CAN 2019 : Les Lions de l'Atlas domptent le Cameroun, victoire historique    Journée mondiale du diabète : Le bilan de ce côté-ci est alarmant    Les tarifs du TGV Al Boraq sont très abordables selon Rabie Khlie    Jets de piment et de fournitures de bureau au parlement sri-lankais    Julian Assange inculpé aux Etats-Unis, selon WikiLeaks    El Othmani : GMT+1, les protestations spontanées des élèves contre sont «compréhensibles»    Rabat: Remise de certificats et trophées aux lauréats du Cycle international de formation en diplomatie    Facebook lance une « cour d'appel » pour contenus controversés    El Othmani en Ethiopie pour un sommet extraordinaire de l'UA    Les défis de la mondialisation    Brexit : Theresa May réconfortée par des soutiens de poids dans son gouvernement    Météo : Une semaine pluvieuse en perspective    Le PLF 2019 adopté à la majorité par les représentants    Benatia : Gagner pour ne pas jouer la survie au Malawi    11 personnes inculpées dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi    Le groupe OCP reçoit la médaille d'or HSE à Pékin    Finale de la Coupe du Trône / WAF-RSB : Qui aura le dernier mot ?    Immigration irrégulière. L'Espagne interdit les go-fast    Lo Celso restera sûrement à Betis    Crédit agricole du Maroc. Démarrage de la 5e session d'éducation financière    Maroc-Algérie. Guerre de lobbying à Washington    La Chambre des représentants approuve la première partie du projet de loi de finances 2019    Lancement de l'opération Riaya en faveur des zones touchées par la vague de froid    L'Afrique et le Maghreb ont leur TGV !    Signature d'une convention et suivi de plusieurs projets : Aziz Akhannouch au chevet de l'Oriental    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Santé. Le secteur attend un traitement de choc    Le Maroc nommé président de l'Observatoire Africain de Sécurité Routière    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    News    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    Ligue des Nations : Löw promet de poursuivre le rajeunissement de la Mannschaft    N'Golo Kanté, salarié "normal", a renoncé à un montage offshore    Prisme tactique : Trois pistes pour conjurer le sort    Mohamed Benabdelkader : L'administration, pilier de tout développement économique    Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech    Présentation à Rabat de la pièce de théâtre chorégraphique "Les hommes meurent mais ne tombent pas"    Création de trois prix régionaux de littérature dédiés à l'enfant    Evénement biennal organisé par l'association Racines : Les états généraux de la culture font escale à Tiznit    1er Forum africain de la sécurité routière. Vivo Energy partenaire    El Khalfi : Vers une refonte du financement public des associations    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le jeune Mourtada, une vie brisée
Publié dans MarocHebdo le 14 - 05 - 2014

Le verdict prononcé le 22 février 2008 dans l'affaire d'usurpation d'identité du prince Moulay Rachid par un jeune ingénieur suscite des préoccupations. L'image du Maroc n'en sort pas grandie.
•Affaire facebook: fouad Mourtada condamné à 3 ans
Le jeune Mourtada, une vie brisée
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Fouad Mourtada. Tout lui souriait.
Une vie brisée. Peut-être à tout jamais. Trois ans de prison ferme et 10.000 dirhams pour un gag de mauvais goût. Fouad Mourtada n'a plus envie de rire. Et pourtant, tout lui souriait. Ce brillant informaticien de 27 ans pouvait espérer appartenir à l'élite. Mais voilà que la justice le jette à l'ombre. Pour quel crime ? Usurpation de l'identité du prince Moulay Rachid sur le site de réseau social Facebook. Une peine lourde par rapport aux faits reprochés. La communauté internationale est sous le choc. Les chaînes de télévision du monde ont relayé l'information. Les plus gros tirages de presse l'ont traitée. Il s'agit d'une première dans l'histoire d'Internet. Un internaute condamné pour un faux profil. Le livre Guinness la mentionnerait, dans sa prochaine édition, dans la rubrique Condamnations incroyables. Aux Etats-Unis, l'affaire Fouad Mourtada est un cas d'école. Des chercheurs se penchent dessus pour l'étudier sur le plan juridique et éthique. En Nouvelle-Zélande, la lointaine île de l'Océan pacifique, cette histoire est présentée comme l'une des bizarreries du XXIème siècle. Le quotidien New Zealand Herald qualifie le Maroc de « pays étrange ». Les voisins européens, plus familiers des "spécificités" de la terre chérifienne, se contentent de rapporter les faits sans manquer d'exprimer leur incompréhension.
La société civile ne tarde pas à réagir. Juste après l'annonce du verdict, le 22 février 2008 par le tribunal de Première Instance de Casablanca, Amnesty International se déclare préoccupée.
