Brahim Ghali, accusé de crimes contre l'humanité, appelle ses partisans «à poursuivre leur combat contre le Maroc»    Casablanca : un inspecteur de police contraint d'utiliser son arme pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Driouch : une secousse tellurique de magnitude 4,1 degrés    L'arganier présente une forte plasticité écologique et climatique (Spécialiste )    Météo Maroc: temps assez stable sur une majeure partie du pays ce vendredi    Conflit israélo-palestinien : la session du Conseil de sécurité de l'ONU sera tenue dimanche    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    France/Covid: Les députés valident une rallonge budgétaire de 7,2 mds d'euros    Nouvelle destination probable pour Mohamed Ihattaren    Le Maroc réitère son rejet des mesures israéliennes affectant le statut juridique d'Al-Qods    Driss Lachguar: L'USFP est depuis toujours un parti responsable qui place les intérêts du pays avant les siens    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région de Fès-Meknès    Les cours mondiaux des produits alimentaires poursuivent leur envolée    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    Fermeture des salles de cinéma : Les exploitants lancent un appel au ministre El Ferdaous    Ce vendredi à 19h00, le WAC face au Mouloudia d'Alger : Le Wydad en mission pour assurer le retour    Livre. Danse avec les riches    Foot africain : Hector Cuper sélectionneur de la RDC    Equipe nationale : Deux matches de préparation en juin prochain    Corruption: La loi n°19-46 publiée au B.O    La Russie veut franchir un nouvel cap dans sa reconquête de l'espace    Coronavirus au Maroc: 238 nouveaux cas et 513 guérisons en 24H    60 ans des relations diplomatiques entre le Maroc et le Chili: Riche programmation culturelle dans les universités chiliennes    La prestation d'Amine Harit contre le Herta Berlin    En Espagne, appels à empêcher Brahim Ghali de fuir le pays et que des mesures soient prises à cet effet    L'encours des bons du Trésor devrait s'établir à 617,5 MMDH au 19 mai    UEFA : La finale de la Ligue des champions déplacée d'Istanbul à Porto    Migration : La CEA se penche sur la reconnaissance des compétences africaines au Maroc    Marché des changes : le dirham se déprécie de 0,33% face à l'euro    Huawei : le Maroc favorable pour accélérer le développement de l'école numérique    Agressions israéliennes contre les Palestiniens : La Chine appelle l'Etat hébreu à la retenue    Madaëf Eco6-Tamuda Bay: le CRI, l'APDN et Madaëf s'allient    Botola Pro: résultats, classement et buteur / 16ème journée    Prime 4-Replay: Voici le montant remporté par l'équipe de Hassan FOULANE...    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    BVC : la confiance envers les actions à un plus haut    Météo/Maroc: temps généralement stable ce jeudi 13 mai    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    «Aywad»: un hymne à la vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Situation des droits humains à Tindouf : Des Sahraouis tirent à New York la sonnette d'alarme
Publié dans L'opinion le 17 - 10 - 2014

Des pétitionnaires sahraouis intervenant devant la 4ème commission de l'ONU à New York, ont tiré la sonnette d'alarme sur les violations systématiques des droits de l'homme dans les camps de Tindouf en territoire algérien et mis en avant les réalisations dans les provinces du sud.
Les différents intervenants ont vivement dénoncé le déni des droits les plus élémentaires dans les camps de la honte, et les violations systématiques et répétées des droits de l'Homme perpétrés dans l'impunité totale par les mercenaires du polisario, «sous le regard protecteur de leurs maîtres algériens».
En tant que membre de la Commission régionale du Conseil national des Droits de l'Homme (CNDH) à Laayoune, Brahim Laghzal a fait savoir que le Conseil reçoit des centaines de plaintes de la part de familles entières contraintes de vivres dans ces camps, et de citoyens victimes de violations systématiques de leurs droits les plus élémentaires dans l'impunité la plus totale».
