Casablanca : La commune mobilise plus de 2300 agents pour Aïd Al Adha    PUMA signe Luis Suarez    PLF 2018 : la lettre de cadrage de El Otmani    Aïd Al Adha : les conseils de Autoroutes du Maroc    Le tramway de Casablanca s'adapte à Aïd Al Adha    Transfert : La nouvelle destination de Hamza Mendyl    Munir El Haddadi décide de rester au FC Barcelone    Italie : un séisme d'une magnitude de 5,2 touche le centre du pays    Coupes africaines : Des destins opposés attendent le Wydad et le DHJ    Le Maroc et l'Australie-Méridionale examinent les opportunités de coopération    Le cadrage royal    Le BCIJ loue la coopération antiterroriste avec l'Espagne    La crise de la livre turque : est-ce vraiment un complot ?    Le potentiel d'Agadir Ida Outanane!    50.000 enseignants contractuels déjà en ordre de bataille    Averses orageuses fortes et temps chaud attendus vendredi et ce weekend dans plusieurs provinces ce weekend    Madona, «Berber Queen» pour son anniversaire à Marrakech    Mohamed Brahmi, le Cheikh qui veut moderniser la danse Reggada    Recrudescence de cyberattaques sur les comptes Instagram    Pont effondré à Gênes: encore 10 à 20 disparus selon les médias italiens    Facebook offre la diffusion de la Ligue des champions à l'Amérique latine...et la Liga à l'Asie du Sud    Israël: Netanyahu entendu par la police pour corruption présumée    Pakistan: Imran Khan sur le point d'être élu Premier ministre    Le Médiateur dresse son bilan : Près de 10.000 plaintes en 2017    Edito : Jeunesse d'esprit    «Hacky hack hack» : un adolescent australien de 16 ans pirate les systèmes d'Apple    Les jeunes, notre avenir    Un Canadien à la tête d'Air France-KLM    Le «Ceuta est marocaine», fait refuser la nationalité espagnole à une résidente marocaine    Emploi, social, politique : Ce que propose le CESE    Pluie d'hommages mondiaux après la mort d'Aretha Franklin    Classement mensuel de la FIFA: La Maroc perd 5 places et pointe au 46ème rang    Aretha Franklin la reine de la Soul s'est éteinte    760.000 spectateurs au Festival Jawhara    Le Festival des plages Maroc Telecom touche à sa fin    3e tour de qualification pour la Ligue des champions d'e l'UEFA : Elimination précoce de Celtic et Fenerbahçe    Appel à l'Union    Vaste opération de ratissage de l'Etat!    Ali Yata ou la fidélité à un grand fidèle à la patrie et au peuple    Cheb El Hindi se retire de la scène artistique algérienne!    La FNM rend hommage au professeur Joudia Hassar-Benslimane    Les recherches de survivants continuent dans les décombres    Le «Momo challenge», un nouveau défi dangereux pour nos enfants ?    Loi sur l'avortement : Les Algériennes gagnent une partie du pari    Méningite : La situation épidémiologique n'est pas préoccupante    Le Paraguay soutient la marocanité du Sahara    L'Atlético de Madrid bat le Real Madrid et remporte la Super coupe    Agadir accueillera une conférence internationale sur la gestion de la pénurie d'eau    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retraite des parlementaires: Manque de consensus et interminable débat
Publié dans Albayane le 20 - 07 - 2018

La retraite des parlementaires est remise, aujourd'hui plus que jamais, sur le devant de la scène médiatique, politique et même polémique.
Les réseaux sociaux s'enflamment, l'opinion publique en parle, certains acteurs alimentent la polémique, certains autres en font de la politique politicienne et les groupes parlementaires de la majorité et de l'opposition dans les deux Chambres de l'Hémicycle n'arrivent toujours pas à trouver une formule consensuelle pour clore ce dossier. En effet, cette affaire, certes héritée par les parlementaires de l'actuelle législature, qui bouclent bientôt leur deuxième année législative, n'arrivent toujours pas à parler d'une seule voix pour cerner une problématique qui les concerne en premier lieu.
