Salé / Conseil communal: Mobilisation de 14 MMDH pour le renforcement des infrastructures    Rabat-Salé-Kénitra : Accompagnement des associations en matière de démocratie participative    Haro sur les erreurs du passé !    Casablanca : 7ème édition de la Journée de consultations médicales gratuites    Mondial2022: Apothéose historique du Maroc contre la Belgique    Mondial 2022 / Belgique vs Maroc (0-2) : Les Lions de l'Atlas auteurs d'un exploit monumental et historique    Mondial 2022: les Lions de l'Atlas s'offrent les Diables Rouges (2-0)    Dakar abritera du 11 au 13 décembre la 54è Assemblée générale de l'AFRAA    Covid-19: nouveau bilan du ministère de la Santé    Prisons : le nombre de détenus en France atteint un record inédit    Covid-19 au Maroc : 101 nouvelles infections et aucun décès ce dimanche    Silence assourdissant dans les ruelles de Rabat    Japon : La Moroccan Night célébrée à l'ambassade du Maroc    Mourad Fedouache vainqueur du prime final de Dream Artist de 2M    Le Costa Rica surprend et s'impose face au Japon    Le Parlement arabe examine les développements de la situation en palestine    Maroc - Belgique : le onze de départ des Lions de l'Atlas    Rabat, capitale du patrimoine culturel immatériel mondial du 28 novembre au 3 décembre    France : 49.3, l'article qui muselle l'Assemblée Nationale    Le Tourisme reconnecte Marocains et Israéliens    Mort d'un casque bleu marocain en République centrafricaine: Le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU expriment leurs condoléances au Royaume    Maroc – Belgique: la compo des Lions de l'Atlas    Migration : Les entrées irrégulières en Europe au plus haut depuis 2016    Précieux conseils de connaisseurs pour investir au Maroc    Voici les prévisions météorologiques pour dimanche 27 novembre 2022    Femmes: Le MEF adhère à la campagne contre la violence    Spoliation immobilière. Le ministère de l'Intérieur muscle son dispositif de lutte contre le phénomène    Niamey: le président du Niger reçoit Ryad Mezzour, porteur d'un message du roi Mohammed VI    Italie: une dizaine de personnes disparues après un glissement de terrain    Investissement. Saâd Bendidi vers la passe de trois    Rapatriement de mineurs marocains: Le juge décide de poursuivre Mateos et Deu    Niger-Maroc: Mohamed Bazoum reçoit un message du Roi Mohammed VI    Attijariwafa bank lance son nouveau Business Game « Attijari Startup Game »    Mondial-2022: l'Argentine bat le Mexique (2-0) et se relance    Magazine : Décibels, ouïe c'est cela    Exposition : La Terre mère de Wafaa Mezouar    Arts de la scène : Riche dérive casablancaise    Mouvement populaire. Mohamed Ouzzine succède à Mohand Laenser (vidéo)    Armement : Le Maroc négocie avec la Chine une commande de missiles    Chakib Benmoussa reçu par les autorités maliennes    Covid-19: le bulletin du samedi sur la situation épidémiologique    France : le 49.3 ou la lente agonie de la démocratie parlementaire    Parution de l'ouvrage « Le Maroc, Israël et les Juifs marocains » de Jamal Amiar    Ouzzine élu nouveau secrétaire général du MP    Le coût global de la violence à l'égard des femmes est estimé à 2,85 MMDH    La mise en vente des armes aux USA est une « très mauvaise idée », selon Biden    « Lalla Moulati » : Neta Elkayam chante pour les femmes    Festival Handifilm. « Le cinéma comme levier d'autonomisation » au cœur de la 15e édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Armes chimiques dans le Rif: Les victimes indémnisées
Publié dans MarocHebdo le 15 - 04 - 2011

RECONNAISSANCE. L'Espagne est rattrapée par l'histoire. Le temps de reconnaître ses erreurs est arrivé. Le crime commis contre les populations du Rif ne peut rester impuni.
Le débat sur la Guerre du Rif refait surface. Des informations de plus en plus insistantes évoquent une éventuelle possibilité d'indemnisation des descendants des Marocains qui ont souffert de la Guerre du Rif entre les années 1921 et 1927.
Le quotidien espagnol Alerta Digital rapporte que la ministre espagnole des Affaires étrangères, Trinidad Jimenez, aurait reconnu lors d'un entretien avec son homologue marocain, Taïeb Fassi Fihri, que l'Espagne avait utilisé des bombes chargées de gaz toxiques interdites.
Jusqu'à aujourd'hui, l'Espagne s'est toujours refusée à une reconnaissance officielle de l'emploi d'armes chimiques contre les populations civiles du Rif, bien que ces faits ont été relatés dans plusieurs ouvrages de référence.
Selon les différents témoignages, les autorités espagnoles avaient deux fabriques d'armes chimiques en 1924, l'une près de Madrid et l'autre non loin du préside occupé Melilla. Avec l'assistance d'experts allemands et français, l'Espagne produisait 470 tonnes de gaz toxique à partir de matières chimiques très dangereuses comme le Phosgène;
le Diphosgène, ou encore l'Ypérite (gaz moutarde) et la Chloropicrine et utilisa 530 avions de construction française, allemande et danoise, pilotés par des mercenaires européens et nord américains, pour bombarder le Rif.
L'utilisation d'armes chimiques a provoqué des conséquences catastrophiques pour la santé de la population rifaine, qui souffre d'infections et mutations génétiques provoquant des dysfonctionnements psychiques et des cancers.
Une initiative de réconciliation Des mouvements sociaux amazighs du Rif et des défenseurs des droits humains, ainsi que des chercheurs marocains réclament justice et demandent à l'Espagne d'assumer ses responsabilités politiques et juridiques.
La question de la reconnaissance partage également la classe politique espagnole. Le parti catalan de la Gauche Républicaine avait soumis au parlement espagnol, en février 2007, une proposition de loi qui invitait les autorités espagnoles à présenter des excuses officielles aux populations du Rif et à répondre aux demandes d'indemnisation aux victimes ou par leurs ayant droits.
Sans aucune surprise, ce projet de loi a été rejeté par les députés du Parti Socialiste Ouvrier espagnol (PSOE, au pouvoir) et du parti d'opposition, le Parti Populaire (PP, droite), les deux partis majoritaires au parlement espagnol.
Le promoteur de cette initiative parlementaire, Joan Tarda, porteparole du groupe parlementaire de la Gauche Républicaine au Congrès, avait déploré cette occasion ratée pour la réconciliation et la fraternité entre les peuples des deux rives de la Méditerranée.