Réforme électorale : le texte sous la loupe des députés    Omar Hilale met à nu les assertions fallacieuses d'Alger et du Polisario    Flambée des prix de l'huile de table : les producteurs tentent une opération de "damage control"    Nouveau Nissan Qashqai : il place la barre haut    Compteur coronavirus : 386 cas testés positifs et 3.160.479 personnes vaccinées    Coronavirus en France : vingt départements en « surveillance renforcée » à partir du 6 mars    Tayeb Hamdi, médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé    Entretien avec Sifeddine Dounia, le MC du nouveau talk-show de MBC5    La PAHRC approuve la proposition marocaine de fusionner deux plans arabes de promotion des droits de l'Homme    L'UE doit sortir de la logique du professeur et de l'élève dans sa relation avec son voisinage Sud    Le CNDH réitère sa position pour l'abolition de la peine de mort    Les délais de paiement, ce fléau qui exacerbe les maux des TPME    Le partenariat Maroc-CCG, un noyau solide pour un nouvel ordre arabe    "Pour une Maison de l'histoire du Maroc " , nouvel ouvrage de l'Académie du Royaumec    Dépenses militaires mondiales : nouveau record en 2020 malgré la pandémie    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    Bourita reçoit son homologue burundais    DG ONEE : «une solution efficace pour répondre à la demande»    Victoire de l'eurocentrisme fiscal    Enquête sur une personne qui dit avoir reçu deux doses    Chutes de neige et fortes averses orageuses du 25 au 27 février dans plusieurs provinces marocaines    Nucléaire iranien Washington à Téhéran : «Notre patience a des limites»    Les manifestations en Algérie montrent les limites de la stratégie suivie jusque-là par le pouvoir, selon TSA    Nés en Afrique, «made in Italy»: cinq créateurs de mode à Milan    Des vestiges, et des centres sous perfusion    Un exercice 2020 mouvementé pour Saham Assurance    Country Brand Awards : le Maroc premier en Afrique    Impact de la pandémie : les femmes encore plus pénalisées    Les Lionceaux avec la Côte d'Ivoire dans le groupe A    Tous les établissements pénitentiaires traitent avec les instances représentatives des avocats dans le cadre de la loi    Le MAS présente son nouvel entraineur, l'Argentin Miguel Angel Gamondi    Le MAT limoge son entraineur Younes Belahmar    Nouzha Bouchareb: 12 objectifs en ligne de mire    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Casablanca: «Al-Irfane» mène le combat de la culture en milieu populaire    Laâyoune : une nouvelle station de dessalement de l'eau de mer sera mise en service au second semestre 2021    L'engagement du Maroc en faveur du nouvel agenda pour la Méditerranée salué par l'UE    Jeux Olympiques de Tokyo : Le relais olympique lancé le 25 mars sous des conditions drastiques    Algérie : le pouvoir doit prendre acte de l'échec de sa feuille de route, affirme LADDH    Birmanie: Facebook ferme tous les comptes liés à l'armée    CAN U20 : Resté confiné à Laâyoune, Targhaline devait rejoindre la Mauritanie hier mercredi    Coronavirus : le variant britannique présent dans plus de 100 pays [OMS]    Mort de Maradona: La justice convoque des experts pour déterminer d'éventuelles responsabilités    Invaincu 527 minutes,Yassine Bounou bat un record historique à Séville    Biden et Trudeau vantent "l'extraordinaire amitié" américano-canadienne pour clore l'ère Trump    «Lettres du Maghreb»: Des discussions de haute facture    "Pelé" sur Netflix, redécouverte du footballeur, fenêtre sur l'homme    Exposition : Une rétrospective « Saladi » au Musée de Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colombie: Les F.A.R.C. veulent reprendre les armes…
Publié dans Albayane le 02 - 09 - 2019

Sur une vidéo, d'un peu plus d'une trentaine de minutes, postée ce jeudi sur Youtube, montrant Ivan Marquez, l'ex-numéro 2 des anciennes Forces Armées Révolutionnaires de Colombie, en treillis vert posant avec Jesus Santrich, Hernan Dario Velasquez alias «El Paisa» et d'autres militants de l'ancien groupe armé devant une pancarte affichant le sigle FARC-EP (FARC-Armée du peuple), l'ancien dirigeant a annoncé ce que la majorité des Colombiens redoutaient depuis longtemps déjà ; à savoir, la reprise de la guérilla.