La question a été soulevée il y a longtemps, mais eu égard à la complexité du dossier et surtout à sa sensibilité politique, les précédentes majorités ainsi que les gouvernements qui s'y dégageaient avaient préféré renvoyer le dossier à plus tard.
En 2008, au moment où les finances de la caisse régissant ces pensions plongeaient dans le rouge, la sonnette d'alarme a été fortement tirée. Là encore, les uns et les autres avaient opté pour le renvoi, alors que la huitième législature n'était qu'à sa deuxième année législative.
Aujourd'hui, les parlementaires se sont retrouvés devant le fait accompli : une caisse avec zéro dirham, provoquant automatiquement la suspension des pensions des anciens députés et conseillers ainsi que celles des ayant-droits.
Que faire, en prenant en compte le coût politique et le prix à payer ? C'est l'équation que les députés et les conseillers de la majorité et de l'opposition tentent tant bien que mal de résoudre.
Dans ce registre, Aïcha Lablack, présidente du Groupement parlementaire du progrès et du socialisme à la Chambre des représentants, affirme que l'institution cherche à trouver une formule consensuelle puisque la question concerne l'ensemble des parlementaires et tous les anciens locataires de l'Hémicycle. Cette formule, a-t-elle expliqué, devrait prendre en compte les propositions de tous les groupes de la majorité et de l'opposition, les modalités de sa mise en œuvre, l'âge de son entrée en vigueur, le financement et la continuité. Cette formule assurera une continuité de la caisse régissant les pensions jusqu'à 2026.
C'est-à-dire une période transitoire afin de permettre à l'institution législative de mettre au point un système efficient et durable. S'agissant de la question de liquidation pure et simple de la caisse actuelle que plusieurs voix soulèvent, la députée du parti du progrès et du socialisme (PPS) a fait remarquer que cette option, qui parait simple, est coûteuse sur le plan financier et complexe dans son application. La caisse régissant les pensions est complètement à sec.
En cas de liquidation, toutes les cotisations devraient être remises aux parlementaires du mandat actuel et négocier avec les anciens pour aboutir à un arrangement afin de suspendre leurs pensions, pourtant devenues acquises, trouver une solution aux parts versées par l'institution parlementaire et celles des intéressés, avec ou sans intérêts, etc. Quelle partie financera-t-elle l'opération, en la défendant politiquement ? Dans ce cas, a encore précisé la députée du Livre, l'institution et les parlementaires se trouveront devant une équation plus complexe encore.
Dans ce sillage, ajoute la présidente du Groupement parlementaire du progrès et du socialisme, le PPS avait proposé l'année dernière une formule, qui n'entrera en vigueur qu'à l'âge des retraites appliqué dans la fonction publique, en prenant en compte les paramètres de continuité de la caisse et de son financement.
Ce projet de loi, présenté par le PPS avant cette polémique, se distinguait par son entrée en vigueur à l'âge de 65 ans et sans contribution de l'Etat, en révisant le système des cotisations, en plus de la question de mettre un terme aux cumuls dans les cas par exemple où le député retraité aura d'autres pensions. Mais faute de consensus, ledit projet n'a pas trouvé le chemin de l'adoption.
C'est d'ailleurs, ce manque de consensus qui retarde encore et toujours la mise en œuvre d'une formule consensuelle. Ainsi, un interminable débat interne prend le pas sur le reste dans le travail législatif et la question ne fait pas encore l'unanimité souhaitable dans de pareille situation. C'est dire que ce projet sera renvoyé à la prochaine rentrée parlementaire qui démarrera le vendredi 12 octobre 2018. Et rien ne porte à croire que cette question sera abordée à la rentrée.
Car ce virage législatif est généralement marqué par les débats autour de la Loi de finances, les orientations politiques du discours royal d'ouverture de la session, les questions qui seront soulevées à la rentrée politique, scolaire, universitaire, sociale, littéraire et autres problèmes d'actualité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.