Monétique: Attijariwafa bank accepte les cartes JCB du réseau Japonais sur ses guichets automatiques    Grèce : un séisme de magnitude 6,3 au centre du pays    L'Iran n'est plus suspendu pour refus d'affronter Israël    Pour une université ancrée dans son espace régional    Fadila Mastaka, une «militante» passionnée pour l'amélioration du quotidien de la gent féminine    Badiâa Bouya, référence avérée de l'art culinaire marocain au Rwanda    Musique: le refrain classique des fins de mois !    Message du roi Mohammed VI au président bulgare    Le MAS s'offre Berkane au bout d'un match inoubliable     Bartomeu relâché mais l'enquête se poursuit    Raja- Sidi Kacem: à quelle heure et sur quelle chaîne ? (Coupe du trône)    Signature de 12 contrats-objectifs et lancement du projet du géo-portail national des documents de l'urbanisme    «Nous sommes de retour, vous êtes perdus!» : en Algérie, le Hirak veut chasser la caste au pouvoir    L'œuvre de Churchill représentant la mosquée Koutoubia vendue à 7 millions de livres sterling à Londres    «La création et l'art face à l'extrémisme et au discours de la haine»    Décès de la légende du reggae Bunny Wailer    «Itsxanaxx/Xanaxx» lance «Flex» en featuring avec d'autres artistes    Vaccin Covid-19: 8 millions de doses reçues par le Maroc à ce jour    L'unanimité pour le code électoral et à la révision des listes électorales des chambres professionnelles    Le Maroc, puissance diplomatique émergente, se dote d'une voix audible en Afrique    Le coach limogé de la journée : Madihi (RBM) partant, Jrindou arrivant !    Ligue des Champions : Le Horoya sera bel et bien à Casablanca !    Fiscalité: La TVA, «principale composante» qui influence le secteur informel    Zniber fustige les allégations mensongères de l'Algérie    Sociétés cotées: baisse considérable de l'investissement en 2020    15.754 audiences à distance et 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    Johnson soutient une éventuelle candidature Royaume-Uni/ Irlande au Mondial 2030    Election à la présidence de la CAF : Le candidat ivoirien se révolte contre la FIFA !    Contacts suspendus avec Berlin : le positionnement de l'UE relatif au Sahara en cause ?    Contribution financière du Maroc au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Participation du Maroc à la 155ème session du Conseil de la Ligue arabe    L'arganier au centre de l' attention de l'Assemblée générale des Nations unies    Camille Sari: La formation et l'égalité des chances feront du Maroc un hub pour les investissements étrangers    Emploi : la DEPF réalise une étude sur les coûts des inégalités de genre    Covid-19 : 168 millions d'enfants ont déserté les bancs de l'école depuis un an    Joe Biden promet des vaccins pour tous les adultes américains d'ici fin mai    Une plainte visant les attaques chimiques attribuées au régime syrien déposée à Paris    Pays-Bas : explosion près d'un centre de dépistage Covid-19    L'Association d'amitié maroco-israélienne voit le jour aux Etats-Unis    Plus de la moitié des marchandises de contrefaçon saisies sont transportées par voie maritime    Comment s'explique la baisse de la rentabilité des secteurs cotés entre 2008 et 2019 ?    57.000 demandes de report des échéances de crédit par les transporteurs touristiques pour 5 MMDH    Concerts live et sessions digitales au menu de la nouvelle édition de Visa For Music    Spike Lee prépare une série documentaire pour le 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre    Baie de Cocody: Les ouvrages maritimes achevés    Sahara marocain: des personnalités canadiennes lancent un appel à Joe Biden    Le Maroc, premier exportateur arabe vers le Brésil en janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie reçoit le coup de grâce de l'ONU
Publié dans MarocHebdo le 10 - 05 - 2017

La communauté internationale appuie la position du Maroc au sujet du Sahara
Le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, est du genre souriant. Une façon de diplomate peut-être. En tout cas, le sourire qu'il affiche le samedi 29 avril 2017 au siège de son département dans la capitale, Rabat, semble sincère et, surtout, triomphateur. Et pour cause. Au téléphone, la représentante spéciale du secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (ONU) au Sahara marocain, Kim Bolduc, vient de lui annoncer que le Front Polisario s'est complètement retiré du sud de la région, plus précisément de la zone tampon de Guergarat, où l'organisation séparatiste avait pris ses quartiers depuis août 2016.
