Les pays réfractaires campent sur leur position    Karim El Aynaoui : «Nous avons constitué au fil du temps une communauté qui a une force de proposition»    Une délégation du PPS se recueille sur la tombe de feu Sa Majesté Hassan II    Affaires des deux touristes assassinées : Une personne arrêtée    La misère!    Insolite : Un braconnier contraint de regarder "Bambi"    Les autorités françaises ferment une école clandestine salafiste    Zagora: Le film indien «La chanson des scorpions» décroche le Grand prix    Laaraj : Pour une présence plus marquée de l'amazigh dans les chaînes publiques    Taroudant danse au rythme de la Taskiwin    Sidaction 2018: Nouvel appui d'Intelcia à l'ALCS    BENATIQ: « La migration est un facteur d'enrichissement »    #International.. Cinq actus qu'il ne faut pas avoir raté    TUI fly renforce ses dessertes France-Maroc    Un acteur du «Prince de Bel Air» accuse le jeu Fortnite d'avoir plagié sa danse    Le secteur bio fait sa promotion à Rabat    Efficacité énergétique : Said Mouline appelle l'Afrique à renforcer ses capacités    Le gotha de la formation professionnelle en Afrique réuni à Dakhla    Accord de coopération entre la MAP et l'agence russe Sputnik    Une Norvégienne et une Danoise retrouvées mortes dans la commune d'Al Haouz    GB-Brexit : Theresa May assaillie de toutes parts…    Espagne : Les restes de Franco seront bien exhumés du mausolée de Valle de los Caidos    Le Souverain préside une veillée religieuse en commémoration du 20e anniversaire de la disparition de feu SM Hassan II    Agriculture Triple A : M. Akhannouch reçoit Mme Kalibata    «Financial Times» : Cinq raisons pour vivre à Casablanca    Edito : PLF    Saham Assurance : MHE s'engage financièrement pour honorer le deal avec Sanlam    Double meurtre près de Toubkal    Le Maroc à l'heure de la Journée internationale du migrant    Le dirham reste stable par rapport à l'euro et se déprécie vis-à-vis du dollar    La place du diplôme des écoles de textile dans le système industriel débattue à Tanger    Des experts marocains débattent de la durabilité et de l'innovation dans le secteur touristique    Madagascar: Le PDG et le "dandy", dix ans d'une rivalité politique féroce    Insolite : Un stagiaire pas comme les autres    Les réseaux sociaux, une occupation à grands risques pour les enfants Comment les en protéger    Les sanctions américaines menacent la dénucléarisation de la Corée    Coupe de la CAF : Le Raja cartonne d'entrée    La bonne opération du CAYB et de l'AS. FAR    CAN-2019 : Forces et faiblesses des candidatures sud-africaine et égyptienne    Démarche unioniste des syndicats des collectivités locales    "T-Jonction", lorsque la mort mène à une nouvelle vie    Spider-Man s'accroche en haut du box-office    Marwan Hamed, lauréat du Festival du film arabe    Mohamed Salah à nouveau élu joueur africain de l'année par la BB    Allemagne : Achraf Hakimi, un «élément clé» du Borussia Dortmund    Africa Gaming Fest : Le premier événement du genre en Afrique avec un Cash Prize de 150.000$    Vidéo – Coupe de la CAF : Les cinq buts du Raja face au Cercle Mberi Sportif du Gabon    En vidéo – Moulay El Hassan préside la finale de la Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amina Laraki Slaoui, nominée de la Khmissa 97
Publié dans MarocHebdo le 24 - 01 - 1998


DE COURAGE ET D'ESPOIR
Il y a six ans, un jour qu'elle visite l'arrière-pays du Costa Rica à vélo avec son mari, elle tombe d'un pont et se brise les membres. Amina Laraki Slaoui avait 32 ans, un travail passionnant et des perspectives d'avenir plus que prometteuses. Elle etait aussi une jeune maman comblée et avait une vie privée plus qu'épanouie. Et de grande sportive qui ne pouvait pas rester en place, elle se retrouvera dans un fauteuil roulant où elle est condamnée à passer le restant de ses jours.
