Casablanca : Inauguration de l'annexe du tribunal de commerce réservée au registre de commerce    Joe Biden retirera toutes les troupes américaines d'Afghanistan d'ici le 11 septembre    Vaccination Covid au Maroc: les derniers chiffres    Evolution du coronavirus au Maroc : 684 nouveaux cas, 502.961 au total, mardi 13 avril 2021 à 18 heures    Messages du roi Mohammed VI aux chefs d'Etat des pays musulmans    David Govrin, représentant d'Israël au Maroc, nous ouvre son coeur (TEASER)    La FRMVB adopte ses rapports moral et financier lors de son AGO à Marrakech    Liverpool-Real, la magie évanouie d'Anfield face au sorcier Zidane    Front commun de Moscou et Téhéran face aux Occidentaux    La haute précision marocaine mondialement reconnue    Ventre vide, tables garnies    Meryem Aassid : «notre vision est d'explorer la chanson amazighe dans toute sa splendeur !»    Quand l'art fédère le Grand Maghreb    Votre livre de poche motivateur    Maroc/Covid-19: nouvel horaire pour le bulletin quotidien durant Ramadan    Mariage des mineures : une plaie gangrenée    Couvre-feu à Casablanca: le tramway adapte ses horaires    Coronavirus : l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson suspendue par les autorités américaines    Ramadan: voici les nouveaux horaires des cours diffusés à la télévision    La France regrette les menaces d'Alger envers son ambassadeur    Interview avec l'Ambassadeur du Sénégal au Maroc : les dessous de l'initiative sénégalaise à Dakhla    La loi 46.19, une occasion pour lutter efficacement contre la corruption    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue omanais    Barça: le clan Messi dément une rumeur au sujet de Neymar    PSG-Bayern: à quelle heure et sur quelles chaînes? (Ligue des champions)    M. Benabdelkader : Bientôt un nouveau projet de loi régissant la fonction d'Adoul    SM le Roi lance l'opération de soutien alimentaire «Ramadan 1442»    Transport: la nouvelle flotte de bus fait le bonheur des Casablancais    Gaz Butane : Hausse de 9% de la moyenne de subvention unitaire par bouteille (12kg) à fin avril    Golf : Hideki Matsuyama, soleil levant à Augusta    Des chiffres alarmants de demandes de mariages des mineures (Président du ministère public)    Diversité des genres : le groupe OCP s'associe à IFC    Raja / Lassaâd Chebbi : Une association de raison qui profite aux deux parties    Les rebelles Houthis du Yémen affirment avoir lancé 17 drones et missiles sur l'Arabie saoudite    Naima Lamcharki, meilleure actrice au Festival international du film arabe de Malmö    Sociétés cotées : Baisse de 34,4 % de la masse bénéficiaire    La Bourse de Casablanca débute en légère baisse    Financement anti-Covid : le plaidoyer de Benchâaboun    Le mois sacré de Ramadan débutera mercredi au Maroc    Formation : la Fondation Phosboucraâ opte pour le distanciel    Officiel: le Tunisien Lassaad Chabbi nouveau coach du Raja Casablanca    Casablanca : le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Real Madrid: Florentino Pérez réélu président    Journée internationale de la femme : ASEGUIM-Settat honore Mme Cissé Nantènin Kanté    Ramadan: Joe Biden adresse ses vœux aux musulmans    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'artiste marocaine Lalla Essaydi démystifie la peinture orientaliste
Publié dans MAP le 01 - 02 - 2010

"Les femmes du Maroc", une oeuvre critique des Orientalistes de l'artiste marocaine Lalla Essaydi, est actuellement exposée au Zimmerli Art Museum (New Brunswik-New Jersey).
Par Bouchra Benyoussef
New York-30/02/10 -"Les femmes du Maroc", une oeuvre critique des Orientalistes de l'artiste marocaine Lalla Essaydi, est actuellement exposée au Zimmerli Art Museum (New Brunswik-New Jersey).
Cette critique artistique des peintures du début du 19-ème jette un regard démystificateur sur la femme arabo-musulmane, rompant avec la vision imaginaire de ces artistes à la recherche de l'Orient mythique.
