Coronavirus : plus de 8 milliards de dollars de pertes pour les compagnies aériennes africaines    GAM: « Comment les entreprises marocaines envisagent-elles leur stratégie de marques et communication ? »    Coronavirus : 45 nouveaux cas, 7.967 au total, jeudi 4 juin à 10h    Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    Samir: La capacité de stockage louée à l'Onhym    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Crime social    El Othmani chez les députés jeudi prochain    Evolution de la pandémie: Les modèles prédictifs risqués    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Les principaux secteurs de l'économie nationale accusent le coup de la pandémie    Benzema a très envie de revenir à la compétition    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    Coronavirus: 56 nouveaux cas mercredi à 18 heures, 6866 guérisons    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    Le roman de Saeida Rouass adapté à l'écran par un producteur hollywoodien    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Réflexions sur quel Maroc de l'après covid-19?    ONU: les ambassadeurs de Suisse et du Maroc à New York lancent le processus    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Trois millions de personnes affiliées à la CNSS    Naples pense à Oussama Idrissi    Lions de l'Atlas: Feddal sur les traces de Naybet?    Madrid ne jouera plus à Bernabeu cette saison    Tourisme : les opérateurs se mobilisent pour la relance du secteur    Coronavirus : Le Roi ordonne une large campagne de dépistage auprès des employés du secteur privé    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les présides de Sebta et Mellilia défaits de leurs barbelés
Publié dans Libération le 18 - 06 - 2018

Le nouveau gouvernement espagnol, présidé par le socialiste Pedro Sanchez, semble déterminé à retirer les barbelés des clôtures séparant les deux présides occupés de Sebta et Mellilia du reste du Maroc.
Jeudi dernier, le ministre de l'Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a annoncé son intention de s'y atteler et a demandé un "rapport complémentaire" à cet effet. "Je ferai tout pour que les barbelés puissent être enlevés", a-t-il déclaré.
Dans une interview accordée à la radio espagnole Onda Cero et rapportée par l'agence Europa Press, il a assuré que c'était là l'une de ses principales priorités.
D'après lui, "il n'est pas raisonnable ni acceptable de voir des personnes franchir les clôtures". "Nous pouvons agir avant, aider à l'origine", dans les pays de départ des migrants, a-t-il dit.
"Nous sommes en train de parler de solidarité, de respect de la dignité humaine, tout en contrôlant les flux migratoires, l'un n'empêche pas l'autre", a-t-il ajouté.
Il y a un an, à l'initiative de l'opposition socialiste, une commission de la Chambre des députés avait -vainement- demandé au gouvernement conservateur de Mariano Rajoy de retirer les barbelés. Ceci d'autant plus que, depuis des années, des milliers de migrants ont tenté de traverser la barrière longue de 12 km entre Mellilia et le reste du Maroc ou celle longue de 8 km à Sebta, en escaladant les grillages, en nageant le long des côtes ou en se cachant dans des véhicules. Résultat des courses : l'Espagne est de plus en plus visée par les migrants irréguliers qui tentent d'atteindre l'Europe. En 2017, leur nombre a atteint un record avec près de 22.900 personnes, selon l'agence des frontières de l'UE Frontex.
Dans ce même cadre, la porte-parole du gouvernement, Isabel Celaá, a affirmé vendredi dernier que le gouvernement voulait lancer un appel à l'Europe en retirant les barbelés de ces clôtures, tout en défendant l'importance d'agir dans les pays de transit.
Lors de la conférence de presse tenue après le Conseil des ministres, elle avait annoncé que "ce gouvernement donnera la priorité aux droits de l'Homme" et qu'il existe «d'autres méthodes qui garantissent la sécurité» dans la région sans être «sanglantes». Elle avait rappelé que le Département de l'Intérieur présentera un rapport supplémentaire afin que d'autres mesures puissent être adoptées.
Les déclarations de ces responsables espagnols sont intervenues quelques jours après que le Premier ministre, Pedro Sanchez, a annoncé que l'Espagne allait accueillir l'Aquarius, navire sur lequel 629 personnes sont entassées et que l'Italie et Malte ont refusé d'accueillir.
Des ONG comme SOS Racisme Madrid, Amnesty International Espagne et la Commission espagnole d'aide aux réfugiés (CEAR) ont salué cette décision du gouvernement espagnol, mais elles ont, néanmoins, demandé qu'elle ne reste pas lettre morte et que fin soit mise aux expulsions à chaud de migrants.
Le porte-parole du parti Citoyens (Ciudadanos) à l'Assemblée du préside occupé de Sebta, Javier Varga, a, quant à lui, déploré jeudi le fait que « le nouveau ministre de l'Intérieur semble ne pas avoir très bien compris quels sont les problèmes de la ville ». Et d'ajouter : « Je ne pense pas que, de cette manière, on va régler les problèmes graves et urgents de la ville ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.