Vidéo-MSC2019 : La formule de Lavrov qui a fait mouche    Bruxelles: Des marocains partagent avec des étudiants leurs expériences inspirantes    Cinq morts dans une fusillade près de Chicago    Amzazi: Le digital, un levier indispensable pour l'employabilité des jeunes    Mutandis : Le RN en hausse de 40% en 2018    Sahara marocain : La loi budgétaire américaine très favorable à la position du Maroc    El Othmani : Le Maroc attache un intérêt particulier à la coopération avec le FMI et la BM    Vidéo-Live : Le Président égyptien présente les défis sécuritaires de l'Afrique au MSC2019    Vidéo-Live : Angela Merkel parle des vraies sources d'insécurité en Algérie et en Afrique    Approvisionnement en eau : Amara satisfait des progrès réalisés    Les mises à jour de sécurité prendront fin dans un an    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Algérie    Un paquet de mesures en faveur des TPE    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    Les Marocains du monde au SIEL    Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes    Bouillon de culture    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Divers    Les conditions de travail demeurent précaires à l'échelle mondiale    Ligue Europa : Arsenal tombe à Borisov, le Séville FC s'offre la Lazio    Divers sportifs    Une journée au complet et du spectacle en vue    Appel à des mesures concrètes pour répondre aux problématiques des petites entreprises    Frontex place les Marocains au Top ten des passeurs    Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance    Cancer du col de l'utérus: le vaccin est "sûr et indispensable"    Appel à une stratégie nationale visant à faire de l'école un espace pour tous    Divers    Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international    La bourde de Katy Perry    Pourquoi Johnny Depp n'incarnera plus jamais Jack Sparrow    Les problèmes de peau de Kim Kardashian    Luis Rubiales loue la qualité des installations sportives au Maroc    Nador : Arrestation d'une bande de présumés passeurs    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de cinq extrémistes s'activant à Safi    Le Forum international de l'étudiant à Safi    La nouvelle vie du Grand théâtre Cervantès    La Botola pro adopte le VAR la saison prochaine    Vidéo – Munich : La sécurité mondiale en question    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    A SIEL ouvert…    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    Sit-in massif lors du concert d'Enrico Macias à Casablanca    SIEL: les jeunes d'El Jadida publient un recueil de poèmes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvel an Amazigh : À quand Yennayer au Maroc?
Publié dans MarocHebdo le 18 - 01 - 2019

Le mouvement amazigh n'en démord pas en ce qui s'agit de l'officialisation du nouvel an amazigh.
Tandis que l'on fêtait partout dans le monde amazigh, ce 13 janvier 2019, le nouvel an amazigh, Yennayer, des figures du mouvement amazigh et diverses personnalités non forcément amazighes marocaines ont réitéré leur appel pour la proclamation de cet événement comme fête nationale. En effet, le Maroc a du retard en la matière si on le compare notamment à l'Algérie, l'autre grand pays amazighophone du Maghreb, qui a procédé à cette proclamation en décembre 2017.
Ainsi, dans un post publié le 10 janvier sur Facebook, le coordinateur de la Fédération nationale des associations amazighes (FNAA), Ahmed Arehmouch, a appelé le gouvernement de Saâd Eddine El Othmani à faire preuve d'«un peu de patriotisme» et d'arrêter ce qu'il a qualifié de «mensonges» de l'Exécutif, qui viserait à instaurer «un Etat religieux fondé sur les légendes de la sacralité de la langue, de la culture et de l'identité unique,» en l'occurrence arabes. Les mensonges en question font référence à une déclaration du ministre délégué aux Relations avec le Parlement et la Société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, qui quelques heures plus tôt avait déclaré que la question de la proclamation de Yennayer était en cours d'étude.
Dispositions constitutionnelles
Or selon M. Arehmouch, cette affirmation est difficile à croire, car le Parti de la justice et du développement (PJD), dont est issu M. El Othmani, a selon lui pris des dizaines de mesures contre tout ce qui se rapporte à la culture amazighe. Ainsi, pour la seule année 2018, le coordinateur de la FNAA dit avoir dénombré 59 de ces mesures. «Votre déclaration (…) est éthiquement inacceptable, politiquement condamnable et moralement répréhensible,» a-t-il écrit.
En tout cas, il semble y avoir loin de la coupe aux lèvres d'une réconciliation entre le mouvement amazigh et le PJD, d'autant plus que ce dernier persiste à ne pas mettre en oeuvre les dispositions constitutionnelles relatives à l'officialisation de l'amazigh, sachant que la loi organique y afférent a seulement été adoptée en janvier 2018, soit bien après le mandat du gouvernement de Abdelilah Benkirane, le premier post-Constitution du 1er juillet 2011. Cette loi n'a, en outre, pas encore été publiée au Bulletin officiel.
La rapporteuse de l'Organisation des Nations unies (ONU) sur le racisme, Tendayi Achiume, avait ainsi fustigé, au terme de la visite qu'elle a effectuée au Maroc du 13 au 21 décembre 2018, la discrimination à l'encontre des populations amazighophones marocaines, notamment dans le domaine de la justice, du fait du manque voire de l'absence de connaissance d'une grande partie d'entre elle de l'arabe, dans lequel sont prononcés les jugements.
Pour l'heure, le seul projet concret d'officialisation de l'amazigh est à mettre au crédit du Rassemblement national des indépendants (RNI), qui s'est fendu d'une proposition de loi au Parlement, en excipant du caractère important de cette fête, selon le ministre de la Justice, Mohamed Aujar, qui s'est prononcé à ce sujet lors d'une réunion du bureau politique du parti de la colombe, auquel il appartient, à Nador.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.