Organisation judiciaire : le volet réglementaire achevé    Soutien de la CNSS : plus de 3 millions de salariés bénéficiaires à fin mars    Suivez en direct la conférence de presse de BAM sur le lancement du Service de Centralisation des Chèques Irréguliers    Guinée : Managem en passe de démarrer la production d'or    Le message du roi Mohammed VI au roi des Belges    CERI Sciences Po veut penser autrement le Maroc    L'OCP au chevet de la riziculture ivoirienne    Antony Blinken en Afghanistan pour discuter du retrait des troupes américaines d'ici le 11 septembre    Qualité du pain et de la farine: la COMADER brise le silence    LEGISLATIVES 2021: L'USFP, toujours aussi moribond    WAC-MCO: le pactole pour les joueurs oujdis en cas de victoire    Ahmed Reda Chami: Le visage du renouveau de l'USFP    Couvre-feu ramadanesque: Casablanca comme vous ne l'avez jamais vue (VIDEO)    Hyundai Maroc : commercialisation amorcée pour le nouveau Tucson    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Neymar se dit " plus heureux qu 'avant" à Paris    WAC-MCO en prologue de la 12ème manche de la Botola Pro D1    Abdellatif Hammouchi, l'oeil qui veille sur le Maroc    Des averses orageuses et de fortes rafales de vent attendues jeudi    Sahara Marocain : Une fois de plus, Paris joue l'ambiguïté    Les dividendes des sociétés cotées devraient atteindre un taux de distribution historique de 96%    Maroc/Accidents de la route: 12 morts et 2.355 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    OMS : Septième semaine consécutive d'augmentation des contaminations dans le monde    Un ministre australien en Europe pour régler un différend au sujet des vaccins    La vigilance au quotidien, au maroc et à l'étranger    Khalid Chihab crée un instrument Ade musique combinant l'Oud et l'Outar    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Le Street Art pour embellir la médina d'Oujda    Coupes africaines : Le tirage au sort fixé au 30 avril au Caire    Algérie : dégradation de l'état de santé de 23 détenus, en grève de la faim depuis 9 jours    Assurance maladie obligatoire: 3 conventions-cadres signées devant SM Mohammed VI (reportage)    Ligue des Champions : Le bus du Real attaqué par des hooligans !    Programme de la 5ème journée de la CAF : Tous les matchs se jouent le 21 avril    Sahara marocain: L'ambassadeur du Maroc à Moscou s'entretient avec le vice-ministre russe des AE    MMA: troisième confrontation entre McGregor et Poirier à Las vegas    Dakhla : Le RNI lance Ramadaniyat Al Ahrar    Fruit d'un partenariat avec le ministère de l'éducation nationale : 27 centres des classes prépa équipés par OCP    8 personnes interpellées à Laâyoune : Mise en échec d'une tentative de trafic de plus d'une demie-tonne de chira    Ligue des champions: Le Real disputera sa 9ème demi-finale sur les 11 dernières    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    Météo: encore de la pluie ce jeudi 15 avril au Maroc    Ramadan : les bus de Casablanca adaptent leurs horaires    L'ICESCO lance la 2è édition de ses programmes ramadanesques    Le festival international du rire de Casablanca aura lieu en distanciel du 15 au 18 avril    Maroc : La Fondation TGCC pour l'Art et la Culture lance un nouveau concours destinée aux jeunes artistes    Un artisan innove un instrument de musique combinant l'Oud et l'Outar    Des pèlerins immunisés contre la Covid-19 se rendent à la Mecque au premier jour du ramadan    Nos vœux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LE GANT DE VELOURS
Publié dans MarocHebdo le 03 - 06 - 2014


Aïcha Belarbi, secrétaire d'Etat à la Coopération
LE GANT DE VELOURS
Aïcha Belarbi
Aïcha Belarbi est convaincue de la nécessité de donner son sens concret au concept de coopération. Un sens aigu de l'analyse lui fait également dire qu'aujourd'hui, la coopération doit se faire au niveau régional, interrégional et entre groupements. Et ce, pour une meilleure efficience. Pour faire passer son message et ses idées, cette dame déterminée, se base sur un grand sens de l'écoute et de la synthèse. La coopération avec l'Afrique, elle y croit dur comme fer, étant donné toutes les possibilités de partenariat que peuvent générer les relations Sud-Sud.
Secteur vital, la coopération, qui peut apparaître comme une notion vague, est une activité très prenante et qui requiert savoir-faire, tact et disponibilité. Le bilatéral, le multilatéral, pays par pays, région par région, avec les Organisations non gouvernementales (ONG) et les organismes internationaux. L'économique et le politique étant souvent intimement liés. Tout cela entre dans les prérogatives de la secrétaire d'Etat, qui entend donner un contenu concret au concept de coopération.
