Dominique de Villepin en super-VRP au CDS    Un nouveau Consul général de France à Casablanca    Les graves dégâts du non-Maghreb    Groupe OCP. Bon cru au titre du premier semestre 2019    Décès de l'ancien président tunisien Zine El Abidine Ben Ali    Santé maternelle : Les ministères de la Santé et de l'Intérieur partenaires de l'UNICEF    La prison locale Tanger 2 dément les informations sur la grève de la faim de détenus du hirak    DGSN : Arrestation de plus de 420 000 individus dans des opérations sécuritaires    Le projet Shoot Your Face prend fin en ce mois de septembre    Mise en place d'un système d'archivage du patrimoine audiovisuel national    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    Investissement: Mémorandum d'entente entre Casablanca Finance City et BarcelonaCentre Financer Europeu    Barcha !    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Communiqué du Bureau Politique du PPS    Sédentarité et surpoids au banc des accusés    Classement FIFA : Le Maroc gagne 2 places et remonte à la 39è position    Le capital humain!    Conflit syrien: Sommet tripartite à Ankara…    Studio 7, le premier studio de dance urbaine à Casablanca    Fondafip : Les finances publiques face au défi des mutations du monde    Arrestation à Nador d'un dangereux récidiviste    Mariage des mineurs : Le plaidoyer de Réda Chami    Eliminatoires CHAN 2020. Benhalib et El Kaabi absents du dernier tour    Attaques en Arabie: Pompeo évoque un « acte de guerre » de l'Iran    Canada: Trudeau rattrapé par une vieille photo de « blackface »    Royal Air Maroc : Abdelhamid Addou affiche ses ambitions    L'Institut français de Casablanca dévoile sa programmation    Leçons tunisiennes    Le Onze national des locaux attendu aujourd'hui à Alger    Amadou Ba : Le soutien à l'intégrité territoriale du Maroc est une constante de la diplomatie sénégalaise    Le Maroc et le Danemark scellent un nouveau partenariat dans le domaine de la statistique    Les produits du terroir jouent un rôle clé dans le développement agricole durable    Insolite : Héritage dépensé    Pedro Sanchez : J'espère que les Espagnols donneront une majorité plus large au Parti socialiste    News    Des centaines de poissons morts asphyxiés en bordure de l'Oued Massa    L'accès des enfants réfugiés à la scolarisation, une initiative assurément louable    Hausse des nuitées enregistrées à Essaouira    Le déficit de liberté économique, une menace pour la démocratie    Dakar salue l'engagement infaillible de S.M le Roi en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique    Liverpool chute, l'Ajax carbure et le Barça s'en tire à bon compte    Djorkaeff à la tête de la Fondation Fifa    Le Festival international du film de femmes à Salé lance la nouvelle saison culturelle    Mouna Fettou: Nous avons besoin d'une véritable industrie cinématographique    Bouillon de culture    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bahja et Camacho : souvenirs partagés
Publié dans Albayane le 22 - 05 - 2019

Ahmad Bahja et Abdeljali Adda alisa Camacho comptent parmi les anciennes stars ayant brillé avec les Lions de l'Atlas durant une bonne époque de la dernière décennie du siècle précédent et jusqu'à l'aube de l'an 2000.
Les 2 joueurs, purs produits de la Botola, Bahja du Kawkab Marrakech et Camacho du COD Meknès, avaient pour dénominateur commun d'accompagner les Lions de l'Atlas durant 3 CAN alors que chacun d'entre eux avait joué un Mondial.
Bahja, qui avait également accompagné l'équipe olympique aux JO 1992 de Barcelone, était le premier à garder contact avec le rendez-vous planétaire en 1994 aux USA du temps de l'entraineur Abdellah Blinda. Mais le chouchou bahjaoui allait rater le second Mondial en 1998 en France pour cause d'un conflit avec le sélectionneur national, Henri Michel. Bahja, qui n'avait pas gobé la décision du coach français de rester sur le banc de touche jusqu'à la 2e période du match contre l'Afrique du sud (2e tour en CAN 1998), avait exprimé son mécontentement en gaspillant d'une manière bizarre le dernier coup-franc de ce duel capital perdu par le Maroc (2-1), synonyme d'élimination sévère au quart de finale.
Son ami, Camacho, qui faisait également partie de cette CAN burkinabé, était choisi pour le remplacer au Mondial français.
Pour la compétition africaine, Bahja qui n'avait pas la chance de disputer les 2 éditions de 1994 et 1996 pour cause de l'absence du Maroc, allait assurer sa présence en CAN suivante. Même chose pour Camacho qui a également joué sa première CAN lors de cette édition avant d'enchainer avec les 2 rendez-vous suivants en 2000 et 2002.
Voila en gros pour ces 2 footballeurs qui ont marqué leur temps aussi bien chez les Lions que dans leurs clubs respectifs, avec plusieurs titres remportés au Maroc et ailleurs en effectuant des expériences professionnelles, notamment dans certains championnats arabes. Bahja en Arabie saoudite (Al Ittiha Djeddah et An-Nasr Riad), aux Emirats (Al Wasl Dubai) et en Libye (Ahly Tripoli). Camacho également en Arabie (Ittihad saoudien), en Tunisie (Club Africain) mais aussi en Espagne (Sporting Gijón).
Camacho a terminé sa carrière chez son club du CODM en 2004 alors que Bahja a fait de même au Nejm de Marrakech (2006-2007) après avoir joué avec le Raja Casablanca (2002-2003) et le MAS Fès en 2005.
C'était vraiment une belle époque pour ces deux attaquants inoubliables, Bahja qui justifiait bien son nom en semant la gaîté et l'euphorie dans tous les stades ainsi que pour Camacho qui, lui aussi, portait le surnom d'un grand joueur espagnol du Real…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.