Mais au lieu de se lamenter sur son sort, elle decide de continuer à vivre malgrè tout. De refuser la fatalité. Elle mettra au monde une petite fille qu'elle appellera Nour. Tout un symbole. Sinon, depuis 1994, Amina emploie toute son energie au service des handicapés. Actuellement vice présidente de l'Amicale marocaine des handicapés (AMH), elle a beaucoup fait pour que la vie, que le statut de l'handicapé au Maroc change. Il a d'abord fallu restructurer l'AMH. Et ce n'était pas une mince affaire pour une association qui n'avait pas de moyens et qui n'était pas encore reconnue d'utilité publique. C'est chose faite depuis le 12 avril 1996 et l'AMH compte aujourd'hui 12 000 adhérents. On n'a pas oublié les problèmes qu'a connus l'AMH à travers Khadiri, son president accusé d'avoir detourné un million de dirhams à son profit. Ce qui était évidemment faux et la justice l'a démontré. Mais ce qui a été le plus dur, au delà de la suspicion insupportable, c'était les convocations de la police, dans des locaux où on n'a évidemment pas pensé à faciliter la circulation des handicapés. Mais rien d'étonnant à cela lorsqu'on sait que même le haut commissariat aux personnes handicapés à Rabat n'y a pas pensé. Ceci pour dire à quel point on veut ignorer les problèmes de l'handicapé. C'est d'ailleurs pour cela qu'Amina et ses amis ont d'abord fait en sorte que l'opinion publique y soit sensibilisée. C'est dans cette optique qu'Amina a participé au changement de l'identité visuelle de l'AMH. De nouvelles couleurs et un nouveau logo ont ainsi été crées par elle grâce à son experience au sein d'une agence de communication dont elle n'a plus le temps de s'occuper maintenant. Mais surtout, si Amina a réussi à donner une image nouvelle à l'AMH, c'est aussi parce que'elle a été pendant cinq ans responsable marketting à la Banque commerciale du Maroc et qu'elle a appris à connaître là aussi la mentalité marocaine dans toute sa diversité et avec tous ses paradoxes. Mais il a fallu aussi - surtout- récolter des fonds.
Alors, Amina a participé à l'organisation du marathon de l'espoir sur la corniche de Casablanca en 93. Puis, il y a eu le concert de Carlos Santana en 94, suivi par le 2ème colloque sous le thème Le droit à la vie. En 1996, c'est à la culture que l'AMH rend hommage en produisant une pièce de théâtre et un court métrage. Plein d'autres actions, grandes et moins grandes ont été menées par les responsables de l'AMH. Qui se prépare pour un téléthon prévu pour le 29 avril prochain. Cette fois-ci, c'est pour collecter des fonds dans le but de finir la construction du Centre de Rééducation de Bouskoura où la première pierre a été posée en juillet 97 par S.A Royale le Prince Héritier Sidi Mohammed. Un centre dont on prévoit l'ouverture pour le premier trimestre de l'année 99. Juriste de formation, la jeune femme a brillé dans tous les domaines qu'elle a investis. Dans l'huanitaire encore plus qu'ailleurs.
Une frimousse d'ange et une pêche d'enfer pourraient résumer Amina Laraki Slaoui. Seulement, ce n'est pas assez. Douce, sociable, intelligente, sensible, altruiste, passionée, convaincue et convaincante... Des qualificatifs qui vont comme un gant à la jeune femme, il y en a plein. Mais on retiendra courageuse.
Elle comme ses amis ne veulent qu'une chose, c'est que leur état n'inspire pas la pitié. Tout ce qu'ils veulent, en fait, c'est de pouvoir vivre décemment, dans la dignité. C'est d'ailleurs pour cela que l'AMH a désormais pour objectif l'intégration socio-professionnelle des handicapés moteurs. Un défi qu'Amina relèvera d'une manière remarquable comme elle sait le faire. À femme exceptionnelle, action exceptionnelle.