Nador: Arrestation d'un individu pour implication dans la constitution d'une bande criminelle    Connaissez-vous (vraiment) la Déclaration des Droits de l'Homme ?    Destitution: Donald Trump et l'affaire ukrainienne    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Bilan encourageant pour la Fondation marocaine pour la promotion de l'enseignement préscolaire    SM le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football à Salé    Aéronautique: Un deuxième mandat pour le président du GIMAS et un bilan positif    Journée internationale des droits de l'Homme : L'appel à la solidarité mondiale de Michelle Bachelet    Nouvelle nomination au Conseil de Surveillance de Maroc Telecom    Indice du développement humain : Encore du chemin à faire pour le Maroc !    Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence    Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles : Le RCSE Dar Es Salam domine le classement des demi-finales    Hommage à Seddik Maâninou ce mardi à la MAP    La mosquée, l'école, le dispensaire…    Coupe de la Confédération africaine de football : Le HUSA et la RSB réalisent de bonnes opérations à l'extérieur    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30e anniversaire de l'Association Al-Ihssane    La coordination «Akal» dénonce le laxisme des autorités    Marrakech : Un musée privé de la musique voit le jour    Un grand dirigeant nous quitte    Le Hassania d'Agadir se ressaisit    Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren    Bataille de chiffres entre Washington et Téhéran…    Des livreurs Chronopost disparaissent dans la nature... avec un million d'euros de marchandises    La justice égyptienne livre son verdict dans l'affaire de l'opposant Mohamed Ali    Fiscalité, OXFAM enfonce le clou    Réforme de la justice : la cadence est au ralenti    Casablanca : Les 41èmes journées de la Ligue pour la santé mentale les 13 et 14 décembre    En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas    Les cimes de la création à Imouzzer Kandar    Sylvestre Amoussou, réalisateur scénariste du Bénin    «Lalla Aïcha» de Mohamed El Badaoui, projeté en avant première au FIFM    Agadir : Grand engouement pour le 1er Salon international de l'arganier    L'AMMC vise la note relative à l'émission de billets de trésorerie de Douja Promotion Groupe Addoha    Atlantic Dialogues Emerging Leaders : 50 jeunes professionnels de 27 nationalités rejoignent le réseau    La dictature du buzz    Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris    Aziza Jalal remonte sur les planches    Edito : Mobilité    Changement climatique : Le Maroc préside la réunion des Seychelles    Enseignants-cadres des AREF : Côté cour, côté jardin    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Ligue 1 : Marseille inarrêtable, Saint-Etienne de nouveau en panne    Le MCO défait à Oujda par l'ASFAR    Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    Participation du Maroc aux 21èmes Journées théâtrales de Carthage    Grand engouement du public au FIFM 2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Charte de déontologie de la presse
Publié dans Albayane le 19 - 11 - 2019

Le respect de l'éthique comme levier de développement du journalisme
Le respect des règles déontologiques constitue l'épine dorsale de la pratique de la profession de journaliste, ont souligné les participants à la conférence organisée vendredi 15 novembre à Casablanca par le Conseil national de la presse(CNP). Cette rencontre à laquelle ont pris part plusieurs responsables d'entreprises de presse, experts et académiciens, avait pour objectif de sensibiliser les professionnels quant à l'importance de l'élaboration d'une charte déontologique de la presse.
Prenant la parole, Noureddine Miftah, président de la commission de l'entreprise de presse et de la mise à niveau du secteur au sein du CNP, a indiqué que la mise en place de cette charte, qui est d'ailleurs synonyme d'un engagement moral, vise, en premier lieu, la consolidation du secteur de la presse en tant que relais de confiance au sein de la société. Le conférencier a également relevé les difficultés auxquelles sont confrontés les organes de presse qui exercent dans un climat difficile, marqué plusieurs fragilités économiques et sociales.
«Ce conseil, qui demeure le résultat d'une expérience unique, se distingue du fait qu'il n'est pas seulement un organe d'autorégulation, mais ambitionne aussi de se positionner en tant que conseil économique et social du secteur», a-t-il noté en substance.
Réorganiser le secteur sur des bases démocratiques
Pour l'ancien président de la FMEJ, la présentation de la charte a une haute portée symbolique étant donné que c'est la première fois que notre pays se dote d'un tel document qui a la force de loi et qui s'inspire des expériences universellement reconnues.