"Une grande aptitude à s'adapter à toutes les situations et à composer avec tous les caractères et une disposition à toujours se remettre en cause". C'est ainsi que la définissent ses proches collaborateurs.
Elle, c'est Aïcha Belarbi, le secrétaire d'Etat chargé de la Coopération, qui, sans bruit, s'efforce de mener à bien la mission dont elle est chargée. Les appréciations mettent en relief les mêmes traits de caractère: compétence, chaleur des rapports humains, honnêteté et rigueur intellectuelle. Tout un chacun s'accorde à souligner son profond respect des engagements pris et sa capacité à s'investir totalement dans les tâches qu'elle accomplit.
Parcours
En suivant le parcours effectué par Mme Belarbi depuis son installation à la tête du secrétariat d'Etat à la Coopération, et tout récemment lors de la tournée ouest-africaine du Premier ministre Abderrahmane Youssoufi, on ne peut s'empêcher d'être admiratif devant le dynamisme et l'énergie qui se dégagent de cette Slaouie pure souche. Qui cherche avant tout à cerner les problèmes avant de tenter de leur trouver une solution.
Aïcha Belarbi a réussi, au bout d'un peu plus d'une année à la tête de ce département, à imposer l'image d'une battante sachant faire passer ses idées sans heurts. Question de diplomatie.
Le département qu'elle a en charge requiert une disponibilité de chaque instant. Ce qu'elle assume d'ailleurs avec une sérénité à toute épreuve. Dont elle ne se départit en aucune circonstance, que ce soit en déplacement ou dans son bureau au ministère des Affaires étrangères. Cela suppose des journées très pleines. Et il n'est pas rare de la voir quitter son bureau à une heure assez avancée de la nuit.
Mme Belarbi prend également soin d'être à l'écoute de ses collaborateurs, des jeunes cadres pleins d'enthousiasme, et dont certains chevronnés, et qui lui sont d'un soutien efficace dans sa tâche difficile. Lors de ces contacts et de ses visites, son message est clair : le Maroc est un partenaire fiable, sérieux et ouvert sur toute initiative. Bref, l'idée d'un Maroc respecté et écouté lui tient énormément à cur.
Que ce soit dans le cadre des relations Sud-Sud, triangulaires ou avec l'Union européenne, elle insiste sur la nécessité de mettre l'accent sur tout ce qui est action de coopération et de partenariat.
Partenariat
À cet égard, elle insiste beaucoup sur le terme de partenariat et refuse d'entendre parler d'aide ou d'assistance. Son expérience au sein des réseaux maghrébin "Femmes 2002 " et des Femmes Arabes "Forum Aïcha" et auprès des Organisations Non Gouvernementales (ONG) dans le monde arabe est un atout de taille supplémentaire.
Consultante, depuis 1981, auprès de l'UNESCO, l'UNICEF, le PNUD, le FNUAP et l'USAID, elle capitalise une belle expérience qu'elle a mise au service de sa nouvelle tâche.
Une tâche exaltante, qui lui permet chaque jour de découvrir les multiples facettes de la responsabilité qui lui incombe.
Les difficultés ne lui font pas peur et elle prend même un certain plaisir à relever les challenges. Sur la coopération avec les pays subsahariens, Aïcha Belarbi souligne que celle-ci se porte bien et que le Maroc entretient des relations de coopération très étroites avec de nombreux pays en matière de formation des cadres et de transfert de technologie.
Saturation
La coopération avec l'Europe connaissant une certaine saturation, le Maroc est tenu de développer davantage ses relations avec les pays du Continent. Et ce, dans la perspective d'une coopération multilatérale plus fructueuse.
Une impulsion très forte a été donnée à ces relations depuis le début des années quatre-vingt-dix et notamment avec l'Agence marocaine de coopération internationale. Celle-ci intervient dans divers pays africains pour l'assistance technique, la construction d'hôpitaux, de salles de classe, creusement des puits. Au niveau de l'agriculture, la coopération est très importante, notamment avec le Niger et le Burkina Faso. De même, la demande est importante en ce qui concerne la formation. À cet égard, les étudiants africains formés au Maroc deviennent en quelque sorte ses ambassadeurs de retour au pays. Toutefois, Aïcha Belarbi est convaincue qu'une coopération dans le cadre de groupements est beaucoup plus efficiente. Et, à cet égard, on peut noter que l'Afrique s'organise de plus en plus. Timidement, certes, mais de manière résolue. Les exemples de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). C'est-à-dire que le multilatéral et l'interrégional sont en train de supplanter le bilatéral. Aïcha Belarbi saisit bien l'importance de cette dimension et est consciente de tout ce qu'elle peut engendrer comme résultats positifs.
Retour