Ce conte photographique écrit en calligraphie arabe, représente des femmes dans la vie quotidienne du milieu du 19ème-début du 20ème, à la manière des Orientalistes dont les peintures abordent des thèmes assez variés, reflétant une vision occidentale de l'Orient. Mais la ressemblance s'arrête là.
L'+objectif+ de la photographe-peintre, Lalla Essaydi, vise à "corriger" cette image "simpliste" de la femme arabo-musulmane de l'époque, longtemps véhiculée en Occident, dit-elle aux journalistes venus découvrir en avant-première cette exposition ouverte ce samedi et qui restera accrochée aux cimaises du Zimmerli Art Museum jusqu'au 6 juin prochain.
C'est à partir de ces peintures, notamment "Les femmes d'Alger" de Delacroix que l'idée à germé dans mon esprit et que la série "Les Femmes du Maroc" est née, explique l'artiste. De fait, le visiteur ne pourra s'empêcher d'établir un comparatif entre les 17 tableaux grands formats et leurs originaux miniatures.
D'un côté, le regard noir est très présent dans ces corps voilés d'écritures, présentés en gros plan et parfois exagérément agrandies pour "mieux montrer la vision erronée des Orientalistes", insiste-t-elle.

+Calligraphie au féminin+
Lalla Essaydi propose une lecture différente de la femme orientale. "Je suis révoltée par cette lecture, ce regard de l'Occident sur l'Orient tendant à confiner la femme à une dimension d'objet", dit-elle. C'est pourquoi elle veut lever le voile sur l'aspect "fétichiste et stéréotypé" de la peinture orientaliste, à travers une approche par l'absurde.
Pour se faire, elle s'attèle à une adaptation des œuvres orientalistes, car chaque "toile-photographie" est accompagnée de son original. Ici, "Les femmes d'Alger" de Eugene Delacroix, là, la "Grande Odalisque" de Jean Auguste Dominique Ingres, ou encore, plus loin, "Le marché aux esclaves " de Jean Léon Gérôme.
Au contraire de ces peintures, où dominent les tons chauds, privilégiant des teintes rouges, jaunes ou brunes, Lalla Essaydi optera pour des couleurs basiques. Le naturel du Henné, le blanc de la gaz dans laquelle elle drapera ses modèles, toutes des femmes. L'élément masculin est définitivement absent.
Cette juxtaposition du style et des matériaux, qu'elle immortalise derrière son objectif, tranche avec les originaux et crée un réel contraste voulu par l'artiste.
Toutes les surfaces visibles, toile de fond, sol, draperie, peau, sont peints en calligraphie arabe. Traditionnellement, une forme d'art masculin, la calligraphie est ici, associée, par lalla Essaydi, au henné, pour enjoliver les tableaux mais également pour écrire à l'aide d'une +seringue+ son histoire, le déroulé de sa vie. D'abord à Marrakech, à l'abri d'une famille conservatrice, puis dans d'autres pays, notamment en Arabie Saoudite, en France et aux Etats-Unis.
Cette écriture, illisible, au premier regard, est agencée telle une fresque, d'où jaillit de temps à autre, une lettre, un mot, puis deux - "Al Maarifa " (connaissance), "Al Ouloum" (Sciences)... tel un journal intime entrouvert.
C'est le "journal de ma vie", lance-t-elle. "Tous ces écrits que vous voyez, représentent ma vie, mon quotidien. J'ai toujours rêvé d'écrire", confie-t-elle.
"C'est une manière très originale d'aborder l'art", souligne Suzanne Delehanty, directrice du Zimmerli Museum, faisant part de sa fierté d'abriter cette "exposition majeure" qui "sonde les perspectives de cette artiste respectée".
Cette new-yorkaise, née à Marrakech, est diplômée dans les Beaux arts et en photographie (Boston et Paris) et de la Tufts University de Medford (Massachusetts). Elle a déjà exposé à Marrakech, Koweit-city, Paris, Londres, Amsterdam et New York.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.