Jeux africains : Le prince Moulay Rachid donne le coup d'envoi    Répit pour Huawei en plein flou sur les négociations commerciales avec Pékin    Ce que veut dire la Révolution du Roi et du Peuple    Marocains résidant à l'étranger : Cartographie des Marocains d'Europe    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Karim Alami perd tragiquement son fils    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    La Bourse de Casablanca réalise une bonne performance hebdomadaire    Managem annonce un chiffre d'affaires en baisse    El Andaloussi quitte Safran Electronics & Defense Morocco    Télécoms: L'ANRT dématérialise les agréments    Développement durable: La Commission nationale bientôt opérationnelle    L'expertise marocaine brille lors d'une formation internationale sur le sauvetage sportif en Centrafrique    Aïd Al Adha 1440 : Bon déroulement de l'opération d'abattage    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    Moussaoui Ajlaoui : Créer un nouvel Etat en Afrique du Nord serait suicidaire pour la région. La position de Washington va dans ce sens    La France se prépare à accueillir le G7    L'administration américaine s'oppose à la création d'une entité fantoche    Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7    Macron recevra jeudi Boris Johnson puis Kyriakos Mitsotakis    Syrie: les forces gouvernementales entrent dans la ville de Khan Cheikhoun    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Casablanca    Le fauteuil    La prise de conscience!    Doukkal s'entretient avec son homologue chinois sur la coopération dans le domaine de la santé    Le Royaume prend très au sérieux l'avenir et le présent de ses jeunes : Pour un Maroc fait par et pour sa jeunesse    La liste élargie de Hallilodzic    Jeux Africains : Le Maroc gagne par forfait l'Afrique du Sud    Démarrage de la nouvelle saison    Vidéo. Ce que pensent les Casablancais de la nomination d'Halilhodzic    Facebook, Google, Apple... : Attention, les Gafam vous pistent!    Visite de travail à Copenhague du président du Conseil exécutif de l'UNICEF, Omar Hilale    L'incendie qui ravage Grande Canarie hors de contrôle, nouvelles évacuations    Un incendie ravage une forêt de pins sur les hauteurs de Béni Mellal    Les usagers d'Instagram pourront désormais dénoncer la désinformation    Météo: les prévisions de ce lundi    Parcs zoologiques. Vers la fin de la capture et la vente des éléphants d'Afrique    Le Maroc: marché international de commerce de fossiles    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    Azelarabe Alaoui préside le jury du Festival Cèdre du court métrage    Nouvelle édition du Festival "Voix de femmes" à Tétouan    The Mask : Un reboot au féminin en préparation    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    11è édition des Voix de Femmes à Tétouan du 19 au 24 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les présides de Sebta et Mellilia défaits de leurs barbelés
Publié dans Libération le 18 - 06 - 2018

Le nouveau gouvernement espagnol, présidé par le socialiste Pedro Sanchez, semble déterminé à retirer les barbelés des clôtures séparant les deux présides occupés de Sebta et Mellilia du reste du Maroc.
Jeudi dernier, le ministre de l'Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a annoncé son intention de s'y atteler et a demandé un "rapport complémentaire" à cet effet. "Je ferai tout pour que les barbelés puissent être enlevés", a-t-il déclaré.
Dans une interview accordée à la radio espagnole Onda Cero et rapportée par l'agence Europa Press, il a assuré que c'était là l'une de ses principales priorités.
D'après lui, "il n'est pas raisonnable ni acceptable de voir des personnes franchir les clôtures". "Nous pouvons agir avant, aider à l'origine", dans les pays de départ des migrants, a-t-il dit.
"Nous sommes en train de parler de solidarité, de respect de la dignité humaine, tout en contrôlant les flux migratoires, l'un n'empêche pas l'autre", a-t-il ajouté.
Il y a un an, à l'initiative de l'opposition socialiste, une commission de la Chambre des députés avait -vainement- demandé au gouvernement conservateur de Mariano Rajoy de retirer les barbelés. Ceci d'autant plus que, depuis des années, des milliers de migrants ont tenté de traverser la barrière longue de 12 km entre Mellilia et le reste du Maroc ou celle longue de 8 km à Sebta, en escaladant les grillages, en nageant le long des côtes ou en se cachant dans des véhicules. Résultat des courses : l'Espagne est de plus en plus visée par les migrants irréguliers qui tentent d'atteindre l'Europe. En 2017, leur nombre a atteint un record avec près de 22.900 personnes, selon l'agence des frontières de l'UE Frontex.
Dans ce même cadre, la porte-parole du gouvernement, Isabel Celaá, a affirmé vendredi dernier que le gouvernement voulait lancer un appel à l'Europe en retirant les barbelés de ces clôtures, tout en défendant l'importance d'agir dans les pays de transit.
Lors de la conférence de presse tenue après le Conseil des ministres, elle avait annoncé que "ce gouvernement donnera la priorité aux droits de l'Homme" et qu'il existe «d'autres méthodes qui garantissent la sécurité» dans la région sans être «sanglantes». Elle avait rappelé que le Département de l'Intérieur présentera un rapport supplémentaire afin que d'autres mesures puissent être adoptées.
Les déclarations de ces responsables espagnols sont intervenues quelques jours après que le Premier ministre, Pedro Sanchez, a annoncé que l'Espagne allait accueillir l'Aquarius, navire sur lequel 629 personnes sont entassées et que l'Italie et Malte ont refusé d'accueillir.
Des ONG comme SOS Racisme Madrid, Amnesty International Espagne et la Commission espagnole d'aide aux réfugiés (CEAR) ont salué cette décision du gouvernement espagnol, mais elles ont, néanmoins, demandé qu'elle ne reste pas lettre morte et que fin soit mise aux expulsions à chaud de migrants.
Le porte-parole du parti Citoyens (Ciudadanos) à l'Assemblée du préside occupé de Sebta, Javier Varga, a, quant à lui, déploré jeudi le fait que « le nouveau ministre de l'Intérieur semble ne pas avoir très bien compris quels sont les problèmes de la ville ». Et d'ajouter : « Je ne pense pas que, de cette manière, on va régler les problèmes graves et urgents de la ville ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.