Le roi Mohammed VI approuve la nomination de plusieurs responsables judiciaires    Commission des investissements: 23 projets approuvés pour 9,74 MMDH    Maroc: combien de temps vont durer les nouvelles restrictions?    Covid-19 au Maroc : 1910 nouveaux cas en 24H    Affaire Pegasus: Le Maroc accuse    Affaire Pegasus : l'interview de Nasser Bourita avec Jeune Afrique    Emmanuel Macron aurait-il été espionné à son insu par le renseignement extérieur français ?    Position extérieure globale: une situation nette débitrice de 731,6 MMDH en 2020    Transparency Maroc critique l'adoption hâtive de la réforme fiscale et la juge "incomplète"    Fête du Trône: Plus de 80 pays au séminaire de l'ANU-Maroc    Maroc/Reste du monde: 685 milliards de DH de transactions commerciales en 2020    La démission du DTN ? S'agit-il vraiment d'un départ volontaire ?    Botola Pro D1 / 29ème journée / Acte1 : Une journée cruciale pour les relégables !    JO / Foot féminin : Les Pays-Bas sans pitié envers la Zambie (10 à 3)    La cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques sous haute surveillance sanitaire à Tokyo    L'AC Milan insiste toujours pour enrôler Hakim Ziyech    Tokyo 2020: suivez en direct la cérémonie d'ouverture (VIDEO)    Affaire Pegasus : Mélenchon doute des accusations portées contre le Maroc    Pegasus : le Maroc riposte, Christian Cambon bat en brèche des imputations diffamatoires    Le ministre de la Santé appelle les Marocains à se faire vacciner    Le ministère de la santé se désolidarise d'une brochure sur la Covid-19    Le Maroc reçoit de nouvelles doses du vaccin Sinopharm    Magazine : Khadija Alami, fée et gestes    Festival : Khouribga accueille son premier navet    Message du roi Mohammed VI au président Al-Sissi    Real Madrid: Karim Benzema positif au coronavirus    La Bourse de Casablanca démarre en légère hausse    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Pegasus. Les pseudos révélations ne valent rien    Qui sont nos 48 représentants aux JO ?    Canicules, vagues de chaleur : 4 fausses bonnes idées    Recrudescence des cas Covid et importance de la vaccination... le point avec Pr. Chakib Abdelfattah    France: une nouvelle loi antiterroriste adoptée    Automobile: fin des moteurs à combustion d'ici 2030, c'est l'engagement des constructeurs mondiaux    Agadir-Ida Outanane: des unités médicales mobiles au profit de la population rurale    Me Olivier Baratelli : «le Maroc n'a jamais fait appel à la société NSO et n'a jamais utilisé le logiciel Pegasus»    Stylisme et cinéma au programme de la nouvelle édition du Journal des Arts (vidéo)    Liban : les ménages dépensent cinq fois le salaire minimum pour se nourrir (étude)    Affaire Pegasus. Bourita: « Le Maroc aussi a choisi de faire confiance à la justice en interne et à l'international »    Nouvelle manifestation contre le passeport sanitaire le 24 juillet en France    Inondations: Angela Merkel appelle à "accélérer" la lutte contre le changement climatique    [Interview avec Sonia Noor, chanteuse, guitariste et compositrice] Le patrimoine marocain, un trésor à préserver et à transmettre    Hajj 1442 : Les pèlerins effectuent la lapidation des « jamarat » pour le 2è jour de Tachriq    Le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Adha et procède au rituel du sacrifice    "Nektachfou Bladna"-Replay: La bonne humeur est garantie !    VIDEO// Abderrahmane Tazi parle de son film sur Fatema Mernissi sur Info Soir de 2M    Une cérémonie en présence de sa veuve Hélène : Le legs de Abderrahmane Youssoufi pour les générations futures    Le monde de la culture en deuil : Le penseur et écrivain Mohamed Sabila n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fatalisme et fatalité
Publié dans Albayane le 11 - 08 - 2020

Un ami politologue nous pose la question de l'air le plus sérieux possible, comme ébahi devant l'énormité de sa propre question: «Avons-nous réellement besoin d'un gouvernement, aujourd'hui au Maroc?» Cela sonne comme un couperet, après un réquisitoire «mûrement réfléchi», pour reprendre la formule, usitée par le chef du gouvernement marocain le 26 juillet 2020.
À cette différence que la décision de faire sortir les Marocains à 6 heures de l'après-midi, pour défier le temps compté, les routes bloquées, les accidents mortels, les embouteillages monstres et les risques de mort certaine, la question de notre ami, professeur de sciences politiques, se légitime du simple fait que les erreurs accumulées par ce gouvernement qui réfléchit longtemps, sont nombreuses et très lourdes de conséquences. Nos confrères ont titré : «Y a-t-il un pilote dans l'avion ?» «Les responsables du massacre du 26 juillet doivent payer».
«Le chef du gouvernement doit démissionner». «De qui se moque le chef du gouvernement ?» Ce dernier titre répond peut-être à une vidéo où ce même chef de l'exécutif dit, en riant et en faisant de l'humour, «Ce n'est pas un miracle des temps que je devienne chef du gouvernement ?» Si l'intéressé n'y croit pas, pourquoi voulez-vous qu'on y adhère ? Notre ami ajoute : «Le Maroc a un Roi et une Administration qui fonctionne.
