Agir plutôt que réagir    PLF 2019. Le budget voté ce vendredi    Santé. Le secteur attend un traitement de choc    Akhannouch : « Nous allons redoubler d'efforts pour développer l'oasis de Figuig »    Edito : Graine d'écosystème    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    Maroc-Cameroun : Objectif, ne pas jouer la survie face au Malawi    Le Maroc nommé président de l'Observatoire Africain de Sécurité Routière    Esbroufe    USA/UE: La coopération réglementaire au menu des discussions    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    Démissions en série du gouvernement Theresa May    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    News    Le développement humain au Maroc est loin d'être satisfaisant : Le classement PNUD en dit long    Ligue des Nations : Löw promet de poursuivre le rajeunissement de la Mannschaft    N'Golo Kanté, salarié "normal", a renoncé à un montage offshore    Prisme tactique : Trois pistes pour conjurer le sort    Les bénéficiaires d'un projet immobilier à Ben Slimane expriment leur ras-le-bol    Organisation d'une journée "Jeunes leaders marocains" à la Faculté d'Aïn Sbaâ    L'armateur CMA CGM lance une caravane au profit des producteurs agricoles marocains    Mohamed Benabdelkader : L'administration, pilier de tout développement économique    Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech    Présentation à Rabat de la pièce de théâtre chorégraphique "Les hommes meurent mais ne tombent pas"    Création de trois prix régionaux de littérature dédiés à l'enfant    L'ATTRAIT DE LA METROPOLE    Deux fonctionnaires de police impliqués dans une affaire de corruption à Rabat    Khashoggi : Le procureur saoudien dédouane le prince héritier    Co-produit par la chaîne 2M et réalisé par Hind Bensari : Le documentaire «We Could Be Heroes» en avant-première à Casablanca    Kénitra : L'auteur d'un meurtre activement recherché    Theresa May lutte pour sa survie sur le Brexit    Pour favoriser leur accès au sport : TIBU et la MDJS partagent la passion du basket avec les jeunes ruraux    Evénement biennal organisé par l'association Racines : Les états généraux de la culture font escale à Tiznit        Casablanca American School : Adoption d'un plan d'action pour les 3 années à venir    Maroc-Algérie: Le ministère fédéral des Affaires étrangères salue la proposition royale    Des réunions entre députés marocains et européens pour renforcer les relations    1er Forum africain de la sécurité routière. Vivo Energy partenaire    El Khalfi : Vers une refonte du financement public des associations    Plus de 2 millions de Marocains sont diabétiques    Vernissage à Rabat de l'exposition «Illuminer le futur» de l'artiste-peintre américain JonOne    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    Un pendentif de Marie-Antoinette adjugé 36 millions de dollars    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Belgique nous renvoie ses terroristes
Publié dans MarocHebdo le 23 - 10 - 2018


Déchéance de la nationalité
Theo Francken, le secrétaire d'Etat à l'asile et à la migration belge, a fait modifier la législation belge pour faciliter l'expulsion du territoire de «criminels ou de personnes dont le comportement dangereux aurait été prouvé et présenterait un risque risque pour la sécurité», même celles nées en Belgique. Depuis l'entrée en vigueur de cette nouvelle loi en mai 2017, près de 200 personnes ont ainsi été expulsées, parmi celles-ci 31 étant nées en Belgique. Ce chiffre sera fort probablement majoré de deux, dans les prochains jours. Il s'agit de deux Belgo-marocains condamnés pour terrorisme: Malika El Aroud et Fouad Belkacem. Ils sont dans le viseur de Theo Francken, qui veut leur retirer le titre de séjour. Une décision sur laquelle devrait statuer prochainement la cour d'appel d'Anvers. Cependant, des recours judiciaires sont possibles, prenant en exemple plusieurs expulsions vers le Maroc qui ont été suspendues par le Conseil du contentieux des étrangers, invoquant des risques de torture, souligne la presse belge.
Recours possibles
Née en 1959 à Tanger, et condamnée à 8 ans de prison en 2010 pour ses recrutements de jihadistes à Bruxelles et dans toute l'Europe et pour avoir «diffusé durant des années l'idéologie du mouvement terroriste Al Qaïda (…) et financé la filière…», elle a purgé sa peine entièrement et depuis le 8 décembre 2016, Malika El Aroud était libre. Pas pour longtemps, celle qui a été surnommée «la Veuve noire du jihad» par la presse belge s'était vue plus récemment retirer la nationalité belge fin 2017, pour une nouvelle condamnation. Elle se trouve actuellement dans un centre fermé.
C'est la première femme occidentale à se faire une légende dans l'univers viril des terroristes. Elle a été l'épouse de Ahmad Abdessatar Dahmane, celui qui va faire d'elle la veuve d'un héros, étant l'un des assassins du commandant afghan Shah Massoud, . En plus de la veuve noire du Jihad, une autre personne pourrait tout aussi bien être concernée par l'expulsion. Il s'agit du fondateur et dirigeant du groupement jihadiste Sharia4Belgium, le Belgo-marocain Fouad Belkacem, dit «prédicateur de la haine». Celui-ci avait par ailleurs été condamné au Maroc pour trafic de stupéfiants et les autorités du Royaume n'avaient eu cesse de réclamer son extradition, en vain.
Fouad Belkacem, actuellement incarcéré dans la prison d'Hasselt, avait été condamné en janvier 2016 à douze ans de prison et 30.000 euros d'amende en tant que dirigeant du groupe terroriste, pour incitation à la haine à l'égard des non-musulmans.
Le Parquet général d'Anvers avait demandé fin juin 2018 de le déchoir de sa nationalité le présentant comme une menace permanente pour la sécurité publique. Le concerné avait demandé à la cour d'appel de rejeter cette demande, rappelant qu'il n'avait aucun lien avec le Maroc et que sa famille résidait en majorité en Belgique. Selon des déclarations de son avocat à la presse belge, Belkacem aurait même essayé de renoncer à sa nationalité marocaine.
Il n'aurait pas réussi en raison des «informations erronées données par le consulat marocain», explique-t-elle. Suite à plusieurs rebondissements et à différents reports, la Cour d'appel d'Anvers devrait statuer sur la la déchéance ou non de sa nationalité belge le 23 octobre


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.