Blogueurs
« Nous exprimons aussi notre préoccupation sur l'équité du procès car, outre les accusations officielles, le procureur et le juge lui ont reproché à plusieurs reprises d'avoir porté atteinte aux valeurs sacrées du royaume en la personne du prince. Si cela était avéré, Amnesty le considérerait comme un prisonnier d'opinion », a ainsi déclaré Bénédicte Goderiaux, membre d'Amnesty sur une enquête sur les droits humains au Maroc. Reporters Sans Frontières partage cette inquiétude. « Fouad Mourtada a été victime d'un procès expéditif... Nous sommes inquiets pour la liberté d'expression sur la toile marocaine car, au-delà de ce cas, ce sont tous les blogueurs du pays qui se sentent visés », déclare cette association de défense des droits de la liberté de la presse.
Maître Ali Ammar, l'avocat de Fouad Mourtada, relève, lui, un vice de procédure. Son client a signé le procès-verbal sous la contrainte et la force.
« Dans ces conditions, ce document ne peut pas être pris en compte dans un procès équitable. » Il ne manque pas d'ajouter que «le prévenu n'a commis ni escroquerie, ni porté atteinte à quiconque. Preuve en est qu'il n'y a ni plaignant ni partie civile dans ce procès. »
Quant au concerné, Fouad Mourtada, il ne croyait pas que cette affaire irait aussi loin. « J'ai effectivement créé ce compte le 15 janvier 2008. Il est resté en ligne quelques jours avant que quelqu'un ne le ferme. Il y a tellement de profils de célébrités sur Facebook... Je n'ai envoyé aucun message à quiconque depuis ce compte. C'était juste une blague. »
Amende
Sur les raisons qui l'ont poussé à créer ce profil, Fouad Mourtada, interrogé par le président du tribunal, répond candidement: «J'admire le prince Moulay Rachid, je l'aime bien et je ne lui ai causé aucun tort... Je suis innocent. » Il fait même amende honorable : « Je regrette mon geste et implore le pardon... Je ne suis pas un malfaiteur, mon ambition dans la vie était simplement d'avoir un travail stable et une vie normale ». Un avenir chamboulé par une sentence surdimensionnée.
Originaire d'une famille modeste de la ville de Goulmima dans la province d'Errachidia, ce jeune homme, studieux et assidu, a toujours consacré une grande partie de son temps à étudier. Ses efforts ont donné leurs fruits. Fouad Mourtada peut se vanter d'être le major de sa promotion au baccalauréat option sciences mathématiques, décroché en 2000 dans sa ville natale. Il intègre ensuite les classes préparatoires à Meknès puis la prestigieuse Ecole Mohammedia des Ingénieurs. Son diplôme d'ingénieur d'Etat en génie logiciel en poche en 2005, il rejoint une entreprise spécialisée en télécommunication à Rabat avant de trouver un poste de développeur dans une société à Casablanca, où il a travaillé jusqu'à son arrestation, le 5 février 2008. Tous ceux qu'ils l'ont côtoyé parlent d'un jeune homme affable, sérieux et dévoué dans son travail. Son honnêteté et sa gentillesse ont fait de lui une personne appréciée et admirée. Ses collègues évoquent aussi sa timidité et son caractère réservé. C'est cette personnalité introvertie qui l'a poussé à se réfugier derrière l'écran pour nouer des amitiés.
Cerveaux
De l'avis de son entourage, Fouad Mourtada passait la majorité de son temps à chater sur les forums de discussion et les sites d'échanges. Son unique objectif : communiquer. Et, pourquoi pas, se faire de nouveaux amis.
Il ne s'imaginait pas qu'en créant un faux profil du prince Moulay Rachid, il se ferait des milliers d'amis à travers le monde. Mais, à quel prix ?
Malgré la mobilisation sans précédent pour Fouad Mourtada, un site de soutien et une pétition mise en ligne, la justice a été tout sauf clémente. La sentence a été prononcée pour donner l'exemple. Le message est bien clair : On ne rigole pas avec la famille royale.
Dans sa détresse, la famille Mourtada n'a qu'un seul recours, demander la grâce royale. Sur le site www.helpfouad.com, elle a déjà adressé une demande de clémence au prince Moulay Rachid tout en lui présentant ses excuses pour le désagrément qu'un tel geste a pu lui causer.
L'avocat de Fouad Mourtada compte bien faire appel. L'espoir est-il encore permis ? Les membres de sa famille qui lui ont rendu visite le 26 février 2008 au centre pénitencier d'Oukacha à Casablanca ne manquent pas de rapporter que les conditions de détention de leur fils sont très difficiles. Fouad Mourtada ne peut plus supporter davantage. Plusieurs questions se posent quant à l'issue de cette affaire. Une chose est sûre. Le Maroc a perdu en terme d'image en muselant un espace de libre expression citoyenne. Il a également, sûrement, perdu un aussi bon profil que celui de cet ingénieur. Dès sa libération, Fouad Mourtada ira, probablement, vivre sous des cieux plus cléments, où les personnes qualifiées comme lui sont accueillies à bras ouverts. Et que l'on ne vienne plus pleurer sur la fuite des cerveaux.
Retour