Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Olympiade internationale de mathématiques. Brillante prestation marocaine    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Le Roi Mohammed VI félicite l'équipe algérienne pour sa victoire    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    La FRMF annonce un nouveau règlement concernant les agents sportifs    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    Meknès : 30 ans de prison pour avoir tué son ami à coups de rasoir    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Terres collectives: Le dispositif bientôt en plénière    La lune et le doigt    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Eliminatoires de la CAN 2021    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Grogne à la CGEM    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Communiqué du Bureau politique du PPS    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    Bouillon de culture    La syphilis regagne du terrain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le mal de maire!
Publié dans Albayane le 26 - 06 - 2019

Dans un pays, en phase de gestation, comme le nôtre, il semble bien que la démocratie locale est inéluctable, dans la mesure où elle constitue le thermomètre de la mise à niveau des citoyens et, en conséquence de la commune territoriale.
Au-delà de la réglementation qui régit les rapports entre les diverses constituantes de la collectivité, en tant qu'unité nodale de fonctionnement, on constatera que la charte communale détermine également les attitudes et les attributions des élus, en particulier le président, noyau focale du système représentatif, fondé par excellence, sur la présidentialité. Or, il y a lieu de noter qu'entre la législation, en continuel rehaussement avancé dans le processus démocratique de la nation, faut-il bien le reconnaître, et la pratique quotidienne de ces dispositions, le fossé est criard.
En effet, nombre de maires du royaume sont toujours en deçà des attentes des populations, aussi bien dans le milieu rural que l'espace urbain. Très souvent par incompétence et insouciance pour vaquer à leurs tâches, en matière de gouvernance, certains présidents véreux s'en vont se servir de leur poste au lieu de servir les causes des citoyens. Bien d'autres versent aussi dans des manies de malversation.
L'intérêt général pour tout ce beau monde fortuné, érigé aux commandes de la gestion communale, est au pied du mur! En dépit des acquis notoires que ne cesse de cumuler notre pays au niveau de l'Institution, confortée par la révision de la Loi suprême, cet édifice représentatif, dans sa globalité, est fortement affecté par les conduites abjectes de nombre de conseillers.
Les exemples criants de cette déchéance
se manifestent, un peu partout dans le territoire national. Certains «montent» leur tête et se considèrent bien au dessus de la loi, mus par un narcissisme béat. D'autres, mièvres et soudoyés, sont littéralement émoussés par la mainmise de la tutelle et, de ce fait, dépassés par le cours des événements locaux. Alors qu'une autre frange ne se soucie guère de ce qui s'opère autour d'elle et fait usage de la commune pour étoffer son registre social ou encore son image «politique» fallacieuse.
Enfin, une quasi majorité est loin de mesurer les grands enjeux cruciaux que traverse notre pays, en tant que nation émergente dont la démocratie est encore balbutiante. Dans bien des cas, le bateau de la collectivité territoriale chavire par la démission de son équipage. En fait, le maire, pour la plupart, est souvent abattu par le mal de mer ! Sous l'effet de cette dérive, on ne parviendra jamais à bon port.
On aura beau procéder par mesure drastiques envers les contrevenants, à travers les instances de contrôle de l'Etat, le déficit communal sévira tant que les formations politiques continuent à favoriser des candidats médiocres et inciviques et tant que l'Etat, par le biais de ses agents subalternes, fausse l'action électorale et dévalorise la pratique politique sérieuse et intègre dans le pays!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.