«Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Assurer la continuité des services dans le respect des règles de sécurité    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Rabbah met l'accent sur le rôle des investissements pour assurer la sécurité énergétique    Non à un gouvernement de compétences ou de salut national    Aziz Akhannouch: Les exportations de produits agricoles totalisent 17,5 milliards de DH jusqu'à présent    Le Maroc accède au 2ème rang africain en tests de dépistage du Covid-19    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Achraf Hakimi de nouveau buteur    La capitale des alizés prépare sa relance post-confinement    La culture en détresse    Les différentes pistes du CMC pour relancer l'économie nationale    Le Bureau politique réitère son appel à tous les militants de rester unis autour de leur parti    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    Pr Abderrahmane Machraoui : Les mesures prises par les autorités marocaines ont été prudentes, sages et exemplaires    Arrestations pour violation de l'état d'urgence sanitaire à Essaouira    De la drogue saisie par les FAR près du mur de protection    Les humanitaires espagnols en effroi devant le détournement des aides destinées aux camps de Tindouf    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Hyperpuissance    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Souhail: la décision opportune pour faire tourner la machine
Publié dans Albayane le 08 - 04 - 2020

Tirage sur la Ligne de Précaution et de Liquidité du FMI
Par Fairouz El Mouden
Le Maroc vient de procéder à un tirage sur la ligne de Précaution et de Liquidité (LPL) conclu avec le Fonds monétaire International d'un montant de 3 milliards de dollars remboursable sur une durée de cinq ans avec une période de grâce de trois ans.
Une décision nécessaire pour faire tourner la machine en attendant des jours meilleurs, indique Abdelwahed Souhail, Economiste et membre du BP du PPS, qui estime toutefois, que la manière avec laquelle les choses se sont déroulées incite à réfléchir. Pour lui, il faut préparer un autre budget et réviser la loi des finances et se rendre à l'évidence que la situation a complètement changée. D'où la nécessité d'avoir un discours de franchise avec le citoyen pour lui dire ce qui l'attend.
Souhail précise qu'il faut être raisonnable et dire que le Maroc va certainement, comme le Monde entier d'ailleurs, devoir payer très fort le prix aux conséquences éco de la pandémie. Il est clair que quand vous arrêtez l'économie et que vous voulez soutenir des gens, vraisemblablement il y ‘aura des problèmes de recettes, d'où le recours à l'endettement, explique-il. Et d'ajouter que le Maroc est entrain de tirer sur une possibilité pour faire tourner la machine économique.
Et lui de rappeler qu'avec le confinement de nos MRE, la baisse de la demande étrangère adressée au Maroc, la crise du tourisme et de l'aérien, les réserves de change risquent de fondre. La levée de la ligne de précaution en ce moment va certainement aider le Maroc à faire face à la situation de crise actuelle. Cela ne l'empêche pas de se poser la question de savoir comment se fait-il aujourd'hui, que nous ayant une économie comme toutes les économies capitalistes qui se fragilisent assez rapidement et davantage que le reste du monde.
Dans un communiqué, le département des finances indique que la mobilisation de cette facilité intervient dans le cadre de l'accord au titre de la LPL conclu avec le FMI en 2012 et renouvelé pour la 3e fois en décembre 2018, pour une période de deux ans, avec l'intention de l'utiliser comme assurance contre les chocs extrêmes, comme ceux que nous vivons actuellement. La pandémie du Covid-19, d'une ampleur sans précédent laisse présager une récession économique mondiale bien plus profonde que celle de 2009.
«L'économie nationale sera en conséquence impactée, notamment au niveau des secteurs et des activités orientés vers l'extérieur, à savoir les métiers mondiaux du Maroc, les recettes au titre des voyages, les transferts des marocains résidents à l'étranger et les investissements directs étrangers», souligne le communiqué.
Et d'ajouter que «la LPL contribuera à atténuer l'impact de cette crise sur notre économie et à maintenir nos réserves de change à un niveau adéquat à même de consolider la confiance des investisseurs étrangers et de nos partenaires multilatéraux et bilatéraux dans notre économie. Le tirage sur cette ligne de liquidité sera mis à la disposition de Bank Al-Maghrib et sera affecté essentiellement au financement de la balance des paiements et n'impactera pas la dette publique, ce qui constitue une première dans nos transactions financières avec le FMI.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.