Le gouvernement semble être une formalité». Dans un sens, il a raison. Remarquez que c'est toujours le Roi qui prend les bonnes décisions. C'est toujours le Roi qui prend les bonnes initiatives. C'est toujours le Roi qui réfléchit mûrement l'avenir de ce pays. C'est encore le Roi qui pense aux populations. C'est encore et toujours le Roi qui répare les erreurs de certains de nos ministres. Et de l'autre côté, il y a une Administration rôdée, avec ces travers et ses problèmes, mais elle travaille, elle fait ce qu'il faut pour que le Maroc tourne et avance. Sans vouloir minimiser le travail du gouvernement, excepté quelques rares responsables, le reste est aux abonnés absents. Aucune initiative.
Aucune audace. Aucune vision. Aucune prise de risque, parce que la politique, surtout par temps de crise, c'est aussi prendre les devants, affronter ce qui ne va pas, se battre pour les populations, monter au créneau, proposer des idées, des plans A, B, C et Z. Ce qui n'est pas le cas. Certains observateurs se demandent même s'il y a encore un gouvernement dans ce pays ? A juste titre, du reste. L'état sanitaire du pays va de plus en plus mal.
Nous comptons les morts chaque jour, et la liste s'allonge. Les populations souffrent et se disent oubliées, marginalisées par ce même gouvernement et en appellent à la générosité du Roi pour les aider, pour les sauver. Quand les choses ont un semblant que ça va bien, certains politiciens se gargarisent. Quand ça va mal, Sa Majesté est là. L'équation devient du coup très simple et sans inconnue : le Roi, le Peuple, la Nation.
Et le gouvernement? On s'en passe. Puisqu'il brille par son absence. Puisqu'il est invisible. Puisqu'il a revendiqué son droit au mutisme et à l'immobilité. Nous passons sur les erreurs de casting dans les gouvernements marocains. Nous mettons de côté les incompétences de beaucoup de responsables : mais aujourd'hui, le chef du gouvernement a montré toutes ses limites. L'ancien chef du gouvernement lui a légué des facéties, de l'humour inapproprié et des sorties de pistes. Et l'homme responsable des Droits de l'Homme est au cœur d'un scandale corsé. Notez que c'est le même parti politique. Ses trois ténors ont échoué.
La messe est dite. «Le Maroc, surtout avec cette grave pandémie, mérite un grand chef de gouvernement», confesse notre ami politologue. Mais lequel ? Où le trouver ? Tu as des noms à proposer ? Ou avons-nous enterré le dernier grand politicien avec le départ de monsieur El Youssoufi, parti alors que le pays était confiné...
Le moment est grave. Le Maroc traverse l'une de ses plus grandes crises sanitaire, humaine et économique. Quant à la crise politique, il n'y en a pas. Savez-vous pourquoi ? Parce que la politique et les politiciens font défaut. Cela s'apparente à une démission presque généralisée, ce silence, ces cafouillages, ces erreurs à la pelle, ces approximations, ces dérives, ces voix dissonantes, cette cacophonie stridente. Chaque responsable dit ce qu'il veut. Quitte à dire le contraire de l'autre.
Chacun y va de son cru. Chacun apporte une preuve supplémentaire que la chose politique au Maroc est en déshérence. Errance de discours, contradictions des propos, amalgames des prises de positions, le tout mâtiné des petites et archaïques et hors de propos guéguerres des hizbicules. Puisqu'il ne faut pas se leurrer, il n'y a plus de parti fort dans ce pays. Il n'y a plus de parti fédérateur.
Un parti avec des voix sérieuses, des voix fortes, des leaders crédibles, charismatiques et au fait de ce que les populations attendant, au fait d'où va le pays et de ce que sera l'avenir de tous dans cette chère Nation. Les véritables hommes politiques, quelle que puissent être leur obédience se distinguent par temps de grave crise. Ils imposent leur vision. Ils se battent pour sortir le pays de l'ornière et le faire avancer.
Aujourd'hui, ce n'est absolument pas le cas. En dehors du Roi Mohammed VI qui se bat, qui parle au peuple, qui rassure les populations, qui propose, qui trouve des solutions, qui lance des projets, qui prépare le futur de cette Nation, le reste patauge dans des désirs de maroquins jusqu'aux prochaines élections.
Triste réalité que vit mon pays, aujourd'hui. On dirait qu'une sorte de fatalité du ratage poursuit les gouvernements qui se succèdent. Il est impardonnable pour ce pays de faire presque un sans-faute durant 90 jours, avec la discipline des populations (ce qui en a surpris plus d'un), une grande cohésion, une vision, puis la débandade, les dissonances, le chacun tire la couverture vers lui-même, l'absence criarde d'un début de logique. On ne reviendra pas sur ceux qui sont responsable de ce fiasco. Ils se sont désignés eux-mêmes aux yeux de tous les Marocains.
Mais nous devons souligner avec insistance que ce sont nous, les Marocains, qui sommes allés dans les bureaux de vote, certes, nous n'étions pas des légions (taux d'abstention alarmant, vous souvenez-vous ?), mais ce sont ces mêmes populations qui ont porté tel parti à la chefferie du gouvernement. Ce sont les choix de beaucoup d'entre nous qui se sont avérés mauvais, caducs et hors piste. Vous allez nous demander : C'est quoi la solution alors ? Personne d'entre nous n'a la science infuse, sauf les responsables du gouvernement marocain qui semblent satisfaits de leurs erreurs, défiant, du coup, les voix du peuple, la colère des médias, dans une configuration où nous enterrons des frères et des sœurs, tous les jours.
Comme nous sommes gérés en ce moment par un parti islamiste, il faut peut-être se rendre à la fatalité de la prière ! Puisque c'est tout ce qui semble proposé : fatalisme et fatalité. En attendant une sortie du tunnel, c'est bien la médiocrité qu'il faut confiner au Maroc. Les Marocains et leur Roi méritent beaucoup mieux.
*(Ecrivain-journaliste)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.