Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Indice de démocratie : l'Algérie est un des pays dominés par des «régimes autoritaires»    Baisse des prix : La Santé publie une nouvelle liste de 46 médicaments    Livrée dans les délais prévus : La CMC de Souss-Massa ouvre ses portes en septembre prochain    Hôtellerie : Kenzi offre des réductions jusqu'à 30% pour tous les Marocains    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Permis de conduire: tout ce qu'il faut savoir sur les changements en vue    Liga: le Rayo Vallecano retrouve la première division    Tennis : La Tunisienne Ons Jabeur remporte son premier titre à Birmingham    France: trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles    Baccalauréat-2021: voici la meilleure moyenne au niveau national    Prévisions météorologiques pour le lundi 21 juin 2021    Grève de la faim : l'administration pénitentiaire nie les allégations d'un détendu    Pyramids-Raja (0-0) : Un nul Vert précieux en attendant le match « retour » !    La coopération militaire est «illimitée» et riche en opportunités    Régionales françaises : la droite s'accroche, la droite dure moins vigoureuse que prévu    ONU: adoption d'une résolution condamnant le putsch en Birmanie    Israël : feu vert à une commission d'enquête sur la tragédie du mont Meron    Sri Lanka : ouverture d'une enquête sur des soldats suspectés d'humilier des musulmans    Covid-19: Hausse des cas attribués au variant Delta au Canada    Deux ex-policiers français rejugés pour le viol d'une Canadienne    L'Opinion : Coup de semonce pour le PJD    Ismail Ould Cheikh Ahmed :«sur le Sahara, la Mauritanie ne joue pas un rôle de médiateur, mais elle maintient sa position de neutralité positive»    Benabdallah appelle à une participation massive des jeunes aux prochaines échéances électorales    Botola Pro: Le Chabab Mohammedia bat la Renaissance de Berkane    Euro 2020 : Les Allemands se reprennent face aux Portugais (4-2)    Coupe arabe U20 : Les Lionceaux écrasent les Persian Lions (6-1)    Ligue des champions : le WAC surclassé à Casablanca par Kaizer Chiefs (0-1)    Jose Mourinho et Stefano Pioli à la lutte pour Ziyech!    Le SG du PPS reçoit une délégation de Hamas conduite par Ismaïl Haniyeh    Maroc-Espagne: Gonzalez Laya toujours confiante pour une sortie de crise    Nouvelles MINI. Elles montent toutes en gamme    Collectivités territoriales. Voici le dernier délai pour bénéficier de l'amnistie sur la fiscalité locale    Compteur coronavirus : 288 nouveaux cas, 9.375.240 personnes vaccinées    Baccalauréat 2021 : Un taux de réussite de 68,43%    Nador: il sème le chaos et fracasse trois voitures (DGSN)    René-Marc Chikli, Pdt du Syndicat français des Entreprises de Tour Operating :«la décision du Maroc de placer la France sur sa liste A et d'ouvrir ses frontières nous a fait plaisir et nous arrange»    Une vitrine de la haute couture traditionnelle marocaine    La littérature, la catharsis, et l'essence de l'humanité    Parution de l'ouvrage «Histoires des Prophètes»    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    Le Maroc change de fusil d'épaule...    Amal Saqr fait des confidences sur sa vie privée (VIDEO)    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sebta et Mélilia : La tension s'exacerbe
Publié dans MarocHebdo le 14 - 05 - 2014

Décolonisation. Sebta et Mélilia sont au cœur du malaise hispano-marocain. Des voix se lèvent pour la libération de ces deux villes occupées. Yahya Yahya, président du Conseil Municipal de Beni Nsar, a appelé à asphyxier économiquement Mélilia.
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Yahya Yahya a appelé à bloquer le ravitaillement de la ville de Mélilia.
La tension monte d'un cran entre l'Espagne et le Maroc. De plus en plus de voix se lèvent pour réclamer la cessation de la politique de colonisation ibérique et la libération des deux villes occupées Sebta et Mélilia. La Chambre des Représentants a réclamé, en effet, le 3 décembre 2010, à l'unanimité, la récupération par le Maroc des deux enclaves espagnoles Sebta et Mélilia et ont demandé au gouvernement marocain de réévaluer le plus rapidement possible les relations maroco-espagnoles à tous les niveaux politique, économique, sécuritaire et culturel. Cette demande intervient au lendemain d'une motion des députés espagnols demandant à leur gouvernement de condamner le démantèlement du camp Gdeim Izik à Laâyoune, le 8 novembre 2010. Dans le même contexte, plusieurs acteurs associatifs et politiques avaient appelé à l'organisation d'une marche de libération de Sebta et Mélilia au départ de Rabat. Prévue le 4 décembre 2010, cette manifestation a été reportée à une date ultérieure, pour ne pas dire annulée.
Boycott des produits espagnols
Mais les habitants de Beni Nsar et Farkhana, deux communes frontalières de l'enclave de Mélilia, ne l'entendent pas de cette oreille. Ils devaient organiser, le 11 décembre 2010, une marche pour réclamer le départ de la colonisation espagnole de Sebta et Mélilia, des îles Jaafarines et d'autres présides occupés. Déjà, avant la date fixée, les préparatifs allaient bon train. Sur la route menant de la commune Beni Nsar au poste frontalier de Mélilia, des drapeaux marocains ont été hissés et des banderoles portant des slogans pour l'intégrité territoriale du Maroc ont été brandies.
Dans le cadre de l'escalade de ce mouvement de protestation, des acteurs associatifs et des conseillers communaux de Beni Nsar et de la commune rurale Beni Chiker, ont décidé d'assoiffer Mélilia en arrêtant son ravitaillement en eau potable à partir des sources de Iyassinen, dans la région de Ferkhana, et de Trara, à Beni Chiker. Pour sa part, le gouvernement local de Mélilia a affirmé qu'il défendrait son droit à utiliser ces deux sources, en vertu d'un accord passé entre l'Espagne et le Maroc. Le turbulent parlementaire Yahya Yahya, président du Conseil Municipal de Beni Nsar, a aussi appelé au boycott des produits espagnols mais, surtout, à bloquer le ravitaillement de la ville de Mélilia en produits alimentaires et en matériaux de construction.
Ceux qui militent pour la libération des deux villes occupées Sebta et Mélilia savent que les manifestations de contestation n'ont pas d'impact si elles ne sont pas accompagnées par des actions économiques. Personne n'ignore que les deux présides occupés doivent leur survie au commerce informel avec le Maroc.
Retour