"Donc ils ont quitté?", demande à son interlocutrice M. Bourita, qui se soustrait au regard des journalistes qu'il a conviés pour commenter la résolution adoptée quelques heures plus tôt par le Conseil de sécurité de l'ONU sur la situation au Sahara marocain. Venus en masse, les représentants des médias nationaux sont tout ouïe. Ils espèrent saisir en plein vol quelque salivant scoop. Mais M. Bourita doit lui-même rester pendu à son vieux Nokia pour se tenir informé. Il faut dire que les nouvelles parvenaient au compte-gouttes depuis Guergarat. Certaines affirmaient même que le Polisario était susceptible de revenir sur son engagement formulé la veille à opérer un "redéploiement" de son "armée de libération populaire sahraouie" (ALPS) -un vocable déjà ambigu qui pouvait laisser croire au maintien des éléments du front dans la zone.
D'ailleurs, prétextant la panne d'un de leurs camions, les milices séparatistes allaient encore traîner les pieds, avant de plier bagage en début d'après-midi. "S'il reste une trace du Polisario à Guergarat, il n'y aura pas de processus politique ni de discussions avec qui que ce soit", avait averti le représentant permanent du Maroc à l'ONU, Omar Hilale. C'est dire si la partie n'était pas gagnée d'avance.
Gestion clairvoyante
En réalité, plusieurs actions et décisions du roi Mohammed VI ont balisé la voie, comme l'a expliqué M. Bourita aux journalistes. "C'est la gestion clairvoyante de Sa Majesté qui a permis au Maroc de désamorcer les difficultés et d'approcher l'échéance d'avril 2017 avec confort et sérénité", a-t-il, ainsi, déclaré. Le Polisario et son parrain algérien ne peuvent, pour le moins, pas en dire autant. Leur approche va-t'en-guerre, qui n'a pas varié d'un iota malgré le cessez-le-feu depuis 1991, a encore une fois montré ses limites. "Le Polisario est sorti à la 90e minute, tête baissée, a indiqué M. Bourita. Il a été contraint de se retirer, il s'est déjugé."
Ce n'est pourtant pas faute d'avoir joué avec le feu, au point d'avoir manqué à plusieurs reprises d'embraser l'ensemble de la région du Maghreb. Tout au long des précédentes semaines, le Polisario a ainsi multlplié les incursions à Guergarat, malgré les remontrances de la majeure partie de la communauté internationale (si l'on excepte bien sûr l'Algérie et ses Etats clients).
Propagande algéro-polisarienne
Mohammed VI avait à cet égard demandé en février 2017 au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, lors d'un entretien téléphonique, de prendre les mesures urgentes et nécessaires afin de mettre un terme à une situation qualifiée d'"inadmissible". "Ces actes se sont préméditamment produits un mois avant le retour du Maroc à l'Union africaine (UA), afin de créer la zizanie et tenter, en vain, de torpiller ce processus", soulignait un communiqué du Cabinet royal. Pour prouver sa bonne foi, le Maroc procédait dès le lendemain de l'entretien entre Mohammed VI et M. Guterres à retirer les éléments des services de sécurité et de douane -non des Forces armées royales (FAR), comme la propagande algéro-polisarienne l'avait soutenu- qu'il avait déployés en août 2016 dans l'objectif d'enrayer l'activité de contrebande, pendant que le Polisario, lui, se rebiffait.
Le secrétaire général du front, Brahim Ghali, faisait ainsi la sourde oreille aux supplications de M. Guterres lors de leur entrevue en mars 2017 au siège de l'ONU dans la ville de New York aux Etats-Unis. C'est seulement à l'orée de la réunion du Conseil de sécurité que le Polisario allait enfin, dans une lettre rendue publique par le truchement de la représentation permanente de la Namibie à l'ONU, annoncer son retrait.
Le front séparatiste peut bien expliquer sa débandade par l'appel de pays "amis" (l'Algérie?) ou l'engagement de M. Guterres à faire respecter l'accord militaire n°1 de 1997 qui fixe les conditions du cessez-le-feu au Sahara marocain, la défaite de Guergarat devrait sans doute longtemps rester dans les annales séparatistes.
La notion de "territoire libéré", dont le Polisario affublait les zones tampons situées au-delà du mur de défense marocain, se trouve ramenée à sa vraie dimension: "un mythe", pour reprendre M. Bourita. La suite du processus de négociation pourrait même être fatale au front. Ainsi, le Conseil de sécurité a de nouveau fait sienne la recommandation de l'ancien secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans son rapport de 2008 sur la situation concernant le Sahara marocain selon laquelle le réalisme et l'esprit de conciliation sont indispensables pour aller de l'avant dans les négociations.
