Le Real Madrid prépare un hold-up pour Sancho    Coronavirus : 81 nouveaux cas, 8003 au total, jeudi 4 juin à 18h    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, jeudi 4 juin    «Dire non ne suffit plus»    Trois questions à Adil Terrab, président du Conseil préfectoral du tourisme de Meknès    Covid-19: Débat sur la place de la culture dans «le Maroc d'après»    Venezuela: La pandémie comme vecteur de rapprochement…    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Italie: le foot avec des spectateurs au stade, déjà?    Ligue 1: Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Des placements privés pour les filiales d'Akwa    El Otmani appelle à privilégier la dimension territoriale    Pourquoi est-il vraiment dangereux d'utiliser son portable au volant ?    Le Maroc de tous mes espoirs!    La Fondation MAScIR prévoit la fabrication de 10.000 kits de diagnostic de la Covid-19 avant fin juin    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    GAM: « Comment les entreprises marocaines envisagent-elles leur stratégie de marques et communication ? »    Coronavirus : plus de 8 milliards de dollars de pertes pour les compagnies aériennes africaines    Crime social    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Les capacités de stockage de la SAMIR mises à la disposition des importateurs de produits raffinés    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    Benzema a très envie de revenir à la compétition    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Covid-19: Ces solidaires… pour plaire
Publié dans Albayane le 29 - 03 - 2020

La solidarité résonne dans l'imaginaire du collectif marocain comme une valeur-guide qui le distingue depuis belle lurette. C'est une valeur ancrée dans la société marocaine, un devoir à référent social, moral et religieux et une pratique inscrite dans la quotidienneté du Maroc.
En temps normal comme durant les épreuves difficiles, cette valeur de solidarité s'est toujours manifestée sur le terrain par des actions d'entraide, de l'aide, de la fraternité et du soutien moral ou matériel. C'est ce qu'a été constaté durant cette période d'exception de l'état d'urgence sanitaire et du confinement général établi dans le pays en vue de combattre le coronavirus. En effet, du sommet de l'Etat jusqu'au simple citoyen, cette valeur de solidarité s'est dénotée comme devoir, prenant le dessus, en reléguant au second plan toutes les autres considérations.
D'ailleurs, dès la création du Fonds spécial dédié à la lutte contre le coronavirus, les contributions n'ont cessé d'alimenter le compte bancaire créé à cette fin. Des entreprises, des fédérations, des institutions, des associations, des entrepreneurs, des promoteurs et des citoyens ont répondu à l'appel de la patrie, suivant l'exemple du sommet de l'Etat.
Seulement que dans ce cadre de l'élan de solidarité nationale, certaines parties faussent cette donne de la valeur sociale marocaine. Ainsi, a-t-on constaté, l'action emballée et teintée de solidarité ne serait effectuée qu'en fonction de certains buts bien déterminés : des fins électorales ou pour plaire aux pouvoirs publics à d'autres fins. Sur cet axe, on a vu comment certains sont précipitamment montés au créneau pour demander de l'aide au Fonds spécial, sous prétexte qu'ils seraient touchés par cette crise, avant de se convertir rapidement en donateurs, publiant un communiqué rendant publique leur action.
Ce que des internautes ont qualifié sur les réseaux sociaux de «solidarité» à la mode de l'hypocrisie sociale, comme cela apparaît dans beaucoup d'expressions actuelles et de sigles dans le langage courant. Le phénomène refait d'ailleurs surface à l'occasion de chaque Ramadan, mois de la piété et du partage, qui est également mis à profit par des intermédiaires, des courtiers électoraux et des faux bienfaiteurs à des fins électorales.
Ce phénomène refait également surface durant les rentrées scolaires, la fête du mouton et toutes les occasions occasionnant des dépenses supplémentaires pour les ménages. Quoi qu'il en soit, toutes ces pratiques n'émanant pas de la fibre sociale marocaine, qui caractérise la société, restent comme une goutte dans un océan et n'influent jamais le cours de solidarité qui fait la force de la société marocaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.