Sahara marocain: un haut responsable nippon réitère la position claire de son pays    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    Face au virus, Taïwan mise sur des mascottes et une communication apaisée    Affaire «Hamza monbb»: Saida Charaf répond aux rumeurs    Rémi Bonhomme, nouveau directeur artistique du FIFM    Rabat désignée capitale africaine de la culture    Résultats financiers : Une année 2019 au vert pour Mutandis    Syrie : le régime de Damas reprend le contrôle de « près de 30 villages et localités » entourant la ville d'Alep    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Météo: ce qui est prévu à partir du mardi au Maroc    Mais quelle mouche a piqué El Moutaraji    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Pros marocains d'Europe    Panique à bord d'un vol Oujda-Bruxelles (VIDEO)    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    La DTFE dévoile le classement 2019 des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline en Egypte au match aller    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Mohamed Benabdelkader inaugure le siège du tribunal de première instance de Tinghir    Etats-Unis: un « parrain de la désinformation » se joue des conservateurs    Le Burkina Faso décide d'ouvrir un consulat général à Dakhla    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    L'Agence Bayt Mal Alqods Acharif sensibilise les élèves aux "Couleurs d'Al Aqsa" au SIEL    Al Jayl Al Akhdar projette l'agriculture marocaine en 2030    Le Maroc dans l'opinion publique espagnole : Imaginaire, préjugés et stéréotypes    La province de Midelt, ébranlée par deux secousses sismiques    De retour en Afrique du Sud, Miss Univers "inspire" les jeunes Noires    Deux romans de Loubna Serraj et Valérie Morales-Attias font escale au Salon du livre    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Clôture de la 6ème édition du raid solidaire "Sahraouiya"    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    L'AS FAR sanctionnée de quatre matchs à huis clos    La police d'Agadir fait tomber un trafiquant de Chira    Un chauffe-eau défectueux fait 3 victimes à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Latifa Serghini livre le récit de vie Jilali Gharbaoui
Publié dans Albayane le 19 - 01 - 2020

Une figure emblématique et monumentale de la peinture marocaine. Le parcours et la vie du peintre Jilali Gharbaoui sont mises en lumières dans le beau livre ‘'Jilali Gharbaoui: Le messager de l'exil'' de Latifa Serghini, paru aux Studiolo Editions. En effet, ce livre de 236 Pages dont la sortie est prévue le 20 Janvier 2020 dresse le portrait d'un artiste dont l'œuvre échappe à toute classification.
Jilali Gharbaoui est un grand peintre. Un créateur. L'épithète de précurseur qui lui est attribuée n'est pas une imposture. A 41 ans, il laisse une œuvre prolifique et forte qui en fait, avec Ahmed Cherkaoui et Ahmed Yacoubi – trop souvent oublié – une figure emblématique de l'art abstrait au Maroc», lit on dans la présentation du livre.
Mort à 41 ans sur un banc du Champ-de-Mars à Paris, il a eu une fin d'artiste maudit. Ce posthume dévaliseur de gloire n'a pas connu de son vivant le succès ou la reconnaissance que mérite la figure emblématique de l'abstraction au Maroc et l'artisan d'une modernité vivante et assumée. Près de cinquante ans après sa disparition, voici un nouveau regard porté sur l'artiste et son œuvre. Par la somme de témoignages, de détails, de documents et d'iconographie rassemblée, Latifa Serghini livre un récit de vie précis, minutieux et exigeant.
«L'unique passion de Gharbaoui était la peinture. Puissante et provocante, son œuvre ne pouvait trouver grâce aux yeux du public marocain des années cinquante, habitué à une peinture figurative. C'est ce qui a valu à l'artiste d'être conspué, rejeté et condamné pour sa singularité. Il bénéficie aujourd'hui d'une gloire posthume qui justifie la formule de phénomène Gharbaoui», peut on lire dans la présentation du livre.
Une fin peu tragique voire absurde, Jilali Gharbaoui a marqué par son œuvre l'imaginaire et la scène artistique nationale et internationale. En effet du 17 mai et 26 août 2012, le Musée de Bank Al-Maghrib lui a consacré une exposition temporaire sous le thème « Regards sur l'œuvre de Jilali Gharbaoui » qui regroupe plus de 80 œuvres, dont certaines inédites.
Il a puisé la force d'une œuvre prolifique dans un terreau de déracinement et d'abandon, avec comme seule ressource sa solitude et l'idée lancinante de l'ailleurs, de l'exil, précise la même source.
Et d'ajouter : «Son cheminement témoigne d'un moment de l'histoire du Maroc, de son indépendance et de ses bégaiements culturels et linguistiques hélas encore vivaces. Jilali Gharbaoui s'est placé dans l'entrelacs, et en cela marque un tournant, une rupture. Il a rompu les amarres du conservatisme et de la tradition, mis à distance les revendications patrimoniales et identitaires pour amorcer une transition, dans l'univers pictural marocain vers une modernité vivante et assumée et incarné par son travail, une hybridité, hors de toute idéologie et des sempiternelles oppositions entre Orient et Occident, ou entre tradition et modernité».
Par ailleurs, le peintre a vécu, discrètement, dans l'ombre, loin des lumières des projecteurs.
A vrai dire, il n'en connaissait qu'un seul devoir, celui de peindre, de créer.
«Qu'il nous touche encore aujourd'hui ne revient pas uniquement à sa peinture. En réalité, Gharbaoui nous renvoie à nous mêmes. Il est parti dans le silence et la résignation d'un exil que beaucoup continuent à porter en eux, et laisse derrière lui un trouble aux relents de culpabilité. Son départ engendre une émotion partagée : il révèle la violence du sentiment d'abandon propre à cette génération postindépendance dont les attentes n'ont d'égal que la déception, et pour qui l'amertume remplace l'espoir. En cela, il crée un mythe propre, et s'inscrit durablement dans la mémoire collective. C'est un messager de l'exil», ajoute l'éditeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.