lynch va devenir l'agent 007 mais James Bond reste un homme    De l'urgence d'un plan «Maroc Culture»    The «Morocco Corner» s'invite chez les Vikings    Vers la création d'une Caisse sociale pour les auteurs    Farid Chamekh : "Il faut s'inspirer de tout, sans plagier bien sûr"    Le Maroc, invité d'honneur de la Foire internationale du livre de Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En Autriche, Sebastian Kurz et l'extrême droite s'installent au pouvoir
Publié dans Libération le 19 - 12 - 2017

Le nouveau gouvernement autrichien formé par la droite et l'extrême droite a prêté serment lundi, contesté à Vienne par quelques milliers de manifestants, mais sans provoquer d'émois chez les partenaires de l'Autriche qui s'est engagée à garder un cap pro-européen.
A 31 ans, le conservateur Sebastian Kurz devient chancelier, et plus jeune dirigeant du monde, huit mois après avoir pris les commandes du parti chrétien-démocrate (ÖVP) qu'il a conduit à la victoire lors des législatives d'octobre.
Le chef de l'Etat, Alexander Van der Bellen, un écologiste libéral, a investi le nouveau gouvernement de treize ministres, avec six postes-clés occupés par la formation d'extrême droite (FPÖ), en fixant des lignes rouges.
Il a appelé la coalition de M. Kurz à "respecter l'histoire autrichienne, (...) ses pages positives comme ses pages sombres", à "respecter les droits des minorités et ceux qui pensent différemment".
Il s'est dit conscient que certains étaient "sceptiques voire hostiles" à la nouvelle majorité. Non loin du palais présidentiel, plusieurs milliers de personnes manifestaient contre la présence du FPÖ au gouvernement, rassemblées derrière des banderoles proclamant "les Nazis dehors" ou "Mort au fascisme".
Le FPÖ, Parti de la liberté d'Autriche, arrivé troisième des élections, décroche trois ministères régaliens -Intérieur, Défense, Affaires étrangères- et un portefeuille de vice-chancelier pour son chef, Heinz-Christian Strache, 48 ans, qui a comparé l'immigration à une "invasion de masse" et qui estime que "l'islam n'a pas sa place en Autriche".
Le parti de Heinz-Christian Strache, ancré sur la scène politique autrichienne depuis plusieurs décennies, fait figure d'aîné parmi les extrêmes droites européennes. Au début des années 2000, il avait été partenaire des conservateurs au sein de la coalition dirigée par Wolfgang Schüssel.
Cette alliance avait entraîné une levée de boucliers et des sanctions contre l'Autriche de la part de ses partenaires européens.
Mais l'accord de gouvernement entre la droite et l'extrême droite, présenté samedi, n'a pas suscité d'émotion particulière sur la scène européenne où les partis populistes et hostiles à l'immigration sont devenus incontournables.
"La situation est sans doute différente par rapport au précédent de l'an 2000. Mais la présence de l'extrême droite au pouvoir n'est jamais anodine!", a signalé le commissaire européen Pierre Moscovici, socialiste français.
Le retour au pouvoir du FPÖ électrise en revanche ses alliés nationalistes européens, après une année 2017 marquée par les scores élevés de l'extrême droite en France, en Allemagne, aux Pays-Bas.
Le parti de M. Strache a en effet pu imprimer sa marque sur la feuille de route du nouveau gouvernement. Le durcissement de la politique migratoire, notamment via la restriction des aides sociales pour les étrangers, compte parmi les priorités de l'exécutif. Sebastian Kurz a enfourché ce thème cher à l'extrême droite dans la foulée de la vague migratoire des années 2015 et 2016.
"Cela n'arrivera plus qu'un migrant qui n'a jamais travaillé ici une seule journée ou versé quelque cotisation que ce soit dans notre système social reçoive des milliers d'euros d'aide", s'est félicité dimanche M. Strache dans un message publié sur son compte Facebook.
"Je crains qu'on ne s'en prenne de plus en plus aux étrangers", s'inquiétait dans la manifestation viennoise Katharina, 38 ans, tandis que Stefanie garde un souvenir amer du dernier passage du FPÖ au gouvernement: "Les riches ont été favorisés au détriment des plus fragiles, des plus pauvres, des réfugiés. Et on a vu quelques années plus tard émerger tous les scandales de corruption liés à cette époque".
Si elle revendique "un engagement européen clair", la nouvelle majorité a également "l'objectif de renforcer la subsidiarité" au sein de l'UE et de limiter les délégations de souveraineté, à l'opposé de la vision d'une Europe plus fédérale prônée par le président français Emmanuel Macron.
Le programme comporte également une série d'allégements fiscaux, des coups de pouce aux familles et aux petites retraites, des mesures pour alléger la bureaucratie et simplifier le système social.
Le FPÖ, malgré son ADN eurosceptique, a toutefois dû accepter que la question d'une sortie de l'UE soit exclue du champ des consultations populaires que le nouveau gouvernement veut promouvoir.
Pour rassurer ses partenaires de l'UE, M. Kurz, ministre sortant des Affaires étrangères au sein d'une coalition avec les sociaux-démocrates, conservera aussi la haute main sur les dossiers européens alors que l'Autriche présidera l'UE au second semestre 2018.
Il se rendra d'ailleurs dès mardi à Bruxelles pour rencontrer le patron de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et le président du Conseil européen, Donald Tusk.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.