Justifiant « la poursuite des opérations de guérilla (par) la trahison par l'Etat des accords de La Havane », Ivan Marquez a clairement indiqué que ce sont «la fourberie, la duplicité, la perfidie, la modification unilatérale du texte de l'accord, la non-application (par l'Etat) de ses engagements, les montages judiciaires et l'insécurité (qui les) obligent à reprendre le maquis».
Pour rappel, Ivan Marquez avait participé aux quatre années de négociations entre les FARC et le gouvernement colombien qu'avait nécessité la conclusion de l'accord de paix et c'est lui-même qui, au moment de sa signature, le 26 Septembre 2016 à La Havane, s'était écrié : «Nos mains et nos voix s'unissent pour crier PLUS JAMAIS. Nous aurons la paix si les accords sont respectés. Le peuple est le meilleur garant».
Après la conclusion de cet accord à la suite duquel le Président colombien s'était vu décerner le Prix Nobel de la Paix, le groupe armé né, en mai 1964, d'une insurrection paysanne marxiste-léniniste qui réclamait une profonde réforme agraire avait convenu de quitter la jungle colombienne, de déposer les armes et de se muer en un parti politique qui, en gardant l'acronyme F.A.R.C., s'était transformé en «Force Alternative Révolutionnaire Commune».
Mais il y a près d'une année déjà que les dirigeants des anciennes F.A.R.C apparus sur la vidéo de ce jeudi ne sont plus apparus en public ; ce qui, pour certains observateurs avertis, était déjà un prélude à un retour au maquis et à une reprise des armes. Ivan Marquez leur a donné raison ce jeudi lorsqu'il a déclaré : «Nous n'avons jamais été vaincus ni défaits idéologiquement; c'est pour cela que la lutte continue (et que) nous annonçons au monde qu'a commencé la seconde Marquetalia (berceau de la rébellion) au nom du droit universel des peuples à se lever en arme face à l'oppression».Le nouveau groupe armée qui sera dirigé par Ivan Marquez coordonnera ses activités avec l'ELN, l'Armée de libération nationale, deuxième guérilla encore en activité en Colombie.
Ce revirement constitue un coup dur pour l'accord de paix signé entre les anciens guérilleros marxistes et le gouvernement de droite du président Juan Manuel Santos après une «guerre civile» qui aura duré plus de 50 ans, fait plus de 250.000 morts, 60.000 disparus et 7 millions de déplacés.
Mais si Miguel Ceballos, le haut-commissaire de paix au sein du gouvernement colombien a estimé «très préoccupante mais pas surprenante» l'annonce faite par les anciens chefs de la guérilla, le président colombien Ivan Duque qui, après avoir jugé trop laxiste l'accord signé par son prédécesseur avec les FARC avait tenté de le modifier, a riposté en déclarant qu'une offensive allait immédiatement être lancée contre le groupe armé et accusé le Venezuela voisin du Président Maduro d'en abriter les meneurs. Le Chef de l'Etat colombien annoncera même, depuis son palais de Bogota, avoir «ordonné la création d'une unité spéciale afin de poursuivre ces criminels avec des capacités renforcées de renseignement, d'enquête et de mobilité sur tout le territoire colombien».
Est-ce à dire que tous les espoirs nés de l'accord de La Havane ne sont plus que chimères et que la lutte armée reprendra de plus belle entre le gouvernement central de Bogota et l'ancienne guérilla marxiste ? C'est tout comme; alors attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.