Ce qui, d'après M. Bourita, revient à dire que les solutions qui ne répondraient pas aux deux critères susmentionnés, à commencer par l'indépendance, sont systématiquement à écarter. Il faut dire que la recommandation de M. Ban était intervenue à un moment où son envoyé personnel, Peter van Walsum, avait conclu devant le Conseil de sécurité que l'indépendance du Sahara marocain n'était pas une proposition réaliste.
L'esprit de conciliation
Le prochain envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU, l'ancien président allemand Horst Köhler, devrait d'ailleurs s'inscrire dans le droit fil des paramètres de négociation défendus par le diplomate néerlandais. Du moins, on attend qu'il batte en brèche la partialité de son prédécesseur, Christopher Ross, un peu trop favorable aux thèses algériennes (le Maroc lui avait, de fait, retiré sa confiance en 2012).
"Les solutions qui ne sont pas réalistes ne sont plus de mise", a, à cet égard, déclaré M. Bourita. Aussi, le Conseil de sécurité a encouragé les pays voisins, notamment l'Algérie, à concourir aux négociations. Une façon détournée, aux yeux de M. Bourita, d'obliger le voisin de l'Est à prendre part au processus, au lieu d'une contribution qui était jusque-là uniquement volontaire.
"La responsabilité de l'Algérie dans la recherche d'une solution doit être à la hauteur de sa responsabilité dans la genèse du conflit, a, à cet égard, expliqué le ministre. Les parties et les Etats voisins sont mis au même niveau dans la recherche d'une solution."
Changement d'approche
Au passage, le Conseil de sécurité n'a cette fois discuté ni le monitoring des droits humains par la mission onusienne au Sahara marocain, Minurso, qu'ont cherché à instrumentaliser le Polisario et l'Algérie depuis 2013, ni la question des ressources naturelles. "Si on avait été en 2016, on aurait eu droit à plusieurs pages dans le rapport du secrétaire général au sujet de l'accord agricole Maroc-Union européenne (UE)", a, à cet égard, fait remarquer M. Bourita, en référence au changement d'approche opéré depuis que M. Guterres a succédé, en janvier 2017, à M. Ban, qui, lui, penchait pleinement du côté de l'Algérie. L'ancien secrétaire général de l'ONU avait, pour rappel, qualifié lors d'une visite dans le voisin de l'Est début 2016 la présence du Maroc dans son Sahara d'"occupation", suscitant du coup l'ire du Royaume et des Marocains, sortis en masse manifester dans la capitale, Rabat.
C'est donc à peine si le Conseil de sécurité reprenait à son compte la phraséologie du Maroc. La résolution de l'organe onusien fait en effet presque mot à mot écho au discours porté par Mohammed VI en différentes occasions, notamment à l'occasion de la commémoration de l'anniversaire de la récupération du Sahara marocain en 2014, 2015 et 2016, où le Roi avait affirmé que l'initiative marocaine pour la négociation d'un statut d'autonomie était le maximum que le Royaume puisse offrir. "Le Maroc restera dans son Sahara, et le Sahara demeurera dans son Maroc jusqu'à la fin des temps", tonnait ainsi le Souverain.
L'Algérie isolée
On ne peut oublier bien sûr les ressources que garde l'Algérie, notamment sonnantes et trébuchantes du fait de son importante manne pétrolière et gazière. Le voisin de l'Est voudra ainsi, à coup sûr, prendre sa revanche. Toutefois, il se retrouve de plus en plus isolé sur la scène internationale. Ainsi, même la Russie, qu'il s'est alliée en achetant à tout-va ses armes (dont 8 biréacteurs Sukhoi Su-30MKI réceptionnés en janvier 2017 en contrepartie d'un chèque de 37 millions de dollars américains pièce), ne s'est pas abstenue, contrairement à 2016, lors de l'adoption de la résolution du Conseil de sécurité.
Le Maroc peut même compter sur l'appui de fidèles amis, à l'instar des Etats-Unis et de la France, qui sont tous deux membres permanents dudit conseil. "A l'occasion de sa première sortie, l'administration américaine a maintenu la position traditionnelle en qualifiant la proposition d'autonomie marocaine de réaliste, crédible et sérieuse", a, à cet égard, déclaré M. Bourita. Serions-nous donc enfin en train de nous acheminer vers la résolution définitive du conflit du Sahara marocain? Si, à ressasser l'évolution sur le terrain depuis 1975, on ne serait pas trop tenté d'aller vite en besogne, on peut croire que la présente fois pourrait peut-être être enfin la bonne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.