Mme Saadani Maalainine, de l'Organisation pour la communication en Afrique et de promotion de la coopération économique internationale (OCAPROCE International), a déclaré que la situation des femmes dans les camps s'aggrave à cause du non-respect de leurs droits humains. Elle a fait état de taux élevés de mortalité et de morbidité, «parce que le Front Polisario détourne l'aide humanitaire». Expliquant qu'elle avait été elle-même victime de la torture dans les camps de Tindouf, elle a demandé qu'il soit mis fin à la propagande et que la proposition d'autonomie du Maroc soit mise en œuvre, car elle garantira à l'ensemble des Sahraouis la jouissance de leurs droits fondamentaux.
Ahjabou Essalami, membre de la «coordination des victimes du 5 janvier», a demandé justice à l'ONU pour son frère froidement assassiné à la «frontière entre l'Algérie et la Mauritanie», par l'armée algérienne.
S'élevant contre ces exactions, plusieurs dizaines de jeunes Sahraouis séquestrés dans les camps de Tindouf ont observé récemment une grève de la faim devant le siège du Haut Commissariat de l'Onu pour les réfugiés pour exiger la levée du blocus imposé aux camps, et exprimer leur refus catégorique de la tutelle du polisario sur eux, a fait savoir, de son côté, l'oncle de
Ahjabou, Yarba Sellami, président de la Coordination des victimes du 5 janvier.
Cette situation lamentable contraste foncièrement avec le développement, dans tous les domaines, que connaissent les provinces du sud, a noté Fatima Maelainaine, présidente de l'association «Femme entrepreneur de la région Oued Eddahab Lagouira».
Mme Maelainaine a attiré l'attention de la Commission sur les grandes avancées du Maroc notamment au plan politique et des droits humains, mais qui sont palpables aussi dans les secteurs de l'éducation, de l'habitat, des infrastructures et de l'emploi, faisant des provinces du sud, l'une des régions les plus développées du Royaume.
Moulay Cherif Manni de la «Coordination pour la défense des valeurs sacrées», a fait état, à cet égard, du développement régional intégré dont bénéficie la région du Sahara depuis quelques années. La région a les indicateurs sociaux parmi les meilleurs du Royaume.
Enchaînant dans le même ordre d'idées, Briguina Laaroussi, de la Commission régionale du CNDH, a souligné que le foisonnement de la vie associative constitue une belle illustration du développement que connaissent les provinces du sud, faisant remarquer que le tissu associatif très étoffé au Maroc fait office de l'avant-garde pour l'aboutissement de la marche démocratique dans laquelle le Maroc s'est irréversiblement engagé.
El Mami Ahl Ahmed Brahim, «président du Croissant-Rouge marocain Dakhla» et M'hamed Abba, président de l'Association marocaine pour le développement humain de Boujdour, ont dénoncé les détournements massifs de l'aide humanitaire internationale destinée aux réfugiés par le Front Polisario, écoulée dans les pays voisins. Les deux pétitionnaires ont fustigé ces agissements qui durent depuis des décennies et ce, avec l'appui des autorités algériennes.
Ahmed Nafaa, président de l'association citoyenneté et développement de Dakhla, a fait observer que l'idée de la réussite de ce plan hante l'Algérie, qui craint qu'il ne crée un antécédent au Maghreb encourageant des régions marginalisées en Algérie à exiger un plan similaire pour bénéficier des richesses dilapidées du pays.
C'est cette même crainte, renchérit de son côté, le député Rachid Tamek, qui fait que l'Algérie refuse de coopérer avec le Maroc contre les organisations terroristes et du crime organisé qui pullulent dans la région du Sahel.
Alger ne s'en tient pas à un simple refus de collaboration, dans la mesure où ce pays contribue sciemment à la déstabilisation des frontières marocaines en facilitant le flux vers le Maroc de milliers d'immigrés clandestins, et en inondant le marché marocain de quantités massives de produits avariés, de drogues et de produits psychotropes, a-t-il regretté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.