Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvel an Amazigh : À quand Yennayer au Maroc?
Publié dans MarocHebdo le 18 - 01 - 2019

Le mouvement amazigh n'en démord pas en ce qui s'agit de l'officialisation du nouvel an amazigh.
Tandis que l'on fêtait partout dans le monde amazigh, ce 13 janvier 2019, le nouvel an amazigh, Yennayer, des figures du mouvement amazigh et diverses personnalités non forcément amazighes marocaines ont réitéré leur appel pour la proclamation de cet événement comme fête nationale. En effet, le Maroc a du retard en la matière si on le compare notamment à l'Algérie, l'autre grand pays amazighophone du Maghreb, qui a procédé à cette proclamation en décembre 2017.
Ainsi, dans un post publié le 10 janvier sur Facebook, le coordinateur de la Fédération nationale des associations amazighes (FNAA), Ahmed Arehmouch, a appelé le gouvernement de Saâd Eddine El Othmani à faire preuve d'«un peu de patriotisme» et d'arrêter ce qu'il a qualifié de «mensonges» de l'Exécutif, qui viserait à instaurer «un Etat religieux fondé sur les légendes de la sacralité de la langue, de la culture et de l'identité unique,» en l'occurrence arabes. Les mensonges en question font référence à une déclaration du ministre délégué aux Relations avec le Parlement et la Société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, qui quelques heures plus tôt avait déclaré que la question de la proclamation de Yennayer était en cours d'étude.
Dispositions constitutionnelles
Or selon M. Arehmouch, cette affirmation est difficile à croire, car le Parti de la justice et du développement (PJD), dont est issu M. El Othmani, a selon lui pris des dizaines de mesures contre tout ce qui se rapporte à la culture amazighe. Ainsi, pour la seule année 2018, le coordinateur de la FNAA dit avoir dénombré 59 de ces mesures. «Votre déclaration (…) est éthiquement inacceptable, politiquement condamnable et moralement répréhensible,» a-t-il écrit.
En tout cas, il semble y avoir loin de la coupe aux lèvres d'une réconciliation entre le mouvement amazigh et le PJD, d'autant plus que ce dernier persiste à ne pas mettre en oeuvre les dispositions constitutionnelles relatives à l'officialisation de l'amazigh, sachant que la loi organique y afférent a seulement été adoptée en janvier 2018, soit bien après le mandat du gouvernement de Abdelilah Benkirane, le premier post-Constitution du 1er juillet 2011. Cette loi n'a, en outre, pas encore été publiée au Bulletin officiel.
La rapporteuse de l'Organisation des Nations unies (ONU) sur le racisme, Tendayi Achiume, avait ainsi fustigé, au terme de la visite qu'elle a effectuée au Maroc du 13 au 21 décembre 2018, la discrimination à l'encontre des populations amazighophones marocaines, notamment dans le domaine de la justice, du fait du manque voire de l'absence de connaissance d'une grande partie d'entre elle de l'arabe, dans lequel sont prononcés les jugements.
Pour l'heure, le seul projet concret d'officialisation de l'amazigh est à mettre au crédit du Rassemblement national des indépendants (RNI), qui s'est fendu d'une proposition de loi au Parlement, en excipant du caractère important de cette fête, selon le ministre de la Justice, Mohamed Aujar, qui s'est prononcé à ce sujet lors d'une réunion du bureau politique du parti de la colombe, auquel il appartient, à Nador.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.