De son côté, Younes Moujahid, président du CNP, a considéré que la charte demeure un référentiel pour tous les professionnels, dont la finalité serait de réorganiser le secteur sur des bases démocratiques. D'ailleurs, ce qui fait la spécificité du CNP par rapport à d'autres organes de régulation du pays, c'est qu'il s'est vu attribuer les compétences d'institutions de l'Etat. Mais la mission n'est pas du tout aisée, a-t-il laissé entendre, d'où la nécessité de la mise en place de programmes de formations visant la sensibilisation des journalistes aux dispositions de la charte déontologique, a-t-il précisé.
Cela étant, l'immunisation de la profession passe de facto par la consécration des critères précis et contractuels. Abondant dans le même ordre d'idées, l'ancien secrétaire général du SNPM a fait savoir que le CNP est en train d'élaborer un programme ambitieux pour la réhabilitation de l'entreprise de presse et ce, à travers la mise en place des mesures SMART, à commencer par le lancement d'une campagne nationale visant la promotion de la lecture, en passant par la création d'une caisse nationale pour la lecture des journaux de presse, sans omettre également l'éducation aux médias en vue de lutter contre les fake news et l'élaboration d'une nouvelle convention collective entre les patrons de presse et les journalistes, entre autres, a-t-il clarifié.
Par ailleurs, Mohamed Selhami, président de la commission de déontologie de la profession et de la discipline, a mis l'accent sur la nécessité de l'implication de tous les acteurs pour la concrétisation des principes de la charte. «Il s'agit d'une responsabilité partagée nécessitant l'engagement de toutes les parties prenantes. L'objectif escompté de la charte est de favoriser le débat entre les journalistes eux-mêmes et ce, sans aucun pouvoir de contrôle ou de médiation», a-t-il martelé.
Et ce n'est pas tout ! La charte vise également la défense de la liberté d'expression et le droit d'accès à l'information aussi bien pour les journalistes que le grand public en se servant comme un filtre médiatique voire une arme efficace contre l'intox et les fausses informations. En termes plus clairs, «le journaliste n'est point au-dessus de la loi. Il est censé, conformément à sa noble mission, de respecter la vie privée des personnes, leur dignité, de même que leur présomption d'innocence», a-t-il poursuivi. Autre point non moins important, a-t-il insisté, celui de la propriété intellectuelle et de l'édition, soulignant dans ce sens que la lutte contre le plagiat figure au cœur des priorités du CNP afin de recrédibiliser le secteur. « Le journaliste est responsable, à la fois, vis-à-vis de la société et de ses compères», a-t-il déclaré.
La formation aux droits de l'Homme
Sur un autre registre, Abdelouaheb Rami, professeur des médias, s'est attelé dans son intervention sur les finalités et les orientations philosophiques de la charte déontologique, en considérant que ce texte demeure un document juridique contraignant qui renforce les règles de l'éthique professionnelle et de l'engagement éditorial et qui contient des mesures opérationnelles visant la démocratisation de la profession. Cependant, le chercheur universitaire a appelé à l'élargissement du concept de l'éthique professionnelle pour que la responsabilité soit assumée à la fois par le rédacteur en chef et les éditeurs. Selon lui, l'indépendance du secteur de la presse requiert de faire preuve d'une objectivité totale et que l'information communiquée ne fasse nullement l'objet de manipulation aussi bien pour le journaliste que les éditeurs de presse.
Quant à Jamila Seyouri, présidente de l'association «Adala», elle a relevé certaines «faiblesses» de la charte, estimant que ce document n'inclut pas les mécanismes nécessaires assurant la protection du journaliste et le respect de sa dignité. Pour elle, le texte de la charte accuse des lacunes, puisqu'elle impose plus d'obligations aux journalistes qu'il ne leur accorde de droits.
Pour elle, l'implication du journaliste dans le Conseil de rédaction est un principe fondamental de la démocratisation des médias. Cela étant, la mise en place des mécanismes participatifs est un enjeu crucial pour la liberté de presse.
Au final, Ali Karimi, professeur de droit public à l'Université Hassan II à Casablanca, a soulevé la question de la formation des professionnels des médias en insistant sur le fait que le journaliste doit faire montre de prudence en maitrisant parfaitement ses sources d'information comme l'exigent les règles du professionnalisme. Ali Karimi a appelé les responsables des instituts de presse à introduire la matière des droits de l'Homme dans les programmes de formation afin d'aiguiser davantage leurs compétences professionnelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.