Compteur coronavirus : 1.240 nouveaux cas confirmés et 1.361 guérisons en 24H    Cosumar accompagnera 10 auto-entrepreneurs    Un nouveau partenaire de Bank Of Africa en Chine    À Tamernoute (province d'Azilal) : Un enfant sauve tout un douar    CMC : financement externe "maitrisé et soutenable"    « Un maire de ville doit être un très bon gestionnaire »    Sahara : Le Gabon réaffirme son appui à l'Initiative marocaine d'autonomie    Maire : Un «boulot» bien payé    Technologie digitale intelligente: FRDISI et ONEE créent un centre à Casablanca    Proximité culturelle et sportive    Tourisme: Abdellatif Kabbaj élu personnalité de l'année    Une entreprise américaine investit dans le projet du développement du premier robot humanoïde marocain    Nador : Enquête judiciaire pour identifier les impliqués dans une tentative de trafic de 2.380 kg de Chira    Grandes villes : À quoi servent les maires ?    Vaccins anti-Covid-19 : Guterres crie sa grande déception    Mondial Handball : Ce soir à 18h00, le Maroc face au Portugal sans se faire des illusions !    ONU : la hausse des migrations internationales a ralenti de 27% en raison de la COVID-19    Le Président américain accorde la Légion du mérite des Etats-Unis au Roi Mohammed VI    Le Bahreïn réitère son soutien au Maroc dans la défense de sa souveraineté et son intégrité territoriale    CHAN 2021 : Ce soir, Cameroun/Zimbabwe en ouverture à 18 heures    CHAN : Cameroun 2020 ou Cameroun 2021 ?    Omar Hilale : la coexistence entre musulmans et juifs est ancrée dans l'ADN des marocains    "Atlantide KM 130 " Rencontre entre l' artiste photographe Imane Djamil et la ville de Tarfaya    SM Le Roi Mohammed VI décoré de la "Legion of Merit, Degree Chief Commander"    Trump décoré du Wissam El Mohammadi    Mohamed Benabdelkader. Forte présence féminine aux postes de responsabilité dans l' administration judiciaire    Vaccination anti-covid : Biden dévoile le successeur de Moncef Slaoui    Le Cameroun est prêt    L'équipe du Maroc rate son entrée face à l'Algérie    Laporta, Font et Freixa déclarés candidats officiels à la présidence du Barça    Biden dévoile un plan de relance de 1.900 milliards de dollars    L'immunité collective contre la Covid-19 pourrait être atteinte début mai    Saad Dine El Otmani : Le Maroc a réalisé des acquis stratégiques dans ses provinces du Sud    Lady Gaga et Jennifer Lopez chanteront à la cérémonie d'investiture de Biden    Un dessin de Tintin adjugé au prix record de 3,2 millions d' euros    Evolution du coronavirus au Maroc : 1291 nouveaux cas, 457.625 au total, vendredi 15 janvier 2021 à 18 heures    Initiative marocaine d'Autonomie: Un fort soutien formulé lors de la conférence ministérielle    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Les équipes à suivre de très près    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    2020 : Une présence de taille de la question amazighe malgré la pandémie    Bientôt un musée à Laayoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Latifa Serghini livre le récit de vie Jilali Gharbaoui
Publié dans Albayane le 19 - 01 - 2020

Une figure emblématique et monumentale de la peinture marocaine. Le parcours et la vie du peintre Jilali Gharbaoui sont mises en lumières dans le beau livre ‘'Jilali Gharbaoui: Le messager de l'exil'' de Latifa Serghini, paru aux Studiolo Editions. En effet, ce livre de 236 Pages dont la sortie est prévue le 20 Janvier 2020 dresse le portrait d'un artiste dont l'œuvre échappe à toute classification.
Jilali Gharbaoui est un grand peintre. Un créateur. L'épithète de précurseur qui lui est attribuée n'est pas une imposture. A 41 ans, il laisse une œuvre prolifique et forte qui en fait, avec Ahmed Cherkaoui et Ahmed Yacoubi – trop souvent oublié – une figure emblématique de l'art abstrait au Maroc», lit on dans la présentation du livre.
Mort à 41 ans sur un banc du Champ-de-Mars à Paris, il a eu une fin d'artiste maudit. Ce posthume dévaliseur de gloire n'a pas connu de son vivant le succès ou la reconnaissance que mérite la figure emblématique de l'abstraction au Maroc et l'artisan d'une modernité vivante et assumée. Près de cinquante ans après sa disparition, voici un nouveau regard porté sur l'artiste et son œuvre. Par la somme de témoignages, de détails, de documents et d'iconographie rassemblée, Latifa Serghini livre un récit de vie précis, minutieux et exigeant.
«L'unique passion de Gharbaoui était la peinture. Puissante et provocante, son œuvre ne pouvait trouver grâce aux yeux du public marocain des années cinquante, habitué à une peinture figurative. C'est ce qui a valu à l'artiste d'être conspué, rejeté et condamné pour sa singularité. Il bénéficie aujourd'hui d'une gloire posthume qui justifie la formule de phénomène Gharbaoui», peut on lire dans la présentation du livre.
Une fin peu tragique voire absurde, Jilali Gharbaoui a marqué par son œuvre l'imaginaire et la scène artistique nationale et internationale. En effet du 17 mai et 26 août 2012, le Musée de Bank Al-Maghrib lui a consacré une exposition temporaire sous le thème « Regards sur l'œuvre de Jilali Gharbaoui » qui regroupe plus de 80 œuvres, dont certaines inédites.
Il a puisé la force d'une œuvre prolifique dans un terreau de déracinement et d'abandon, avec comme seule ressource sa solitude et l'idée lancinante de l'ailleurs, de l'exil, précise la même source.
Et d'ajouter : «Son cheminement témoigne d'un moment de l'histoire du Maroc, de son indépendance et de ses bégaiements culturels et linguistiques hélas encore vivaces. Jilali Gharbaoui s'est placé dans l'entrelacs, et en cela marque un tournant, une rupture. Il a rompu les amarres du conservatisme et de la tradition, mis à distance les revendications patrimoniales et identitaires pour amorcer une transition, dans l'univers pictural marocain vers une modernité vivante et assumée et incarné par son travail, une hybridité, hors de toute idéologie et des sempiternelles oppositions entre Orient et Occident, ou entre tradition et modernité».
Par ailleurs, le peintre a vécu, discrètement, dans l'ombre, loin des lumières des projecteurs.
A vrai dire, il n'en connaissait qu'un seul devoir, celui de peindre, de créer.
«Qu'il nous touche encore aujourd'hui ne revient pas uniquement à sa peinture. En réalité, Gharbaoui nous renvoie à nous mêmes. Il est parti dans le silence et la résignation d'un exil que beaucoup continuent à porter en eux, et laisse derrière lui un trouble aux relents de culpabilité. Son départ engendre une émotion partagée : il révèle la violence du sentiment d'abandon propre à cette génération postindépendance dont les attentes n'ont d'égal que la déception, et pour qui l'amertume remplace l'espoir. En cela, il crée un mythe propre, et s'inscrit durablement dans la mémoire collective. C'est un messager de l'exil», ajoute l'éditeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.